Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2017

LA NOTE 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

5

 

Combien de fois n'ai-je pas changer d'avis d'un coup, avec rage presque, au moment d'entrer dans ma pièce-musique ?

Mais c'est fini, je n'y rentrerai plus.

Je ne le veux plus.

Pas plus que je n'écouterai de musique d'ailleurs.

Car même si j'ai échappé jusque-là au disque maudit, le risque existe.

Aussi, dès qu'une musique quelconque se fait entendre, un long chapelet de frissons me parcourt l'échine.
Je deviens alors d'une nervosité folle.

A bien y réfléchir, c'est bien plutôt de ça dont il est question désormais : de folie !

Parce qu'enfin, une simple note, une toute petite note – j'allais dire une toute petite note de rien du tout, ce qui n'est évidemment pas le cas – a réussi, défiant en cela toute raison, à empoisonner dans ma tête toute la musique du monde.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire