Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2017

A NOUVEAU

au magma présent de l'écriture,

 

 

A NOUVEAU

 

Je veux un jour n'avoir plus froid.

 

De tout mon être je veux me révolter

Contre cet enlisement irréductible

Qui risque de m'immobiliser à jamais.

 

Je veux vivre dans l'instant précieux

Ce lendemain qui subsiste peut-être.

 

Je veux un jour n'avoir plus froid.

 

P. MILIQUE

13/09/2017

LA NOTE 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

5

 

Combien de fois n'ai-je pas changer d'avis d'un coup, avec rage presque, au moment d'entrer dans ma pièce-musique ?

Mais c'est fini, je n'y rentrerai plus.

Je ne le veux plus.

Pas plus que je n'écouterai de musique d'ailleurs.

Car même si j'ai échappé jusque-là au disque maudit, le risque existe.

Aussi, dès qu'une musique quelconque se fait entendre, un long chapelet de frissons me parcourt l'échine.
Je deviens alors d'une nervosité folle.

A bien y réfléchir, c'est bien plutôt de ça dont il est question désormais : de folie !

Parce qu'enfin, une simple note, une toute petite note – j'allais dire une toute petite note de rien du tout, ce qui n'est évidemment pas le cas – a réussi, défiant en cela toute raison, à empoisonner dans ma tête toute la musique du monde.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

17/08/2017

VOIX RÊVÉE

au magma présent de l'écriture,

 

 

VOIX RÊVÉE

 

Un pasteur noir, rebelle à l'injustice

Mais visionnaire, l'a clamé un jour:

«J'ai fait un rêve!»

 

Nul doute que ton rêve à toi est plus modeste:

Au chaud de ton cœur, il est d'une autre nature.

 

Ce rêve participe d'un beau à venir
Dans un engouement de lumières.

Sollicité par les ailes de l'âcre souffle,

Il te transporte en instants d'odyssée.

Destination? Destination Elle pour sûr.

 

Était-ce la chanson du zéphyr,

Était-ce la mélodie de ta voix?

Ta voix qui toujours me charme,

Qui me charme dans l'immense

Sans jamais chercher à me nuire.

 

Peut-être est-ce une voix qui communique mon attente

Et mon envie de donner ce que je croyais ne plus avoir?

Une voix qui, ce faisant, m'annonce l'arrivée prochaine

Et la force inconnue d'un amour encore en découverte.

Une voix satinée qui ensorcelle à provenir d'ailleurs,

A souffler l'à-venir jusque dans leurs sourires mêlés.

 

Le soleil à brillé au cœur de ma nuit et j'ai rêvé d'Elle...

L'exquis de sa fleur était déjà semée au vent du désert.

 

P. MILIQUE

05/08/2017

IMPASSE PERSONNELLE

au magma présent de l'écriture,

 

IMPASSE PERSONNELLE

 

L'influence anesthésiante de l'habitude

Nous conduit droit à l'impasse personnelle.

Pour s'y dérober, pour casser le masque

De la conformité, il faudrait posséder

Une intelligence minutieuse, mais aussi

Vaste, décapante, et sans compromission.

Et se régaler de l'harmonie des nuances,

Des couleurs suaves et du goût de l'incongru.

 

Il est probable que nous soyons intoxiqués moralement.

C'est pourquoi nous exiger avec une grande fermeté

Le droit au désir, au plaisir, et à la folle imagination.

 

Dans l'âme chaotique d'une zone ardente et mobile,

Existent des paroles concises, sublimes et salvatrices.

Lueurs abrégées d'une conscience traversée

De surnaturelles manifestations multicolores.

Et comme il n'y a pas, nous le savons, de différences

Incompatibles ni de d'individualités incomparables...

 

Cette vérité est confuse et limitée:
Elle devrait être cosmique.

 

P. MILIQUE

27/04/2017

HUMOUR OPIACE

au magma présent de l'écriture,

 

 

HUMOUR OPIACE

 

Il était de la race des humoristes,

Ce genre particulier, marginalisé,

Qui fait de chaque adepte un solitaire.

 

L'humour reste toutefois l'opium du peuple

Mais, paradoxalement, très peu le supportent,

Et encore moins savent le manier et pourtant,

Accuser quelqu'un d'être dénué d'humour,

Est une invective particulièrement grave.

 

L'humour requiert d'être pourvu de confiance

En la relativité des choses, de douter de l'absolu,

Et d'avoir la capacité de se moquer de soi-même,

Car il s'oppose de tout son naturel à la gravité

Et au sérieux qui, en matière d'art et de pensée,

Sont les seules attitudes éminemment acceptables.

L'humour est donc un sacrilège, une anarchie,

Une exception qui ne vit que dans la tolérance,

Un explosif instable qu'il est plus que dangereux

De faire transporter par n'importe quels mots.

 

Le sérieux pourtant est aussi affaire d'humoristes

Tant qu'ils ne le déterminent pas avec componction.

Il arrive que le mauvais soit aussi leur lot quotidien,

Toutefois ils savent ne pas l'éclabousser de larmes

Mais plutôt de tendresse et d'hilarité sous-jacente.

 

Les humoristes ne sont certes pas que des rigolos.

Ils portent en leur tréfonds un théâtre de l'absurde,

Du non-sens fou et du burlesque qui ne sont autres

Que la dénonciation d'un monde bête et méchant.

 

 

P. MILIQUE

01/07/2013

LA PARISIENNE LIBEREE : "LA VOIX DE L'ANTITERRORISME"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"LA VOIX DE L'ANTITERRORISME"

Musique, montage : la Parisienne Libérée


Avec : Charles de Gaulle, Valérie Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Manuel Valls et Patrick Poirret

« Oui, nous vivons des jours assez tendus et la route est assez difficile. Il y a une menace terroriste en France. Il y a une menace terroriste en France et vous venez de le dire, l’affaire Merah en a été la démonstration. Et moi, j’ai pris quand il le fallait, et au besoin je prendrais encore, les mesures exceptionnelles nécessaires. ll fallait mettre hors d’état de nuire, arrêter, interpeller, tout ce groupe. Le terrorisme a commencé en France bien avant – malheureusement – l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement à direction socialiste. Et donc il faut être conscient de cette menace. Et c’est pour cela que le chef de l’État, le président de la République, François Hollande, est entièrement mobilisé. Notre mobilisation est totale, la mobilisation la plus totale de l’État pour lutter contre toutes les menaces terroristes. Tout acte criminel doit être poursuivi, tout acte, tout propos, sera poursuivi avec la plus grande fermeté. Et ce n’est pas non plus le terrorisme qui, sur quelque point que cela, me fera changer de route. Ne céder en aucun cas au chantage. La France ne se laissera jamais intimider par le terrorisme. L’intransigeance qui sera celle des pouvoirs publics pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme. L’antisémitisme, l’islamophobie seront condamnées avec la même sévérité. Rien ne doit être toléré. La tolérance sera la tolérance zéro. Les assassins, je vous l’assure, ne nous échapperont pas. Nous ne laisserons pas le territoire français devenir la base arrière de terroristes et d’assassins. Grâce à la loi que nous venons de faire voter. Un projet de loi contre le terrorisme. Ces lois seront votées si les français choisissent de me faire confiance. Dans cette épreuve, la communauté de tous les français doit se resserrer et non se diviser ou se séparer. La France a traversé bien des épreuves dans son histoire. Elle les a surmontées chaque fois qu’elle a fait preuve d’union. Nous devons nous rassembler autour de valeurs, de principes. Le terrorisme ne parviendra pas à fracturer notre communauté nationale. Vous savez, les démocraties sont fragiles, mais face au terrorisme, face à la haine, elles ont une force : la capacité de se rassembler autour des valeurs de la république. Les ministres qui sont parvenus à juguler le terrorisme ont de grands mérites. Moi je ne fais pas de distinction entre les gouvernements qui s’y sont appliqués, même si je fais des différences entre les méthodes. »

Épilogue
« C’est quelqu’un qui était identifié avec une barbe et lorsqu’il a rejoint Strasbourg il s’était rasé la barbe. C’est, parait-il, un signe de passage à l’acte qui peut conduire au martyr. »