Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2016

JAMAIS DE PUR AMOUR

NEANT.jpg

 

JAMAIS DE PUR AMOUR

 

Je cherche un sens au néant:

Il est d'une si inquiétante étrangeté!

 

Je peux le penser beau parce qu'anonyme.

Mais si je le regarde avec les lunettes du malheur,

Je l'éprouve sombre lieu de solitude,

Mélange instable de beauté discrète

Et de silence puissamment douloureux.

 

Le néant est une passion:

Celle de mon amour,

Celle de ma haine.

Mais aux heures somnolentes,

Je me fortifie de son absence.

 

Il est dilatation cosmique

A échelle individuelle.

 

Peut-être peut-il m'apporter

Le bouillonnement fébrile d'idées insensées?

La finesse spirituelle d'un esprit inspiré?

Ou le bonheur simple d'une quelconque trouvaille!

Parce que je suis un incorrigible naïf.

 

Plus certainement m'entraîne-t-il

Dans les recoins les plus reculés de mon tréfonds,

Là où les mots sont acides, non conformes,

Là où les flashs aveuglants se multiplient,

Là où, obstinée, se lève la nuit dégoûtée.

 

Avec lui, jamais de grâce apaisante,

D'harmonie souveraine,

Ni d'absolue confiance.

Avec lui, jamais de pur amour.

 

Il restera plutôt une sorte de provocation rieuse

A la gueule de ce monde sournois

Où chacun est malade de ses mensonges,

Où les tièdes obscènes donnent la nausée.

 

L’analyse simpliste et dérisoire

Dit que la subversion volontaire

Est perpétuellement alimentée

Au feu d'un flux d'angoisse.

 

Ainsi, lorsque ma révolte en enfin endiguée,

Je me retrouve, c'est inéluctable,

En état d'indépendance absolue.

Sans issue à espérer.

 

Dans les entrailles du néant,

Aucune paix n'est possible.

 

P. MILIQUE

28/07/2016

Romain GARY

ROMAIN GARY.jpg

Date : 26/05/1962  Crédits : Fallot, Daniel / INA 

 

Romain Gary
à une soirée à Cannes

 

Parfum d'avant,

Une sorte de nostalgie déjà

Dans le regard

De celui qui pourtant

Avait encore toute

"La vie devant soi".
Mais de cela,
Seul Émile AJAR

Était au courant !

27/07/2016

COURT-MÉTRAGE

COUT METRAGE.jpeg

 

 

COURT-MÉTRAGE

 

C'est un peu comme s'enfoncer dans une forêt,

Véritable cathédrale sonore patiente

Qui module sans fin la mélodie du temps.

 

Par la fenêtre nue laissant filtrer

La pâleur exténuée d'un jour éteint.

La porte est ouverte sur un couloir sombre

Dans l'attente d'un événement qui viendra dire

Que la survie reste l'enjeu essentiel.

 

Dès lors, pourquoi s'étonner encore

Des points d'interrogations médusés

Que l'on a tous dans nos yeux désabusés,

En nous infligeant le spectacle référent

Du seul court-métrage qui soit intéressant:

Celui d'une vie ciselée dans le marbre des sourires.

 

P. MILIQUE

26/07/2016

CHEMIN DE CHIMÈRES

zzzzmontre-molle.jpg

 

CHEMIN DE CHIMÈRES

 

C'est dans les éléments multiples et confus

D'une vie outrageusement sécuritaire

Qu'elle cultive, non sans une insolite complaisance,

Une existence luxueuse,oisive,relâchée, molle.

 

Comment dissiper le délire bouillonnant d'idées fauves,

Trésors ambigus indicateur de la déchéance à venir,

Dans le précipité ardent des voluptés dangereuses

Qui lestent d'une lourde nuit d'amertume cohérente

Les traces du chemin de chimères qu'elle s'est attribuée?

 

P. MILIQUE

25/07/2016

INELUCTABLE MASCARADE

inquietant-2317542.png

 

INÉLUCTABLE MASCARADE

 

La lutte est constante contre le chaos

Qui menace, noir, de tout engloutir.

 

Son cerveau agonisant clame dans le vide

Les pensées qui bientôt lui seront étrangères.

 

Que faire pour tuer les heures immobiles

Qui peuples alanguies le royaume de l'ennui

Dans l'attente d'un probable anéantissement?

 

Le froid perçant pénètre les os

Sous les flaques inquiétantes de lumière sale

Et, comme englué dans une marge mythique,

Il sombre dans l'inéluctable mascarade

Devant le pas pressé de passants aux yeux éteints.

 

P. MILIQUE

24/07/2016

DÉCHIREMENT ORIGINEL

renouveau.jpg

 

DÉCHIREMENT ORIGINEL

 

A l'origine est souvent la brutalité d'un déchirement

Générateur déjà de symptômes internes de la dégradation.

 

Dans cet état de permanente subversion,

Il s'observe dans l'étrange tournoiement des mots

Dans son corps, dans sa chair et sur la page.

 

Comment se diriger dans l'inépuisable labyrinthe,

Fatras presque fouillis à la syntaxe insolite

D'un amas de propos divagants et obsessionnels?

 

Comment démonter le mécanisme d'un langage aliéné

Au cœur d'une possession insistante qui jamais ne faillit,

Montée incontrôlable dans l'irrationnel et la folie

Jusqu'à cette pesanteur conjurée de l'immense?

 

A l'origine est souvent la brutalité d'un déchirement

Générateur déjà des symptômes internes de la dégradation.

 

Il compte sur le pouvoir de l'imaginaire et de la vision pénétrante

Pour parvenir à se dépoussiérer de quelques lourdeurs

Qui l'empêchent de faire preuve d'un peu de fluidité

Dans l'affirmation de ce style qui lui est particulier

Afin de multiplier la douce idylle des recommencements.

 

P. MILIQUE

23/07/2016

HÉMORRAGIE INTERNE

MAL DE VIVRE 2.jpg

 

 

HÉMORRAGIE INTERNE

 

Toujours ces querelles et ces haines suintant

Des gens sans passé et donc sans passions.

 

Leur destin saigne au-dedans

Du trop de mal de vivre

Et de l’impossibilité d’être.

 

Contentement empoisonné et misérable attente

De posséder un jour ce qu’ils crèvent de n’avoir pas encore.

 

P. MILIQUE

22/07/2016

DELIT DE FEMMES

 

006_valhere_delits_de_femmes.jpg

(Si vous avez eu la belle idée d'écouter l'intense  mis en musique par Valhère, concentré d'intense que j'ai partagé avec vous il y a peu, peut-être aurez-vous la curiosité de lire ce que je lui ai écrit pour lui exprimer ma perception de ses magnifiques mots.)

http://valhere.blogspot.com/ 

 

 

DÉLIT DE FEMMES

 

Dans le petit matin, aux heures où la ville fait sa toilette.

C'est le moment où l'homme se soustrait à l'autre Dame

Pour revenir, un peu piteux, auprès de la sienne.

Il se sait un peu usurpateur

Et de ce fait n'est pas fier de son délit.

Mais enfin...

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

Les lèvres qui reconnaissent sa peau l'enlace et l'étreint.

Irrépressible élan qui offre l'intimité fougueuse

De baisers non soustraient à l'autre, pense-t-il.

Baisers voraces et terriblement charnels.

De là naît la musique lumineuse de jours à venir

Où l'existence, revigorée, se farde de beauté.

 

L'homme s'était fondu à sa Dame.

Après avoir humé une dernière fois

Le parfum unique exhalé des corps repus,

Il consent à revenir auprès de celle

Qui aura passer la nuit sans lui.

La porte s'est fermée, étouffant ainsi

Le dernier cri du corps qui l'aurait fait rester.

Il songe à toutes ces heures déployées dans l'infini nocturne,

Au voile épais de la lune en deuil des étoiles.

Au pli de sa mémoire à vif, il s'invente

D'autres routes de braises où s'incendient les sens.

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

Il tourne le dos et s'en va là où il doit aller.

Il le fait doucement, avec précaution.

Il ne faudrait pas que ses rêves se brisent

Dans les spasmes de l'obscurité qui s'éteint.

Cependant l'homme, dans sa faiblesse,

Ne résiste pas aux remords qui pointent.

 

Au sortir de la nuit trop blanche,

Le regard incertain confirme l'aube blafarde.

Et il comprend soudain, avec netteté,

Que le sens n'existe jamais qu'au travers de la quête.

 

Il n'est pas fier de son délit,

Car il se sait misérable imposteur.

Il s'allonge auprès de la femme,

La légitime. La sienne. Du moins le croit-il.

Au vrai, mais bien sûr il l'ignore,

Il vient de trouver une place encore chaude

Auprès de la maîtresse d'un autre

Qui, dans la fusion des corps

Savait si bien, avec délicatesse, la redessiner.

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

 

P. MILIQUE

21/07/2016

RALENTI LÉNIFIANT

 

ralenti,lénifiant,endroit,bousculade,espace-temps,apprivoiser,angoisse,redresser es tuteurs,nésitation,vie avachie,se soustraire,platitude,agaçant,la norme,ne pas exister,présence rassurante,lumière,éclatant,absurde,il ne reste qu'à s'annuler,coucher de soleil sur la mer,bleu cristallin,aubes marines

 

RALENTI LÉNIFIANT

 

Est-ce bien là un endroit pour bousculer l’espace et le temps ,

Un endroit pour apprivoiser les angoisses?

Pour redresser les tuteurs hésitants de nos vies avachies?

 

En tout cas, ce n’est pas ici que l’on pourra

Se soustraire aux platitudes agaçantes de la norme.

D’ailleurs, il n’existe même pas ici

La présence rassurante d’autres différences,

Mais seulement une lumière aussi éclatante qu’absurde.

 

Alors, il ne reste plus qu’à s’annuler

Dans le ralenti lénifiant d’un coucher de soleil sur la mer.

Une mer d’un bleu cristallin aux promesses d’aubes marines.

 

P. MILIQUE

20/07/2016

PARTIR AU CRÉPUSCULE

LARMES.jpg

 

PARTIR AU CRÉPUSCULE

 

Quelque chose de saisissant entretient l'interrogation

De l'instant tragique et anodin de la chute.

 

Confrontés au désordre de cette journée fatidique,

Les mains se tordent et le regard dérape

Dans les derniers lambeaux d'une pensée qui se dissipe.

 

Le pathétisme tranquille de son choix d'acceptation

Le propulse avec logique dans le trou du silence.

 

Il a exprimé sa volonté de partir au crépuscule

Pour offrir à la vie une ombre supplémentaire.

 

Désormais une larme coule, nacrée, sur sa joue,

Puis d'autres encore, douces et silencieuses.

 

P. MILIQUE

19/07/2016

AU RENDEZ-VOUS DES PAS PERDUS

coer mouillé.jpg

 

AU RENDEZ-VOUS DES PAS PERDUS

 

Parvenu au stade archaïque de son élaboration,

Le temps paraît comme dépossédé de ses mesures.

 

La folie cache un sens étayé d'une présence

Dont il est aisé de percevoir l'immanence indéfinie

Dans l'étirement irrépressible de la perspective.

 

Après avoir franchi ce qui pourrait se concevoir

Comme étant le point ultime de l'existence,

C'est la plongée totale dans la mémoire des choses.

 

Quand s'affaiblissent les rapports avec le sensible,

Et dans la rupture de l’immédiat avec autrui,

Lorsque s'altèrent les vibrations de l'être et leurs calmes échos,

Il convient de les arracher à la fascination

Et au triomphe annoncé de l'insensé.

 

Dans les nuits sans fond de son cœur

Scintillent, attrayantes, des étoiles sublimées

Par le calme céleste de la forêt endormie.

 

Plus tard, dans les brumes hésitantes de l'aube,

Dans les ruines froides du vent apaisé,

Prend naissance la lumière unique d'un soleil

Qui emperle l'espace de l'haleine rosée des nuages.

 

C'est dans ce dimanche du bout du monde tant redouté

Qu'elle se présente au rendez-vous des pas perdus

Dans le trouble hébété de celle qui se demande pourquoi

Elle se retrouve seule ici, le cœur mouillé de larmes.

 

P. MILIQUE

18/07/2016

NÉVROSE ORDINAIRE

Imagereduit blog003.jpg

 

NÉVROSE ORDINAIRE

 

La force insaisissable d'une assurance de façade

Offre un fragile répit dans le besoin d'affirmation

Au cœur d'un destin difficile qu'il est difficile d'apprivoiser.

 

Constamment égaré entre attirance et répulsion,

Le grotesque le dispute à l'ignoble répugnant

Et s'inscrit d'emblée sous le signe d'une discorde

Qui s'édifie autour des plus terribles névroses

Contaminées par la folie ordinaire des hommes.

 

Aussi, dans les complicités inavouées

De moments de basculement incertains,

Il reste encore à résister aux pulsions animales

D'un refoulé qui, avec obstination, incite à choisir le pire.

 

P. MILIQUE