Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2017

BRASILLEMENT CONTINU

au magma présent de l'écriture,

 

 

BRASILLEMENT CONTINU

 

Tu ne sauras jamais

Que mon corps est

A se mourir de toi.

 

Fièvre au brasillement continu de l'autre.

 

Il monte et se volatilise parfois dans la nuit

Comme un souffle que l'on ne peut étouffer

Une ombre triste et tendre qui déchire tout,

Invectivant en secret la part qui déjà s'exalte.

 

Et ça n'en finit pas d'être beau

Au cœur formel de l'inexprimé.

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire