Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2017

AMOUR OBSTINE

Jardin-de-Chaalis-(6).jpg

 

AMOUR OBSTINE

 

De son air le plus aimable paru le plaisir incomparable

D'un printemps sensible et parfumé comme un jardin de roses.

 

Don si généreux, si impossible à refuser

Où tournoient les images affamées

Des trajets impromptus d’un amour

Qu’il convient d’acquiescer une fois pour toutes.

 

P. MILIQUE

04/01/2017

CÉCITÉ MENTALE 1

au magma présent de l'écriture,

 

CÉCITÉ MENTALE

1



C'est un tonnerre qui grommelle dans un ciel bleu.

Soudain, c'est la prise de conscience du désamour,
Ostensible comme un cri trop longtemps refoulé.

Il n'y a plus d'amour, seulement son reflet, vague.
Quelle relation pourrais-je entretenir désormais?

Avoir pris tout ce temps pour en arriver
A pareille conclusion relève de la naïveté,
D'une cécité mentale à peu près souveraine,
D'un parti pris apathique des choses de la vie,
D'une candeur terrifiante, d'une légèreté rare.

Cela se dérobe à toute compréhension. Alors que...

Il faut bien un jour tailler dans le vif des querelles.
Dire les désaccords et les incohérences flagrantes.
Ne pas s'accrocher plus à des émotions altérées,
Ne pas se cristalliser sur des bonheurs obsolètes,
Ne pas subir l'émoi majuscule d'un rare trop banal.

Parce que le malentendu est réel et l'histoire houleuse,
Tombent un jour les masques de ce que l'on avait cru
Savoir nommer. Dès lors s'installe une morne frustration.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

19/12/2016

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX 12

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX

12

 

C'est une chance extraordinaire pour moi que d'avoir été accepté comme ton très proche.
Privilège démesuré que j'apprécie, comme il se doit et à sa juste valeur.
Cela me responsabilise au point de clairement considérer que ce statut d'intime m'impose d'authentiques devoirs, à commencer par  ceux de devoir comprendre, admettre, soigner, réconforter et ne pas craquer.
Surtout ne pas craquer!

Tu sais, une relation d'amour ne se conçoit ni sur une relation de sacrifice, ni sur une affabulation de confort sur ce qu'il est possible, ou pas, de faire.
Jamais le sentiment amoureux, aussi souverain soit-il, ne parviendra à exterminer les cellules cancéreuses, l'évidence est criarde.
En revanche, il a toute compétence pour protéger de l'abandon.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

16/12/2016

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX 9

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX

9

 

Le cancer est une maladie faite d'attentes, d'incertitudes et d'évolutions.
Avec elle, le contrat à durée indéterminée est garanti: quand on est malade, on l'est pour longtemps, tout le monde sait ça!
Il n'empêche que l'urgence de la guerre qu'il faut impérativement déclarer au fourbe envahisseur est d'emblée éprouvante et rebutante.

Je me souviens parfaitement ce jour où tu m'as fait part de ton cataclysme intérieur.
Il restera à jamais gravé au marbre de ma mémoire.
En faisant de moi ton confident privilégié, tu m'as accordé l'offrande d'un formidable témoignage de l'amour que tu me portes.
Pour cela, je me dois d'être à la hauteur de l'entière confiance que tu as placée en moi.
En remerciement, je me dois de te donner raison.
Je dois mériter de toi.
Je dois te mériter.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/11/2016

NUITS COMMUNES 1

au magma présent de l'écriture,

 

NUITS COMMUNES

1



Certaines nuits, ses rêves suggèrent
Que cesse le cauchemar de son absence.
Pourquoi cela ne serait-il qu'un rêve?

Ils rêve aussi de ces autres douces nuits communes
Où il se sent tellement heureux au creux de ses bras,
Lorsqu'elle se fait attentive, accueillante et curieuse.

Il y a son corps dénudé offert à ses lèvres cajoleuses.
Il y aussi ce chant ancestral qu'elle semble découvrir
A la naissance des caresses et que recueille sa bouche.
Il y a ce sommeil bref qui leur permet d'accoster
Aux promesses déferlantes de l'aube pressentie,
Leur offrant l'insécable réalité de leur amour embrasé.

Alors, tandis qu'elle sommeille encore, il s'insère avec de
Tendres précautions en l'ardente coquille de ses membres,
Formulant ainsi l'ancrage définitif de leurs amours mêlés.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

24/11/2016

HISTOIRE ENCHANTERESSE

au magma présent de l'écriture,

 

HISTOIRE ENCHANTERESSE

Nous avons vécus d'intenses moments,
Dans le feutré d'un endroit fascinant
Et, pour ce qui me ravit l'âme et le cœur,
En compagnie d'une femme magnétique.

Comment ne pas croire en de tels auspices avérés,
A la fervente réalité de notre histoire enchanteresse?

Nous avons connu le délice de protéger notre amour
En un lieu d'exception. Un endroit rare et onirique.
Au cœur exalté d'une nature chatoyante, luxuriante.
Authentique hymne de vie à l'amour grandiloquent.
Un lieu de verdure consacré, unanime et chaleureux,
Grondant de ses cascades, grandes frénésies liquides
A l'impétuosité impavide de roches sublimes et sereines.

En de tels lieux, l'infinie tendresse et l'amour évident
N'ont pas à prendre des dispositions pour être discrets.
Il leur suffit de se maintenir au plus proche de l'osmose
Des mots et des images qu'ils n'en finissent pas d'admirer.
Oui, nous avons vécus-là quelques heures hors du temps,
Quelques éclats d'infime qui sont déjà de notre éternité.
Folle communion, seuls parmi les autres. Nous, uniques.

P. MILIQUE

18/11/2016

LORSQUE JAILLIT L’ÉTINCELLE 1

au magma présent de l'écriture

 

LORSQUE JAILLIT L’ÉTINCELLE
1
 

C'est un tonnerre qui grommelle dans un ciel bleu.

Soudain, c'est la prise de conscience du désamour,
Flagrante comme un cri trop longtemps refoulé.

Il n'y a plus d'amour, seulement son reflet, vague.
Quelle relation pourrais-je entretenir désormais?

Avoir pris tout ce temps pour en arriver
A pareille conclusion relève de la naïveté,
D'une cécité mentale à peu près souveraine,
D'un parti pris apathique des choses de la vie,
D'une candeur terrifiante, d'une légèreté rare.

Cela se dérobe à toute compréhension. Alors que...
 
(A SUIVRE...)
 
P. MILIQUE

08/11/2016

DÉCHIRANTE GLACIATION

au magma présent de l'écriture,

 

DÉCHIRANTE GLACIATION



Le sang de l'amour coagule, froid dans les veines,
Le bruit du cœur brisé craque sous les semelles,
Les lèvres de ce qui existait se resserrent, bleuies,
Gercées par la chaleur d'un sentiment ravageur
Qui ne s'adoucit plus désormais au travers d'elles.

Entends-tu, dans ce théâtre du rien,
Résonner la fougue des balalaïkas?

Un regard pétrifié décompose sa destinée scellée
Dans les grottes oublieuses de stalagmites jaloux.
La pulpe du tiraillement s'exacerbe, diaphane,
Dans la blancheur neigeuse d'un silence dénudé
Qui se fige aux parois délitées du désarroi.

Ce silence hautain, hostile à en rendre sourd,
Se tourne vers le ciel comme pour l'invectiver,
Et le vent l'arrime dans ce qui ne cessera pas.

Voilà que se diffracte la folie d'un présent minéral
Et de sa cruelle glaciation en cours d'instauration.

P. MILIQUE

01/11/2016

UN AMOUR DÉVASTÉ

au magma présent de l'écriture,

 

UN AMOUR DÉVASTÉ



Combien elle paraît indifférente à tout et à tous
Cette femme qui va d'un pas lent sous la pluie.

Bien sûr, elle croise des passants qu'elle ne voit pas
Et, tandis qu'elle se confond avec la foule sceptique,
Son cœur ému et aux abois pleure son amour dévasté.

Comment pourrait-elle consentir au milieu des autres
Alors qu'elle n'est plus désormais qu'au centre de lui?

Elle retrouve dans ses songes ce qui lui a été soustrait:
Le timbre intense de sa voix, l'intense de sa présence,
Et aussi la perfection chaleureuse du cercle de ses bras
Se refermant avec volupté sur son corps en attente
Signe son cœur fasciné d'ineffaçables enluminures.


P. MILIQUE

31/10/2016

TELLEMENT PLUS

au magma présent de l'écriture,

 

TELLEMENT PLUS



Pour te survivre peut-être encore,
Je pars à ta recherche dans ma tête.

Je poursuis mon chemin
Vers encore plus de ce toi
Dont le miel bouge encore.

Je te parle à travers les silences,
Je serre ta main dans la mienne,
Je te conjecture en mon tréfonds,
Tu inondes l'espace de ta présence:
Je ne peux être plus proche de toi.

De toi me vient encore le sourire
Qui illumine parfois mon visage,
Et chacun d'eux est un soleil de joie.

Alors le temps arrêté se laisse respirer
Dans l'intensité de mon amour pour toi.
Tu es tellement davantage que tu ne crois!...


P. MILIQUE

20/10/2016

NUITS COMMUNES 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

NUITS COMMUNES

2

 

Mais vit la douleur quotidienne d'être arraché à elle.
Parce que parfois sa présence se révèle nécessité, là,
Tout de suite, maintenant, il s'instille une rage sourde
A ne pas l'éprouver à ses côtés, charnellement réceptive.

Avec la femme aimée, il leur faut enrichir leur amour
De toute la force recueillie dans l'absence de l'Autre,
Et dans la volonté affirmée de leur patience décrétée.

Amour, peux-tu percevoir à quel point je te souhaite?
Entends-tu ce que mon cœur et mon corps invoquent?

(FIN)

 

P. MILIQUE

19/10/2016

NUITS COMMUNES 1

au magma présent de l'écriture,

 

NUITS COMMUNES

1

Certaines nuits, ses rêves suggèrent
Que cesse le cauchemar de son absence.
Pourquoi cela ne serait-il qu'un rêve?

Il rêve aussi de ces autres douces nuits communes
Où il se sent tellement heureux au creux de ses bras,
Lorsqu'elle se fait attentive, accueillante et curieuse.

Il y a son corps dénudé offert à ses lèvres cajoleuses.
Il y aussi ce chant ancestral qu'elle semble découvrir
A la naissance des caresses et que recueille sa bouche.
Il y a ce sommeil bref qui leur permet d'accoster
Aux promesses déferlantes de l'aube pressentie,
Leur offrant l'insécable réalité de leur amour embrasé.

Alors, tandis qu'elle sommeille encore, il s'insère avec de
Tendres précautions en l'ardente coquille de ses membres,
Formulant ainsi l'ancrage définitif de leurs amours mêlés.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE