Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2012

VAINE ABSTRACTION

INDUSTRIE.jpeg

 

VAINE ABSTRACTION

 

 

Il faut vraiment habiter l'étrangeté de l'obtus

 

Pour ne pas vouloir admettre

 

Que l'Homme ne peut vivre sans la nature.

 

La montagne est une grande ressource

 

Et les forêts un incomparable bien-être.

 

 

Lorsque les éclats de soleil se tapissent

 

Dans l'ombre dense et fraîche

 

Qui renouvelle sa vie d'un indispensable oxygène

 

En initiant l'amplitude de sa respiration,

 

L'homme ne peut faire abstraction du lieu dans lequel il vit.

 

 

Il s'éprouve alors comme un végétal auquel on coupe les racines

 

Lorsqu'il perçoit l'immonde, dans les hideux décombres

 

De la grande ville définitivement productrice de poisons,

 

Où tout ne sera plus jamais que violence industrielle

 

A l'insensé cruel du déchirement et de l'inéluctable.

 

 

P. MILIQUE

11/06/2012

SAUVE PAR LA CAMARDE

DECHEANCE.jpeg

 

SAUVE PAR LA CAMARDE

 

 

Qui peut juste comprendre

 

Ce malheur nocturne chargé de drogues-poisons,

 

Ces nuits que tout le jour ne saurait guérir

 

De l’amitié surhumaine de la mort

 

Dans l’infini transparent qui sert d’horizon

 

Et accède, exaspéré, aux portes

 

Apaisantes de l’autre univers.

 

 

Qui peut juste comprendre ça?


 

P. MILIQUE

 

10/06/2012

LE FAUX FRIVOLE

doherty.jpg

 

 

LE FAUX FRIVOLE

 

Sous ses dehors légers, un peu farfadets,

Il souffre à l'excès de sa réputation de frivolité

Et de sa virtuosité de parole parfois sidérante.

 

Cependant, dans un viscéral besoin de communication,

C'est avec une considérable difficulté à s'exprimer

Qu'il consent, d'une voix blanche et intimidée au possible,

De s'exposer à d'incertaines manœuvres de séduction

Dans le ressac bruyant des brouilles à répétitions.

 

P. MILIQUE

09/06/2012

MOTS METEORITES

METEORE.jpeg

 

 

MOTS METEORITES

 

Donner à lire des mots déroutants, inconnus, jamais lus,

Des mots qui forcent le sens quand l'espace se diffracte....

 

C'est dans l'expression de thèmes d'une immense banalité,

Aptes à s'évader dans une ombre confortable et illusoire,

Que la page étale éructe sous l'assaut désordonné

Et tournoyant de mots-météorites répétés à l'envi.

 

Au cœur d'une brièveté qui, d'une force excessive

Anime l'éventuelle répétition jusqu'au malaise,

En attente dans ces prétentieux textes composés

De minuscules fragments accolés et frénétiques

Qui proposent le différent dans une réécriture

De ce qui pour l'heure épuise bien trop à lire.

 

P. MILIQUE

08/06/2012

Jean-Louis TRINTIGNANT au festival de Cannes

 

Jean-Louis TRINTIGNANT

Au festival de Cannes

JT NUIT - 16/05/1969 - 02min21s


Interview de Jean-Louis TRINTIGNANT, à propos de sa présence au festival international du film de Cannes. Il explique qu'il joue dans trois films en compétition, puis parle de l'intérêt du festival pour l'industrie cinématographique. Interview ensuite de Nadine TRINTIGNANT, à ses côtés, elle dit être présente au festival pour accompagner Jean-Louis et répond à une question sur le fait d'être une femme réalisateur.


Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Gautier, Marie Claire ; Fontgalland, Hugues de

 

Trintignant, Jean Louis ; Trintignant, Nadine

07/06/2012

A L'HEURE BRÛLANTE

L%E9zard%20alligator.gif

 

 

A L'HEURE BRÛLANTE

 

 

Dans le resserrement temporel et presque spatial

 

Auquel s'accroche l'essentiel de toute une vie

 

Qui, aux abords d'une parole initiale et dictée

 

Par les limites de la prégnante déchéance du souvenir,

 

Se grave parfois l'incontrôlable et puissant bouillonnement

 

Qui jaillit du ténu entre la différence admise et la folie.

 

 

La perception en alerte rend compte de ce lieu

 

D'où s'émet l'imprévu d'un éclat d'épure

 

Aux gestes esquissés d'une vérité de cristal,

 

Flagrance ensoleillée à l'heure brûlante qui grésille

 

Comme un lézard vaincu au cœur de pierre

 

Silhouette figée dans une éternité qui n'en finit pas.

 

 

P. MILIQUE

06/06/2012

Hervé CORNEROTTE: "A la promenade" (VERLAINE)

Hervé CORNEROTTE:

"A la promenade" 

(VERLAINE)

 

"A la promenade!

Le ciel si pâle et les arbres si grêles
Semblent sourire à nos costumes clairs
Qui vont flottant légers avec des airs
De nonchalance et des mouvements d’ailes.

Et le vent doux ride l’humble bassin,
Et la lueur du soleil qu’atténue
L’ombre des bas tilleuls de l’avenue
Nous parvient bleue et mourante à dessein.

Trompeurs exquis et coquettes charmantes,
Coeurs tendres mais affranchis du serment,
Nous devisons délicieusement,
Et les amants lutinent les amantes
De qui la main imperceptible sait
Parfois donner un souffle qu’on échange
Contre un baiser sur l’extrême phalange
Du petit doigt, et comme la chose est
Immensément excessive et farouche,
On est puni par un regard très sec,
Lequel contraste, au demeurant, avec
La moue assez clémente de la bouche."

BLANCHEUR EBLOUISSANTE

BLANCHEUR.jpg

Chamonix-Mont-Blanc, Haute-Savoie - Avril 2007

Cette photo est une oeuvre de © Francis Nozet

Il en reste bien sûr le propriétaire exclusif


 

BLANCHEUR EBLOUISSANTE

 

C'est dans l'incandescence de braises mal éteintes

Au gré des étourdissements indociles

D'une génération au bonheur encore utopique,

Que s'écrit une poésie qui devant rien ne s'esquive.

 

Dans l'énormité brûlante des choses enfin dites

Sont déposés des mots destinés à ne jamais s'effacer.

 

Il y a la profondeur enivrante et limpide

D'une blancheur éblouissante et presque excessive,

Qui, en une forme d'absolu, expose l’asséché de la vie.

 

Il s'agit-là d'une langue précise et imagée,

Tissée de très belles et rebelles réflexions.

 

Ce sont des phrases oui, qui font chavirer d'émotion!

 

P. MILIQUE

05/06/2012

Max BONNET à propos de Georges MELIES

 

Max BONNET à propos de Georges MELIES

 

Max Bonnet, collaborateur de Georges Méliès, est interviewé par Nicole Dubreuilh. Il évoque les conditions de travail, les trucs du cinéaste pour adapter la vitesse de tournage, la préparation des décors.

ZONES DEVASTEES

lézarde.jpg

 

 

ZONES DEVASTEES

 

 

Clair-obscur en habit de parade

 

Ou piège à lumière aux reflets ombrageux

 

Lorsque s’atténue, essentielle,

 

La précaire splendeur d’écrits éphémères

 

Qui, logés au plus brûlant de nos failles intimes,

 

S’étoilent en lézardes dans nos zones dévastées.

 

 

P. MILIQUE

04/06/2012

SUR LE FIL DE LA HAINE

equilibriste.jpg

 

 

SUR LE FIL DE LA HAINE

 

Le carnet de bord de cet homme assailli par le doute

Lui suggère sa possible erreur de trajectoire....

 

Enfermés dans le huis-clos oppressant et crucial

D'un équilibre hésitant sur le fil de la haine,

Des êtres se murent dans l'obscure solitude

Déchiquetés par la stridence d'une guerre fratricide.

 

Pauvres lambeaux de chair, de cœur et d'âme désertés

Dans la lente exploration qui confirme la folie des hommes,

Les voilà qui cherchent en vain au cosmique

Une autre et inutile issue possible à la mort.

 

P. MILIQUE

03/06/2012

Morgane RIDOIN: 3Vous m'aviez dit que vous m'aimiez bien fort" (Marguerite de NAVARRE

Morgane RIDOIN

"Vous m'aviez dit que
vous m'aimiez bien fort"

(Marguerite de NAVARRE)

Recherche de contraste entre un texte plutôt mélancolique et une mélodie rythmée.


Marguerite de NAVARRE: http://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_de_Navarre_%281492-1549%29