Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2012

Sylvain ALLO LE ZOÏ: "La complainte de Rutebeuf" (Victor HUGO)

Sylvain ALLO LE ZOÏ:

"La complainte de Rutebeuf" 

(Victor HUGO)

 

Que sont mes amis devenus?

Si Victor Hugo voyait d’un mauvais œil qu’on mette ses poèmes en musique,

Rutebeuf, lui, on ne sait pas trop mais là, pour le coup, il est servi, ce n’est pas du Ferré

14/08/2012

VILAINE BLESSURE

INDIFFERENCE.jpeg

 

 

VILAINE BLESSURE

 

Nuit de ténèbres à ressentir l'horreur d'être humain...

 

Aujourd'hui se réveille, épuisé et sinistre,

Qui exige de lui l'incontournable réalité

D'une capitulation totale face au destin.

 

C'est un bel univers désormais détruit dans le bonheur tari

D'une histoire pauvre comme une partie depuis longtemps perdue.

 

L'indifférence l'affaiblit d'une affreuse fatigue

Qui lui contraint l'âme de la plus absurde des tristesses

Au cœur brûlant d'un abandon longuement éprouvé

Au fil du très grand, très long et très amer.

 

Ils ne s'affichent plus maintenant

Que très éloigné de la vie de l'autre,

Et c'est d'une bien vilaine blessure

Dont chaque jour ils saignent-là!

 

Pourquoi dès lors chercher une raison nouvelle à la vie?

 

P. MILIQUE

13/08/2012

REVANCHE ANTICIPEE

PEUR.jpeg

 

 

REVANCHE ANTICIPEE

 

Il faut seulement l'écouter pour l'entendre

Cet homme qui parle avec tant de douceur...

 

Dans la mise en scène de son imaginaire

Les sentiments contradictoires percent enfin,

Éprouvés à disculper chacune des sensations

Depuis toujours tapies dans la marge du temps.

 

Certes, il est peu de parler de sa petite existence,

Mais c'est une sorte de revanche par anticipation

D'un retour programmé à la source commune.

 

Chacun vit l'existence comme s'il était unique

Mais le précieux lien d'unicité n'existe pas.

De là vient l'éprouvante peur de l'anéantissement

Offrant l'illusion parfaite de ce qu'aurait pu être la vie.

 

P. MILIQUE

11/08/2012

SUBTILE SEGMENTATION

SEGMENTATION.jpeg

 

SUBTILE SEGMENTATION

 

 

 

Assertions justes et cruelles au caractère irréductible

 

Dans l'impression amère de profond pourrissement,

 

D'indécence dégoûtée dans l'obscure nécessité d'un trouble

 

Qui offre à observer une infernale vision du monde.

 

 

 

Certains mots sont sonores comme des gifles lestes

 

Claquées aux vies animées des fissures qui blessent.

 

 

 

Alors, au fil des années allaitées d'amères désillusions,

 

Dans lesquelles il s'était enfermé dans sa solitude têtue

 

Il extirpé enfin du confus de sa mémoire incertaine

 

Le désordre discret tenu secret dans sa gangue honteuse.

 

 

 

Désormais, aux fragments épars de son univers,

 

La souffrance latente, jusque-là fièrement masquée,

 

Décrète que l'instant venu est segmentation subtile

 

Qui s'offre dans un sourire arc-en-ciel poignant de fragilité.

 

 

 

P. MILIQUE

 

10/08/2012

MIROITEMENT CARMINES

CARMINE.jpg

 

 

MIROITEMENT CARMINES

 

 

Le regard vide croise l'ombre des possibles

Dans l'embrasement final d'une vie essoufflée.

 

Une encre hésitante et déjà crépusculaire

Fouille la matière énigmatique des échanges

Qui pénètrent à l'essence rare des sentiments

Désentravés par erreur des forces de l'unique.

 

Tout ce qui au temps de l'ordinaire est refoulé

Engendre soudain une redoutable fracture

D'ans l'arrière salle enfumée de l'existence,

Miroitements carminés au tréfonds de la chair,

Emblématiques d'une souffrance rugueuse

Qui s'affranchit comme elle peut d'un alentour

Emporté sans ménagement au vent de l'irrémédiable.

 

P. MILIQUE

Vincent JOURDAIN: "L'invitation au voyage" (Charles BAUDELAIRE)

 

Vincent JOURDAIN

"L'invitation au voyage" 

(Charles BAUDELAIRE)

 

Adaptation du poème de Charles Baudelaire en acoustique

09/08/2012

LA PENSEE RESCAPEE

désordre.jpg

Dado, Boîte, technique mixte, 2001.

 

 

 

 

LA PENSEE RESCAPEE

 

 

Dans le théâtre apparent soumis au désordre continuel,

Il cherche dans le choix du présent, un abris au chaos.

 

Les sens s'aiguisent et il convient d'affronter ce paradoxe

Qui propose le parcours agressif et vertigineux

De cet univers singulier qui se dérobe aux regards.

 

A prétendre capter ce qu'il a de plus ardu

Dans l'authenticité du doute murmurant,

Il restitue, avec une douceur exquise,

L'absurdité ludique promis d'un monde

Dont la nostalgie émane au magnifique

D'une fragrance aux accents d'inachevé.

 

Extrême délicatesse du souvenir qui affleure

Maintenant au ras de cette pensée rescapée

Qui prétend, offusquée, n'avoir pas à l'engloutir.

 

En dire davantage en irrépressible jets de mots

Serait se complaire d'un sourire à trop en dévoiler.

 

P. MILIQUE

 

08/08/2012

FASCINATION ETOILEE

ENIGMATIQUE.jpeg



FASCINATION ETOILEE

 

 

Elle est à la fois personnage déstabilisant et nuageux

 

Au goût avéré pour une certaine énergie vitale et assidue.

 

 

On peut être surpris par l'amplitude de sa candeur désarmante,

 

Cependant, elle arbore une telle grâce impérieuse

 

Jusque dans son opposition affichée au factice des normes,

 

Qu'elle n'écrit l'exceptionnel qu'à l'encre simple et trompeuse.

 

 

Fulgurance inouïe d'un débridé sans ostentation,

 

Étourdissante et peu novatrice sans doute,

 

Sa prose est de cette fascination irradiée d'étoiles

 

Qui plonge le quotidien dans l'urgence du phrasé

 

Au plus près de cette palpitation qui déborde,

 

De ce mystère énigmatique...

 

 

P. MILIQUE

 

07/08/2012

COMME UNE DÉFERLANTE

DEFERLANTE.jpeg

 

COMME UNE DÉFERLANTE

 

Dans l'intimité et l'isolement que l'on se créé

Se cherche une sincérité et une violence qui fige.

 

La matière presque charnelle des mots

Compose une langue riche de sonorités

En harmonie rythmée de musicalité.

 

Ne pas interpréter le texte, mais le révéler.

Donner naissance comme par enchantement

A quelques rares et précieuses découvertes.

 

Et, en fin de souffle, proposée la déferlante

Entrevue dès la première impulsion

Au cœur de l'émotion primitive nourrie

Des silences bavards et de paroles pudiques.

 

P. MILIQUE

06/08/2012

LE TEMPS DE L’ECRIT DURE

crayon_pre_mache.png

 

 

LE TEMPS DE L’ECRIT DURE

 

 

Il faut savoir prendre son temps!

 

Le crayon est un formidable outil pour gratter l’instant, un outil au charme à la fois désuet et ensorcelant. Il découpe des strates dans l’épaisseur du temps et y dépose à chaque fois une lumière différente.

C’est une onde émotionnelle intense lorsque sur la page vagabonde la plume.

Quand les mots coulent ainsi de la plume avec aisance, il suffit de se laisser porter par le murmure souterrain d’une conscience indispensable à corriger l’ingratitude oublieuse de la mémoire, pour accoster à ces moments-là d’extrême densité.

Et dans une symphonie de mots simples ou complexes, en tout cas envoûtants, dire l’immensité des toujours et des jamais pareils. Dire des histoires sombres et lumineuses et d’autres magnifiques et douloureuses.

 

Tout n’est pas si simple cependant.

Parfois l’écriture est hâtive, trop, ce qui la rend maladroite et approximative. Elle peut, à utiliser les mots sans discernement, à exagérer les calembours calamiteux et les métaphores acrobatiques, à célébrer sans cesse d’insupportables trouvailles narcissiques, délivrer des textes aussi navrants qu’inconsistants. Et avoir, enfin, le plus grand mal à dissimuler la médiocrité de l’ensemble.

 

Parce que l’écriture est humaine, elle est alternance de mélancolie et de gaieté. Elle prend parfois la forme désabusée d’une jubilation triste où tout est sombre et frissonnant. La voilà toute en nuances crépusculaires, plus ondulée qu’acide pourtant, pour préciser les jours rongés de solitude où brûle l’urgence de vivre. Dans ces moments-là, il ne reste que les mots pour se défendre. Des mots cernés d’ombre ou vrillés d’angoisse. Des mots froissés. Des mots chauds ou glacés. Noir boue, noir nuit. Des mots qui collent à la peau. Inexorablement.

Par bonheur, à force de les travailler minutieusement ces mots, ils nous aident à suivre notre étoile jusque dans les chemins de traverse célestes pour revenir sur nos pas dans les ombres du temps , et à velouter de miel la virulence de certains propos.

 

Il suffit d’un rien , d’un léger décalage de mots, pour que tout bascule dans l’absurde. Un absurde racoleur. Il sait se faire si enjôleur qu’il semble parfois plus cohérent qu’une logique incertaine.

Il n’est pas facile, c’est vrai, d’atteindre à la simplicité. Mais la recette existe. Elle recommande de n’user des mots qu’avec clarté, netteté. Porter un regard d’une grande perspicacité, jouer de l’ombre et de la lumière, utiliser une prose subtile et pénétrante d’une fraîcheur souveraine. Produire une écriture souple, infiniment sensible, avec des mots enfants du silence et de la pudeur. Et, au gré des hasards qui n’en sont pas vraiment, donner de la cohérence au désordre en consentant à l’inattendu.

 

Le crayon est un formidable outil pour gratter l’instant.

Et cet instant-là aura toujours un calme d’infini pour l’envelopper encore et le faire vivre à tout jamais au cœur d’une histoire inachevée.

 

 

P. MILIQUE

05/08/2012

LA MORT

LA MORT.jpg

 

 

LA MORT

 

 

Aussitôt abandonné le confort provisoire de l’enfance bénie,

Elle apparaît, fatalité incontournable aux dimensions de mystère.

 

Ce n’est qu’un vide sans échos,

Un néant à perte de vie qui annule nos volontés,

Nos facultés de raisonnement aussi.

Et nous enveloppe de lourdes épaisseurs de silence.

 

C’est une éternité immuable à l’irréductible étrangeté

Où chaque instant se dilate, où chaque instant s’évanouit.

 

Il n’existe pas d’explication à l’inexplicable.

Alors on tente de la neutraliser. En la marginalisant.

Parce que la mort est irreprésentable dans l'instant.

Absolu impartageable d'un désespérément ordinaire.

 

 

P. MILIQUE

Hélène POSBIC: "Depuis six mille ans la guerre"

Hélène POSBIC

"Depuis six mille ans la guerre"

Hélène Posbic compose, joue et chante ce beau poème de Victor Hugo « Depuis six mille ans la guerre » accompagnée de son piano.