Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2014

CRÉPUSCULE FINAL 1

CREPUSCULE.jpg

 

CRÉPUSCULE FINAL

1

 

Le vieil homme semble accablé.

Il se dirige d’un pas lourd et traînant jusqu’au banc le plus proche, là où il pourra se reposer et donner, l’espace de quelques précieux instants, congé à son corps.

Une fois installé, la sensation d’apaisement est tellement réelle et libératrice, que déjà les considérations d’ordre physique s’estompent et laissent une place progressivement totale à d’autres, plus cérébrales.

Le vieil homme maintenant installé, le menton posé sur ses deux mains réunies tenant avec fermeté le pommeau mal ouvragé de sa canne, le regard parcimonieux, presque éteint, parait véritablement absorbé. Il l’est en effet. Parce qu’il pense.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

20/12/2014

CONCISION FRAGMENTAIRE 38

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

38


Dans la limpide immédiateté
D’une immanence prête à bruire
Jusque dans la plus ultime dissonance
D’une danse de peine déjà frémissante,
Une forme d’exaltation toujours neuve
Façonne le pur lien d’une fraternité.

P. MILIQUE

19/12/2014

AUX MARGES ÉMERVEILLÉES

au magma présent de l'écriture,

 

AUX MARGES ÉMERVEILLÉES



En regardant d'ailleurs, on voit le monde en plus grand...

Dans l'immatérialité lumineuse
D'un incessant renouvellement
Sur les bases établies d'une lointaine résistance,
Rien ne sert de se priver davantage
De sa propre jouissance d''écrire.

Au fil de quelques belles accélérations de la pensée,
Il s'agit désormais de pointer la mise à nu
D'une écriture résolument poétique
Dans l'évanescente subtilité,
Un peu maniérée peut-être,
Esquissées avec finesse aux marges émerveillées
Et obscures d'une saisie intensive du presque rien.

P. MILIQUE

18/12/2014

FLUIDE

au magma présent de l'écriture,

 

FLUIDE

Les pensées affluent,
Les sens s'aiguisent
Tandis qu'un fil de vie,
Longue et secrète hémorragie,
Défie et embrase les attentes.

Rien d'autre que profondément humain
Chacun est en mesure de le percevoir.


P. MILIQUE

17/12/2014

AXEL

au magma présent de l'écriture,

AXEL

Dans mon ciel, une autre étoile luit.
Il faut s'émerveiller de la vie
Lorsqu'elle consent à se faire belle
Qu'elle ouvre généreusement ses portes
A une nouvelle lumière riche d'évidence
Apte à réchauffer les nuits où je ne serai plus.

C'est avec l'âme saturée d'absolue tendresse
Que se conjuguera le temps à venir du soleil.

Aujourd'hui rayonne au bonheur de mon cœur
Une ode à cette chrysalide devenue papillon,
Une musique douce qui annonce la ritournelle
Et, tendue d'espoir, allume la flamme éternelle.

Au sortir d'une aube nimbée d'arc-en-ciel
L'ange attendu déploie ses belles ailes: Axel.


P. MILIQUE

16/12/2014

L'ACCOUCHEUR D’ÉTOILES

au magma présent de l'écriture,

 

L'ACCOUCHEUR D’ÉTOILES

L'univers dans lequel sont enfermés certains humains
Empreinte souvent des chemins tortueux et chaotiques.
Celui que ce personnage-là porte tapi en son tréfonds
Lors de ses parcours nocturnes frôle l'apocalyptique.

Faire comme si cela n'apparaîtrait jamais qu'à lui apaise.

Il faut être enceint de fatras pour enfanter d'étoiles filantes:
Cela se passe souvent à l'embrasé d'irréfutables questions.
Remercions cet accoucheur d'étoile aux arpèges inconnus
De nous permettre d'accéder ainsi au désordre magistral.

P. MILIQUE

15/12/2014

LES DÉCHIRURES DU TEMPS 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

LES DÉCHIRURES DU TEMPS

3

Voilà qu’à nouveau la vie restaurée se décline en multiples couleurs,
Pastels improbables d’une infinie palette riches de nuances subtiles.
Elle redevient rayonnante d’instants magiques depuis longtemps oubliés,
De ces instants privilégiés qui véhiculent en eux les pépites de bonheur rare
A même d’allumer les demains d’un soleil incandescent chasseur de ténèbres.

Nous connaissons tous cela, mais certains le connaissent juste plus que d’autres.
Pourquoi, par-delà le destin hasardeux ou la foudroyante fatalité, serais-je autre?

(FIN)


P. MILIQUE

14/12/2014

LES DÉCHIRURES DU TEMPS 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

LES DÉCHIRURES DU TEMPS

2

Il faut bien, c’est ainsi et c’est vital, prendre son destin en main
Et s’attacher, avec obstination, à l’espoir qui existe forcément.
Il s’agit de venir à bout de l’amertume, renouer avec l’énergie et,
A l’affût de chacun des signes entrevus, s’agripper au moindre détail
Et d’archiver, au creux de la mémoire d’un instant, même insignifiant,
Pragmatisme cependant lesté d’attirance folle pour le déraisonnable.

Une fois l’apaisement nécessaire, indispensable même, retrouvé,
D’aveuglantes évidences s’affichent de manière fortement différente
Parce qu’à repriser avec tant d’obstination les déchirures du temps,
La lumière se faufile jusqu’à forcément retrouver le fil de l’essentiel.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

13/12/2014

LES DÉCHIRURES DU TEMPS 1

au magma présent de l'écriture,

 

LES DÉCHIRURES DU TEMPS

1

La vie est décidément un bien étrange rêve,
De ces rêves qui virent parfois au cauchemar.
Elle n’est le plus souvent qu’éprouvante tentative
A repérer l’erreur dans la justesse des déséquilibres.

Ralenti sur images!
C’est une longue succession de petites misères existentielles,
De minuscules événements et de flottements continuels.
Ainsi prennent naissance de grands éclats d’incertitudes
Qui imposent la chute d’un ciel qui tombe bien trop bas.
On sent bien, on perçoit parfaitement l’engrenage infernal
Qui se met en place dans toutes ces tortueuses possibilités.
Puis, avec ce sentiment d’incomplétude qui nous taraude,
On se trouve presque par accident rejetés dans l’imprévisible.
Assujetti à l’implacable amoncellement des choses négatives,
On tente d’esquiver le coup dur du destin que l’on pressent
On n’esquive rien et l’on se retrouve littéralement écartelé,
Appuyé aux murs d’un espace rétrécit, entre le passé et le futur.
Dès lors, comment dans ce tumulte se soustraire à la contrainte.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

12/12/2014

ILS SONT POUR TOI

au magma présent de l'écriture,

 

ILS SONT POUR TOI

Je te parle de ces mots qui me permettent d'approcher
Au plus proche de toi, dans le pétillant de ton regard,
Dans la caresse de ta main, dans l'apaisé de ton souffle.

Je suis au plus près, alors que tu es tellement ailleurs.
Et je peux t'offrir dans le souvenir de chaque instant
Toute la tendre confiance tapie dans l'apnée de nos vies.

Je te garde pour moi d'un seul lien de papier et de mots.
Tu es cet attachement lumineux, cette balise inespérée
Qui m'est indispensable à réchauffer mes dérives nocturnes.

Merveille que ce flot de vie qui, coulant en toi, m'irrigue aussi.

P. MILIQUE

11/12/2014

UN MAL PROVISOIRE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAL PROVISOIRE
3

 

De fait, la nostalgie ne secrète qu'un faux problème :

Jamais ne se produira d'essentiel retour

Puisque nul n'est jamais vraiment parti !

 

Il croyait qu'elle avait toujours un coup d'avance.

Désormais, il sait qu'elle induit la fin  du voyage

Encore que, lorsqu'elle parvient à son terme,

La nostalgie n'en est jamais qu'à son début.

Et s'il semble que rien n'est nouveau sous le soleil,

En réalité que, comme à l'accoutumé, tout à changé.

De sorte que, plus que la souffrance de cette acuité-là,

C'est l'ample tristesse d'avoir simplement vécu

Qui remplace la bonne vieille douleur d'attendre.

 

Il ne reste plus qu'à regretter au fil du silence

Les heures surannées où nos larmes coulaient.

(FIN)

 

P. MILIQUE

10/12/2014

UN MAL PROVISOIRE 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAL PROVISOIRE

2

 

Grisée par les sortilèges de la matière,

Elle redevient mélodie harmonieuse

Quand sonne l'heure du retour à l'unité.

Alors, une fois goûté au remède espéré,

Elle ne désespère plus de parvenir un jour à dissiper les affres de l'absence,

Et, consentant à l'ultime voyage, elle s'affiche telle une promesse de bonheur.

 

Mais, tout comme l'extase est fugace, l'espoir est trompeur.

Et quand le retour tant espéré se révèle décevant,

La déception des retrouvailles forme une humeur noire

Dont nul ne parvient à réprimer les âcres relents de l'amertume.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE