Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2016

IL EST DES REGARDS 1

au magma présent de l'écriture,

 

IL EST DES REGARDS
1



Il est des regards qu'il faut s'interdire de porter.

Afin de ne pas se laisser entraîner
Dans les remous de la désespérance,
Il doit s'opposer avec une vive fermeté
Aux miasmes destructeurs de l'existence,
Et refuser, au plus profond de ses viscères,
Le constat d'un présent muer en regrets.

Il est des regards qu'il faut s'interdire de porter.

Après l'altération puis le discrédit
De ses ancrages et de ses fixations,
Émerge l'apathique introspection
De son destin parfaitement immobile.
Dans son comportement assujetti
Aux frissons du moindre soubresaut,
La douleur s'engouffre dans l'ombre
Lancinante d'une improbable rencontre.

Il est des regards qu'il faut s'interdire de porter.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

15/08/2016

HIDEUX MATIN

au magma présent de l'écriture,

 

HIDEUX MATIN

Hideux matin à lutter contre soi
A tricher, à user de subterfuges,
Pour ne pas être incité à rejoindre
Sa future galaxie cendrée sans passé.

C'est le travail d'une attention obstinée
A ne pas se concéder l'obscure douleur
Qui l'a projeté dans cette ébène solitude
Où son cœur se frappe avec insistance
Comme le fait un oiseau fortement épuisé
Contre l'informulé morne de sa propre vie.

P. MILIQUE

14/08/2016

GRIS ARDOISE

au magma présent de l'écriture,

 

GRIS ARDOISE

Son univers relationnel actuel ressemble au néant.
Ou plus exactement, à du rien avec du vide autour.
Rien d'anormal, il a tant fait pour qu'il en soit ainsi,
Créant sans discontinuer des barbelés autour de lui,
Espérant qu'ils se révèlent suffisamment dissuasifs.

Il a, enfouie au tréfonds, la mémoire écorchée vive
Et le vagabondage au pays de la douleur pathétique.

Il observe longuement les étoiles froides, organisées
Et se surprend, sans bien comprendre, à les envier.

Être libre, c'est savoir où est la sortie,
C'est avoir la possibilité de l'emprunter.

Si vous saviez à quel point il se sent libre!

P. MILIQUE

13/08/2016

FIBRILLATIONS ARCHAÏQUES

au magma présent de l'écriture,fibrillation,archaïques,affection,redoutable,sentimentalisme,méfiance,élan romantique,érection,ériger,romantique,systématique,ruse,interroger,alimenter,viseur,soubresaut,crapaud,ardu,hanche,mettre en place,fondation,balbutiement,chemineau,petit pas,prudence,raturer,émaner,signe,détailler,phraséologie,roulotte,muffin,cascade,fébrile,attente,ombré,espoir fou,compréhension,fiévreux,archaïsme,extravaser

 

FIBRILLATIONS ARCHAÏQUES

C'est un poète de l'affectif qui redoute le sentimentalisme
Et se méfie des élans romantiques érigés en systématismes.
Pourtant, même le mot poésie peut se révéler être une ruse.

Lui, il interroge son expérience pour mieux la partager
Et fait en sorte qu'elle alimente ses idées et son écriture.
Il vise à mettre au présent les soubresauts ardus du passé,
Espérant donner à voir et à entendre le monde différent
Qui laissera aux cœurs la vie empreinte de son passage.

Se mettent en place les fondations d'une poésie balbutiante
Qui ne chemine, si peu sûre d'elle, qu'à petits pas prudents.

La nature est si riche de ce qui émane de chaque signe envoyé,
Que peuvent surgir d'un paysage, d'une douleur ou d'un détail,
De longues phrases qui roulent en une multitude de cascades
Fébriles dans l'attente ombrée de l'espoir fou d'être comprises
En fiévreuses fibrillations archaïques extravasées de son âme.


P. MILIQUE

12/08/2016

ÉCRIN DE CHARME

au magma présent de l'écriture,

 

ÉCRIN DE CHARME

Respirer avec le plus grand soin
La substance d'une bulle de rêve
Quand la nuit succombe à l'oubli
Assoupi en son écrin de charme,
Et que se répand le lourd parfum
Des mots soufflés jusqu'à l'exhalaison
Dans cette marge de jour qui projette
Ses poussières d'étoiles au céleste infini.

P. MILIQUE

11/08/2016

DÉCADENCE

au magma présent de l'écriture,

 

DÉCADENCE

L'injustice est rude et sans discernement
Qui ne peut que pétrifier d'horreur vive.

Il perçoit, grimaçantes, des choses hideuses
Enchevêtrées au magma d'un quotidien,
Au rythme intemporel de ces nuits égarées
Où il descend l'escalier imaginaire de l'absolu.

P. MILIQUE

10/08/2016

CAUCHEMAR VAINCU 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

CAUCHEMAR VAINCU

2

Voilà où mène, inéluctable, l'inaptitude prolongée au sommeil:
A un accablant état de fatigue, à un épuisement matinal récurrent
Exigeant un gros effort d'énergie pour prendre pied dans le jour.
Lui, il semble s’accommoder de tout cela de manière satisfaisante.
Mais il sait qu'il n'y a pas de suites cohérentes à ses cauchemars
Et que tout ça, nécessairement, va se dissoudre au contact du réel.

Tout le monde, sans guère d'exclusive, redoute d'avoir à vieillir seul!
C'est une constante crainte induisant un authentique état de fragilité!
Pour sa part, il a su ne pas se laisser envahir par le renoncement.
Il a aménagé son chemin différemment. C'est ainsi qu'il s'est autorisé
Le fol éblouissement d'une rencontre. Et c'est avec elle qu'il vieillira.

(FIN)

 

P. MILIQUE

09/08/2016

CAUCHEMAR VAINCU 1

au magma présent de l'écriture,

 

CAUCHEMAR VAINCU

1

C'est au cours de sa vie nocturne désordonnée
Que se produisent les situations, les impressions,
Et l'exalté des sentiments les plus déconcertants.

A peine la nuit a-t-elle déployé ses ailes de noirceur
Sur lui, que débute aussitôt l'endiablée sarabande.

Il éprouve alors comme une répulsion instinctive et,
Sous l'effet de poussées d'angoisses aussi fâcheuses
Qu'indéchiffrables transmuant l'anodin en horreur,
S'installe rapidement une âpre sensation d'abandon.

A ce moment s'installent les pires détresses qui soient
Dans le retour décliné d'une foule de thèmes obsédants.
Se répand aussi la sale odeur d'un doute au goût de fiel:
Celui qu'elle répand elle, elle qui le croise sans le voir.


Il lui faudrait, pour escompter conjurer l'abject saisissement
Et le tenir éloigné de lui, avoir la force de le rédiger sur le vif.
Mais il est pour l'heure trop privé de ses capacités de réflexion.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

08/08/2016

BONHEUR DISCRET

au magma présent de l'écriture,

 

BONHEUR DISCRET

Le moment est intense pour lui.
Jour de vertigineuse délectation.

Il s'abandonne avec beaucoup de volupté
Au plaisir discret, inaccessible au profane,
De leurs incessants vagabondages au cœur
D'une histoire avide riche d'obscurs secrets.

Il vibre d'une multitude d'émois particuliers.
Instants de fragilité analogique non maîtrisée.

Il est des pourquoi qui n'ont pas de réponses.

P. MILIQUE

07/08/2016

A FLEUR DE SOMMEIL 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A FLEUR DE SOMMEIL

2

Elle lui est proche comme jamais, claire imminence.
Sait-elle l'infini tendresse amoureuse qu'il lui porte?
Il le lui confie au prolongé d'un souffle: je t'aime.
Et il voudrait savoir donner de l'unicité à ce mot,
Faire qu'il n'existe pas, inventé juste pour elle seule!

Puis, en un murmure ténu pour qu'elle n'entende pas:
Ma douce, inscrit ta précieuse main au creux de la mienne
Afin que, parvenus ensemble jusqu'à une fleur de sommeil
Comme bercés par le poudroiement léger d'ailes de papillon,
Nous nous endormions jusqu'à cette limite d'où renaît le jour.

(FIN)

P. MILIQUE

06/08/2016

A FLEUR DE SOMMEIL 1

au magma présent de l'écriture,

 

A FLEUR DE SOMMEIL

1

Il n'est trop de mots d'amour pour calmer le tourment
Qu'est toujours le moment de se quitter pour la nuit.
Il faut s'équiper de sacrées provisions de force mentale
Pour rejoindre dans la félicité les rives du lendemain.

Il sait que ce soir il aura l'opportunité de passer la nuit
Dans ses bras puisque, insigne joie, elle le souhaite aussi.
Ils s'étreindront l'un l'autre puis dormiront cœur à cœur.

Il lui susurre: s'il te plaît, berce-moi et laisse-moi te bercer.
Il a tant besoin de sentir le berceau de ses bras fermés sur lui,
Si besoin de se rasséréner à l'exact rythme de son souffle apaisé.

De tout son amour, il étreint ce qu'elle est.
Il est, dans la douce caresse de la nuit étoilée,
Habité en son centre d'une présence lumineuse.
D'un bel astre revendiquant l'infini dont il se drape.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

05/08/2016

AU FIL DES NOTES

PLEUR.jpg

 

AU FIL DES NOTES



Afin de prendre plaisir au monde clair et spacieux,

Il s'arrache dans l'éclair au tumulte quotidien,

A l'écoute de cette voix ferme qu'il n'entend pas souvent.

 

Évidence de ce temps abrégé dont il faudrait faire autre chose

Pour que la seule volonté persuasive

D'une musique ressentie dans la paix de son cœur,

Et dans l'incertaine errance de son corps ,

S'épanouisse à rendre l'ordinaire surprenant.

 

Il va falloir en pleurer des larmes de fascination

Pour trouver ce qu'il ne cherche pas vraiment!

 

P. MILIQUE