Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2013

HIDEUX MATIN

au magma présent de l'écriture,

 

HIDEUX MATIN

 

Hideux matin à lutter contre soi,

A tricher, à user de subterfuges

Pour ne pas être tenté de rejoindre

Sa future galaxie de cendres sans passé.

 

C’est le travail d’une application obstinée

A ne pas savoir l’obscure douleur

Qui l’a jeté dans cette noire solitude

Où son cœur se cogne avec persistance,

Comme le fait un oiseau gravement épuisé

Contre l’informulé sans néant de sa propre vie.

 

P. MILIQUE

MALHEUR AUX BARBUS DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE 8/15

 

MALHEUR AUX BARBUS

DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE

8/15

 

Textes choisis par Jacques PESSIS

Réalisation Cédric AUSSIR

Conseillère littéraire Emmanuelle CHEVRIERE

 

Enregistré en public au Palais de Tokyo le 06 Septembre 2013 à l’occasion des 50 ans de France Culture

 

Des centaines de barbus enlevés par Edmond Furax, un aventurier sans scrupules qui veut devenir maître du monde ! Parmi eux le professeur Merry Christmas , titulaire de la chaire de barbologie analytique à l’université de la Sorbonne.

Les détectives Black et White se lancent à la poursuite de ce génie du mal. D’autres personnages se mêlent à cette grande aventure. Parmi eux, le journaliste Fred Transport, le commissaire Socrate, de la Police Judiciaire, Asti Spumante, un tueur à gage napolitain, Carole Christmas, la fille de l’illustre savant, et Malvina, la compagne de Furax.  Ils vont voyager aux quatre coins du monde, dans l’espace, mais aussi dans le temps.

8ème épisode

Les enregistrements de ce feuilleton, signé au début des années cinquante par Pierre Dac et Francis Blanche sont aujourd’hui introuvables. A partir des textes originaux, fort heureusement conservés (et publiés en 2010 chez Omnibus), voici une « version 2013 » de cette épopée radiophonique loufoque, dans la tradition des grands romans populaires. Sur France Culture, elle trouve sa place parmi les « classiques du XXème siècle ».

Avec :

Damien HOUSSIER   (Furax )

Grégoire OESTERMANN   (Socrate)

Olivier BROCHE    (Euthymènes)

Gilles PRIVAT  (Black )

Jean-Claude LEGUAY   (White )

Marina GOLOVINE   (Malvina)

Christophe BRAULT    (Fred Transport)

Judith HENRY  (Carole)

Laurent FERRARO   (Asti) 

Philippe LAUDENBACH    (Merry CHRITMAS / GUGOMUS)

Antoine GOUY    (CORNELIUS)

 

Et avec Emeline Bayart , Xavier Brossard , Brigitte Faure , Franck Molinaro

Bruitages Patrick Martinache

Prise de son Eric Boisset, Clothilde Thomas

Assistante à la réalisation  Cécile Laffon

Malheurs aux barbus  est publié aux éditions Omnibus

chaine d'origine: 
France Culture

Thème(s) : Création Radiophonique| Littérature Contemporaine| barbus| humour| France Culture| Francis Blanche| Pierre Dac

30/12/2013

CHANSON BOUM! : JULIETTE

 

CHANSON BOUM! 

  JULIETTE

 

Un vrai plaisir un nouvel album de JULIETTE: elle déboule au studio. Au piano deux en direct, piano-voix. Et puis découverte des nouvelles chansons. "Nour" sur l'euthanasie, "Veuve noire" sur une tueuse de faits divers. On va causer de port de voix, de rapports entre la chanson et le lyrique, du Diable aussi..

HÉLÈNE HAZERA

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 26/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

26/11/2013

LA FAUSSE LENTEUR DU SABLIER

au magma présent de l'écriture,

 

LA FAUSSE LENTEUR DU SABLIER

 

Dans la béance quotidienne, l’amour revêtu de ses habits neufs

A brusquement éclaté comme le tonnerre dans un ciel sans sérénité

Entraînant le vacillement général d’un réel déjà prêt à s’effriter.

 

Désormais, le regard libéré se porte sur d’autres horizons à inventer.

Des échos résonnent baignant l’existence dans une lueur d’aube neuve,

Suggérant que la réalité peut être réversible et l’impensable possible.

 

Teinté d’inexorable cependant prévisible, naît une zone de vie ambiguë,

Mélange d’insatisfaction désabusée et d’une vive déception née de l’attente

Provoquant la nécessité d’entreprendre l’introspection du tréfonds violenté.

 

Déjà multi-couturé de cicatrices inexpliquées, rescapé de vives brûlures,

De fissures de l’âme et de fractures d’esprit, il doit s’agripper du cœur

Aux miettes d’un bonheur en pointillé dispersé dans le miroir des choses.

 

Alors que le tumulte s’agite à l’intérieur en proie à un violent désordre,

Le jour charrie son lot de souffrances fragmentées  dans un éclat de reflet

Tandis que la vie, immarcescible, persiste avec la fausse lenteur du sablier.

 

P. MILIQUE

JEFFERSON NOIZET SALLE DU BOIS DE CASTRES CARBONNE (HAUTE-GARONNE)14 NOVEMBRE 2013

(Captation Personnelle)

 

 

 

 

JEFFERSON NOIZET


 SALLE DU BOIS DE CASTRES
CARBONNE
(HAUTE-GARONNE)14 NOVEMBRE 2013

 

ORGANISE PAR L'ASSO'S ÉPICÉE

MALHEUR AUX BARBUS DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE: 7/15

 

MALHEUR AUX BARBUS

DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE

7/15

 

Textes choisis par Jacques PESSIS

Réalisation Cédric AUSSIR

Conseillère littéraire Emmanuelle CHEVRIERE

 

Enregistré en public au Palais de Tokyo le 06 Septembre 2013 à l’occasion des 50 ans de France Culture

 

Des centaines de barbus enlevés par Edmond Furax, un aventurier sans scrupules qui veut devenir maître du monde ! Parmi eux le professeur Merry Christmas , titulaire de la chaire de barbologie analytique à l’université de la Sorbonne.

Les détectives Black et White se lancent à la poursuite de ce génie du mal. D’autres personnages se mêlent à cette grande aventure. Parmi eux, le journaliste Fred Transport, le commissaire Socrate, de la Police Judiciaire, Asti Spumante, un tueur à gage napolitain, Carole Christmas, la fille de l’illustre savant, et Malvina, la compagne de Furax.  Ils vont voyager aux quatre coins du monde, dans l’espace, mais aussi dans le temps.

7ème épisode

Les enregistrements de ce feuilleton, signé au début des années cinquante par Pierre Dac et Francis Blanche sont aujourd’hui introuvables. A partir des textes originaux, fort heureusement conservés (et publiés en 2010 chez Omnibus), voici une « version 2013 » de cette épopée radiophonique loufoque, dans la tradition des grands romans populaires. Sur France Culture, elle trouve sa place parmi les « classiques du XXème siècle ».

Avec :

Damien HOUSSIER   (Furax )

Grégoire OESTERMANN   (Socrate)

Olivier BROCHE    (Euthymènes)

Gilles PRIVAT  (Black )

Jean-Claude LEGUAY   (White )

Marina GOLOVINE   (Malvina)

Christophe BRAULT    (Fred Transport)

Judith HENRY  (Carole)

Laurent FERRARO   (Asti) 

Philippe LAUDENBACH    (Merry CHRITMAS / GUGOMUS)

Antoine GOUY    (CORNELIUS)

 

Et avec Emeline Bayart , Xavier Brossard , Brigitte Faure , Franck Molinaro

Bruitages Patrick Martinache

Prise de son Eric Boisset, Clothilde Thomas

Assistante à la réalisation  Cécile Laffon

Malheurs aux barbus  est publié aux éditions Omnibus

chaine d'origine: 
France Culture

Thème(s) : Création Radiophonique| Littérature Contemporaine| barbus| humour| France Culture| Francis Blanche| Pierre Dac

29/12/2013

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 25/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

25/11/2013

CHANSON BOUM! : Bernard ADAMUS

 

CHANSON BOUM! 

BERNARD ADAMUS

 

Bernard Adamus © Felix Bowles


"L 'hiver va nous tuer jusqu'au printemps .. "

(BERNARD ADAMUS)


Bernard Adamus a explosé comme une bombe au Québec, au moment de la "révolution des casseroles" qui a mis la jeunesse au centre des préoccupations. D'ascendance polonaise il s'exprime obstinément en français québécois populaire de Montréal , le "joual" et les oreilles francophones non habituées devront faire un petit effort. Un effort bien mérité car les textes de Bernard Adamus  sont puissants, énergiques, avec un fond romantique. Musicalement c'est entre deux styles anglo-américains: le blues dont Bernard est fortement entiché, et la chanson "western" le versant francophone québécois de la musique country. Bernard Adamus est un chanteur brailleur, à croire qu'il est passé par l'école de la rue, mais le braillement reste mélodieux, et peut devenir charmeur. H.H

 

Pour se procurer ses albums : http://www.bernardadamus.com/boutique.cfm


Bernard Adamus ©

 

 

 

 

 

 

 

 

DANS LE SEL DE L'INSTANT

vie,angoisse,obstination,privation,joie,mourir,drôle,animal,inquiétude,bonheur,mépris,éternité,fragment,folie,sagesse,présence,évidence,instinct,amour,muser,musarder,émotion,clair de lune,inspiration,nuit,rayonnant,miracle,banalitéévocationbeauté,hésitationaquarelliste,inspiration

 

 

DANS LE SEL DE L'INSTANT

 

Pourquoi perdre son temps à vivre dans l'angoisse,

S'obstiner à se priver de joie avant de mourir?

 

L'homme est ce drôle d'animal inquiet

Qui regarde ailleurs quand le bonheur est là!

 

Pourquoi mépriser le temps au nom de l'éternité

Plutôt que d'habiter chaque fragment comme s'il était le dernier?

 

Il faut être fou pour ne pas être ce sage qui éprouve

La présence évidente et instinctive des choses.

 

Aimer muser et musarder dans l'émotion

De clairs de lune inspirés de nuits d'été rayonnantes,

Dans ce miracle de la banalité qu'est le réel de l'instant.

 

Il habite maintenant dans l'évocation d'une beauté hésitante

Dont il aimerait tans se revendiquer l'aquarelliste inspiré.

 

P. MILIQUE

LA MEMOIRE ET L'AMER

AMERTUME.jpg

 

LA MÉMOIRE ET L'AMER

 

Même dans le jaillissement d'une pensée affranchie,

Les mots indisciplinés font barrage à l'émotion.

 

Après avoir lutté, obstiné, jusqu'à la rébellion finale,

L'homme aime à briser les ultimes chaines de son aliénation.

 

Comment peut-on survivre à ceux qui nous abandonnent?

 

Lui qui n'est plus, était un rempart contre mon néant!

Et je m'éprouve désormais livré à la hargne du quotidien.

 

Structure éclatée espace de la désolation,

Le tragique s'enracine dans l'intime d'un impossible non consolé

De ses luminescences de chair et de sang que les instants ont figés.

 

Aussi ne reste-t-il que la mémoire et l'amer,

Goutte d'improbable suivant le corridor temporel

De cette réalité avérée éphémère qu'est la vie.

 

P. MILIQUE

28/12/2013

DELIT DE FEMMES

amante_r.png 

Ce texte a été écrit en humble résonance aux "Délits de Femmes" composé et chanté par cet artiste munificente qu'est VALHERE !

http://www.youtube.com/watch?v=yRREsDccA2A 

 

 

DÉLIT DE FEMMES

 

 

Dans le petit matin, aux heures où la ville fait sa toilette.

C'est le moment où l'homme se soustrait à l'autre Dame

Pour revenir, un peu piteux, auprès de la sienne.

Il se sait un peu usurpateur

Et de ce fait n'est pas fier de son délit.

Mais enfin...

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

Les lèvres qui reconnaissent sa peau l'enlace et l'étreint.

Irrépressible élan qui offre l'intimité fougueuse

De baisers non soustraient à l'autre, pense-t-il.

Baisers voraces et terriblement charnels.

De là naît la musique lumineuse de jours à venir

Où l'existence, revigorée, se farde de beauté.

 

L'homme s'était fondu à sa Dame.

Après avoir humé une dernière fois

Le parfum unique exhalé des corps repus,

Il consent à revenir auprès de celle

Qui aura passer la nuit sans lui.

La porte s'est fermée, étouffant ainsi

Le dernier cri du corps qui l'aurait fait rester.

Il songe à toutes ces heures déployées dans l'infini nocturne,

Au voile épais de la lune en deuil des étoiles.

Au pli de sa mémoire à vif, il s'invente

D'autres routes de braises où s'incendient les sens.

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

Il tourne le dos et s'en va là où il doit aller.

Il le fait doucement, avec précaution.

Il ne faudrait pas que ses rêves se brisent

Dans les spasmes de l'obscurité qui s'éteint.

Cependant l'homme, dans sa faiblesse,

Ne résiste pas aux remords qui pointent.

 

Au sortir de la nuit trop blanche,

Le regard incertain confirme l'aube blafarde.

Et il comprend soudain, avec netteté,

Que le sens n'existe jamais qu'au travers de la quête.

 

Il n'est pas fier de son délit,

Car il se sait misérable imposteur.

Il s'allonge auprès de la femme,

La légitime. La sienne. Du moins le croit-il.

Au vrai, mais bien sûr il l'ignore,

Il vient de trouver une place encore chaude

Auprès de la maîtresse d'un autre

Qui, dans la fusion des corps

Savait si bien, avec délicatesse, la redessiner.

 

«Et c'est beau le cri des femmes/ Qui râlent à l'aube au pas des portes/ Aux amants qu'elles chassent/ Et qui emportent/ Les heures mortes dans leur lit.»

 

P. MILIQUE