Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

SÉMAPHORE NOCTURNE 2

 magma present de l'ecriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SÉMAPHORE NOCTURNE

2

 

Sur le bureau, presque entièrement investi par un désordre savamment organisé, apparaissent d'abord toute une gamme d'accessoires permettant, au spectateur-voyeur que je suis à l'instant présent, d'identifier avec précision la totalité de l'attirail confusionnel réservé, et attribué de fait, ordinairement, à celui qui écrit. Avec, comme spectaculaire point d'orgue, la bouteille de vin, si possible rouge, – ce breuvage réputé posséder des vertus désinhibitrices réelles ou supposées – déjà trop largement entamée. A son côté, un verre culotté et vide. Forcément vide. Car un verre qui resterait trop longtemps sans être bu, sans aucune modération donc, ralentirait exagérément, lui semble-t-il, la puissance de réflexion.

Au milieu de ce désordre voulu sommeille, impérial et nonchalant, un majestueux spécimen de la race féline. A son comportement, on l'imagine aisément être une sorte de copropriétaire des lieux.

De temps à autres, l'homme transcrit quelques lignes, puis reprend le cours convulsif de ses pensées. A quoi songe-t-il? Qu'écrit-il? Quelle peuvent bien être les bribes de vie qui parviennent à s'extraire des profondeurs de sa conscience pour prendre, de manière aussi impérative et péremptoire, possession de la page blanche?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

 

24/09/2017

SÉMAPHORE NOCTURNE 1

 magma present de l'ecriture,

 

SÉMAPHORE NOCTURNE

1

 

Mon regard glisse avec paresse sur la façade de l'immeuble. Il est d'emblée attiré, puis stoppé par le halo lumineux de la seule fenêtre encore éclairée à cette heure avancée de la nuit. La seule à proposer au sans sommeil qui passe une quelconque indication de présence. La seule à émettre quelques signaux de vie concrets.

 

Penché sur la table, dans l'attitude caractéristique de celui qui se mesure à l'exercice délicat de l'intense réflexion, une silhouette émaciée, anguleuse presque, se distingue à peine dans la lueur volontairement approximative qui tient la pièce éveillée avec beaucoup de retenue cependant.

(A SUIVRE...)

P.MILIQUE

23/09/2017

RENCONTRE

au magma présent de l'écriture,

 

 

RENCONTRE

 

Ce sont de beaux mots, de grande sensibilité,

Engageant l'éphémère à l'infini de l'émulation.

 

Il est des mots de rêve partagés dans l’instant

Comme ceux de cette mémoire trop parfumée

Qui embaume la vie dans le présent du jour

D'une bulle de songes pour s'élancer sans cesse,

Un large sourire aux lèvres, à la croisée du soi.

 

P. MILIQUE

22/09/2017

PERCEPTION PERVERSE

au magma présent de l'écriture,

 

 

PERCEPTION PERVERSE

 

Il y a, dans cette étonnante partition d'écriture,

Toute une mélodie de notes inouïes et prometteuses.

 

Elle est celle d'un amour de frôlements et de juxtapositions,

A moins qu'elle soit celle qu'on réinvente pour se désenliser.

 

La perception perverse d'un poème est celle-ci:

Une beauté perlée aux étreintes de désir indéfini.

 

P. MILIQUE

21/09/2017

MÉMORABLE CONFRONTATION 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

MÉMORABLE CONFRONTATION

2

 

Nul besoin d'être un clinicien de l'âme pour s'éprouver au cœur d'une histoire captivante.

Une histoire simple et authentique, simplement humaine.

Avec parfois cette éprouvante et curieuse impression d'être soi-même retenu à l'intérieur d'un cauchemar, dans le noyau fusionnel de l'intrigue, au centre-même d'un thème fondamental qui hurle fort le malaise de vivre jusqu'à se transformer, de façon irrémédiable, en ce que l'on ne serait jamais devenu.

 

Ce beau jeune homme sec et dur, ce grand garçon instable et tourmenté, s'est lancé dans un exercice incroyablement périlleux.

Alors-même que je le croyais témérité, il n'était en fait que désespoir.

Dès lors l'horizon n'est bien sûr plus pareil en cela qu'il affirme un décor nouveau.

Un décor qui n'est autre qu'une balise inédite, un repaire similaire, une frontière différente, une limite absolue où ma totalité se brise.

 

Au sortir de cette mémorable confrontation, et ce en dépit de toutes les possibilités recelées, je ne pourrai faire autrement que d'en garder longtemps encore un douloureux souvenir.

(FIN)

 

P. MILIQUE

20/09/2017

MÉMORABLE CONFRONTATION 1

au magma présent de l'écriture,

 

 

MÉMORABLE CONFRONTATION

1

 

C'est un beau jeune homme sec et dur, un grand garçon instable et tourmenté qui à la désagréable habitude de faire craquer nerveusement, l'un après l'autre, les jointures de ses phalanges.

Oui, c'est un très étrange et inquiétant jeune homme qui fredonne sans cesse des chansons dont on n'apprend que par bribes, par morceaux épars, les motivations.

 

De ces fredonnements marmonnés, s'expriment à l'évidence les pensées les plus troubles et les plus secrètes que l'on puisse extraire des abîmes et des miasmes. Celles-là même qui habitent chaque individu avec plus ou moins d'intensité.

 

Il se trouve que le drame qu'il vit est terrible, insupportable et générateur récurrent de paysages de fin d'apocalypse.

Il ne peut plus marquer l'avenir que de balises tronquées, truquées, faisant gicler le moût noirâtre du futur et espérer se projeter plus loin, plus longtemps, dans ce monde de doutes où les repères du réel se métamorphosent ou se dissolvent, c'est selon.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

19/09/2017

EN MARGE DES RÉALITÉS

ENCHANTEUR.jpeg

 

 

EN MARGE DES RÉALITÉS

 

Le monde va très vite et développe trop de superficialités

Mettant ainsi en place la lourdeur d’un quotidien

Au fumet par trop mortifiant pour les irrésolus.

 

La colère gronde et s’amplifie à l’envi

De manques de respect et de crachats mesquins.

 

Dans le chemin touffus en marge des réalités,

Seules les belles rencontres savent encore offrir de la joie.

 

Doit-on qualifier de magique et d’intemporel,

Cette merveilleuse liberté que donne soudain

L’impression radieuse que tout redevient cadeau

Au beau d’un esprit ouvert comme rarement?

 

Dans l’ondulé vibrant des rêves qui habitent

Certains de ses souvenirs chauds et caressants,

Il reste l’incrédulité d’enfin reconnaître

L’énigme de tout cet enchanteur qu’il perçoit

A l’insidieux certain de ne l’avoir jamais vu.

 

P. MILIQUE

18/09/2017

LA NOTE 10

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

10

 

 

Toujours est-il que je ne peux plus écouter la musique comme avant.

Je ne le peux plus.

Je ne peux plus en suivre le tempo d'un doigt rempli de certitudes, ni non plus me laisser dériver béatement au fil de ces notes que l'on dirait spatiales et, plus encore, cosmiques, en rêvassant, en me laissant ma pensée dériver sur tout autre chose.

 

Une certaine tension, pour ne pas dire une tension certaine, s'est installée, évidente et permanente.
Le sphinx pour sa part, qui désormais trône, par destination, juste au-dessus de la chaîne, se charge à chaque instant de me remémorer les moments affreux vécus il y a peu.

 

Certes la musique est redevenue ce qu'elle était, intense et riche de tout le bonheur qu'elle sait instiller depuis toujours.

Elle représente tant dans ma pauvre existence qui, délicat euphémisme bien sûr, n'est pas toujours très gaie.

Il n'en reste pas moins vrai que...

(FIN)

 

P. MILIQUE

17/09/2017

LA NOTE 9

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

9

 

Pour un peu, j'en aurais en les larmes aux yeux, si tu savais.
De fait, la musique continua comme si de rien n'était, avec une calme fluidité.

Sans s'interrompre.

Sans anicroches.

Sans peut-être même se rendre compte du sort terrible auquel elle venait cette fois d'échapper.

 

A cet instant, le mauvais sort était rompu.
J'avais retrouvé ma note, ma si fameuse et inimitable note.
Distordue et acidulée autant qu'avant.
La même en fait.

Je venais de remplir le trou, de combler l'abîme qui, jusque-là, me rendait si malheureux.

Cette mauvaise aventure m'avait marqué en profondeur sais-tu?

Que fallait-il en déduire ?

Je ne le savais pas.
Pire encore, je n'en avais pas la moindre idée.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

16/09/2017

LA NOTE 8

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

8

 

Mais ce n'est que le lendemain matin que je compris.

Comme tout un chacun, comme bon nombre en tous cas, la nuit, quand je dors, mon cerveau semble continuer son activité.

Peut-être plus encore que le jour car, lorsque je m'éveille, je suis le plus souvent comme bouillonnant d'idées.

A cause de cela, il m'arrive parfois de dormir dans la journée, juste pour le plaisir d'avoir des idées neuve au réveil.

C'est fin non?

 

Ce matin-là donc, je me réveillais ravi au lit.

Comme obligé, je me dirigeais avec précipitation jusqu'à la pièce-musique.

Je récupérais le disque qui jusque-là me terrorisait, en caressais avec amour la pochette du revers de la main et plaçais, avec précaution, le vinyle au centre de la platine.

Cela fait, je me plaçais rapidement en position, le sphinx à la main, face à l'armature.

Et la musique emplit l'espace, ti da da dam, ti da, da, dam, ti da,da...

Je frémissais d'impatience tu l'imagines bien!

Mais j'étais certain, viscéralement certain que cela fonctionnerait.

Parvenu au moment crucial, moment que je pouvais anticipé avec exactitude, je frappais le coup fatidique: dam.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

15/09/2017

LA NOTE 7

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

7

 

Un jour pourtant, et cela m'était il y a peu encore totalement impensable, je finirai bien par croire à la providence.

 

Hier, le chat a fait tomber par maladresse une petite statuette de sur l'étagère où elle siégeait.

Il s'agissait d'un lourd sphinx en métal que j'avais, un jour, rapporté d'un voyage d'affaires effectué en Égypte.

En le ramassant au sol, un geste pas plus insignifiant qu'un autre me fit la heurter contre une pièce métallique, partie intégrante du rayonnage.

Cela produisit un son étrange qui d'emblée m'intrigua.

Intrigué, je le reproduisis donc à nouveau, mais de manière volontaire cette fois.

Car il me plaisait, m'excitait presque voyez-vous!

Bien qu'il fut extrêmement bref, une réelle volupté m'envahissait rien qu'à l'entendre.

Par jeu, j'essayais de le frapper de diverses manières en des endroits différents de la pièce en alternant, au hasard, certaines parties du sphinx.

Mais c'est seulement sur l'armature métallique initialement percutée, et plus précisément encore avec la tête de sphinx, que le choix du métal réitérait ce son étrange et singulier.
Un son comme venu d'ailleurs.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

14/09/2017

LA NOTE 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

LA NOTE

6

J'ai bien essayé, tu t'en doutes bien, de fréquenter les salles de concerts publiques, mais j'avais l'esprit tellement absent et contaminé par ce qui me perturbait tant, que l'effet s'est vite révélé identique.

Ainsi, même en de tels lieux, dès les premières notes, une réelle fébrilité m'envahissait et m'agitait.

Je résistais tant que je peux, puis, n'y tenant plus, je ne pouvais faire autrement que de m'éclipser sous les regards courroucé,et réprobateurs des inconditionnels présents.

Comment ceux-ci auraient-ils comprendre ou simplement imaginer?

Si ils l'avaient pu, ils auraient sans doute su que je n'avais pas d'autres choix!

 

Après tout, la vie est peut-être plus facile pour eux.

Ils n'ont qu'à, comme je le faisais moi aussi auparavant, s'asseoir tranquillement, par terre s'il le faut, et se laisser porter par la musique jusqu'à l'inéluctable béatitude extatique.

Donc, ils ne savent pas ce que c'est que mon handicap, on le voit bien.

Ce qui fait qu'ils ne sont pas avertis que cela représente une réelle infirmité.

Parce que s'en est une, je peux en témoigner.

Une infirmité à laquelle personne ne peut rien et qui rend lentement fou.

Inéluctablement.

Absolument.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE