Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2017

A L’INFINITIF

verbe.png

 

A L’INFINITIF

 

Rester une fois encore à l’écoute de la nuit qui tombe

Flâner, en marche pour l’insaisissable

Tenter de se soustraire à la brutalité du monde

Se révolter avec la délicatesse d’un espoir insensé.

 

Irradier de tout son éclat les noires interrogations

Arpenter des territoires à la fois charnels et invisibles

Se dresser face à l’absurdité dominante

Changer le cours vertigineux de la passion.

 

Déchiffrer les ténèbres jusqu’à la démesure

Explorer avec obstination d’autres intérieurs,

Fragmenter les rêves, trop souvent réducteurs

Regretter amèrement les espoirs déchus.

 

Perturber avec sérénité la trop parfaite harmonie

Soigner au-dedans pour ne pas être vu

Se reconnaître malgré l’obscurité

S’abolir dans la conscience douloureuse d’une chape d’amertume.

Avoir le sentiment poignant d’une présence illusoire

Dériver prostré sur un lac d’impressions étranges

Obéir aux tourbillons sensoriels

Partager le malaise des forces obscures.

 

Neutraliser les contraires d’un monde disparate

Détester la beauté, surtout si elle est silencieuse,

Escamoter les lieux aux apparences fuyantes

Traverser la démesure ravageuse du sublime.

 

Aimer les tourments, les envolées émotionnelles,

Disperser les lignes de rupture au-delà des zones plus que lointaines

Mettre en évidence la présence potentielle des possibles

Se désespérer au quotidien dans une solitude tendue à l’extrême.

 

Être aux prises avec ses propres déchirements

Avoir, illuminé, des fulgurances surréalistes

Se faire voler la vie par inattention

Proférer tranquillement de misérables mensonges.

 

Respirer intimement, tout en pudeur,

Initier une troublante rencontre au seuil d’horizons magiques

Chercher d’instinct de la douceur dans le souvenir prégnant de la tendresse,

Se sentir aspiré par le tourbillon impétueux des eaux troubles.

 

Avoir des exigences démesurées

Faire passer la vie dans les mots

Relier, avec application, tous les fils ténus

Se préserver des effets pervers d’une mémoire seulement désireuse d’oubli

 

Maintenir l’ombre de l’absent dans l’ombre de l’absence

Observer que les morts aimés ne meurent jamais.

Comment échapper à la pesanteur des mots ,

A leur rugosité dérangeantes?

 

Avec beaucoup d’inconscience, j’ai entr’ouvert l’armoire des mots

Pour les utiliser avec beaucoup d’humilité.

Les voilà maintenant jetés en pâture

Ils s’abîment déjà et crissent sous les pieds agressifs

D’un temps qui passe au plus près d’une ombre défaillante.

Celle, obsédante, du miracle précaire de l’écriture.

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire