20/10/2014

AU SAVOIR DE SES BRISURES 1

au magma présent de l'écriture,

 

AU SAVOIR DE SES BRISURES

1

C'est une perte de l'esprit d'appartenance
A une quelconque communauté humaine.

Il vit dans des conditions de dénuements inouïs
Dont l'enchevêtrement est une succession logique
D'événements à l'implacable force d'intimidation.

Sous la sombre menace, la question reste posée
Qui fait place au sentiment irrémédiable de la perte.
Sa conscience assombrie multiplie les provocations,
Arme invincible en son être profondément tragique.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

19/10/2014

LE TEMPS DE LA SIDÉRATION 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

LE TEMPS DE LA SIDÉRATION

2

C'est aussi un nouvelle possibilité est offerte
De combler le déficit de connaissance quand,
Dans le tremblé et la résonance de certains échos,
L'émotion se lève enfin dans l'opportunité de trouver.

Dans le temps de la sidération venue
Qui suspend jusqu'au vif improbable,
Il s'agit de rétablir cette fragilité-là en glissant,
Subreptice, d'un masque revendiqué à l'autre.
Et d'embrasser un horizon plus vaste encore
Aux perspectives magnifiquement renouvelées.
L'ancrer là, à l'immédiat, pour se projeter ailleurs
En multipliant ces enchaînements de mots
Déjà prêts pour l'imperceptible, l'informulé.

(FIN)

P. MILIQUE

18/10/2014

LE TEMPS DE LA SIDÉRATION 1

au magma présent de l'écriture,

 

LE TEMPS DE LA SIDÉRATION

1

L'écriture offre le moyen de capter l'éclat dispensé
Et l'occasion de l'exprimer au plus de ce qui en émane.
C'est une opportunité unique existant
Dans l'appréhension de ce qui circule entre deux-êtres.

L'explorateur de cette sensation forte ainsi générée
Se caractérise par une grande régularité de pensée
Qui, à l'imperceptible même des glissements opérés,
Suggère au murmure enrichissant du monologue intime.

Écrire, c'est rendre les mots à qui ne les ont plus,
A ceux qui peut-être ne les ont jamais eu,
Et c'est donner une autre chance d’exister
En s'approchant au plus près de l'âme des choses.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

17/10/2014

CETTE NUIT-LA ENCORE

au magma présent de l'écriture,

 

CETTE NUIT-LA  ENCORE


Cette nuit-là encore, fut une nuit blanche
De tension taraudée, de souffrance endurée,
A percevoir le murmure incessant
De la mort dans ce qu'elle a d'inhumain.

Et pourtant, dans l'aube d'un ailleurs pas si lointain
Se lève un souffle doux et puissant comme la houle
Qui, dans le jaillissement impromptu de joies oubliées,
Fait surgir la lumière du remède le plus précieux
Sous la forme de rayons d'un soleil vif et tonifiant,
Témoin des scrupules éprouvés face à l'improbable.

P. MILIQUE

16/10/2014

TROUBLE ENFIÉVRÉ 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TROUBLE ENFIÉVRÉ

4

Sans nul doute, de sombres états d'âmes et des questions existentielles
Secoueront longtemps ton quotidien de leurs frémissements multiples.
A peine auras-tu trouvé une manière d'apaiser quelques-un d'entre eux
Que déjà tu percevras leurs orgueilleux successeurs, tout aussi puissants.
Il en est ainsi, et tout porte à croire que la vie se présente comme un fil
Que l'on déroule avec plus ou moins de régularité, plus au moins d'adresse,
Avec une dextérité accentuée jusqu'à l'extrême, ou au-delà de ses limites.

Selon moi, il n'en est rien. La vie, je la vois plutôt circulaire, tandis que nous,
Pantins désarticulés en état d'apesanteur, il nous arrive parfois d'être stabilisés
Dans le bonheur ou, ballottés comme de fétus de paille.
Et le tourment est sans fin.


Chaque vie n'est que bulle dans une sphère gazeuse dont nul ne sait s'affranchir.

(FIN)

P. MILIQUE

15/10/2014

TROUBLE ENFIÉVRÉ 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TROUBLE ENFIÉVRÉ

3

Pour cela, ton passé d'homme de théâtre s'est révélé séduisant,
Permettant de rester fidèle à qui tu es, mais à le révéler autrement.
C'est exprimer le non-dit avec des mots que tu n'as pas prononcés.
C'est, stimuler par le jeu, s'évader de son rôle d'homme simple mortel.
C'est porter le masque distinctif et le costume inhérent au protagoniste.
C'est arpenter, vie féconde des artistes, le plateau du rêve et de l'illusion.
C'est atteindre à l'immanence que l'art en son entier s'efforce de restituer.

S'il ne s'agit de théâtre, il te faut, a minima, avoir recours à un supplétif,
Parce qu'il est indispensable que tu inities la fuite de ton cercle habituel.
Seule cette perception saura activera l'essentiel processus de sublimation.
Il s'agit d'une phase intermédiaire et nécessaire. Une phase de libération.
Celle qui, au cœur infime de chaque instant, te fait si cruellement défaut.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

14/10/2014

TROUBLE ENFIÉVRÉ 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TROUBLE ENFIÉVRÉ

2

Avec obsession, il s'obstine à nager à contre-courant du trafic.
Mais les choses de sa vie sont si dures, intolérables de laideur
Que les efforts consentis ne peuvent éviter l'inéluctable gouffre.
Se heurter sans cesse aux murs qui t'entourent est trop épuisant,
La lutte trop inégale surtout. Tu dois prendre l'unique décision:
Te tourner vers toi-même, en toi-même, aller à ta propre rencontre,
Afin de créer une fracture nette entre le monde des autres et le tien.

( SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

13/10/2014

TROUBLE ENFIÉVRÉ 1

au magma présent de l'écriture,

 

TROUBLE ENFIÉVRÉ

1



Il n'est plus de jour où je ne m'éprouve fatigué.
Fatigué de lutter toujours contre quelque chose.
Oui, on s'épuise rapidement en ces choses-là.
Dans sa peau d'homme. Dans celle des autres aussi.
Et il y a des béances en cours dans cette réalité-là.

Elle est épuisante cette impression de pouvoir faire face seul,
Et de s'infiltrer, comme demandé, dans le présent des autres
Afin d'y vivre au plus intense le trouble et la fièvre exaltée
En faisant du mieux possible pour soutenir, stimuler et raviver
D'un acte plus généreux que ce que proposent certains autres.

(A SUIVRE)

 

P. MILIQUE

12/10/2014

AMER CONSTAT

au magma présent de l'écriture,

 

AMER CONSTAT



Entre deux obscurités l'éclair crisse solaire,
Éclat d'or dans une fenêtre de nuit
Illuminant la totalité crépusculaire
De sa lumière stridente de fin du monde.

Chante alors l'aurore de la chair mortelle
D'une mélodie assaillante et tristement véridique...

P. MILIQUE

11/10/2014

FRAGMENT CHAMPÊTRE

au magma présent de l'écriture,

 

FRAGMENT CHAMPÊTRE


Aimable promenade dominicale
Avec romantique déjeuner sur l’herbe
Dans une province surannée qu’ils découvrent.

Loin des miasmes chargés de la capitale
Se prélasse ce site remarquable et verdoyant
A l’horizon cependant bordé d’asthéniques bouleaux.

P. MILIQUE

10/10/2014

LA VIE QUI S’ÉLOIGNE

au magma présent de l'écriture,

 

 

LA VIE QUI S’ÉLOIGNE

 

Le combat fait rage jour et nuit.

Obscénité d'une toux sèche qui déchire

Une respiration qui peu à peu s'épuise.

 

Admirable de volonté malgré l'épuisement,

La jeune femme épouvantée, ivre de son mal,

S'éloigne de la vie dans un mensonge inutile.

 

Dans le cri du silence recouvert par le bruit,

L'énergie se perd et lui laisse si peu de forces

Qu'elle paraît s'apaiser en un repos d'enfant.

 

P. MILIQUE

09/10/2014

DU TEMPS VOLE A L’ÉTERNITÉ

BELE VIE.jpg

 

DU TEMPS VOLE A L’ÉTERNITÉ


Le destin décidément est inflexible.
Il impose l'intégration dans cette épopée,
Exaltante tout de même,
Qu'est la Vie.

Une vie splendide et redoutable tout à la fois.
Avec quelque chose de précieux et de rare
En même temps que précaire dans sa brillance variable,
Et qui, sur le chemin de l'inévitable affrontement avec soi-même,
Nous contraint à la recherche d'une vérité qui n'est peut-être après tout
Qu'une abstraction égarée dans un flou minutieux.

La vie, il faut la prendre par le bon bout.
Et bâtir avec elle une aventure sans limites,
Accomplissement perpétuel d'aspirations personnelles.
Nous devons écarter avec fermeté
Les petits ennuis négligeables,
Les contraintes infimes et dérisoires
Qui la défigurent sans ménagement.
Et l'agrémenter si possible de sages excès,
Générateurs de douceurs propres à de salutaires instants d"apaisement.
L'investir enfin d'une satisfaction harmonieuse et continue.
Pleine, entière et sans ombre.

La Vie est belle souvent,
Dans le plaisir inépuisable de son extraordinaire diversité.
Parce qu'elle est riche d'inachèvements programmés.
Parce qu'elle est fragment de temps volé à l'éternité !


P. MILIQUE