Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2013

MARIEE SIOUX LE BIKINI TOULOUSE FÉVRIER 2009

(Captation Personnelle)

 

MARIEE SIOUX

LE BIKINI

TOULOUSE

 FÉVRIER 2009

27/08/2013

SI NOUS VIVIONS EN 1913 : NOUS AURIONS PEUT-ÊTRE VISITE L'USINE RENAULT

 

SI NOUS VIVIONS EN 1913 

NOUS AURIONS PEUT-ÊTRE VISITE L'USINE RENAULT

 

Voiture Renault 1900 - musée de la voiture Compiegne ©

Wikimedia commons - 2013 / P.poschadel


Poursuite de notre remontée en 1913, un an avant la seconde guerre monde. Aujourd'hui, visite de l'usine Renault de Boulogne-Billancourt. Elle ressemblait plutôt à une multitude d'ateliers, employait 4000 ouvriers, et produisait 1300 voitures par an...

26/08/2013

SI NOUS VIVIONS EN 1913: NOUS MANGERIONS SURTOUT DU PAIN

 

SI NOUS VIVIONS EN 1913

NOUS MANGERIONS SURTOUT DU PAIN

 

 

pain © Wikimedia commons - 2013 / Copyright © 2005 David Monniaux


Retour un siècle en arrière, comme chaque jour. Antoine PROST nous parle ce matin du pain, qui constituait en 1913 la base de notre alimentation.

25/08/2013

SI NOUS VIVIONS EN 1913: NOUS VIVRIONS A LA CAMPAGNE

 

SI NOUS VIVIONS EN 1913

NOUS VIVRIONS A LA CAMPAGNE

 

Retour un siècle en arrière. Même s'il n'y avait pas que des paysans à la campagne, en 1913, il y avait entre 7 et 8 millions d'agriculteurs qui vivaient en zone rurale. Leurs conditions de vie étaient très variables.

Paysans et chaumière en Ardèche cévenole © wikimedia commons - 2013

24/08/2013

SI NOUS VIVIONS EN 1913: NOUS NE SERIONS PAS EN VAVANCES

 

SI NOUS VIVIONS EN 1913

NOUS NE SERIONS PAS EN VACANCES


Par

Antoine PROST

Gare 1900 © wikimedia commons - 2013 / B. F. Paris

A cette époque, très peu de personnes partaient en vacances. Seuls les rentiers, les professions libérales, les commerçants, ou les enseignants pouvaient se le permettre. Les ouvriers, ne s'arrêtaient jamais de travailler par choix.

23/06/2013

LA PARISIENNE LIBEREE : "LA ROUTE DES ETHYLOTESTS"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"LA ROUTE DES ETHYLOTESTS"

Paroles et musique : la Parisienne Libérée


[citation J.- L. Borloo - LCI 2008]

On a pas été assez prévoyants
Comme d’habitude on s’y est pris trop tard
On n’a plus le choix vu que maintenant
C’est devenu obligatoire
On est prêts à faire tous les sacrifices
Même s’il faut y passer l’été
Avec mon mari, ma fille et mon fils
On veut savoir, on veut souffler !

On l’a cherché dans toutes les pharmacies
Les grandes surfaces et les stations essence
Il n’y en avait plus un seul dans tout le pays
Mais au moins on a découvert la France
Un petit ballon et nous voilà repartis
Du Nord au Sud ou d’Ouest en Est
Je ne sais plus par où mais je sais qu’on a suivi
La route des éthylotests (bis)

Ce qui est sûr c’est qu’on en a trouvé
Un peu partout sur le bas côté
Du Bichromate de Potassium
Par kilos si c’est pas par tonnes
Comme il paraît que c’est un poison toxique
Qui pollue les nappes phréatiques
On a décidé qu’avant de prendre l’auto
On ferait bien gaffe à ne plus boire d’eau

Dichromate de Potassium : K2Cr2O7
Matière très toxique ayant des effets immédiats graves.
Matière comburante, peut aggraver un incendie
Très toxique pour les organismes aquatiques, éviter le rejet dans l’environnement.
Corrosif, nocif par contact cutané. Provoque de graves brûlures et lésions oculaires
Sensibilisant, reprotoxique, mutagène, cancérogène.

On l’a cherché dans toutes les pharmacies
Les grandes surfaces et les stations essence
Il n’y en avait plus un seul dans tout le pays
Mais au moins on a découvert la France
Un petit ballon et nous voilà repartis
Du Nord au Sud ou d’Ouest en Est
Je ne sais plus par où mais je sais qu’on a suivi
La route des éthylotests (bis)

Il y en a parterre sur les aires de repos
Les enfant jouent, c’est rigolo
Ils collectionnent les petit tubes jaunâtres
En essayant de les rendre verdâtres
Quand on pense qu’il y en a qu’ont des doutes
Sur le test et sa fiabilité
Les gens connaissent le code de la route
Et quand c’est vert, ben il faut y aller !

On l’a cherché dans toutes les pharmacies
Les grandes surfaces et les stations essence
Il n’y en avait plus un seul dans tout le pays
Mais au moins on a découvert la France



Je vais vous prendre un éthylotest avec deux glaçons s’ils vous plait.
Et les petits qu’est-ce que vous voulez ?
Moi je voudrais un éthylotest à la menthe
Et moi à la grenadine
D’accord, et chéri qu’est-ce que tu prends ?
Pour moi ce sera un éthylotest frappé.

Un petit ballon et nous voilà repartis
Du Nord au Sud ou d’Ouest en Est
Je ne sais plus par où mais je sais qu’on a suivi
La route des éthylotests (bis)

19/06/2013

LA PARISIENNE LIBEREE : "LA BOUEE QUI FAIT COULER"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"LA BOUEE QUI FAIT COULER"

Paroles et musique : la Parisienne Libérée


[citation de M. Rajoy]

 

Allô allô,
Ici la zone Euro
On dirait que les banques espagnoles
Sont candidates pour le pactole
Combien ? Faut voir…
40 à 100 milliards
Accrochez-vous aux pare-battages
On est en présence d’un naufrage

 

C’est pas un plan de sauvetage
Juste un petit remorquage
Les riches prennent le canot
Les pauvres, eux, prennent l’eau
Pas une aide au pays
Juste une « ligne de crédit »
Un nouveau genre de bouée :
La bouée qui fait couler

 

 

L’Espagne, allô
Il faut faire baisser tes taux
L’étau de tes taux d’intérêt
Doit au plus tôt se desserrer
Pourquoi, comment ?
Au-dessus de six pour cents
D’un coup les rats quittent le navire
Et c’est tout l’Etat qui chavire

 

C’est pas un plan de sauvetage
Juste un petit remorquage
Les riches prennent le canot
Les pauvres, eux, prennent l’eau
Pas une aide au pays
Juste une « ligne de crédit »
Un nouveau genre de bouée :
La bouée qui fait couler

 

Eh, Madrilène
Entends-tu les sirènes ?
Si tu prends ces liquidités
Tu pourras plus les éponger
Seulement te voilà
Devant un drôle de choix
Si tu refuses nos petits cadeaux
Tu peux dire adieu à l’Euro

 

C’est pas un plan de sauvetage
Juste un petit remorquage
Les riches prennent le canot
Les pauvres, eux, prennent l’eau
Pas une aide au pays
Juste une « ligne de crédit »
Un nouveau genre de bouée :
La bouée qui fait couler

 

Allô la chaloupe
Ici l’Eurogroupe
Ta dette publique a explosé
Tes comptes prennent l’eau de tous côtés
Hé ho, toi là-bas
Manœuvre ta TVA
Baisse les salaires, les aides sociales
Et passe la barre à l’Amiral

 

Comme ça les gens seront encore plus dans la misère
Rembourseront encore moins leurs prêts bancaires
Les banques auront à nouveau besoin de liquidités
L’Europe leur fera de nouveaux prêts
Qui aggraveront l’endettement de l’État
Alors le gouvernement augmentera la TVA
Baissera et les aides sociales et les salaires
Comme ça les gens seront encore plus dans la misère
Rembourseront encore moins leurs prêts bancaires
Les banques auront à nouveau besoin de liquidités
L’Europe leur fera de nouveaux prêts
Qui aggraveront l’endettement de l’État
Alors le gouvernement augmentera la TVA
Baissera et les aides sociales et les salaires
Etc.

 

26/05/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 8/01/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

8/01/2013

11/05/2013

PAUL CELAN, "FIGURE DOUBLE", "LOINTAINS", "GREFFE SUR L'OEIL"

 

PAUL CELAN

"FIGURE DOUBLE"
Lu par Alain LENGLET

"LOINTAINS"
Lu par Julie SICARD

"GREFFE SUR L'OEIL"

Lu par Stéphane VARUPENNE

 

 

Poèmes extraits du recueil De Seuil en seuil (éditions Poésie Gallimard, traduction : Jean-Pierre Lefebvre)

 

 

 

 

Paul Celan est né le 23 novembre 1920. Ce poète et traducteur roumain de langue allemande, juif de Galicie, est un des plus grands poètes allemands du XXe siècle. Il a composé une oeuvre riche et complexe, orchestrée autour de la sonorité d'une langue qu'il maltraite, et ciselée dans la conscience d'écrire après l'extermination des juifs d'Europe. Il est mort en 1970 à Paris.

 

 

 

Cette semaine, un choix composé dans son recueil De Seuil en Seuil, paru en 1955 en Allemagne, et dans la traduction française de Jean-Pierre Lefebvre en 1998 parue chez Poésie Gallimard.

 

 

 

Prise de son : Pierre Minne

 

Montage : Sylvain Dangoise

 

Assistante à la réalisation : Delphine Lemer

 

Réalisation : Myron Meerson

29/11/2012

MANICHÉISME SIMPLIFICATEUR

REVOLTE.jpeg

 

MANICHÉISME SIMPLIFICATEUR

 

C'est un parcours jalonné d'une multitude de désordres

Qui rappellent sans détours le destin accablé de chaque homme.

 

Ce serait toutefois commettre une grossière erreur

Que de considérer le tintamarre outrancier de bonimenteurs

Tournant en dérision le désarroi des derniers utopistes.

 

Ce sont de ces voix qui laissent accroire qu'elles font autorité

Dans l'exposition rémanente de tristesses et de résurrections,

Ainsi que dans la mise en évidence et l'ostentation proprement dite,

Visible encore d'un monde médiocre d'où peu à peu l'on s'exclut.

 

La responsabilité du choix est importante qui met en relief

Le manichéisme simplificateur d'emblée désigné coupable

De masquer une réalité que l'on sait parfois plus réjouissante,

Afin de réveiller chez quelques-uns, le goût impérieux de la révolte.

 

P. MILIQUE

25/11/2012

LES PRIX LITTERAIRES: "Annonce Goncourt 1975"

 

ANNONCE GONCOURT 1975

IT1 NUIT 

17/11/1975 - 48s

 

Armand LANOUX, au milieu du brouhaha habituel des journalistes annonce l'attribution du prix Goncourt 1975, à Emile AJAR pour son roman intitulé "La vie devant soi".Interview de Françoise MALLET JORIS, membre de l'académie Goncourt sur ce choix.

 

Production

 

Télévision Française 1

Générique

 

Lanoux, Armand ; Mallet Joris, Françoise

09/08/2012

LA PENSEE RESCAPEE

désordre.jpg

Dado, Boîte, technique mixte, 2001.

 

 

 

 

LA PENSEE RESCAPEE

 

 

Dans le théâtre apparent soumis au désordre continuel,

Il cherche dans le choix du présent, un abris au chaos.

 

Les sens s'aiguisent et il convient d'affronter ce paradoxe

Qui propose le parcours agressif et vertigineux

De cet univers singulier qui se dérobe aux regards.

 

A prétendre capter ce qu'il a de plus ardu

Dans l'authenticité du doute murmurant,

Il restitue, avec une douceur exquise,

L'absurdité ludique promis d'un monde

Dont la nostalgie émane au magnifique

D'une fragrance aux accents d'inachevé.

 

Extrême délicatesse du souvenir qui affleure

Maintenant au ras de cette pensée rescapée

Qui prétend, offusquée, n'avoir pas à l'engloutir.

 

En dire davantage en irrépressible jets de mots

Serait se complaire d'un sourire à trop en dévoiler.

 

P. MILIQUE