Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2014

MARIANNE MOORE: "AU PROGRÈS MILITAIRE"

 

MARIANNE MOORE

 

"AU PROGRÈS MILITAIRE"
LECTURE PAR

 

JENNIFER DECKER
RÉFÉRENCES:

 

MARIANNE MOORE, POÉSIE COMPLÈTE, LICORNES ET SABLIERS
édité et traduit par

 

Thierry GILLYBOEUF

 

© éditions José CORTI, 2004.  

 

 

Marianne Moore (1887-1972) professeur puis bibliothécaire, contemporaine et amie de William Carlos William et Wallace Stevens, elle participa au prestigieux journal The Dial dont elle assura même la responsabilité éditoriale entre 1925 et 1929.  Elle a obtenu pour son œuvre les prix les plus importants (National Book Award, Pulitzer Prize, etc).

 

 Prise de son Amandine Grévoz
Réalisation Gilles Davidas

23/02/2014

CHANSON BOUM!: NILDA FERNANDEZ

 

CHANSON BOUM!

    NILDA FERNANDEZ

 

Hélène Hazéra reçoit l'artiste Nilda Fernandez à l'occasion de son album Basta Ya!

 

"Nilda Fernandez est à l'image de sa voix, blanche, douce, quasi roucoulante. Mais si l'on écoute vraiment ses texte, on est loin de là. Pour son dernier album Basta ya!, il a voulu marquer les choses, c'est un album qui dénonce "ceux qui fument le cigare", qui dénonce les animateurs de radios qui polluent les cerveaux des jeunes, qui dénonce "ceux qui posent des barbelés pour mieux nous enfermer" et tous les saboteurs de liberté. Mais ce sont des chansons que nous chante Nilda et pas des tracts. Il y a du doute dans chacune, de la poésie voluptueuse, sans certitudes assénées."

HÉLÈNE HAZERA

 

Pochette de l'album Basta Ya! Nilda Fernandez ©

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 13/02/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

13/02/2014

RÊVES EN BLEU

BLEU 1.jpg

 

RÊVES EN BLEU

 

Certes la vie est une illusion,

Une succession d’instants fragiles et brefs

Qui s’évanouissent dans l’instant suivant.

Elle est essentiel désenchantement,

Machine à broyer le temps imparti.

 

Et c’est l’indifférence qui s’installe insidieusement

Nous obligeant à tourner encore et encore

Dans une nuit où on ne trouve jamais aucun confort.

Nous allons à l’encontre du silence protecteur

Et interrogeons l’abîme du regard

Dans la crainte montante du toujours pire.

 

Il faut refuser cela.

Parce que la fuite ne peut être qu’illusoire!

 

Nous souffrons d’une pénurie de rêve et de poésie

Parce que ce monde en est tristement dépourvu.

Alors, il est impératif de ne plus subir

Et d’inventer avec application une autre réalité

Dans la richesse des émotions qu’il faudra bien réapprendre à partager

Et dans le regard des autres qui forcément s’ouvrira.

Comme s’ouvre la vie proposant aux âmes en attente

De se jeter avec gourmandise dans la multiplicité des intensités possibles.

 

Retrouvons nos étonnements d’enfant!

Mettons du bleu sur nos rêves!

Pour avoir enfin le cœur gros de bonheur et s’endormir pour une fois

Comme un bienheureux dans les bras de ses énigmes.

 

P. MILIQUE

MARIE SIOUX LE BIKINI TOULOUSE


(Captation Personnelle)

 

MARIE SIOUX

LE BIKINI

TOULOUSE

FÉVRIER 2009

MARIANNE MOORE: "Le passé est le présent"

 

MARIANNE MOORE

"LE PASSE EST LE PRÉSENT"

SUIVI DE

"UNE BOUTEILLE ÉGYPTIENNE EN VERRE SOUFFLE EN FORME DE POISSON"
LECTURE PAR

JENNIFER DECKER


RÉFÉRENCES:

MARIANNE MOORE, POÉSIE COMPLÈTE, LICORNES ET SABLIERS
édité et traduit par

Thierry GILLYBOEUF

© éditions José CORTI, 2004.  

 

Marianne Moore (1887-1972) professeur puis bibliothécaire, contemporaine et amie de William Carlos William et Wallace Stevens, elle participa au prestigieux journal The Dial dont elle assura même la responsabilité éditoriale entre 1925 et 1929.  Elle a obtenu pour son œuvre les prix les plus importants (National Book Award, Pulitzer Prize, etc).

 

Prise de son Amandine Grévoz
Réalisation Gilles Davidas

22/02/2014

VERY BAD TRIP: LE RETOUR DE DIDIER HENDRIX

 

VERY BAD TRIP
LE RETOUR DE DIDIER HENDRIX

(12’02’’)
« TU FAIS COMME MIKE BRANT, TU SAUTES DU 3ème »

 

Le 2e effet Kiss-Cool de la déferlante Didier Hendrix, musicien des rues rencontré dans "Bad trip". Une errance avec le Cherokee de la place des Abbesses, qui nous livre les dernières nouvelles de sa réalité hallucinogène. Notre prophète (héraut ?) des temps modernes n'a pas pris une ride, bien au contraire : le voilà amoureux.

Enregistrements : septembre 13
Mise en ondes & mix : Charlie Marcelet
Réalisation : Hadrien Courtier & Gérard Giallella

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 12/02/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

12/02/2014

GEORGES SCHAEHADE: "POÉSIES" Lecture par CÉLINE SAMIE

 

GEORGES SCHAEHADE

"POÉSIES"

Lecture par CÉLINE SAMIE

Références:

in Les Poésies 

© Gallimard 2001

 

Georges Schehadé (1905 Alexandrie-Paris 1989) est un poète et auteur dramatique libanais de langue française.

Issu d’une famille libanaise aristocrate, Schehadé est l’auteur d’une importante œuvre théâtrale proche des conceptions du nouveau théâtre, dont il est l’un des chefs de file avec, entre autres, Beckett, Ionesco ou Arthur Adamov. La plupart de ses pièces ont été créées par Jean-Louis Barrault et la plus célèbre d’entre elles, Histoire de Vasco (1956), a été traduite en 25 langues, jouée un peu partout dans le monde pendant les années 1950 et 1960.

Schehadé est également l’auteur de plusieurs recueils poétiques (Rodogune Sinne, L’Écolier Sultan, Poésies I à VI, Poésies VII (posthume). Tôt reconnue, son œuvre a été saluée et défendue par les plus grands (Paul Éluard, André Breton, Saint-John Perse, René Char, Jean-Louis Barrault, Octavio Paz, Philippe Jaccottet, Salah Stétié...).

En 1986, il se voit décerner par l’Académie française le Grand Prix de la Francophonie, créé l’année même.

Fuyant la guerre civile (1975-1990) qui menace le Liban, Georges Schehadé quitte Beyrouth en 1978 et s'installe à Paris où il meurt en 1989.

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt

Prise de son Djaisan Taouss

Montage Anne-Laure Chanel

21/02/2014

POLAROÏD: TEXTE MARIE RICHEUX MUSIQUE L. Pierre

 

POLAROÏD

 

TEXTE

MARIE RICHEUX

 

MUSIQUE

 L. PIERRE

MOVEMENT III

suivi de

L'ORATORIO DE NOËL

de BACH

in

"NUIT SACRÉE"

de l'ensemble

Accentus/Concerto Köln

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 11/02/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

11/02/2014

RÊVERIE 8

REVE POURPRE.jpg

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

RÊVERIE

8

 

Au plus fort de son emprise, la rêverie met à disposition du rêveur de quoi réanimer n'importe quelle flamme. Étonnant kaléidoscope capable d'aiguiser le regard que chacun porte sur le monde, elle dissipe la lumière du jour coupable de dissimuler l'éclat des étoiles, offrant ainsi une indicible prérogative, en lui accordant toute l'attention qu'elle mérite. Elle qui cisèle le fusionnel d'émanations brûlantes comme la glace.

(FIN)

 

P.  MILIQUE