Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2015

MUTISME IRIDESCENT

au magma présent de l'écriture,

 

MUTISME IRIDESCENT

Au plus précieux d'un jour inusité,
Le repos s'exténue au vent du banal.

Une vie en forme de cœur se prend l'âme
Dans l'arc-en-ciel d'un silence convenu
Dont la seule faiblesse est la souffrance,
Non pas au statut de vague réminiscence,
Mais à celui d'une présence enfin décryptée.

P. MILIQUE

10/07/2015

SOMPTUEUSE ENLUMINURE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SOMPTUEUSE ENLUMINURE

2

Ceci participe désormais du patrimoine commun initié
Qui leur appartient en propre puisque constitué d'eux.
Il va élaborer, dans le long déroulé de leur existence,
La réalité d'une singulière et somptueuse enluminure
Et conférer une impression de légèreté aux jours à venir.
Les couleurs les plus subtilement cachées seront révélées
Dans lesquelles ils pourront d'abord extraire, puis découper,
Ciseler aussi les contours de ce qui n'attendait plus qu'eux:
Un futur arc-en-ciel à la robe constellée d'étoiles incandescentes.

(FIN)


P. MILIQUE

29/07/2014

UN SOLEIL AU MIEUX DE SA FORME 3

au magma présent de l'écriture

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN SOLEIL AU MIEUX DE SA FORME

3

 

Ne laissons à personne le soin de délimiter le cadre de l'avenir.

Après tout, une utopie peut bien en cacher une autre et l'exalter

Jusqu'à permettre de croire à la promesse de tous les possibles.

Avec pour finalité avérée, une vie aussi étonnante que précieuse.

Une vie facile, étourdissante et profuse. Comme une vie rêvée quoi.

 

S'en remettre à une unique condition, du moins à un souffle vital.

S'en remettre aux arcs-en-ciel irisés, à ses splendides baumes visuels

Tout aussi bien qu'aux moineaux chanteurs rasant les prés en fleur.

S'en remettre enfin à la certitude intangible de ce qui est et qui demain sera.

(FIN)

 

P. MILIQUE

18/07/2014

UN VOYAGE PARTAGE 4

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN VOYAGE PARTAGE

4

 

Cette femme est magnifique et fondamentale qui l'enjoint, dans le partage

D'un singulier voyage, à ne toujours extraire que l'essentiel d'un émerveillement

Toujours éprouvé, dans l'intense douceur veloutée de la dimension humaine

L'âme ardente et embrasée comme un poème de brûlures à jamais torche vive.

 

S'il lui était donné de savoir un jour écrire des histoires,

Il aimerait que cela se fasse sous forme de conte moderne.

Ce serait un joli trait de fraîcheur disposer avec générosité

Sur l'aube inspirée et sans limite des nombreux jours à venir.

Auprès d'elle il se remettrait, sans compter, tant aux arcs-en-ciel

Qu'aux moineaux virevoltants au-dessus d'un paysage champêtre,

Définitivement convaincu qu'à deux il est plus aisé d'être quelqu'un.

(FIN)

 

P. MILIQUE

03/06/2014

UNIVERS DE CRISTAL

au magma présent de l'écriture,

 

UNIVERS DE CRISTAL

 

Ce fut une sublime surprise que cette journée faste où à résonné

Le bruit étourdissant et neuf que fait l'Amour quand il s'installe.

Douceur d'une pensée arc-en-ciel qui semble me le suggérer ainsi.

 

D'emblée, tu m'as proposé ce rare demain qu'est désormais aujourd'hui,

Un aujourd'hui embelli de ta générosité aimante qui m'aide tant à vivre.

 

Parce que tu m'es l'indispensable, je ne puis me concevoir sans toi tant

Pas une seule de mes pensées qui ne porte ton empreinte en son intime.

Par toi, j'habite un univers de cristal éclairé de regards dans lesquels

Tu brilles comme couverte de diamant pur du plus élevé des sentiments.

 

Qu'il est donc agréable mon Amour de t'aimer autant

Jusqu'au bien plus loin au-delà du renaissant horizon!

 

P. MILIQUE

28/05/2014

SOMPTUEUSE PARURE

au magma présent de l'écriture,

 

SOMPTUEUSE PARURE

 

Dans le vertige du temps, tes lettres sont de belles lettres d’amour.

 

Il émane d’elles l’ineffable lumière qui donne de l’éclat aux mots.

Tu offres, l’âme festive, une somptueuse parure à la beauté de l’instant,

Phrases monophoniques étincelantes dans leurs projections illuminées

De traits de lueurs sauvages, et de multiples flamboyances arc-en-ciel.

 

Dans l’intime chaleureux de ce délicieux désordre, il te plaît d’assurer,

Avec immensément de tendre intelligence, avec une noble fermeté aussi,

La voix tranquille et pénétrée de l’intérieur de l’amour qui nous unit.

 

Belle aimée, tu sais si bien dire le magnifique et le rassurant exaltés

Qui, à frayer leur chemin, laissent un imposant sentiment de bonheur

Et dégagent l’obstinée et suave fragrance lourde de sensualité amoureuse.

 

 

P. MILIQUE

03/03/2014

ÉTERNELLE LOTERIE

arc-en-ciel.jpg

 

ÉTERNELLE LOTERIE

 

A l'éternelle loterie de la vie

Se recueille d'un geste distrait

La légèreté éteinte de l'horizon.

 

Le plaisir goutte à goutte

Des sourires tard dans la nuit

Invitent au voyage abandonné

Jusqu'au repère inaccessible d'une étoile.

 

Il reste tant à explorer encore

Sur la cime absolue de nos rêves

Avant que la vie ne s'arrête brusquement

Sans que jamais n'advienne l'aube arc-en-ciel.

 

P. MILIQUE

23/11/2013

LE BLUES DE L'AMPUTE

amputé.jpg

 

LE BLUES DE L'AMPUTE


Elle a fait de lui son chez elle
Obscène et incontrôlable kyrielle.
Une douleur stridente s'installe
Souffrance absolue, noire et brutale.

Rien ne peut contenir l'active prolifération
Galopante et abjecte d'autant de collections.
L'infection fourbe et monstrueuse se propage
Saturée de prédateurs fous et anthropophages.

Quand la guerre engagée un certain jour se perd
Il comprend rapidement, ils n'en font pas mystère,
Les docteurs vaincus et accablés se taisent
Il n'y aura pas d'avenir autrement qu'en prothèse.

C'est ce supplice féroce qui depuis tout ce temps
Le brise au quotidien de lourds et vifs tourments.
Que tout cela se termine pour enfin anoblir
Cette volonté farouche qui ne voulait faiblir.

L'acte est effectué et le calvaire en est réduit
A le quitter contraint plutôt qu'en éconduit.
Un soulagement vrai, en effet magistral,
Le rend vainqueur d'un hier où ce fut animal.

Mais rien jamais n'est vraiment facile
Aussi pas de regrets, seulement l'indélébile.
Le manque apparaît, indescriptible fatras
De ce qui a été, qui plus jamais ne sera.

Image désolante au souvenir de ce qu'il fut
Mémoire irrémédiable de ce qui est perdu
Il tente de trouver un sens à l'issue inexorable
De ce déni de justice inouï autant qu'inacceptable.

Ce n'est pas seulement une bribe soustraite au hasard du monde
C'est la dilatation de l'unité de vie qui est moribonde
Enveloppe qui davantage encore s'échappe et se diffracte
En questions taraudeuses sur l'absence inexacte.

Il est partie prenante de ce drame impuni
De ce doute qui s'ouvre en fragments d'infini.
L'incomplet, c'est la conséquence du corps éreinté,
Fautive trahison qu'exige la nécessité.

Sensations d'éclatement, de rupture, de dérives,
Ne peuvent s'exprimer qu'en étant destructives.
Alternative désespérée unissant des scissions d'existence
Qui révèlent les échos rugissants de son propre silence.

Profondément perturbé, il perd de sa prestance
Dans ce conflit cruel dont il fait sa pitance.
Étrange confrontation à une violence totalitaire
D'un ultime champ de tension qui ne veut pas se taire.

Furie noire, fulgurance rare et plaintive,
Taillée dans le nerf à nu d'une toile rétive
Assemblage fou d'éclats d'urgence et d'effractions
En l'insatiable subir d'une grande malédiction.

Préoccupations taciturnes comme un genre d'égarement
Dont l'enjeu principal se délite précisément
Labyrinthique atmosphère tissée de décadence
D'une perfide détresse qui se fait évidence.

Les certitudes lacérées et le bonheur en sang
Ne plus rien entendre que pépiement au vent
D'un réel existentiel pesant et désinvolte
Circonstancié encore d'incandescente révolte.

Il croyait avoir gagné. Sauf que le soleil complice s'est voilé
Lorsque son œil rebelle a saisi le cauchemar coupé.
Liberté inconsciente en quête d'un devenir arc-en-ciel
Expression colorée d'un rêve terni d'irrationnel.

En son tréfonds maintenant qu'est passée la stupeur
Règnent en chaos la tristesse, l'atrabile et la peur
Et se conjugue en creux l'étonnement d'être avec celui d'avoir été
Au fil des notes dissonantes et tuméfiées du blues de l'amputé.



P. MILIQUE

 

 

   

 

 


   
 
 

20/11/2013

NOIR INACCESSIBLE

 

ETOILE NOIRE.jpg

 

NOIR INACCESSIBLE

 

A l’éternelle loterie de la vie

Se recueille d’un geste distrait

La légèreté éteinte de l’horizon.

 

Le plaisir goutte-à-goutte

Des sourires tard dans la nuit

Invitent au voyage abandonné

Jusqu’au noir inaccessible de l’étoile.

 

Il reste tant à explorer encore

Sur la cime absolue de nos rêves

Avant que la vie ne s’arrête brusquement

Sans que jamais ne vienne l’aube arc-en-ciel.

 

P. MILIQUE

16/08/2013

L'UNIQUE RÉPONSE

ARC EN CIEL.jpg

 

L'UNIQUE RÉPONSE

 

Résolue, la route du destin m’a transporté

Sur le chemin vigoureux d’une sublime amitié

Dont l’existence s’est révélée être joyau précieux

Tant elle est douce, patiente et lumineuse.

 

La femme un jour rencontrée exalte une personnalité

Très largement pourvue de solides qualités humaines.

Elle propose au présent une telle richesse d’être

Et une si étonnante aptitude à propager l’immense,

Que son aura diffuse très au-delà de la chose écrite,
  Répandant, de fait, une mélodie d’arc-en-ciel en moi.

 

Nulle interrogation existentielle n’est plus alors de mise

Tant elle ne pourrait qu’enfanter d’une unique réponse :

Si prodigieux et enivrant poète il n’avait été,

Jamais cette amitié obsidienne n’aurait existé !

 

P. MILIQUE

04/08/2013

LA BOÎTE A LETTRES: SIGNAC A THEO VAN RYSSELBERGHE

 

LA BOÎTE A LETTRES

SIGNAC A THEO VAN RYSSELBERGHE

© Musée des Lettres et Manuscrits)

 

J’ai reçu les tuyaux sur l’arc-en-ciel, mon bon ami et je te remercie. Luce avait eu simultanément la même gentille idée et du haut de l’omnibus il nota le même que tu croquas du bateau de Sheffer. Grâce à ce double dévouement je suis paré. Mais tu as nom de Dieu bien fait de faire changer de mouillage. Le capitaine : où diable vas-tu dénicher que cela puisse me contrarier en quoi que ce soit. Je suis content de ce que tu me dis, au sujet de ce que nous avons à apprendre. D’autant plus que je ne suis pas de ton avis. C’est bon de s’échanger des idées et n’y manquons jamais. Pour moi nous en savons assez, ce qui nous manque c'est d'oser et d'être logiques. Quand bien même nous dessinerions aussi bien que le Pissaro, Van Eyck, Degas, Ingres, les Japonais -enfin tout ce que, avec raison, nous admirons. Cela ne nous servirait à rien. Apprendre quoi ? A dessiner comme ces maîtres, c'est la plus mauvaise leçon que nous pourrions prendre. Il ne faut pas plus désirer dessiner de cette façon, qu'il ne faut leur demander de peindre comme nous. Ce qui nous manque ce n'est pas d'apprendre (d'après ce qui a été fait) mais de trouver (d'après la logique). Ce qu'il nous faut c'est instaurer un dessin conforme à notre peinture, dessin non d'imitation, d'exécution, de trait, de ligne, de mouvement etc, mais un dessin de rythmes, de contraste et de dégradé. Je crois bien qu'Angrand est sur la piste, comme on pourrait peindre facilement d'après ses blancs et noirs ! Le dessin de tous ces maîtres vient à l'aide de leur peinture, le dessin tel que nous le pratiquons vient à l'encontre de la nôtre. Je t'affirme que ma façon de dessiner un paysage ne me semble pas en rapport avec la façon de le peindre, et toi-même, nous en avons causé-tu as senti que tu n'étais pas satisfait du dessin de ta grande toile. Dans la plupart de nos tableaux, le dessin me semble aussi en désaccord avec la peinture qu'un Van Eyck qui serait "divisé" en un dessin d'Ingres couvert de couleurs par Delacroix ou réciproquement etc.

Vois Cross, comme il se débat et pourtant il sait beaucoup dans le sens que tu indiques. Mais je crois que c’est un contre temps. On n’attache pas un cheval à une automobile. Il faut être logique. Pourquoi concevoir son art autrement devant une feuille de papier que devant une toile à peindre, la cervelle et l'œil  du peintre sont-ils autres dedans un portrait à longues séances que devant une aquarelle instantanée Tous les efforts d’un même artiste doivent tendre ;à un but unique, synthétique de ses recherches. Le moindre croquis de Delacroix tend vers le même but que la plus grande de ses toiles. Une eau-forte de Rembrandt est un de ses tableaux. Seurat était aussi un admirable exemple de la logique qui doit guider l'artiste : dans ses dessins, ses panneaux, ses études, ses toiles, il poursuit la même idée (...) Nous manquons d'audace.

Avec ce que nous savons -et de la logique- nous pourrons aller plus loin. Il n' y a pas de raison pour que tu ne t'attaques pas à un Jugement dernier et que je ne tente pas de peindre la Destruction de l'Escadre Espagnole, en feu au soleil couchant (... Nous n'oserons pas dessiner aussi mal (tu comprends ce que j'entends par mal) des figures que celles de la Barque de Dom Juan et que celles des lithos d'Hamlet qui sont grotesques -à certains points de vue- Et pourtant ce sont des merveilles, parce que Delacroix a réalisé ce qu'il voulait sans s'arrêter devant la crainte de rater.

Soyons logiques et osons donc. Qu’en dis-tu ?

On vous embrasse

P . Signac

21/07/2013

L’HOMME ÉTRANGER

FORTIFICATIONS.jpg

 

L’HOMME ÉTRANGER


C’est avec une réelle constance que cela s’impose :

Nous nous préservons au cœur de la beauté charnelle

A laquelle on s’identifie, animale ou végétale,

Pour se soustraire du mieux que l’on peut

A cette humanité cruelle et désincarnée

Dont l’attitude fielleuse nous est étrangère.

 

Pour ce faire, on s’établit un périmètre de protection

Au sein duquel l’atmosphère nous est plus arc-en-ciel.

 

Et cependant, un jour l’inéluctable se produit :

Le monde, absurde et cruel, nous rattrape

Et interpelle à nouveau nos étonnements d’enfants.

 

P. MILIQUE