Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 10

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

10

 

Être dans l'illusion, même viscérale, même irréfutable, c'est se parer de hasard. Parce qu'il entre une grande part d'illogisme dans cette perception. Le commencement du savoir ne nait-il pas, en premier lieu, dans l'illusion que l'on sait?

 

Mais tout cela risque de tourner durablement en rond puisque, en l'espèce, ce que je sais... ne sert à rien. Et provoque même en retour comme un déni de connaissance. Une contestation d’arrière-garde du vrai. Celle-là même qui, en réduisant l'horizon comme peau de chagrin, rend hargneux le citoyen lambda.

 

     Prenons garde donc de ne pas immoler inconsidérément l'illusion au brasier de la raison! Il est bon de savoir garder la mesure en de pareilles circonstances. De ne pas se donner l'incontournable occasion d'avoir à pleurer les illusions perdues. Et au contraire, de s'attacher à garder l'illusion de pouvoir en s'en affranchir un jour. C'est là une philosophie de plomb qui autorise à frémir encore parmi les immobiles.

     Mais on peut aussi mourir de lucidité! Refusons de devenir les martyrs d'un idéal aussi fantaisiste qu'aléatoire!

     Puis, comme pris d'une soudaine compulsion, assénons la vérité! Par illusion du vrai.

(FIN)

 

P. MILIQUE

 

03/06/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 03/06/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

03/06/2013