Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

2

 

Une fois déstructurées, et sous les assauts ravageurs de la réalité, les convictions les plus absolues lentement se dissolvent. Et nous restons cois devant l'inexistence flagrante de métamorphoses.
Car enfin, quelque chose vient-il soudainement de changer? Non! Le ciel n'a toujours pas viré au rose, tout comme l'horizon gîte toujours à perte de vue tandis que le soleil, opiniâtre, s'obstine à se lever chaque jour. Du coup, c'est beaucoup moins drôle qu'espéré.

Au moins l'illusion autorise-t-elle à quelques frasques du meilleur aloi: les étoiles, confuses, se désagrèges, comètes filantes dans le cosmos enthousiaste, les feuillages luxuriants chantent à tue-tête, les bruits du soir s’élèvent, soudainement inspirés, en subtiles symphonies, sans oublier les poètes devenus, éberlués, les princes de la cité.
C'est dire si l'illusion est une belle et bonne chose, indéniable d'utilité publique.

(A SUIVRE)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire