Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

A L'AURORE IRISÉE

au magma présent de l'écriture,

 

 

A L'AURORE IRISÉE

1

 

Comme une lueur étincelant dans un écrin d'étoiles

Quelque part arrimées au tréfonds de l'espace-temps

D'un nulle part de partout présent au cœur de l'ailleurs,

Coule dans ses veines un sang lourd, carminé de lumière.

 

De ce vide au centre de lui où résonne l'écho de son cœur,

De ces partitions escomptées aux accents de sincérité,

Se creusent les scissures incertaines d'un éternel mystère

Que même le silence cadenassé ne parvient plus à réprimer.

 

A l'ombre des mots immergés dans l'éternité,

A l'encre de feu transmetteuse de ses espoirs,

A l'aurore irisé des premiers sourires naissant,

Siège, exacerbée, la douceur des écrits échangés.

 

Aux aubes taciturnes, aux foudres incrédules,

Tandis que la lueur du jour déjà féconde la vie,

Brûle dans ses artères en attente, le feu embrasé

D'un cœur et d'une âme secrètement enchaînés.

(FIN)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire