Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2014

NADIA TUENI: "JARDINIER DE MA MEMOIRE" QUAND ON EST SEUL

 

NADIA TUENI

"Quand on est seul..."

(premiers mots du poème sans titre)

In "Jardinier de ma mémoire"
© Flammarion, 1998

Lecture par Anne KESSLER


Nadia Tuéni est une poétesse libanaise d'expression française née à Baakline au Liban. Fille d'un diplomate et écrivain de religion druze, et d'une mère française, elle était bilingue et se réclamait ainsi naturellement de deux cultures. Elle se destina d'abord au barreau et s'inscrivit à la faculté de droit, mais interrompit ses études quand elle épousa, en 1954, Ghassan Tuéni, journaliste et député de Beyrouth, qui fut plus tard ambassadeur du Liban à l'ONU de 1977 à 1982. Ils eurent deux garçons, Gébrane, journaliste qui fut assassiné le 12 décembre 2005 à Beyrouth et Makram, disparu dans un accident automobile et une fille, Nayla, dont la mort à l'âge de sept ans d’un cancer affecta profondément Nadia Tuéni et l'amena à la composition de son premier recueil, Les Textes blonds, paru en 1963. En 1965, Nadia Tuéni est atteinte elle aussi d'un cancer. En 1967, elle devient rédactrice littéraire au journal libanais de langue française, Le Jour et collabore à diverses publications arabes et françaises. Prix de l'Académie française en 1973, pour Poèmes pour une histoire (Seghers), elle meurt en 1983 à Beyrouth.

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt
Prise de son: Amandine Grévoz
Montage:  Gilles Davidas

14/03/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 03/03/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

03/03/2014

CHANSON BOUM!: HÉLÈNE HAZERA reçoit le chanteur HK

 

HÉLÈNE HAZERA

reçoit le chanteur

HK

en LIVE et INTERVIEW

pour leur album: HK présente les Déserteurs

sorti le 17 février 2014 chez PIAS France

 

HK est accompagné des musiciens Medhi Ziouche et Medhi Dalil.

 

HK et ses Déserteurs c'est une petite aventure: prendre un répertoire de chanson francophone et l’assaisonner à la sauce Chaâbi.  

Le Chaâbi c'est la chanson populaire algérienne, née dans la Casbah d'Alger, qui modernise la musique arabo-andalouse du littoral, avec notamment l’ajout d'un instrument comme le banjo. Le répertoire tourne autour de chansons combatives comme "L'Affiche rouge" ou "Le Déserteur" mais pioche aussi dans les chansons plus tranquilles "les petits papiers" ou "Sous le ciel de Paris". Les arrangements passent à la fin, reste simplement l'émotion ...*
H.H.

 

Morceaux en LIVE interprétés par HK et les Déserteurs:

* L'Affiche Rouge, de Léo Ferré

* Le déserteur, de Boris Vian

* Les vieux amants, de Jacques Brel  

HK en concert avec les Déserteurs © Victor Delfilm

HK et Les Déserteurs entourant Hélène Hazéra © Pascaline Bonnet

 

CONCERTS
29/03/2014
La Condition Publique Roubaix (59)
02/04/2014
CABARET SAUVAGE Paris (75)
05/04/2014
Salle Jacques Brel Mantes La Ville (78)
17/04/2014
Théâtre Jean Vilar Montpellier (34)
18/04/2014
Le Chapeau Rouge Carcassonne (11)
19/04/2014
Le Métronome Toulouse (31)
01/05/2014
Fête FGTB Charleroi (be)
10/05/2014
Panoramas du Cinema du Maghreb et du MO Saint-denis (93)
11/05/2014
jean vilar,Festival De la rue à la scène Bergues (59)
16/05/2014
Espace Municipale Jean Vilar Arcueil (94)
18/05/2014
Fête de l'Huma Nord Mericourt (62)
23/05/2014
Le Hangar Chalette-sur-loing (45)
07/06/2014
Fête de LO Presles (95)
08/06/2014
Fête de l'Huma 44 Saint Nazaire (44)
26/06/2014
Centre Culturel Français d'Alger Alger (al)

DOULEUR D'AIMER 4

au magma présent de l'écriture

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DOULEUR D'AIMER

4

 

Il connaît alors le jour le plus désenchanté de sa vie.

Un jour fracassé à cœur de la plus aride sécheresse.

Il se sait condamné encore au lent naufrage d'un ordinaire amenuisée

Il entre dans un long tunnel extraordinairement sombre et humide,

Avec en lui, la sourde désespérance d'un temps désormais immobile.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

TRUISME

SUICIDE.jpg

 

TRUISME

 

Précautions inutiles à hésiter maintenant.

 

Il m’est plus égal que jamais

De disparaître avant la vieillesse

Sans éprouver le besoin de savoir pourquoi.

 

En aucun cas ma mort

N’éclairera le secret du monde.

 

 

P. MILIQUE

NADIA TUENI: "MALENTENDUS"

 

 

NADIA TUENI

 

"MALENTENDUS"

(extrait)

Issu du recueil

Poèmes pour une histoire


Lecture par Anne KESSLER


Nadia Tuéni est une poétesse libanaise d'expression française née à Baakline au Liban. Fille d'un diplomate et écrivain de religion druze, et d'une mère française, elle était bilingue et se réclamait ainsi naturellement de deux cultures. Elle se destina d'abord au barreau et s'inscrivit à la faculté de droit, mais interrompit ses études quand elle épousa, en 1954, Ghassan Tuéni, journaliste et député de Beyrouth, qui fut plus tard ambassadeur du Liban à l'ONU de 1977 à 1982. Ils eurent deux garçons, Gébrane, journaliste qui fut assassiné le 12 décembre 2005 à Beyrouth et Makram, disparu dans un accident automobile et une fille, Nayla, dont la mort à l'âge de sept ans d’un cancer affecta profondément Nadia Tuéni et l'amena à la composition de son premier recueil, Les Textes blonds, paru en 1963. En 1965, Nadia Tuéni est atteinte elle aussi d'un cancer. En 1967, elle devient rédactrice littéraire au journal libanais de langue française, Le Jour et collabore à diverses publications arabes et françaises. Prix de l'Académie française en 1973, pour Poèmes pour une histoire (Seghers), elle meurt en 1983 à Beyrouth.

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt
Prise de son: Amandine Grévoz
Montage:  Gilles Davidas

13/03/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 28/02/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

28/02/2014

QUAND LES MOTS CRIENT

CRI.jpg  

Photo empruntée à Pascal RENOUX qui en est l'auteur et en reste l'unique propriétaire.

Consultable sur:

http://typcollectif.blogspot.com/ 

 

 

QUAND LES MOTS CRIENT

 

Les tensions accumulées se cristallisent

Dans le foudroiement soudain d’évidences aveuglantes.

Tout prend alors une tournure insoutenable.

 

Il faut refuser de consentir à l’inacceptable.

 

S’initie alors un tumultueux voyage au cœur de la douleur,

Un combat âpre contre une souffrance à l’état brut.

Il est temps de s’extraire de l’obscurité!

 

Combien de temps faudra—il attendre

Pour qu’elle veuille bien desserrer son étreinte?

 

Il m’est impossible de faire mentir ma peine…

Mais il est des mots qu’on ne peux pas

Ne pas entendre tellement ils crient.

 

P. MILIQUE

LE MAL SECRET

LA VIE.jpg

 

 

LE MAL SECRET

 

C'est avec une acide pointe d'agacement

Que, dans le désir d'élucider les zones d'ombre de son passé,

S'exacerbe la lueur intime rongée par un mal secret.

 

On sent la phrase se gonfler avec lenteur

Et sembler perdre le sens de la mesure nécessaire.

 

Naissent des intrigues multiples d'amples convergences,

Vivantes d'élégantes cruautés et de cynisme revendiqué

Qui, faisant leur deuil d'une poignée de chimères,

Exaltent un texte de rage écumante: un texte de vie.

 

P. MILIQUE

12/03/2014

VISCÉRAL

DRAME.gif

 

 

VISCÉRAL

 

J’ai commencé à écrire

Pour, à défaut de pouvoir le supprimer,

M’expurger de mon monde à moi.

 

Écrire au-delà de la raison et de la morale

Ce drame de l’irréparable et du resurgi

Aux marges d’un essentiel jamais dit.

 

P. MILIQUE

GROTESQUE OBSTINATION

GROTESQUE.jpeg

 

GROTESQUE OBSTINATION

 

Même lorsque le désir d’écrire est puissant,

On le sait également volatile.

 

Il est la parenthèse éphémère qui brûle mes insomnies

Au fer rouge de pensées feutrées, secrètes.

Quoi de plus trompeur?

 

Jamais les signes ne seront des preuves.

Et souvent, dans la grisaille de matins furtifs,

La comédie s’essouffle et s’achève

Happée par le vide insoutenable d’une passion éteinte

Révélant une fois encore la morne créativité

Qui sera mienne, tout l’indique, pour toujours.

 

Et, puisque l’idéal me reste inaccessible,

J’entretiens, avec une grotesque obstination,

L’illusion désespérée d’un ordinaire malentendu.

 

P. MILIQUE

DOULEUR D'AIMER 3

au magma présent de l'écriture

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DOULEUR D'AIMER

3

 

Il sait maintenant concevoir pour elle l'ivresse d'un amour perdu.

Un amour aux yeux serrés, sur fond de passion incestueuse

Qui adoucit les blessures d'un passé exprimant sa vulnérabilité.

 

Le bonheur a de tout temps eu partie liée avec le chagrin.

En devenant diaphane au fil du temps, il est devenu éphémère

Même quand il est, croit-on, bien construit et solidement étayé.

Un jour, il ne peut éviter de mourir de ce trop-plein d'évidences.

Toutes les frêles certitudes patiemment élaborées en cours de vie

Volent en éclats et ne proposent plus que le froid glacial du crépuscule.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE