Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2017

MÉCRÉANT REVENDIQUE

au magma présent de l'écriture,

 

 

MÉCRÉANT REVENDIQUE

 

A titre personnel, il ne fréquente pas ces tristes mausolées

Destinés à célébrer le vif souvenir de ceux qui ne sont plus.

 

Ceux qu'il a aimé comme ceux qui l'ont aimé peu ou prou,

N'auront pas à se déplacer pour s'entretenir avec lui

Puisqu'il ne leur rendra pas visite pour converser avec eux.

 

Ils sont tellement en lui dans l'infime de chaque instant!

Il n'éprouve aucune nécessité d'obscène mise en scène

Proposée par l'aguiche fielleuse d'un culte quelconque

Ni d'une page de calendrier attribuée arbitrairement

Par des instances sans réalité légitime à les représenter,

Pour prendre conscience de l'essentiel qu'ils ont constitué.

 

Ils se sont tant révélé être tellement, que s'en est irréfutable!

 

P. MILIQUE

28/04/2017

IMAGINEZ

au magma présent de l'écriture,

 

 

IMAGINEZ

 

Imaginez!

Vous marchez le long du fleuve.
Sous le font plat de la barque

Qui glisse, l'eau est sereine

Couleur de métal argenté

Striée de fins reflets blancs.

 

Les mots, les pensées,

Tout cela est là peut-être,

Mélangés à cette lagune?

Imaginez!

 

P. MILIQUE

23/03/2017

LE RIRE CLAQUE COMME UNE GIFLE...

rire.jpeg

 

LE RIRE CLAQUE COMME UNE GIFLE...


Le rire claque comme une gifle...
Et relègue tous mes codes si rigidement définis
Au rang d'accessoires désuets.

Je suis homme de soleil et de nuit.
Je suis homme limité,
Repoussant aveuglément l'échéance
Au-delà des bornes du possible
Sans jamais atteindre les lieux extrêmes de l'excès.
Oscillation perpétuelle entre ombre et lumière.
Refus et embrasement.
Avec la capacité quand même
De percevoir à nouveau l'amitié du temps.

Le rire claque comme une gifle...
Dans l'impalpable hésitation de l'absence.
C'est toujours une souffrance sans nom
Que de vivre dans l'appréhension de ses faiblesses,
De chercher des étincelles entre les mots
Dans l'irrémédiable conscience de leurs mystères.
Et croire en leur pouvoir total
Au moment où ils favorisent l'irruption du merveilleux,
Et qu'ils deviennent simplement colporteurs de bonheur,
Diffuseurs d'embrasements
Dans l'évidence d'un feu qui couve sous la glace,
Le regard fixé sur la ligne céruléenne de ma rêverie.

Le rire claque comme une gifle...
Et c'est la décomposition progressive
D'un destin pourtant librement assumé.
Le poids de la déchéance me prive
Des délices jouissifs du repentir.
Ma difficulté d'être séjourne dans un vide central,
Parangon de mes ombres d'antan,
Et je sombre dans le drame prédateur de mes illusions
Au sein de mon désespoir,
Dans l'impossible reconquête
Des paradis de l'enfance et de l'innocence perdues.

Le rire claque comme une gifle...
Brûlure incroyablement douloureuse.

 

P. MILIQUE

27/11/2016

LA MUSIQUE 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

LA MUSIQUE

2

 

Elle possède le visage extrême de l'étrangeté absolue
A laquelle je m'expose cependant sans retenue aucune,
Offert à la satisfaction tourmentée et au feu destructeur
Parcourus par le juste tempo de rythmes circonstanciés,
Me permettant de découvrir l'inconnu de l'hallucination
Et de me retrouver submergé de pulsations vertigineuses,
D'intonations sauvages exprimées en ondes pulsionnelles.

Le son fait tressaillir la lumière et je cesse d'être aveugle.
Je voyage dans un troublant vide aux résonances fugitives.

La musique par sa présence repose de l'ennui.
En sa compagnie, la notion de temps s'estompe.
Je m'ajuste du mieux que je peux à ce sentiment
De paix centrale qui, à bout d'éther, déjà s'esquive
Tandis que je me perds, serein, dans l'oubli de moi.

(FIN)

P. MILIQUE

20/04/2016

CONCISION FRAGMENTAIRE 48

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

48

 

Immense soulagement éprouvé
Et formidable impression de liberté
Dans ce clair-obscur paresseux
Parcouru de silencieuse immortalité.

P. MILIQUE

 

17/10/2015

LE CŒUR EN LARMES 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

LE CŒUR EN LARMES

3

Vous êtes cette part de lumière qui affirme
Que nul ne peut faire du présent sans passé!
Certes, rien ne saurait jamais être définitif,
Mais dans l'instant, je suis tellement mieux.
Acceptez le fait de n'y être pas pour rien:
C'est le très probant résultat de votre dévouement titanesque
Qui s'est attaché à me fournir à chaque fois de quoi vivre encore
Qui m'offre désormais un regain d'appétit à exister malgré tout,
Grâce à ce lien que vous tissez pour qu'il me retienne au peut-être.

(FIN)

P. MILIQUE

05/03/2014

LA BEAUTE DE L'ÂME

rebelle.jpg

 

LA BEAUTÉ DE L'ÂME

 

Il se dresse à lui-même le nécessaire d'un implacable réquisitoire:

Face à l'immense et amer constat de flagrante injustice,

S'impose, l'inflexible volonté de vérité.

 

Ceux qui installent le glauque d'une société arrogante et mercantile,

Ceux qui se livrent à des jeux d'argent particulièrement malsains,

Révèlent au final des intentions protagonistes

Aveugles, et férocement dépourvus d'indulgence.

 

Cet infâme ramassis de menteurs et d'opportunistes

Se délecte à réduire l'existence de leurs assujettis

A de terrifiantes conditions de rabaissements.

 

C'est un ensemble de procédures absconses et interminables

Qui laissent tout un chacun brisé, comme déchu,

Parce qu'au tréfonds, intimement coupable.

 

Dès lors, sa haine viscérale s'amplifie

Contre le dogmatisme prétentieux et la sécheresse de cœur,

Exaspérant plus encore son esprit de rébellion et d'indépendance,

Grands générateurs de sourde et blanche colère.

 

Plus tard, tout un spectre de ressentiments sévères et désenchantés

Déchirent son univers avec une savoureuse délectation,

Et il utilise l'insoupçonnable ressource de l'imaginaire

Pour instiller en lui l'indispensable d'une beauté de l'âme,

Majestueusement drapée d'une aura scintillante,

Radicalement différente parce que plus essentielle.

 

P. MILIQUE

01/03/2014

RAINER MARIA RILKE: "LE LIVRE DE LA PAUVRETÉ ET DE LA MORT" 2/3

 

RAINER MARIA RILKE

"LE LIVRE DE LA PAUVRETÉ ET DE LA MORT"

2/3

"CAR NOUS NE SOMMES QUE L’ÉCORCE..."

(il s'agit non pas du titre mais des premiers mots du poème)

Lecture par ERIC GENOVES 

Références:

"Le livre de la pauvreté et de la mort"

© traduction d’Arthur Adamov, Actes Sud 1982

Rainer Maria Rilke, est un écrivain de langue allemande, surtout connu comme poète, bien qu'il ait également écrit un roman," Les Cahiers de Malte Laurids Brigge", ainsi que des nouvelles et des pièces de théâtre.

Rainer Maria Rilke naît à Prague en 1875, alors en Autriche-Hongrie, dans une famille qui le destine très rapidement à la carrière des armes. Il est le fils d'un employé des chemins de fer, Josef Rilke, et de sa femme Phia. Entre 1886 et 1891, sa famille le place comme pensionnaire dans les écoles militaires de St-Pölten, puis Mährisch-Weisskirchen, avant d'être renvoyé en 1891 pour inaptitude physique. Il étudie alors le commerce avant de revenir à Prague, où il exerce le métier de journaliste. Rilke écrit déjà des poèmes et des nouvelles essentiellement. Il passe son baccalauréat en 1895 à Prague et commence des études d'histoires de l'art et de littérature. En 1896, il part pour Munich, entreprend aussi des études de philosophie. Il rencontre Lou Andreas-Salomé en mai 1897, qui a alors trente-six ans. Cet amour enflammé se transforme progressivement en amitié réciproque et en admiration mutuelle, jusqu'à la fin de leur vie. En 1897, il change de prénom  : de René Maria, il devient Rainer Maria. Il voyage en Italie puis en Russie avec Lou et son mari. Il rencontre à cette occasion en 1899 Léon Tolstoï. Rilke passe l'été 1900 à la colonie de Worpswede, rencontre le peintre Paula Modershon-Becker et Clara Westhoff sculpteur et ancienne élève d'Auguste Rodin. Rilke se rend ensuite à Paris, où il devient en 1905 le secrétaire de Rodin (il écrit d'ailleurs à propos du sculpteur un essai intitulé "Sur Rodin"). Après s’être séparé de ce dernier, il voyage dans toute l'Europe et au-delà, de 1907 à 1910 (Afrique du Nord, Égypte, Berlin, Espagne, Venise, Aix-en-Provence, Arles, Avignon). Il abandonne peu à peu la prose pour se consacrer à la poésie, plus apte selon lui à restituer les « méandres de l'âme ».

En 1910, il fait la rencontre décisive de la princesse Marie von Thurn und Taxis dans son château de Duino, alors en territoire autrichien, sur les bords de l'Adriatique. Elle l'héberge fréquemment et devient son mécène jusqu'en 1920. Pour elle, il compose son chef-d'œuvre, "les Élégies de Duino", suite d'élégies empreintes d'une mélancolie lumineuse, passant du sentiment du terrible à l'apaisement le plus radieux.

Il est mobilisé dans l'infanterie lors de la Première Guerre mondiale, mais revient rapidement à la vie civile.

À partir de 1919, il s'installe en Suisse et compose plusieurs recueils de poésies en français. Sitôt arrivé, il y retrouve Baladine Klossovska qu'il avait connue en 1907 à Paris, avec son époux, Erich Klossowski. Elle vit à présent seule à Berlin, avec ses deux fils, Pierre Klossowski et Balthazar dit Balthus, (le futur artiste peintre). Elle s'installe en Suisse, non loin de chez lui. Rilke se prend d'affection pour les deux enfants et encourage le talent qu'ils affirmeront l'un et l'autre, en effet, à l'âge adulte, en intervenant notamment auprès d'André Gide pour que soit  publiée la première plaquette de dessins intitulée « Mitsou » réalisée par Balthus.

Il meurt d’une leucémie en 1926, il est inhumé à Rarogne dans le canton du Valais.

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt

Prise de son Amandine Grévoz

Montage Gilles Davidas

14/02/2014

POLAROÏD: TEXTE MARIE RICHEUX MUSIQUE THOMAS DYBDAHL

 

POLAROÏD

 

 

TEXTE

 

MARIE RICHEUX

 

MUSIQUE

 

THOMAS DYBDAHL

 

"CITY LIGHTS"

12/01/2014

EDMOND JABES "AVEZ-VOUS JAMAIS"

 

EDMOND  JABES

"AVEZ-VOUS JAMAIS"

Lu par

Eric RUF

 

Poème extrait de Le livre des questions d'Edmond Jabès

(Gallimard, L'imaginaire)

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt

Prise de son : Djaisan Taouss 

Montage : Anne-Laure Chanel

Chaine d'origine: 
France Culture

18/12/2013

IL COMMENCE A SE FAIRE TARD

au magma présent de l'écriture,

 

IL COMMENCE A SE FAIRE TARD

 

On le voit bien que, une fois parvenu à sa presque apogée,

Le jour régresse et se met à tomber, bousculé par le temps.

 

Il convient désormais de passer les heures en contrebande

Alors que dans la douceur des choses vagit le pulsé du monde

Et que les bribes de conscience n’occultent pas les possibles.

 

La vie qui prend de l’âge suggère la complicité avec le présent

Dans lequel le feu de l’enfance s’applique à ne pas s’éteindre.

 

Il commence à se faire tard dans la vie et les connivences s’érodent…

Tandis que, surgi d’on ne sait quel passé, l’avenir perce avec acuité.

 

Un pénible sentiment de frustration éclot les fleurs du regret,

Des nouvelles portées par le vent attisent l’obscur du vivre

Et incitent le merveilleux à trouver refuge au cœur des rêves.

 

Mais nous avons le cœur assez têtu pour tenir tête aux maux,

Pour briser la fatalité qui nous pille le corps jusqu’à l’assujettir.

 

Dans la nuit qui peu à peu déchire le jour s’exalte l’instant nu

Lorsqu’aux lumières de l’aube scintillent des larmes de rosée

Et que le soleil donne consistance à un écrin de perles de jade

Excluant d’une rigueur tenace l’absurde phrase inachevée.

 

P. MILIQUE

01/12/2013

AU CLAIR DE L'OMBRE

737849-rayons-de-soleil--travers-les-nuages-au-coucher-du-soleil.jpg  

 

AU CLAIR DE L'OMBRE


Ce sont de brusques déchirures d'instants

Qui volent dans l'invisible d'un soleil distant.

 

Reflets dans l'ambre présente au clair de l'ombre,

Passés en lianes d'amour et de mots

Au vif d'un temps qui cesse de passer vite

Pour adopter la pulsation d'un rebrousse regard,

Crevant au passage un ciel aveuglé d'images.

 

P. MILIQUE