Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2017

DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT 3

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...



DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT

3

 

Il se sent en colère, furieux oui, mais aussi pitoyable parce que trop diminué.

Il ne peut qu'accuser le coup de cet échec qui le ronge, intolérable.

Il ne peut qu'en prendre note.

Il ne peut que subir.

 

C'est ainsi donc: il subit, avec violence, le contrecoup des lendemains qui déchantent.

Il réside dans un mal-être permanent, exclusif.

Celui d'un homme épuisé qui ne comprend plus rien à ce qu'il lui arrive.
Qui s'interroge, hébété, sur son incapacité chronique à emprunter le véhicule qui lui permettrait de suivre docilement le chemin stipulé par les rails de la vie.

La tragédie du quotidien s'amplifie, hors-norme.

Le laissant avec le regard vide, exténué, de celui que le sommeil ne visite plus jamais.

Son existence se révèle désormais gravement altérée par le manque.

Un manque ostentatoire.

Jusqu'à être dangereux.

A ce moment-là, seul le fatalisme peut l'habiter.

Pour cette raison, il y règne en maître.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire