Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2017

DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...



DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT

2

 

Cet homme n'a pas vocation à s'affubler d'un statut de victime désignée.

Par ailleurs, il réfute viscéralement ce qui pourrait découler d'une récurrente malédiction familiale aux conséquences auto-infligées aussitôt émises, aussitôt admises.

Toutefois, il souhaiterait comprendre un peu de cette extraordinaire turbulence venue perturber ses aspirations au bien-être.

Nul ne prévoit jamais d'avoir à faire face un jour à ce type de situation!

Partant de cela, quelle pourrait-être vraiment la réaction la plus pertinente, la plus appropriée?

Il n'est aucune certitude morale à ce sujet.

Pas de réponse toute faite, ni indiscutable, à formuler non plus.

Juste la perturbante évidence faisant état d'une accumulation d'erreurs, profonde et durable.

Il s'éprouve désormais abattu, affligé par cette responsabilité vraie qu'il paie au prix fort.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

07/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 10

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

10

 

Être dans l'illusion, même viscérale, même irréfutable, c'est se parer de hasard. Parce qu'il entre une grande part d'illogisme dans cette perception. Le commencement du savoir ne nait-il pas, en premier lieu, dans l'illusion que l'on sait?

 

Mais tout cela risque de tourner durablement en rond puisque, en l'espèce, ce que je sais... ne sert à rien. Et provoque même en retour comme un déni de connaissance. Une contestation d’arrière-garde du vrai. Celle-là même qui, en réduisant l'horizon comme peau de chagrin, rend hargneux le citoyen lambda.

 

     Prenons garde donc de ne pas immoler inconsidérément l'illusion au brasier de la raison! Il est bon de savoir garder la mesure en de pareilles circonstances. De ne pas se donner l'incontournable occasion d'avoir à pleurer les illusions perdues. Et au contraire, de s'attacher à garder l'illusion de pouvoir en s'en affranchir un jour. C'est là une philosophie de plomb qui autorise à frémir encore parmi les immobiles.

     Mais on peut aussi mourir de lucidité! Refusons de devenir les martyrs d'un idéal aussi fantaisiste qu'aléatoire!

     Puis, comme pris d'une soudaine compulsion, assénons la vérité! Par illusion du vrai.

(FIN)

 

P. MILIQUE

 

23/04/2017

ORPHELIN DE SA FILLE 12

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

ORPHELIN DE SA FILLE

12

 

 

Le voilà soumis à une sorte de nuage impénétrable saturé de mots amers et de pensées éplorées.
A une insidieuse forme de dilatation de la conscience aussi.

A une ample dépossession collective du soi au cœur de l'unité enfin.

 

Depuis longtemps déjà, il avait tenté de claquemurer en lui les traces trop perceptibles de ses blessures les plus récentes.

Peine perdue, cela n'a pas suffit.

 

Anéanti, il ne peut donc s'empêcher de considérer le drame présent autrement qu'habité d'un insondable déchirement.

A constater au plus profond l'indésirable présence de gel au cœur.

Dans les stridences minérales et carminée de son ciel ensanglanté, une histoire d'amour s'est ainsi dissoute dans le dédale labyrinthique de l'inopportun.

 

La vie, intraitable à son encontre, lui a confisqué la seule prépondérance référencée indispensable à son tréfonds.

Le désespoir initié se fait meurtrier et il sanglote à profusion et à flux continu, des larmes de père qui s'éprouve, au beau milieu du gué, cruellement orphelin de sa fille

(FIN)

 

P. MILIQUE

20/08/2016

JE SUIS CE QUE JE FAIS 1

au magma présent de l'écriture,

Tableau de Sergueï TOUTOUNOV

 

JE SUIS CE QUE JE FAIS

1

Si je ne fait que m'arrêter au regard de l'autre
Pour me faire une opinion sur moi-même,
Je risque fort de me fourvoyer.

De fait, que puis-je raisonnablement attendre
De quelqu'un qui ne sait pas que je suis,
Qui tout au mieux me conjecture?

Pourtant, à peine exposé cela quelqu'un me dit:
Ne travestit-on pas parfois certains aspects de nous
A seule fin d'en proposer une autre idée à l'autre?

En trompant l'autre, c'est soi que l'on cherche à flatter,
Mais, ce faisant, c'est aussi soi-même que l'on trompe.
Pour autant, toutes nos actions ne sont pas déterminées
Par cet unique confrontation avec le jugement de l'autre.

Aussi suis-je convaincu que chaque autre
Se trompent à coup sûr, sur ce que je suis.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

06/07/2016

CONCISION FRAGMENTAIRE 49

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

49

 


Écrire un poème?
Mais il parlerait de quoi?
Oh, ce serait un tout petit poème,
Un tout petit poème qui parlerait de toi.

 

P. MILIQUE

07/09/2015

QU'A-T-IL FAIT DE SES RÊVES 4

au magma présent de l'écriture,

 A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

QU'A-T-IL FAIT DE SES RÊVES

4

Et puis, choisir de se tenir à la confluence fertile et prometteuse
De tous les courants culturels et artistiques, lire beaucoup,
Avec gourmandise, une impressionnante quantité d'ouvrages
Au rôle majeur l'a durablement influencé en profondeur
Et poussé à s'auto-analyser riche de davantage d'application,
Avec pour projet de progresser plus loin dans le bel horizon.

Il a cependant atteint-là la partie peut-être la moins inspirée
Et la moins idéalement fantasmée que forme le cosmique.
Il lui arrive même, au fil du quotidien, de paraître quasi virtuelle
Tant il est parfois difficile de séparer le bon grain de l'ivraie
Dans un monde trop en proie à de terribles forces destructrices.
Perte d'admirations, de vibrations pour cet univers désenchanté.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

22/11/2013

DEVOIR D'URGENCE

FOLIE.jpg 

Peuvre créée par le "Peintre de l'extrême": IBARA


 

DEVOIR D'URGENCE


On est celui que l'on a décidé d'être.

Il a choisi d'être un agitateur,
Immobile.

Son absence de structures culturelles
Justifie s'il le faut, l'injustifiable.

La banalité du quotidien
Vue sous un prisme provocateur,

Sollicite sans cesse
Une foule d'images interchangeables,
Petits repères visuels
Stimulant ce perpétuel errant
Nourri de terribles colères.

Pour lui pourtant,
Il y a devoir d'urgence
A modifier ses mécanismes mentaux
A aller à la rencontre de certitudes définitives
A faire flèche de toutes ses folies
A fabriquer des phrases lapidaires
A ne plus être cet homme
De la solitude, du silence, du secret,
A disséquer ses inavouables mélancolies
A se débarrasser de cet intérêt infatigable
Pour les faiblesses humaines
A cesser d'écrire ces phrases absurdes
Gribouillées dans une agitation extrême
A exister enfin dans le rythme frénétique d'échappées fantastiques.

Mais il a appris à jouer avec le passé,
A rejouer avec le présent,
Quand dans le plus profond sensible de son cœur
Vivent rencontres brûlantes,
Passions éphémères,
Amours déçus,
Sans lendemains possibles.

Quand le jeu habituel de l'histoire immédiate est faussé
Par d'angoissantes questions,
Quand l'absence de la ligne pure
D'un ardent enthousiasme amoureux
Susceptible d'interprétations contradictoires
Le dessèche
En une preuve incontournable,

Il lui devient urgent de guérir de toutes ses failles,
De tous ses gouffres,
De toutes ses atmosphères sinistres,
Et de résilier son abonnement à blessure-hebdo.

Faire en sorte que l'horrible trou noir
Devienne soleil d'images,
Un réservoir d'allègres pensées
Pour un jour être foudroyé par la joie.

Devenir ainsi locataire de phosphorescentes étoiles,
Propriétaire de riches connaissances,
De cœurs multidimensionnels
Et de plaisirs flamboyants.

Au silence de la nuit,
A l'intérieur du désordre
Où vivent les mots :
Arrêt sur sentiment.

Sous les clichés, l'énigme !

Renier ses cicatrices,
Chercher les mots de l'insoumission
Pour maudire ce pitoyable résultat d'une vie,
Pour rester un homme debout,
Pour que devienne obsolète la nostalgie d'un ailleurs.

Et dans le vacarme silencieux
D'un chaos délirant
Devenir fou
Et ne pas le regretter

 

P. MILIQUE

 

 

 

05/10/2013

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 18/09/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

18/09/2013

16/07/2013

ABDELLATIF LAÂBI: « JE N'AI JAMAIS CESSE DE MARCHER"

 

ABDELLATIF LAÂBI

« JE N'AI JAMAIS CESSE DE MARCHER"

Lu par Thierry HANCISSE


Abdellatif Laâbi est né en 1942 à Fès (Maroc). Entrée à l’école franco-musulmane. Il découvre pêle-mêle la lecture, la langue française, la condition de petit colonisé. Au sortir de l’école, sur les placettes où les conteurs l’ouvrent au territoire de l’imaginaire, il contemple les paysages urbains et humains, y forge sa sensibilité. A l’indépendance, en 1956, il a quatorze ans. Il fonde en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Si la revue s’annonce comme poétique et l’est exclusivement dans son premier numéro, ce n’est pas un hasard. « La poésie est le vrai laboratoire de la littérature. » Dès le numéro 2, les horizons s’élargissent : questionnement sur la culture, quelle que soit sa forme d’expression, puis peu à peu sur les problèmes sociaux et économiques qui sont le lot de la société marocaine sous le régime d’injustice et de corruption qui l’accable. Son combat pour la liberté lui vaut d'être emprisonné en 1972, date d’écriture et de publication de l’arbre de fer fleurit. Il sort de prison en 1980 et s'exile en France en 1985.

Tous les textes sont des pages arrachées du recueil de poèmes en prose L’arbre de fer fleurit, (1972) aux éditions Pierre Jean Oswald

01/05/2013

LA MINUTE NECESSAIRE DE MONSIEUR CYCLOPEDE : "EMBELLISSONS UN EPOUVENTAIL"

 

LA MINUTE NECESSAIRE DE MONSIEUR CYCLOPEDE 

"EMBELLISSONS UN EPOUVENTAIL"

 

Avec un bon coup de peigne, Cyclopède (Pierre DESPROGES) rend un homme laid, présentable.


  • Emission
  • La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Agence, Paris : France 3
  • Générique
  • réalisateur
    Fournier, Jean Louis
  • producteur
    Desproges, Pierre
  • interprète
    Desproges, Pierre

11/01/2013

C'EST MON ECHARPE, C'EST CA ? Culture Foot et Besoins Sexuels non Satisfaits

 

C'EST MON ECHARPE, C'EST CA ?

7
Culture Foot et Besoins Sexuels non Satisfaits
« Une question de souci de soi »

(6'21")

 

Un feuilleton original de Jean-Charles Massera conçu pour les nouveaux modes d'écoute (podcast, smartphone, écouteurs). Chaque semaine vous recevez un appel, en voiture, à table, au boulot. Jte dérange ? Non non. C'est votre ami ou votre amoureuse qui vous parle : d'argent, de désir, d'une écharpe du PSG... Une voix qui renouvelle la fiction radio. 7. C'est mon écharpe, c'est ça ? (avec Guillaume Hincky)


Enregistrements : 7 juin 12
Interprète : Guillaume Hincky
Assistante réalisation : Sara Monimart
Texte : Jean-Charles Massera
Réalisation : Arnaud Forest & Jean-Charles Massera

03/01/2013

CATHERINE TASCA A PROPOS DE LA CULTURE A LA TELEVISION

 

CATHERINE TASCA A PROPOS DE LA CULTURE A LA TELEVISION

Bouillon de culture 

23/06/2000 - 01min15s

 

La ministre de la culture constate que les chaines publiques ne consacrent pas suffisamment de temps au culturel et qu'ARTE est la chaîne généraliste qui en fait le plus dans ce domaine.

 

 

Production

 

France 2

Générique

 

Tasca, Catherine

 

Pivot, Bernard