Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2017

FULGURANCE INOUÏE

pere.jpg

 

 

FULGURANCE INOUÏE

 

 

Dans l'ombre dense de la mort

Scintillent, étonnées, des leçons de vie.

 

Chacun se ment, jusqu'à la toute dernière seconde,

Mais cette vie est un leurre grossier, abject,

Dont on ne peut toujours que redouter le pire.

 

C'est un naturel et incontournable piège mortel

Aux mâchoires acérées et avidement sinistres.

 

Son Père s'en est allé sans gémir, silencieux,

Comme une poussière balayée de la surface de la Terre,

Strates intemporelles au noir absolu d'un silence.

 

Depuis, il ne tente même plus de refouler ses larmes

Tant ce cauchemar prévisible qui l'étouffe et le ronge,

Le strie, le lacère de plaies pour toujours suppurantes.

 

Comment s'extirper de cette infernale horreur,

De cet effroi saisissant qui déclenche autant

D'interminables et tenaces réactions de panique?

 

Aussi, à ne plus connaître que le chaos de sa lâche survie

Immergée, vaincue, au cœur d'une désolation infinie,

Il éprouve la certitude indéterminée d'être sale pour toujours.

 

A travers l'expérience de la disparition d'un être aimé,

Le temps fait que la douleur, sourde et insistante,

S'immisce, aiguë, en une fulgurance inouïe

Qui le laisse trop exténuer pour encore vivre vraiment.

 

P. MILIQUE

12/02/2017

ENCHAÎNEMENT LEXICAL ET TENDANCIEUX : MAIN...

Cet Enchaînement Lexical a été composé en révérencieuse référence à cet inégalable Poète qu'est Eric Ducelier. Un maitre!

 

DICTIONNAIRE.jpg

 (Comme il s'agit – cela ne vous aura pas échappé – d'un enchaînement lexical, il conviendra de remonter le fil des archives pour consulter les précédentes lettres de l'alphabet nous ayant conduits, non sans une ostentatoire désinvolture, jusque là...)

 

MAIN

Fleur à cinq pétales!

Étonnante vérité des êtres lorsqu'elle est promesse, la main peut se révéler tel un support solide et généreux pour peu que l'on  possède le luxe de l'avoir sur le cœur.

Il arrive aussi qu'elle facilite et concrétise le premier contact charnel commis entre une personne et une autre devenant, de facto et par un effet de mystère toujours pas résolu à ce jour, un premier symbole d'acceptation.
Cette première pierre posée est susceptible de donner lieu à des échanges aussi féconds que volubiles.


Le contact initial peut également se révéler chez l'un ou l'autre des récipiendaires -- parfois même chez les deux -- un comportement suffisamment irrationnel pour les inciter s'abandonner dans l'instant, et en simultané, à la tendresse cotonneuse d'un petit nuage.

 

(NUAGE)

 

P. MILIQUE

11/02/2017

ENCHAÎNEMENT LEXICAL ET TENDANCIEUX.... LUMINEUX

Cet Enchaînement Lexical a été composé en révérencieuse référence à cet inégalable Poète qu'est Eric Ducelier. Un maitre!

dictionnaire.jpg

(Comme il s'agit – cela ne vous aura pas échappé – d'un enchaînement lexical, il conviendra de remonter le fil des archives pour consulter les précédentes lettres de l'alphabet nous ayant conduits, non sans une ostentatoire désinvolture, jusque là...)

 

LUMINEUX

 

C'est parfois l'état d'ensoleillement inattendu d'un paysage souriant capable de libérer, non sans une certaine avidité, un torrent d'émotions et de beautés stupéfaites.

 

D'autres fois, c'est une véritable rhapsodie d'étonnements, de sourires mystérieux, de regards échangés et d'instants privilégiés qui répandent à profusion ses traits de lumière en forme de diamants.

Ce souffle épique bouleverse jusqu'aux larmes quand, dans la naissance impromptue d'une relation que l'on pressent magnifique, l'Autre, l'Inespéré, confirme que tout peut désormais commencer.

 

Le lumineux s'offre alors en toute confiance, et avec un naturel désarmant, dans le franc tendu d'une main.

 

(MAIN)

 

P. MILIQUE

01/02/2017

ENCHAÎNEMENT LEXICAL ET TENDANCIEUX.... BAISER

Cet Enchaînement Lexical a été composé en révérencieuse référence à cet inégalable Poète qu'est Eric Ducelier. Un maitre!

dictionnaire.jpg

 

BAISER



Maîtrise initialement approximative d'une action mécanique se manifestant sous la forme étrange d'une gymnastique linguale singulière et plus ou moins prolongée.
A chacun sa technique! Toutefois l'organisation intime, aussi humide qu' ouvertement artisanale et maladroite, reste d'une grande importance.


Notons que tout un chacun s'accorde à reconnaître que le baiser met en œuvre tout un savoir faire buccal parfaitement singulier, et pour le moins insolite.

Prodigieuse activité à l'étonnante vertu communicative, le baiser se décline généralement avec un fiévreux enthousiasme. Il le fait  sur un mode continu ou alternatif à l'envoûtante puissance active.


Par ailleurs, il se révèle être une occupation parfaitement rassembleuse et œcuménique, puisqu'elle est exécutée de nombreuses fois au quotidien  même par le plus mécréant d'entre nous.


Si tel est le cas, c'est bien parce que le baiser est réputé savoir exprimer, avec une clarté déroutante, et une anarchique effusion aussi, au partenaire choisi tout ce qu'on a – peut-être – sur le cœur. 

(CŒUR)

 

P. MILIQUE

11/11/2016

LES APPARENCES 1

au magma présent de l'écriture,

SUR LES AILES DU RÊVE

1

 

Rien n'est plus visible que les apparences masquées du doigt!

Elles ne sont pourtant que l'illusion mensongère de tout ce qui saute aux yeux.

D'ordinaire, elles se cachent du soleil et offrent aux regards voraces d’étonnants oxymores aux noms de violence/douceur, énergie/retenue, gravité/futilité, etc.

En tout état de cause, elles ne sont que des visions, strictement personnelles et chimériques, destinées à façonner la matérialité de ce qui doute peut-être.

On les voit se dissimulent pour mieux se faire voir encore, et ne plus être elles-mêmes que paravents illusoires.

En s'exposant ainsi au grand jour, elles contribuent à ce que l'on en observe la saveur factice de l'imprévu.

En fait, plus les apparences s'affichent ostentatoirement trompeuses... moins elles le sont.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

09/11/2016

L’IDIOME PERDU

RIMBAUD.jpg 

Arthur RIMBAUD

 

L’IDIOME PERDU

 

Dans la plus illusoire tradition,

Ils semblent ne se nourrir en silenc

Que de la langue oubliée d’un idiome perdu.

 

Fascination lucide et étonnée

Pour ces poètes à vif encore enfants

Qui en mots ne craignent pas

De braver la fusion mortelle.

 

Quel est donc le vrai pouvoir de la Poésie?

 

P. MILIQUE

05/10/2016

DUPES DE RIEN 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DUPES DE RIEN

6

 

   Puisque l'univers est une énigme, on peut bien admettre, là, sous nos yeux, le surgissement inopiné du nouveau et du possible, et accepter l'extraordinaire aventure de la transformation.

Une de celle qui complète sans s'acharner à contredire. L'illusion nous installe dans la présence abreuvée d'un autre ici et maintenant avec lequel on se sent, à l'immédiat, en totale résonance dont on apprécie l'harmonie d'ensemble et la singulière beauté.

Cet moment-là est pur d'instantanée connivente.

Parce que l'on s'est proposé accessible à l'éblouissement. Position nouvelle et privilégiée.

Il a suffi de lui laisser la bride sur le cou pour que l'imagination gambade et bouleverse la raison.

Pour qu'elle disperse nos certitudes.

Sous nos yeux maintenant, quelque chose de magique distille l'étonnement dans notre décor familier, imposant le respect. Formes similaires dans leurs différences qui, d'un coup, étonnent la vie.

Une illusion peut-être...

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

27/07/2016

COURT-MÉTRAGE

COUT METRAGE.jpeg

 

 

COURT-MÉTRAGE

 

C'est un peu comme s'enfoncer dans une forêt,

Véritable cathédrale sonore patiente

Qui module sans fin la mélodie du temps.

 

Par la fenêtre nue laissant filtrer

La pâleur exténuée d'un jour éteint.

La porte est ouverte sur un couloir sombre

Dans l'attente d'un événement qui viendra dire

Que la survie reste l'enjeu essentiel.

 

Dès lors, pourquoi s'étonner encore

Des points d'interrogations médusés

Que l'on a tous dans nos yeux désabusés,

En nous infligeant le spectacle référent

Du seul court-métrage qui soit intéressant:

Celui d'une vie ciselée dans le marbre des sourires.

 

P. MILIQUE

27/06/2016

NOSTALGIE INFERTILE

au  magma présent  de l'écriture,

 

NOSTALGIE INFERTILE



Acceptons cette évidence: cette loi-là est incontournable!

Il faut très universellement ajouter chaque année d'un temps
Qui, à force de réitération faut-il le dire, calme bien des ardeurs,
Et fait se dissoudre, dans le colimaçon oublieux des souvenirs,
La grâce pulpeuse de l'extrême mais trop éphémère jeunesse.

Il ne sert à rien cependant de se réfugier dans l'infertile nostalgie
Car il reste encore à vivre ce passé de demain qu'est aujourd'hui
Afin de s'accorder la plénitude possible d'un bonheur confortable.

Il convient donc d'exacerber l'indéfectible optimisme et l'étonnante
Capacité à encourager l'espoir, caractéristique majeure de l'homme,
Et d'exalter l'avide curiosité qui, en marge du réel et de ses facticités,
Saura autoriser l'accès jusque-là réservé des émotions fondamentales.
Ainsi, l'omniprésente petite voix intérieure qui, dans la savante alchimie
Proposée au fil du possible et de l'imaginaire, dira les moments essentiels
Mer de la tranquillité sous la lune aptes à peupler le jardin de nos délices.

Acceptons-en la simple évidence: cette loi-là est incontournable
Qui donne libre cours à l'enluminure de nos émerveillements
Pour forcer l'amplitude jusqu'à atteindre le point d’équilibre,
Pour s'éprouver enfin en état d'épanouissement. Quand même.

P. MILIQUE

19/04/2016

LES RESSOURCES DE L'ERRANCE

fantome.jpeg

 

LES RESSOURCES DE L'ERRANCE

 

C'est dans cette ville déréalisée par les néons,

Où l'anonymat règne en tyran clandestin,

Qu'il a exploité les ressources infinies de l'errance

Dans les dédales insoupçonnés de sa propre intériorité.

 

Tout dépend de l'aptitude dont on dispose

A se faufiler dans la douleur vive du réel!

 

Il faut profiter de la confusion pour neutraliser l'inconnu

Et mettre en perspective l’étrangeté lisse du familier

Sans jamais cependant céder à l'illusion de la transparence à soi.

 

Les vertiges de l'identité pénètrent la conscience de l'autre

Et, suspendu à une beauté magique et mystérieuse,

L'absorbent dans l'absolue récurrence du même.

 

Embarqué au fil tenace de dérives ondoyantes,

Se maîtrise l'étonnement d'être là où l'on est

A l'exacerbé d'une activité créatrice et subversive

Qui s'arpège d'accords existentiels.

 

Dès lors, la mise en musique progressive

Des modulations du visible

S'élève au secret dénudé d'un cœur d'instant épuré,

Sillon sonore d'où scintille le néant.

 

P. MILIQUE

21/03/2016

OMBRES INJUSTES

au magma présent de l'écriture,

 

OMBRES INJUSTES



Son ordre naturel est troublé
D'ésotériques ombres injustes.

Entouré d'un large cercle d'étonnements,
Il s'éprouve en partance pour une obligation
Dont l'empreinte objective s'évade aux autres.

En vérité il part peut-être pour cette sagesse
Qui offre la possibilité d'un voyage différent
Dont l'absolue magie serait d'infléchir le temps.

Comme tout est délicieusement simple à présent!...

P. MILIQUE

11/02/2016

FÉLIN POUR ELLE 8

 

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

FÉLIN POUR ELLE

8

Oui: le silence! Il n'y a rien d'étonnant à cela tant, je le sais, elle a toujours préféré le retrait et la pudeur aux vantardises et autres exhibitions obscènes. Mais le seul, ça n'a pas beaucoup de sens. C'est vrai qu'elle touche au cœur, parce qu'elle éprouve l'intense besoin de communiquer ses émotions. En fait, elle parle en se taisant.
Alors elle tranche dans le vif le carcan des structures en mettant en avant son amour des mots. Elle écrit. Car l'acte d'écrire est une des seules façons de s'exprimer en se taisant. L'écriture est cette voix aphone issue d'une âme qu'un seul regard parfois empêche d'asphyxier. C'est ainsi que tu as le privilège de la lire dans l'exposé douloureux mais sincère de ses quêtes inabouties.


Je comprends Eliott, je comprends.


Il faut dire aussi que, même sans vouloir s'engager dans une logique de catastrophe, force est de constater que la réalité ouvre à des situations aussi étranges que paradoxales. En perpétuelle transformation, elle est capable de stupéfiantes métamorphoses. Tout cela nourrit l'évidente incertitude proposée par l'inévitable rencontre avec toute une série d'obstacles. C'est une situation difficile peu compatible en apparence et, pire encore, ouvertement antagoniste parfois.
Alors, de traumatismes incessants en brutales oppositions, les conséquences engendrées ne peuvent être que destructrices. Ce parcours chaotique laisse, cela arrive, d'indélébiles stigmates.
Mais j'ai pour elle une irrésistible envie d'espérance, plus forte encore que tout autre sentiment: que l'intensité du réel présent lui soit génératrice de l'exacte énergie du demain. Tu sais, la beauté a pour caractéristique essentielle de savoir jaillir soudain du fugace. Je sais que Nancy sera à l'endroit juste au moment précis.

(A SUIVRE)

 

P. MILIQUE