Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT 1

au magma présent de l'écriture,

 

DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT

1

 

Cela implique un retour obligatoire et rude au réel.

A resserrer la focale aussi, au plus précis, sur ce qui se tient justement là, terriblement présent.

Car il est désormais impossible de prétendre être dans l'ignorance de ce désespoir qui désormais irrite et suppure.

 

Une chose est néanmoins certaine: il est le témoin direct de ce drame éminemment complexe qui, sans discontinuer, gagne du terrain.

Le sujet est délicat.

Il est gênant aussi.

De plus, il engendre un vif embrasement de honte exacerbé de pointes d'agacement.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

03/01/2017

DÉCALAGE HORAIRE

au magma présent de l'écriture,

 

DÉCALAGE HORAIRE



C'est sûr que le temps est relatif,
Quelqu'un l'a déjà dit je crois...

Mais d'abord, est-il vraiment?
S'agit-il de temps de plus en moins,
Ou bien du temps de moins en plus?

Pourquoi ne sommes-nous que passagers,
Missionnés sur terre pour justifier l'infini?
Pourquoi, au lieu d'être durablement installés
Dans le train de la vie, somme-nous assignés
D'en descendre à une gare non communiquée?

Dans l'impalpable éthéré de ce qui s'écoule
Liquide, le temps s'échappe entre les doigts
Comme le feraient les grains d'un sable fin
Aux reflets du soleil sur une plage exotique.

Parfois je pense que les décalages d'or errent
Tandis qu'ils ne sont que la projection fidèle
De ce qu'ils sont: une éternité effarouchée.
Dès lors, et afin que cela soit su de chacun...

C'est sûr que le temps est relatif,
Quelqu'un l'a déjà dit je crois...

Mais par ailleurs, est-il vraiment?
S'agit-il de temps de plus en moins,
Ou bien du temps de moins en plus?

P. MILIQUE

15/03/2014

NADIA TUENI: "JARDINIER DE MA MEMOIRE" QUAND ON EST SEUL

 

NADIA TUENI

"Quand on est seul..."

(premiers mots du poème sans titre)

In "Jardinier de ma mémoire"
© Flammarion, 1998

Lecture par Anne KESSLER


Nadia Tuéni est une poétesse libanaise d'expression française née à Baakline au Liban. Fille d'un diplomate et écrivain de religion druze, et d'une mère française, elle était bilingue et se réclamait ainsi naturellement de deux cultures. Elle se destina d'abord au barreau et s'inscrivit à la faculté de droit, mais interrompit ses études quand elle épousa, en 1954, Ghassan Tuéni, journaliste et député de Beyrouth, qui fut plus tard ambassadeur du Liban à l'ONU de 1977 à 1982. Ils eurent deux garçons, Gébrane, journaliste qui fut assassiné le 12 décembre 2005 à Beyrouth et Makram, disparu dans un accident automobile et une fille, Nayla, dont la mort à l'âge de sept ans d’un cancer affecta profondément Nadia Tuéni et l'amena à la composition de son premier recueil, Les Textes blonds, paru en 1963. En 1965, Nadia Tuéni est atteinte elle aussi d'un cancer. En 1967, elle devient rédactrice littéraire au journal libanais de langue française, Le Jour et collabore à diverses publications arabes et françaises. Prix de l'Académie française en 1973, pour Poèmes pour une histoire (Seghers), elle meurt en 1983 à Beyrouth.

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt
Prise de son: Amandine Grévoz
Montage:  Gilles Davidas

04/08/2013

LA BOÎTE A LETTRES: SIGNAC A THEO VAN RYSSELBERGHE

 

LA BOÎTE A LETTRES

SIGNAC A THEO VAN RYSSELBERGHE

© Musée des Lettres et Manuscrits)

 

J’ai reçu les tuyaux sur l’arc-en-ciel, mon bon ami et je te remercie. Luce avait eu simultanément la même gentille idée et du haut de l’omnibus il nota le même que tu croquas du bateau de Sheffer. Grâce à ce double dévouement je suis paré. Mais tu as nom de Dieu bien fait de faire changer de mouillage. Le capitaine : où diable vas-tu dénicher que cela puisse me contrarier en quoi que ce soit. Je suis content de ce que tu me dis, au sujet de ce que nous avons à apprendre. D’autant plus que je ne suis pas de ton avis. C’est bon de s’échanger des idées et n’y manquons jamais. Pour moi nous en savons assez, ce qui nous manque c'est d'oser et d'être logiques. Quand bien même nous dessinerions aussi bien que le Pissaro, Van Eyck, Degas, Ingres, les Japonais -enfin tout ce que, avec raison, nous admirons. Cela ne nous servirait à rien. Apprendre quoi ? A dessiner comme ces maîtres, c'est la plus mauvaise leçon que nous pourrions prendre. Il ne faut pas plus désirer dessiner de cette façon, qu'il ne faut leur demander de peindre comme nous. Ce qui nous manque ce n'est pas d'apprendre (d'après ce qui a été fait) mais de trouver (d'après la logique). Ce qu'il nous faut c'est instaurer un dessin conforme à notre peinture, dessin non d'imitation, d'exécution, de trait, de ligne, de mouvement etc, mais un dessin de rythmes, de contraste et de dégradé. Je crois bien qu'Angrand est sur la piste, comme on pourrait peindre facilement d'après ses blancs et noirs ! Le dessin de tous ces maîtres vient à l'aide de leur peinture, le dessin tel que nous le pratiquons vient à l'encontre de la nôtre. Je t'affirme que ma façon de dessiner un paysage ne me semble pas en rapport avec la façon de le peindre, et toi-même, nous en avons causé-tu as senti que tu n'étais pas satisfait du dessin de ta grande toile. Dans la plupart de nos tableaux, le dessin me semble aussi en désaccord avec la peinture qu'un Van Eyck qui serait "divisé" en un dessin d'Ingres couvert de couleurs par Delacroix ou réciproquement etc.

Vois Cross, comme il se débat et pourtant il sait beaucoup dans le sens que tu indiques. Mais je crois que c’est un contre temps. On n’attache pas un cheval à une automobile. Il faut être logique. Pourquoi concevoir son art autrement devant une feuille de papier que devant une toile à peindre, la cervelle et l'œil  du peintre sont-ils autres dedans un portrait à longues séances que devant une aquarelle instantanée Tous les efforts d’un même artiste doivent tendre ;à un but unique, synthétique de ses recherches. Le moindre croquis de Delacroix tend vers le même but que la plus grande de ses toiles. Une eau-forte de Rembrandt est un de ses tableaux. Seurat était aussi un admirable exemple de la logique qui doit guider l'artiste : dans ses dessins, ses panneaux, ses études, ses toiles, il poursuit la même idée (...) Nous manquons d'audace.

Avec ce que nous savons -et de la logique- nous pourrons aller plus loin. Il n' y a pas de raison pour que tu ne t'attaques pas à un Jugement dernier et que je ne tente pas de peindre la Destruction de l'Escadre Espagnole, en feu au soleil couchant (... Nous n'oserons pas dessiner aussi mal (tu comprends ce que j'entends par mal) des figures que celles de la Barque de Dom Juan et que celles des lithos d'Hamlet qui sont grotesques -à certains points de vue- Et pourtant ce sont des merveilles, parce que Delacroix a réalisé ce qu'il voulait sans s'arrêter devant la crainte de rater.

Soyons logiques et osons donc. Qu’en dis-tu ?

On vous embrasse

P . Signac

07/07/2013

LEO FERRE: "L'AFFICHE ROUGE" ET "L'ARME DU CRIME"

 

LEO FERRE

"L'AFFICHE ROUGE"

ET

"L'ARME DU CRIME"


A toutes celles et ceux qui un jour ont résisté

06/07/2013

LEO FERRE: "LA MEMOIRE ET LA MER"

 

LEO FERRE

"LA MEMOIRE ET LA MER"


La marée, je l'ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe

 

27/05/2013

L’ORFÈVRE DÉSENCHANTÉ

au magma present de l'ecriture,

 

L’ORFÈVRE  DÉSENCHANTÉ 

 

Un avaleur de mots ce jongleur poète?

 

Non! Plutôt un passeur patient et inspiré,

Un joaillier expert dans l'art de l'offrande

De ces pierres précieuses devenues collier.

 

Et le voilà visionnaire désabusé, déjà confronté

A la perte précoce de ses illusions gorgées d'ivresse.

 

P. MILIQUE

15/05/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 15.05.2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

15.05.2013

22/12/2012

LE VENDEE GLOBE: "LA COURSE DU SIECLE"

 

 

LA COURSE DU SIECLE

Le Vendée Globe Challenge

Stade 2

26/11/1989 - 03min54s

 

Première de la course autour du monde en solitaire à la voile et sans escale pour treize navigateurs engagés pour un minimum de quatre mois sur l'aventure du Vendée Globe Challenge. Commentaire sur vues aériennes du départ de la course donné par Eric TABARLY. Présentation de bateaux de quelques marins. Archives : Arrivée de Robin Knox Johnson en 1968 lors du Golden Globe Challenge. Donald Crowhurst au sommet de son mat. Les interviews de Philippe JEANTOT et Loïck PEYROn proviennent de l'émission "Aventures Voyages" du 18/11/1989.

 

Production

 

Antenne 2 , Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Mamère, Jean

 

Peyron, Loïck ; Jeantot, Philippe

 

Holtz, Gérard

20/12/2012

Caroline VELIMOROVICIC: "La Musique" (Charles BAUDELAIRE)

 

Caroline VELIMOROVICIC
 La Musique

(Charles BAUDELAIRE)

Ce poème issu des Fleurs du Mal, qui nous parle de bateaux, est rythmé comme une chanson. La musique qui l’accompagne s’engoufre de cette transe, cette passion, cette possession exprimées par l’auteur.


Hommage aux musiciens contemporains de Baudelaire, et pour nous, aux passionnés de voile !

Merci Charles, l’un pour la composition musicale, l’autre pour le poème…

19/12/2012

LE VENDEE GLOBE: "LES INTERIEURS DES BATEAUX"

 

LES INTERIEURS DES BATEAUX

Thalassa

Le magazine de la mer 

24/11/1989 - 03min35s

 

 

Avant le départ de la course autour du monde en solitaire, sans escale, le Vendée Globe Challenge, Philippe VILAMITJANA a fait le tour des bateaux pour nous révéler une partie de la personnalité des navigateurs à travers l'aménagement intérieur de leur bateau.

 

Production

France Régions 3

Générique

Vilamitjana, Philippe ; Duchateau, Dominique
 

17/12/2012

LE VENDEE GLOBE: "Philippe POUPON AU CAP"

 

Philippe POUPON AU CAP

Thalassa

Le magazine de la mer

12/01/1990 - 04min30s

 

 

Escale forcée au Cap en Afrique du Sud pour Philippe POUPON, après son chavirage dans le tour du monde en solitaire, le Vendée Globe Challenge. Le skipper évoque sa crainte rétrospective de couler, puis en compagnie de Philippe BRIAND, l'architecte de son bateau, il s'interroge encore sur le fait que le bateau ne se soit pas redressé tout seul selon toute logique. POUPON dans les barres de flêche. Enfin Philippe POUPON exprime le désir de rentrer en France en solitaire. Inserts :Vue aérienne depuis un avion "Fleury Michon" couché sur son flanc gauche, les mâts dans l'eau :Toute exploitation, en tout ou partie, de cette séquence audiovisuelle est subordonnée à l'obtention de l'accord préalable et écrit de Dominique Pipat/Patly Productions, par l'intermédiaire du site patlyproductions.com Images prises par POUPON pendant la course : lui-même en ciré sur le pont ; sur le pont pris de la tête de mât ; la mer vue du bateau ; le navigateur dans son carré démêlant ses lignes de pêche; Images chaotiques intérieur du bateau chaviré .

 

Production

 

France Régions 3

Générique

 

Etevenard, Loïc ; Pauly, Robert