Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2017

LA NOTE 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

6

J'ai bien essayé, tu t'en doutes bien, de fréquenter les salles de concerts publiques, mais j'avais l'esprit tellement absent et contaminé par ce qui me perturbait tant, que l'effet s'est vite révélé identique.

Ainsi, même en de tels lieux, dès les premières notes, une réelle fébrilité m'envahissait et m'agitait.

Je résistais tant que je peux, puis, n'y tenant plus, je ne pouvais faire autrement que de m'éclipser sous les regards courroucé,et réprobateurs des inconditionnels présents.

Comment ceux-ci auraient-ils comprendre ou simplement imaginer?

Si ils l'avaient pu, ils auraient sans doute su que je n'avais pas d'autres choix!

 

Après tout, la vie est peut-être plus facile pour eux.

Ils n'ont qu'à, comme je le faisais moi aussi auparavant, s'asseoir tranquillement, par terre s'il le faut, et se laisser porter par la musique jusqu'à l'inéluctable béatitude extatique.

Donc, ils ne savent pas ce que c'est que mon handicap, on le voit bien.

Ce qui fait qu'ils ne sont pas avertis que cela représente une réelle infirmité.

Parce que s'en est une, je peux en témoigner.

Une infirmité à laquelle personne ne peut rien et qui rend lentement fou.

Inéluctablement.

Absolument.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

Écrire un commentaire