Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2017

ECRIVANCE

au magma présent de l'écriture,

 

 

ECRIVANCE

 

Un acte inévitable et déterminé

Tel un luxueux poème à écrire,

Dicté par la seule cohérence fidèle

A se fonder sur l'instinct profond,

Même sans jamais le savoir...

P. MILIQUE

08/07/2017

DANS L'AILE BLEUE DE MES NUITS

au magma présent de l'écriture,

 

 

DANS L'AILE BLEUE DE MES NUITS

 

Tout cela prend la forme d'un tout
Rayonnant d'une exceptionnelle effervescence.

Pour ma part, en tant que fondamentalement pessimiste,
Je ne sais que naviguer, en une longue douleur,
Sur l'eau trouble des réalités.

Cela me permet, ainsi, de cultiver mon petit jardin d'émotions secret.

Et puis, c'est un tel bonheur rassérénant
Que cette coloration positive de mes pensées.

 

Qu'il est donc doux et agréable de vivre ainsi
Au paradis des mots lorsque,
Dans l'infime chatoiement d'éclats de vie,
Une multitude de possibles existent encore,
Fulgurances métalliques frisant l'aile bleue de mes nuits.

 

P. MILIQUE

06/07/2017

DESABUSION

femme.jpg

 

 

DESABUSION

 

Comme intoxiqué par les inhalations sentimentales

Ranimés au brasier ardent de paroles lumineuses,

Il a osé assumé cet amour pour lequel il n'était pas fait.

 

Mais qu'importe un attachement qui n'est pas partagé,

L'ultime horreur de sa vie aura pour nom solitude.

 

Il ne lui reste plus qu'à se souvenir d'Elle,

Cristallisée désormais, sans la tendresse d'un geste,

Sans la tiédeur d'une main tendue dans d'invisibles nuits,

A se consoler enfin dans une mort qui le rassure.

 

P. MILIQUE

05/07/2017

CHASSE AUX GROS

au magma présent de l'écriture,

 

 

CHASSE AUX GROS

 

Nuit intense de chasse aux gros,

Et scènes de traques ordinaires

Pourvoyeuses de plaisirs exaltants.

 

Cela procure l'effroi et glace le dos,

Sorte de jouissance ultime et infinie

Pour ces nantis aux regards hostiles,

Dont l'unique richesse est d'être mince.

 

De l'arbitraire naît le privilège!

 

Nuit intense de chasse aux gros,

Et scènes de traques ordinaires

Pourvoyeuses de plaisirs exaltants.

 

P. MILIQUE

04/07/2017

BRASILLEMENT CONTINU

au magma présent de l'écriture,

 

 

BRASILLEMENT CONTINU

 

Tu ne sauras jamais

Que mon corps est

A se mourir de toi.

 

Fièvre au brasillement continu de l'autre.

 

Il monte et se volatilise parfois dans la nuit

Comme un souffle que l'on ne peut étouffer

Une ombre triste et tendre qui déchire tout,

Invectivant en secret la part qui déjà s'exalte.

 

Et ça n'en finit pas d'être beau

Au cœur formel de l'inexprimé.

 

P. MILIQUE

03/07/2017

A L'ENCRE DU CŒUR

au magma présent de l'écriture,

 

 

A L'ENCRE DU CŒUR

 

Au centre d'une époque saturée d'idéologies perverses,

Une parole incontrôlable se déverse en un flux verbeux.

 

C'est à ce moment-là que s'avivent les regrets endormis

Au fond d'un alphabet du cœur resté obstinément secret.

 

Ce n'est pas sans satisfaction que l'on constate ses mots

Entraînés avec délectation dans un artefact émancipé.

 

En ce lieu prendra racine un tout nouvel alphabet:

Un qui sera issu de l'âme, de l'autre, de la nature

Et de l'humain dans leurs splendeurs sophistiquées.

 

C'est un incroyable miel qui se répand, consenti,

Qui l'est d'autant plus lorsqu'il donne naissance

A une friandise imprévue qu'il est bon de savourer

Car il s'approche pour t'affirmer qu'il faut aimer,

Qu'il faut ouvrir ses oreilles pour mieux entendre,

Qu'il faut fixer avec précision pour voir davantage,

Qu'il faut regarder avec acuité pour mieux savoir.

 

P. MILIQUE

02/07/2017

VISIONS ENTRECROISÉES

au magma présent de l'écriture,

 

 

VISIONS ENTRECROISÉES

 

Il lui arrive souvent de supposer

Me déranger dans mon quotidien.

Si elle savait combien je le sollicite

Ce dérangement-là pour ce qu'il m'apporte

D'humain dans l'entrecroisement des visions.

Parviendra-t-elle vraiment à m'inoculer un jour

L'esprit de révolte envers ce que je suis devenu?

Peut-être ne pourrais-je éviter d'être stigmatisé

Par la trace indélébile de son ardente influence.

 

En tout cas, je suis sûr de m'enrichir l'intellect,

Parce qu'il s'exhale de toi une source d’émulation,

Une pertinence rare, un enthousiasme naturel

Et de multiples strates de curiosité suggérées.

Et puis une masse d’énergie et de pugnacité aussi.

Quelqu'un de finalement plutôt insoumis

Et suffisamment rebelle pour regarder les faits,

Les yeux dans les yeux, et quels qu'ils soient,

Afin de se donner les moyens de les dépasser.

 

P. MILIQUE

01/07/2017

UN BONHEUR JUSTIFIE

au magma présent de l'écriture,

 

 

UN BONHEUR JUSTIFIE

 

Il faut rester attentif au quotidien

A ne pas se tromper de malentendu!

 

Certes la nuit affective règne, lourde,

Provoquant dans un huis-clos intimiste

Une lente et cruelle dissonance intérieure.

 

Ainsi, d'errance en errance, nulle éclaircie

Ne vient jamais en disjoindre les ténèbres,

Hormis cette voix aux résonances tristes

Qui psalmodie l'hésitation et la peur vive

Amplifiées jusqu'à devenir cet interminable

Hurlement intérieur devenu tellement familier.

 

Le cœur s'hémorragise à se frotter sans acuité

Aux rochers de l'angoisse. La nausée est proche.

Répugnante. Et tout cela ajoute à la déchéance.

Pourquoi tant d'aptitudes à cultiver une douleur

Vitale auprès de laquelle on aime tant se meurtrir.

 

Il est pourtant agréable de participer au miracle

Qui se lève chaque jour pour offrir vie au matin,

Et de le regarder en face, prenant garde à ne pas faillir,

Les yeux vissés dans les yeux pour le mettre à l'épreuve,

Au défi de dénier la beauté avérée du crépuscule à venir.

Quelque chose qui serait porteur d'un bonheur justifié

Ou d'un accessible enchantement en définitive apprivoisé.

 

P. MILIQUE

30/06/2017

TRACE A L'ENCRE ROUGE

passion_night.jpg

 

 

TRACE A L'ENCRE ROUGE

 

Aujourd'hui rayonne d'emblée sur mon cœur dilaté

A la voir ainsi me sourire et se blottir contre moi,

Et mes bras murmurent lorsque ses yeux me parlent,

Me chavirant avec elle dans un océan fou.

 

Mes lèvres posées sur sa peau,

Douceur qui égraine l'intemporel

Et devine notre histoire sous des doigts

Qui brillent jusqu'à des nuits sans fin

En cueillette avide de baisers en bouquets.

 

Advient l'instant où nos souffles abrègent l'ordinaire

Déployé avec force contre vents et marées

Et dépose sur ses lèvres comme un battement d'ailes

Jusqu'à la rosée d'un prochain matin vêtu de bleu.

 

Je dois écrire encore cet inaltérable et fragile mot: Amour

Tel un baiser délicat tracé à l'encre rouge...

Un cœur uni à l'autre jamais ne se retire

Et pour le séparer, il faut qu'on le déchire.

 

P. MILIQUE

29/06/2017

SE SOUVENIR MAINTENANT 3

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SE SOUVENIR MAINTENANT

3

Le foyer central n'en demeure pas moins symptomatique d'une grande noirceur.

Loin de rester indifférent, le macrocosme du futur s'applique déjà, et quoi qu'il lui en coûte, à contourner les intérêts rationnels désormais en péril.

 

Vivre dans ce monde est, nous le savons, fait d'incisive mémoire.

Dans le souci d'éviter le piège grossier de l'oubli facile, il est important de lui préserver la possibilité d'accès, afin de pouvoir se remémorer aussi souvent que nécessaire ces années merveilleuses et comblées d'indispensable, qui ont sans conteste existé.

C'est ainsi qu'elles redeviendront, le jour venu, d'une impatiente actualité.

S'imposera alors le temps initialement préconisé, oui, de se souvenir maintenant.

(FIN)

 

P. MILIQUE

28/06/2017

SE SOUVENIR MAINTENANT 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

 

SE SOUVENIR MAINTENANT

2

 

Réveil douloureux après une nuit cauchemardesque.

Aube calamiteuse aux prémisses d'un autre espace-temps.

 

Pensée taraudée par le point de rupture.

Action souterraine essentielle à la reconstruction, à l'unifié de sa propre mesure et d'un univers parallèle jusque-là dissimulé.

Souffrance inextinguible, vibrante dans l'inouï.

Le voilà désormais absorbé à désigner, dans les semences disponibles en ce temps nouveau, quelle graine choisie parviendra à germer, et quelle autre n'y arrivera pas.

 

Il y a tant d'autres formes à connaître juste en prenant l'option de quitter la retraite et son silence.

Il convient pour cela faire montre d'une grande confiance à travers des approches nouvelles.
Elles ouvriront des perspectives immenses, d'une richesse et d'une densité encore inconnues.

Il s'agit d'un interstice rare au sein duquel se trame un obscur travail de confluences.

Au final apparaît un passionnant prisme d'interprétations potentielles,
Elles sont la genèse du souffle donné à de multiples ambitions sans doute trop neuves et inusitées pour être facilement audibles.

Fait axial de leurs vies inabouties.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

27/06/2017

SE SOUVENIR MAINTENANT 1

au magma présent de l'écriture,

 

 

SE SOUVENIR MAINTENANT

1

 

Il est impératif de se souvenir maintenant, et d'initialiser des interrogations sur l'ampleur d'une histoire devenue morne et lente.

 

Au regard même de l'insondable dimension de l’existence, en ses limites inconnues dans l'égaré des confins, la vie perçue n'a pour ainsi dire plus guère de sens.

De fait, elle semble ne plus être traversée que par bien peu d'humanité.

Sans compter que cette humanité se révèle étrangement proche de l'animalité.

Sommeil régulièrement troublé par de longs moments décourageants.

Instants singuliers accaparés à creuser en soi d'innombrables galeries aussi sombres qu'humides, jusqu'à dévaler la pente abrupte menant au fin fond de notre moi.

Tréfonds fascinant comme un danger imminent que l'on ne peut pourtant quitter des yeux.

Sorte de gigantesque grand-guignol de l'effroi, de nos fantasmes, de nos angoisses et autre pulsions exacerbées.

Expert d'une noire prédation que l'on se surprend à souhaiter voir gravé sur la tombe prochaine de notre fosse commune.

( SUIVRE...)

 

P. MILIQUE