Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

SÉMAPHORE NOCTURNE 2

 magma present de l'ecriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SÉMAPHORE NOCTURNE

2

 

Sur le bureau, presque entièrement investi par un désordre savamment organisé, apparaissent d'abord toute une gamme d'accessoires permettant, au spectateur-voyeur que je suis à l'instant présent, d'identifier avec précision la totalité de l'attirail confusionnel réservé, et attribué de fait, ordinairement, à celui qui écrit. Avec, comme spectaculaire point d'orgue, la bouteille de vin, si possible rouge, – ce breuvage réputé posséder des vertus désinhibitrices réelles ou supposées – déjà trop largement entamée. A son côté, un verre culotté et vide. Forcément vide. Car un verre qui resterait trop longtemps sans être bu, sans aucune modération donc, ralentirait exagérément, lui semble-t-il, la puissance de réflexion.

Au milieu de ce désordre voulu sommeille, impérial et nonchalant, un majestueux spécimen de la race féline. A son comportement, on l'imagine aisément être une sorte de copropriétaire des lieux.

De temps à autres, l'homme transcrit quelques lignes, puis reprend le cours convulsif de ses pensées. A quoi songe-t-il? Qu'écrit-il? Quelle peuvent bien être les bribes de vie qui parviennent à s'extraire des profondeurs de sa conscience pour prendre, de manière aussi impérative et péremptoire, possession de la page blanche?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

 

Écrire un commentaire