23/11/2014

MÉDICALEMENT ASSIGNE

au magma présent de l'écriture,

 

MÉDICALEMENT ASSIGNE



Tes mots égaient les pâles journées de résident temporaire
De ce lieu de résidence où il est médicalement assigné.

Bientôt, il retrouvera le chemin qui mène
A la douce réalité de certaines trajectoires
S'affirmant comme autant d'échos sensibles,
Ondes tendues entre aujourd'hui et demain.

Au moins son inactivité forcée lui aura-t-elle
Procuré l'agréable opportunité de beaucoup lire,
D'écrire aussi, actions aussi gémellaires que vitales.

Dans l'atmosphère où les poussière de tumulte
Paraissent suspendues à la permanence, il tente
De trouver les mots qui font le cœur tranquille
Dans la certitude paisible d'être investi peu à peu
Par un rythme joyeux jusque dans l'effacement,
Synchronisé d'incongruités vives et rémanentes.
Cette écriture de vie qui coule alors de sa plume
Fait cligner un soleil complice de sourires d'espoir.

P. MILIQUE

22/11/2014

ARRÊT SUR LE PRESQUE RIEN

au magma présent de l'écriture,

 

ARRÊT SUR LE PRESQUE RIEN



Que se passe-t-il dans le suspendu d'une phrase?
Que devient-elle dans l'aride tendu du silence?
Qui succède à cet intriguant point d'interrogation?...

Arrêt sur le presque rien qu'on écrit sans vraiment l'écrire,
Pour tenter de comprendre le sens de cette étrange énergie
Qui fait que ce qu'on aurait pu espérer du bout de la plume
Ne peut plus être poursuivi par privation de raison d'être.

Écrire, c'est parfois côtoyer les ondes du silence,
C'est porter le confus du langage jusqu'à sa limite,
Le laisser s'égarer, devenir provocateur et aérien,
C'est éprouver, enfin, un ciel s’égayant de ses mots
Jusqu'à identifier les sibyllins points de suspension. ...

P. MILIQUE

21/11/2014

AVEC SOI

au magma présent de l'écriture,

 

AVEC SOI

Nous habitons tous ce monde singulier
Où il n'est pas propice de se faire ermite
Tant la solitude s'avère partout présente.

Celle-ci est pourtant de beaucoup préférable
Lorsqu'elle se révèle mise à l'écart volontaire.

Pur souci de protection plutôt qu'éloignement
Avec pour point d'orgue cette indéniable certitude
Que, propulsé d'un grand élan au milieu des autres,

Il lui arrive d'être isolé dans la masse contraignante.
En autarcie avec lui-même pour compagnie, jamais!


P. MILIQUE

20/11/2014

AUX MARGES ÉMERVEILLÉES

au magma présent de l'écriture,marginal,émerveillement,regarder,loin,verser,ailleurs,visibilité,moner,plton,grandeur,immatérialité,lumineux,incessant,renouvellement,vague,lesté,inertie,rien,service,privation,propret,jouissance,script,diogène,animation,belle,accélération,pensée,agitateurateur,dédordre,pointer,mise à nu,crispation,amical,résolument,poétique,évanescence,subtilité,teinture,maniéré,esquisse,saisie,intensif,prêtre,pâtre

 

AUX MARGES ÉMERVEILLÉES

En regardant loin vers l'ailleurs,
On voit le monde en plus grand...

Dans l'immatérialité lumineuse
D'un incessant renouvellement
Par les vagues lestées d'inertie,
Rien ne sert de se priver encore
De sa propre jouissance d'écrire.

Animé de belles accélérations de la pensée,
Il s'agit désormais de pointer la mise à nu
D'une écriture à l'âme résolument poétique
Dans l'évanescente subtilité teintée de manières
Esquissées avec finesse aux marges émerveillées
Et obscures d'une saisie intensive du presque rien.

P. MILIQUE

19/11/2014

INTEMPORELLE UTOPIE 2

au magma présent de l'écriture

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

INTEMPORELLE  UTOPIE

2

Elle, elle traverse le sien au rythme inconnu de l'éternel,
Assurée qu'elle est de cet avenir en cours, porteur apaisé
De quelques bouquets lourds de trésors encore secrets.

Elle caresse la surface des jours comme on lit un poème,
Et continue à décrypter attentivement les libres pages du hasard
Au moment précis où chacun des chapitres en gésine
En exacerbe avec fierté toute l'intensité capiteuse.

Qu'elle est donc importante d'intemporel cet époque
Qui offre aux lendemains le luxe d'une telle lenteur...

P. MILIQUE

INTEMPORELLE UTOPIE 1

au magma présent de l'écriture

 

INTEMPORELLE  UTOPIE

1



Tout est à vendre en ce bas monde
Sauf les rêves lorsqu'ils sont le réel!

La voilà dépositaire d'un bel âge encore,
Celui qui favorise, elle le démontre au quotidien,
La découverte riche et instructive de l'essentiel.

Elle semble maintenir avec facilité le temps à distance!
Aussi n'est pas encore advenu celui d'accepter
L'affaiblissement systémique proposée par l'évidence.

Chaque année qui cohabite avec la précédente
Avive d'une coloration nouvelle la vie, et l'embellit.
Il est si fascinant son désir gonflé de profusion,
Lorsqu'il soumet l'utopie réaliste et saisit l'instant présent.

Chacun d'entre nous possède un univers singulier
Forcément irréductible aux comportements pluriels.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

18/11/2014

LA CHASSE AU BEAU

BOUQUET D'OR.jpg

 

LA CHASSE AU BEAU

 

C'est un rôle dangereux mais déterminant

Qui impose de délivrer les mots des glissements du sens,

Et de débarrasser chacun d'entre eux de sa crasse potentielle.

 

Il y a certes quelque chose de contraint,

Mais de profondément exaltant,

A forcer l'aspect aseptisé des phrases

Dans leur côté lointain et nuageux

Qui dissimulent mal, on ne voit que cela,

La grâce enchanteresse d'un monde magnifié

Au sourire chantant dans la douce harmonie

Des bouquets d'or qui enluminent les jours complices.

 

P. MILIQUE

17/11/2014

CONCISION FRAGMENTAIRE 35

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

35

 

Corps parcouru de terribles crampes

Aussi diverses que multiples.

Souffrances à l’éprouvé, assujetti

A un rejet brutal, peut-être définitif.

 

P. MILIQUE

16/11/2014

EN MODE SURVIE 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

EN MODE SURVIE

5

 

Comme les oiseaux migrateurs enfin de retour,

Le jour se lève, et les premières lueurs de l'astre apparaissent

Dans le lit d'ombre où sommeillait la lumière.

 Un nouvel état plus serein émerge, rayonnant,

Apportant soulagement et bien-être dans son écrin d'harmonie.

La tristesse ... c'est la vie pense-t-on !

Cependant il est utile de savoir

Qu'elle n'apprécie que modérément d'être dérangée.

A cause de cela, encourageons sans retenue chacune des volontés

Incitant à l'envi l'inconscient de songes illuminés.

 

Chaud les cœurs camarades !

Il est venu le temps de s'ouvrir en grand au bonheur de vivre

Et de prendre le temps d'écouter chaque pulsation l'absolu soleil des lendemains,

Tout en s'appliquant à ramasser, indigné par leur chute,

Les feuilles mortes pour en étudier l'unique beauté.

(FIN)

 

P. MILIQUE

15/11/2014

EN MODE SURVIE 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

EN MODE SURVIE

4

 

Le temps est venu de prendre le taureau par les cornes

Et de s'appliquer, chaque jour, à relever la tête

En appréciant les instants d'allégresse nouvelle

Qui maintenant émergent et renvoient au sourire inaugural.

 

Après la pluie donc ... le soleil, l'espoir, la vie enfin !

 Intégrant les souvenirs d'un passé en voie de disparition,

La nuit s'éclipse peu à peu au profit du soleil.

Les larmes s'écoulent, douces et brûlantes,

Emportant au plus loin le chagrin jusqu'à ce qu'il se dissipe.

A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

14/11/2014

EN MODE SURVIE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

EN MODE SURVIE

3

 

Une petite lueur existe toujours quand la déprime se déploie

Et profite de l'occurrence pour faire de cette tristesse

Un pont insoupçonné autorisant à l'autre rive,

Et à certaines réalités de prime abord opposées,

De tout de même cohabiter sur les vagues d'opiniâtreté.

 

Faisant fi des préoccupations de chacun,

Il convient alors de s'autoriser à lâcher les armes.

Finie l'oppressante contrainte des nostalgies !

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

13/11/2014

EN MODE SURVIE 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

EN MODE SURVIE

2

 

Parfois la tristesse est une enfant

Qui, en descendant sur l'esprit, se pose comme la nuit.

Ou alors, redondante voyageuse solitaire,

Elle s'affirme telle l'ultime fleur

D'un vieil arbre décharné et agonisant.

 

Un long chemin de pluie sous un immense ciel gris

Sur lequel flâne la tristesse, nonchalante.

On a beau aimer entendre la nuit tomber,

Le froid et l'humidité ralentissent tout de même nos envies.

 

Et l'on tangue, désarticulé, au roulis du chagrin

Qui est en nous tel une barque qui flotte

Toute en ondulations, chevauchant les remous.

Ce faisant, le moral lui aussi est à la pluie et à la brume,

Et la tristesse semble prendre un malin plaisir

A toujours se déposer sur les points déjà sensibles

Et, lorsque l'on est accablé, on ne voit bien sûr plus

Que la face lasse et sombre de chaque chose.

 

Après la pluie vient le beau temps assure-t-on !

Cela tombe bien, demain est un autre jour.

Joie prévisible de l'alternance.

D'ailleurs, tout n'était certainement que de la fatigue...

 (A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE