Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2017

REFOULE DÉFINITIF

au magma présent de l'écriture,

 

REFOULE DÉFINITIF

 

«Le poète émerveille et module l'amour,

Inondant de ses feux le secret de ses jours.

Il cisèle l'instant et entretient la flamme,

En offrant à la foule le bonheur qu'il proclame.»

 

Quel pétri de suffisance aurait la stupidité de soutenir

Que ces mots en quatrain sont autres que munificents?

En poésie toutefois gîte une flamboyance informulable

Contenue dans le jaillissement d'une émotion proposée.

 

En certaines occasions, elle n'est composée

Que de ciel bleu et de petits oiseaux siffleurs.

D'autres fois, elle semble n'arpenter que le cri,

L'embrasement de l'air et la parole réinvestie

Dans la matière d'un monde éperdu de félicité.

 

Certaines encore n'aboutiront qu'à se ridiculiser

A égrener sans subtilité des perles enchanteresses

Sans jamais parvenir à initier l'irrésistible frisson,

Pendant que d'autres trouveront dans le commun

Les justes mots proposés en incandescences solitaires

Déclenchant l'artefact du trouble et du ravissement

Dans la force fragile de phrases aux silences frôlés.

On peut-être celui-ci ou celui-là, et réciproquement.

Ainsi, il suffit de lucidité pour s'en rendre compte,

On peut se retrouver exclus de cette magie-là

Perdant de fait tout espoir d'intégration possible.

 

Je suis obligé d'admettre cette évidence-là:

Je fais définitivement partie de ces refoulés,

Agitateur certifié inutile et bêcheur stérile.

 

 

P. MILIQUE

 

Écrire un commentaire