Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2012

Victor HUGO: "CEUX QUI VIVENT"

 

Une belle interprétation, vivante et juste,

D'Anaïs Gabay, ce mardi 13 octobre 2009,

A l'occasion d'une soirée du Club des Poètes

 30 rue de Bourgogne 75007 Paris 

http://www.poesie.net )

26/02/2012

QUELQUES POEMES VENUS DE SYRIE: LES MONSTRES

Le HuffPost a pris connaissance d'une série de poésies écrites dans un français remarquable, par une Syrienne qui a réussi à les faire parvenir en France. Nous lui conservons bien entendu son anonymat pour des raisons évidentes. Ce sont ces poèmes, d'une force poignante, qui sont reproduits ici .



Les MONSTRES


Ils n’auront épargné ni les fleurs de l’enfance
Ni les nuits de ferveur, ni les mois de piété …
Ni la douleur des hommes, des femmes sans défenses,
Les monstres dépourvus de toute humanité….

 

Les hordes de barbares répugnant d’insolence
Sans foi ni loi sévissent en toute impunité,
Ils ont pour seul langage celui de la violence
Passe droit préservant leur vile immunité…

 

D’où viennent ces fantômes de la mort, ces vampires,
Que le diable lui-même ne saurait parrainer ! ?
Toute cette haine qui les tient sous son empire
Dans quelle nauséabonde matrice est-elle née ?

Comment trouver les mots pour décrire ton supplice
Patrie mutilée de plaies inaltérables ?
La voie vers la lumière pavée de sacrifices
Est un chemin de croix qui semble interminable

Fabrice LUCHINI dit Philippe MURAY

 

Fabrice Luchini reçoit dans sa loge avant son spectacle

Au théâtre de l'Atelier, à Paris,

Où il lit des textes de Philippe Muray.

COMME UN BLANC QUI DERANGE

ERRANCE.jpg

 

COMME UN BLANC QUI DERANGE

 

 

Il y a cette part d'ombre que nul ne peut raisonner

 

Et qui de ce fait, n'en finit pas de troubler.

 

 

De vagabondages en errances assumées

 

Dont il aimerait avoir la pudeur de ne pas faire étalage,

 

Afin de n'imposer à personne ce qui est devenu une obsession

 

Non exempte de périls multiples,

 

A force d'infimes dérapages imparfaitement contrôlés,

 

Il met d'emblée en place la réalité d'un lieu vide

 

Comme un blanc qui dérange dans la conversation.

 

 

La vie s'est chargée de briser

 

La naïveté de ses rêves d'enfant.

 

Dans l'accomplissement des désirs majeurs

 

Qui en constituaient le fondement véritable.

 

 

Désormais, il n'accepte plus de se montrer,

 

Que pour surtout ne jamais se montrer,

 

Et faire naître aux lèvres de certains visages

 

L'ébauche annoncée d'un sourire triomphant et libérateur.

 

 

P. MILIQUE

25/02/2012

ENCHAÎNEMENT LEXICAL ET TENDANCIEUX.... OFFRIR

Cet Enchaînement Lexical a été composé en révérencieuse référence à cet inégalable Poète qu'est Eric Ducelier. Un maitre!


 

dictionnaire.jpg

 (Comme il s'agit – cela ne vous aura pas échappé – d'un enchaînement lexical, il conviendra de remonter le fil des archives pour consulter les précédentes lettres de l'alphabet nous ayant conduits, non sans une ostentatoire désinvolture, jusque là...)



 

OFFRIR:

 

Cela tient dans un geste primal, spontané, parangon rassurant de ce que peut – de ce que devrait – être l'accueillante spécificité de la nature humaine.

 

Qu'est-il de plus beau en effet, de plus intimement enrichissant, de plus exactement désintéressé – du moins le prétend-on – que l'acte d’offrir? Irruption flamboyante d'un geste fort et généreux, saturé d'émotions, susceptible de rompre de belle manière l'isolement potentiel pouvant croître entre les êtres.

 

Pour être juste, il convient de préciser qu'offrir n'est aussi parfois rien d'autre qu'un vilain subterfuge, un peu grossier, à la puissance spéculative suffisamment épurée pour être manipulatrice et parvenir à transformer (à son corps défendant certes) un lien jusque-là ténu et abstrait en une bien troublante passion.

(A Suivre...)

 

Charles BAUDELAIRE : "Les Fleurs du Mal"

Trois Poèmes de Charles Baudelaire (Les Fleurs du Mal)
- Correspondances
- Harmonie du Soir
- Recueillement

ARAGON LIT: "JACOB"

 

 

Aragon lit "Jacob"

Plain Chant - 20/12/1970 - 01min27s

 

ARAGON lit un poème récent. "Jacob". Silhouette filmée à contre jour, visage non visible.


 

Production

Office national de radiodiffusion télévision française


Générique

Huillard, Michel
Martin, Hélène
Aragon, Louis

24/02/2012

QUELQUES POEMES VENUS DE SYRIE: HAMZA

Le HuffPost a pris connaissance d'une série de poésies écrites dans un français remarquable, par une Syrienne qui a réussi à les faire parvenir en France. Nous lui conservons bien entendu son anonymat pour des raisons évidentes. Ce sont ces poèmes, d'une force poignante, qui sont reproduits ici . 


HAMZA

Sur le pas de la porte, il se tenait tout droit.
Le visage poupin de rondeurs enfantines
Un regard à faire fondre la Vierge Célestine
En larmes... de tendresse, de pitié ou d'effroi...

Dans les champs de Horane poussent les mimosas...
Il n'avait que treize ans...et s'appelait Hamza...


Puis il s'est élancé, parmi les barricades
Aux hommes en colère porter des victuailles
Elle était inégale, injuste la bataille,
L'armée les pilonnait à coups de canonnades

Dans les rues de Deraa, par les champs de colza
Débordant de bravoure, se faufilait Hamza...


Était-il de ceux-là, parmi ses camarades
Qui firent ce qu'en quarante années nul n'osât ?
« C'est à ton tour, Docteur ! » Et la PEUR se brisa
Contre ce mur de pierre pour presque une charade... !

Et de cette étincelle, un volcan s'embrasa !
Aux confins du pays, là où vivait Hamza...


Mais la pieuvre exécrable prît dans ses tentacules
L'enfant, son innocence, les fleurs de l'avenir...
Et pour l'Humanité, son vivant souvenir
Demeurera gravé en lettres majuscules

Et soudain le soleil de ton sang s'irisa !
De tes larmes, tes cris, ta souffrance Hamza...


Comment peut-on décrire ce crime abominable ?
J'ai épuisé les mots des livres de grammaire....
Comment imaginer sa pauvre, pauvre mère
Découvrir son cadavre rendu méconnaissable ?

Mon ange, mon bel ange on te martyrisa !
Paix à la pureté de ton âme Hamza...


MAIS OU ÊTES-VOUS DONC, LES JUSTES DE LA TERRE ?
LES DÉFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME, DE L'ENFANCE ?
SOUS VOS YEUX MEURT UN PEUPLE DANS INDIFFÉRENCE !
JUSQU'À QUAND ALLEZ-VOUS REGARDER ET VOUS TAIRE ?

Et comme un oiseau libre lance à travers les airs
Des notes cristallines vibrant de sa luette
Il me semble entendre ta voix encore fluette
Répéter un refrain, bien sûr imaginaire... :

Je suis tombé par terre
C'est la faute à Maher
Je crache sur les chars
Tu tomberas Bachar...

CONTES DU JOUR ET DE LA NUIT: "LE VIN DE L'HIVER"


Le vin de l'hiver (Samuel Wunsch - Véronique...

par VSAUGER 


Le vin de l'hiver, fragment poétique de Samuel Wunsch mis en musique et lu par Véronique Sauger - Musique du film le 5e élément (Podcast France Musique) - Création visuelle de David Az (Tous droits réservés)
http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/contes/emission.php?e_id=11

AFFICHER AUX DERIVES

spirale.jpg

 

 

AFFICHER AUX DERIVES

 

 

Ce sont autant de lignes de fuite qui disent la confusion,

 

A tisser, à l'ourlet de nos yeux l'écheveau sensible

 

D'ombres fantomatiques et entêtées,

 

Figées au sublime d'une perte anticipée.

 

 

Vie-violence comme happée par une spirale

 

Qui brouille toute frontière entre le bien et le mal,

 

Dans l'exploration sombre d'une folie

 

Prise dans la brume opaque de l'oubli relatif.

 

 

Mieux saisir enfin la complexité des pulsions

 

Pour afficher aux dérives de nous-mêmes

 

Combien est outrancière l'absurdité de l'énigme !...

 

P. MILIQUE

 

23/02/2012

QUELQUES POEMES VENUS DE SYRIE: "ARMEE D'ASSASSINS "

Le HuffPost a pris connaissance d'une série de poésies écrites dans un français remarquable, par une Syrienne qui a réussi à les faire parvenir en France. Nous lui conservons bien entendu son anonymat pour des raisons évidentes. Ce sont ces poèmes, d'une force poignante, qui sont reproduits ici .


Armée d'assassins

 


Sur leurs blindés, sur leurs chars
Des soldats, des fantassins,
A la solde de Bachar
Forment une armée d’assassins…

 

Les gardiens de la patrie?
Meurtriers qui se défoulent !
Contre des chants et des cris
Tirent aveugles sur la foule !

 

D’une obédience grotesque
D’une ignoble barbarie
La brutale soldatesque
Egorge la douce Syrie

 

Renforcée par la milice
Gangrène assoiffée de sang
Deux tortionnaires complices
Déciment les innocents…

 

Tuer devient une lubie
Un jeu macabre de brutes
Les humiliations subies
Les offenses, les insultes,

 

Tant de crimes innommables
Nous glacent par leurs horreurs
Tant d’images insoutenables
Ont anéanti la Peur

 

De ce peuple invincible
Admirable de courage
Sa force indéfectible
Balayera vos outrages !

Honte à vous pauvre vermine
Piètres soldats, fantassins
Puisque l’Histoire élimine
Toutes les armées d’assassins !

MESSAGERIE

manuscrit_fleurs_prologue_1.jpg

(Sollers nous propose sept pages du manuscrit de son dernier livre Fleurs)


 

MESSAGERIE

 

 

J’ai transmis au centre d’élaboration des messages

 

La fière pauvreté de mes mots.

 

 

Manifestation non équivoque, évidente, décisive,

 

Du constat de l’impossibilité flagrante existant

 

Dans la transcription spontanée de ma pensée,

 

Dans l’explosion illusoire d’une création poétique.

 

 

Il ne me reste plus alors, contrarié,

 

Qu’à exprimer avec la plus grande précision

 

L’existence obstinée de mes marges discordantes.

 

 

 

P. MILIQUE