Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2018

SUR LA POINTE DE L'ÂME 13

 

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SUR LA POINTE DE L'ÂME

13

 

Engagé volontaire en solitude, le temps soudain se dématérialise à courir les heures avec frénésie, sans jamais s'arrêter.
Frémissantes, ses ailes s'épuisent à ne jamais atteindre la lumière.
Piégé au principal de la solitude, le corps, périssable, se sent bien seul.
Observons-le, il n'est plus qu'une masse molle, immobile et liquide presque, prête à s'immiscer dans l'insignifiance.
Étendu sur le carrelage rugueux et froid, et pâlement éclairé par les rachitiques halos jaunes d'improbables lampadaires, il n'est plus qu'une transparence diaphane transférée dans une vaste insularité douloureuse.
De fait, cela pourrait s'apparenter à la mort.
Il n'en est rien bien sur.
Un penseur compétent n'a-t-il pas suggéré en son temps que «L'utopie, c'est la mort telle qu'on voudrait la vivre»?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire