Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2017

IMPASSE PERSONNELLE

au magma présent de l'écriture,

 

IMPASSE PERSONNELLE

 

L'influence anesthésiante de l'habitude

Nous conduit droit à l'impasse personnelle.

Pour s'y dérober, pour casser le masque

De la conformité, il faudrait posséder

Une intelligence minutieuse, mais aussi

Vaste, décapante, et sans compromission.

Et se régaler de l'harmonie des nuances,

Des couleurs suaves et du goût de l'incongru.

 

Il est probable que nous soyons intoxiqués moralement.

C'est pourquoi nous exiger avec une grande fermeté

Le droit au désir, au plaisir, et à la folle imagination.

 

Dans l'âme chaotique d'une zone ardente et mobile,

Existent des paroles concises, sublimes et salvatrices.

Lueurs abrégées d'une conscience traversée

De surnaturelles manifestations multicolores.

Et comme il n'y a pas, nous le savons, de différences

Incompatibles ni de d'individualités incomparables...

 

Cette vérité est confuse et limitée:
Elle devrait être cosmique.

 

P. MILIQUE

02/08/2017

EFFLEUREMENT INSISTANT

au magma présent de l'écriture,

 

 

EFFLEUREMENT INSISTANT

 

Ange appliquons-nous, ensemble, a jouir

Pleinement ce temps qui nous est mesuré!

 

Le soleil de notre amour, orne les belles choses.
Partageons-les toutes en les pratiquant à deux.

 

Il y a l'évidence extatique bonheur d'être nous.

Il y a tout cet amour, toute cette folle générosité.

Il y a tout ce qui se développe à fleur de nous.

Il y a tous ces jours délestés où il fait agréable

Et au cœur desquels nos rires nous rapprochent.

Il y a ce chemin emprunté qui conduit au soleil

De l'amour rutilant. A celui de notre amour donc.

Il y a se poser, en vis à vis, sur le banc d'un square.

Il y a nos mains nouées pour flâner entre les arbres.

Il y a ces longues contemplations avides d'abondances

Et cet horizon en attente qui parfois au loin s'embrase,

Et les lueurs incendiaires du couchant qui s'épanchent

En crête d'une Ardèche en réponse au Vercors opposé.

Il y a ces matins de fraîcheur, doux au corps et à l'esprit.

Il y a ce triomphal chatoiement, cette splendide nature,

Si belle, si séduisante, et amplifiée par ta seule présence.

Il y a l'ingénuité douce et moelleuse du vent complice,

La caresse bleue du ciel et l'ardente morsure du soleil.

Il y a le temps qui vit l'étreinte insistante de nos doigts.

 

Amour, ce sont des souvenirs qui se régénèrent actuels.

Comment ne pas se les approprier et se les partager

Alors même que nos deux cœurs en fusion débattent

A tout rythme la cadence effrénée d'un amour infini.

 

P. MILIQUE

20/06/2017

DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT 11

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...



DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT

11

 

Il observe, accablé et malheureux le dénuement dans lequel, provisoirement, le jeune homme s'installe.

Bouleversé encore d'entendre de sa bouche des projets aussi irréalistes que vides de sens, des rêves fumeux et impossibles, de projets d'avenir proche aussi mirobolants et chimériques aussi...

Situation d'incohérence absolue qui en appelle sans fin à de détestables cauchemars.

Rien n'est plus atroce ni plus déchirant qu'un enfant malade, n'est-il pas?

 

Il se trame en lui, à chaque infime de l'instant, la partition secrète de l'étrange mystère qui entoure sa propre énigme, avec cette terrifiante sensation qu'il existe là des pages manquantes au manuscrit.

Et plus précisément, celles relatives à l'exact déterminé d'un hier souriant.

 

C'est ainsi que gronde l'orage désormais, lacérant de ses griffes acérées le ciel bas de la conscience.

Rien n'est plus atroce ni plus déchirant qu'un enfant malade, non!

Un fils, une blessure...

(FIN)

 

P. MILIQUE

04/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 7

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

7

 

     Mais enfin, ce n'est pas parce qu'on s'offre le luxe de ne pas toujours regarder la réalité en face que nous entretenons pour autant une relation lunaire avec le monde!

L'illusion reste attentive à ne prendre aucune distance avec la perception. De fait, ce n'est pas elle qui perturbera la réelle profondeur d'un ciel pas plus qu'elle ne saurait occulter durablement la rotondité avérée de la Terre. Après tout, il est aisé de refuser la manipulation, de réfuter une quelconque soumission à sa loi.

Pour autant, il n'est pas question de règles bien sûr. Parfois on joue à inventer, rien que pour soi. C'est ainsi qu'en présence de l'illusion, le regard se charge d'indulgence. Comme hypnotisé, il capte d'un à peine esquissé qu'il complète à ne plus pouvoir l'effacer.

Fantômes en latence surgit des brumes confortables de l'inconscient, étirés jusqu'à la limite...

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

06/05/2016

DE LA PIERRE DE LUNE 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DE LA PIERRE DE LUNE

5

 

Il commence à l'aimer pour tellement davantage que l'indescriptible délice de l'amour. Il s'accorde de tout son être au chant si particulier de l'écho tant attendu qui enfin résonne.
Elle est d'évidence l'autre visage de sa conscience et la noble caresse de son maintenant. Une seule seconde sans elle semble une offense à l'éternité.
Il pressent bien que le monde avec elle ne peut-être que d'un esthétisme accompli tant il emprunte déjà des chemins voués à l'incomparable.
Cette Femme-Lumière illumine l'espace alentour de mille feux iridescents. Et elle saura conjuguer, il le sait, à tous les temps d'un avenir de soleil, la plus belle partition dont il faut remercier la vie.

L'amour comme quand en hiver
Un reflet de soleil sur la neige
Fait naître des cristaux de sublime
Sur nos rétines à jamais éblouies.

(FIN)

P. MILIQUE

29/03/2016

LA GLACE ET LE FEU

au magma présent de l'écriture,

 

LA GLACE ET LE FEU



L'expérience des gouffres
M'écorche les nerfs à vif
Et m'assombrit de l'ampleur
De mes illusions agonisantes.

Dans les parcelles fragmentée.
De mon existence tumultueuse,
Il n'est guère concevable d'aller
A la fulgurance d'une rencontre.
Et pourtant...

Il était une fois la nostalgie poignante,
La beauté évocatrice d'un miroir étoilé
A la lumière obscure et incandescente,
Alliance spontanée de la glace et du feu.

P. MILIQUE

07/09/2015

QU'A-T-IL FAIT DE SES RÊVES 4

au magma présent de l'écriture,

 A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

QU'A-T-IL FAIT DE SES RÊVES

4

Et puis, choisir de se tenir à la confluence fertile et prometteuse
De tous les courants culturels et artistiques, lire beaucoup,
Avec gourmandise, une impressionnante quantité d'ouvrages
Au rôle majeur l'a durablement influencé en profondeur
Et poussé à s'auto-analyser riche de davantage d'application,
Avec pour projet de progresser plus loin dans le bel horizon.

Il a cependant atteint-là la partie peut-être la moins inspirée
Et la moins idéalement fantasmée que forme le cosmique.
Il lui arrive même, au fil du quotidien, de paraître quasi virtuelle
Tant il est parfois difficile de séparer le bon grain de l'ivraie
Dans un monde trop en proie à de terribles forces destructrices.
Perte d'admirations, de vibrations pour cet univers désenchanté.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

16/07/2015

INTERROGATIONS EN DOUBLE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

INTERROGATIONS EN DOUBLE

3

Le couple n'est pas nécessairement une chose rassurante en soi.
Il peut se vivre comme une œuvre inachevée. Pour cause d'impossibilité structurelle. Il ne peut donc, en soi, se proposer comme référence.
Cependant, au gré de rythmes relancés, d'accélérations fulgurantes dans le ralenti du quotidien commun, s'ouvre souvent le vaste champ d'une passion sans bornes. Source vive d'inspiration majeure et de désir de fusion.
Le couple est cet organisme bicéphale qui a pour projet commun de faire d'un bouton de belle complicité une fleur d'intimité partagée aux essences rares.
Fascinant jeu de miroirs qui ne sait refléter que l'intense beauté de thèmes étonnamment simples.

P. MILIQUE

30/10/2014

FINALEMENT MORTEL 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

FINALEMENT MORTEL

2


On la voit souvent s'égarer dans ses pensées,
Traversée de douce mélancolie, de désespoirs feutrés,
Et se consumer avec une saisissante dignité, aux aguets
De cette absence têtue qui éloigne la vie des vivants.

De son affection pour l'humble perle une larme furtive
Qui projette au plus profond du cœur la tristesse infinie
De cette déjà longue vie passée, soudain si brève,
Faisant de la mort à venir la compagne de chaque aube.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

17/08/2014

CHEMINS DE TRAVERSE

au magma présent de l'écriture,

 

 

CHEMINS DE TRAVERSE

 
 

Même à ne jamais céder au foisonnement des images,

Les voies toutes tracées bifurquent

Rapidement sur les chemins de traverse.

 

Là, l'existence se retrouve comme intensifiée

A ressentir les choses avec la plus grande acuité

D'un au-delà porté aux spasmes d'une folie réconfortante.

 

Alors s'agite une vie d'événements graves et incompréhensibles

Amputée de ses références majeures

Qui, au plus près d'une proposition à entériner une idée prégnante,

Articule magnifiquement, dans le vacarme qui l'accompagne

La Bête fauve au sang noir qui projette de le griffer.

 

P. MILIQUE

28/07/2014

UN SOLEIL AU MIEUX DE SA FORME 2

au magma présent de l'écriture

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

UN SOLEIL AU MIEUX DE SA FORME

2

 

Grand-mère elle est devenue, et son enthousiasme exalté surprend parfois

Car elle a su garder la flamme de bâtir encore des projets comme autant

De petites musiques inspirées par le pur hasard, histoire de neutraliser

Une fois pour toutes d'autres souvenirs transportées par le fleuve de la vie.

Culture personnelle résolument éclectique qui ne cesse de se mouvoir

Dans des mondes parallèles où sont tapis tant de domaines restés confinés,

Par manque de temps le plus souvent, dans le canevas touffu de l'inexploré.

De fait, tant d'impermanences sont traductrices de potentiels insoupçonnés.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

04/07/2014

EN MODE SURVIE

au magma présent de l'écriture,

 

EN MODE SURVIE

 

C’est la nuit.

Tout est gris, silencieux, voilé, pesant.

 

Le monde est arrêté, sans écho de futur.

Le contact avec l’entourage s’intermitte,

Et les échanges vitaux doucement s’atténuent,

Se diluent, l'air absent, en un possible demain.

 

Il est temps d’assimiler les jours sans y parvenir,

Et d’organiser la survie au fil d’imperceptibles projets.

 

P. MILIQUE