Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2012

HUMANITÉ QUELCONQUE

VERRE CASSE.jpeg

 

HUMANITÉ QUELCONQUE

 

Le temps paraît figé dans des phases indécises

Qui distillent les épaisses fumées d'un doute

Inexorablement scellé dans l'irrémédiable du réel.

 

Chaque jour, il endure d'abruptes ruptures

Engendrées par les fracas de verre brisé

D'une mémoire pulvérisée, fragmentaire désormais.

 

Dans l'ordinaire passage du temps et des choses,

Il a l'air grave et son regard tourné vers l'au-dedans

Le précipite à son insu dans une fascination désenchantée

Qui dissout sa volonté dans un monde bafoué

Par la dispersion glacée d'un reliquat d'humanité.

 

P. MILIQUE

01/11/2012

LES FRANCAIS ET LE LIVRE: "Michel POLAC INTERVIEW DES SALARIES D'UNE USINE SUR LEURS LECTURES"

 

Michel POLAC INTERVIEW DES SALARIES D'UNE USINE SUR LEURS LECTURES

Bibliothèque de poche

10/12/1968 - 12min20s

 

Michel POLAC interviewe des salariés de l'usine Hispano-Suiza sur leur lieu de travail au sujet de leur pratique de la lecture. Certains avouent ne pas avoir le temps de lire, d'autres, pensent que c'est une question de volonté, d'effort personnel. A la bibliothèque de l'usine, Michel POLAC commente l'évolution des emprunts de livres, qui ont baissé de moitié depuis 1961 ; le bibliothécaire déplore le manque de temps des salariés et surtout l'emprise de plus en plus grande de la télévision sur les foyers.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Bellon, Yannick

 

Polac, Michel

 

Polac, Michel

 

CHARLY 19

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

19

 

 

Je suis courbatu, fourbu, vidé. J'ai mal partout.

Je me dirige une dernière fois vers le lieu de villégiature de mon compère Charly. J'écarte, avec la plus douce délicatesse et du bout des doigts, la boule de blanche hermine.

La punkoïde silhouette de poils dort du plus juste des sommeils dirait-on, totalement apaisée et comme habitée d'une inaltérable sérénité, un sourire énigmatique aux lèvres. Insensible désormais à mes tumultueux exodes intérieurs. Le bienheureux!...

 

Je me retire discrètement, sur la pointe du bout des pieds, envoûté par le charme de son air satisfait. Un peu narquois peut-être, va savoir.

J’éteins la lumière et sors de la pièce.

Le calvaire de ma nuit intime va pouvoir commencer.

 

P. MILIQUE


FIN

31/10/2012

LES FRANCAIS ET LE LIVRE: "LA FUREUR DE LIRE PROUST"

 

LA FUREUR DE LIRE PROUST

Centre Actualités

17/10/1992 - 01min53s

 

Dans le cadre de l'opération "La fureur de lire", plusieurs personnes font la lecture d'extraits d"A la recherche du temps perdu; Du côté de chez Swan" de Marcel PROUST chez lui, à Illiers Combray.

 

 

Production

 

France 3 Orléans

Générique

 

Fontan Moret, Alain

 

Borrel, Anne

30/10/2012

CHARLY 18

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

18


Seulement voilà, quoi que j'y fasse, je n'y parviens pas. Mon écriture est trop volatile, trop approximative pour que je puisse la contraindre à mes souhaits. Elle n'est, au travers de ce qui devrait être un grand ruissellement de l'imaginaire, qu'apparition incontrôlée de noirs sujets et d'obscures méditations sans fin qui ne m'entraînent le plus souvent que dans d'invraisemblables tourbillons psychédéliques traduits, comme tu le sais, en crises d'errance existentielle longue durée.

 

Prisonnier, à mon corps défendant, de ce temps renouvelé d'impitoyable isolement, je n'ai d'autre option que de crier ma vérité alors que je ne possède même pas la première once de l'implacable et poétique précision indispensable au maniement des mots.

Ainsi naît le suintement de ridicule qui accompagne chacune de mes tentative de mise en mots. Quelle horreur qu'une sensibilité humiliée!

A ce moment-là s'installe fréquemment l’impérative nécessité du silence. Donc, je hurle dans le grand silence exigé. Avec cette certitude advenue peu à peu au fil du temps: la vie, il faut prendre garde de ne pas l'étouffer. C'est ce que faisons le plus souvent.

Et c'est une transcendantale connerie.

(A Suivre...)

 

Nicolas MEUDEC: "Fantaisie" (Gérard de NERVAL)

 

Nicolas MEUDEC

"Fantaisie"

(Gérard de NERVAL)


J’ai décidé de rentrer dans l’univers de l’auteur en l’imaginant se promenant dans la nature celle ci lui rappellant ses souvenirs d’amour dans l’époque.

La musique est à consonance comédie musicale.

 

29/10/2012

CHARLY 17

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

17


Prêt à disparaître dans son antre, tandis que pour ma part je ne l'avais pas quitté des yeux pendant le laps de temps qu'a durée son approche, il hésite un peu, semble se raviser, puis se redressant avec une crâne agilité sur ses pattes arrières afin d'être au mieux dans le champ de vision, me gratifie d'un émouvant Koï-Koï chargé à la visible évidence de beaucoup de tendresse et d'amitié.

 

Cette fois je l'entends fourrager dans sa duveteuse garçonnière. Il s'installe pour sa nuit, n'en doutons pas. Chut! Silence. Respectons son intimité.

 

 

 

Il existe des folies mineures et d'autres qui portent bien. L'amitié est une valeur refuge qu'il est important de ne pas galvauder. C'est une plante rare et sensible qui, pour se développer, a besoin de temps.
Ce temps-là est depuis longtemps écoulé: je suis riche d'une réelle amitié pour Charly. Nous sommes si différents, et si semblables à la fois.

 

 

 

Souvent, les propos dont il me harangue sont frappés du sceau de la raison, je le sais bien.

Mais que croit-il? Bien sûr que j'aimerais moi aussi être animé par la force d'un inextinguible optimisme! Avoir le rire au cœur contagieux! Être gagné aussi souvent qu'à mon tour par le vertige de propos frivoles et les engouements instantanés.

(A Suivre...)

 

28/10/2012

CHARLY 16

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

16


Il escalade prestement sa caisse par le côté qu'il préfère. Enfin, je présume, puisqu'il s'agit toujours du même, allez donc savoir pourquoi! Encore une bien belle agilité pour son âge le bougre. Il faut dire qu'il fait si fréquemment le mur que cet effort lui est devenu quasi symbolique.

Il se dirige, toujours sans m'adresser le moindre regard, vers la grosse boule de coton hydrophile qui lui fait office de maison. Un must pour lui, le coton: top confort architectural dit-il. Et pourquoi pas après tout....
A l'intérieur de ce douillet volume, c'est hyper organisé. Je le sais parce que, pas peu fier de l'ordonnancement auquel il a apporté un soin tout particulier, il n'a de cesse de m'en faire l'article. Il y a la chambre à coucher bien sûr, une salle de séjour qui lui sert de lieu de méditation diurne, et puis aussi, mais peut-être faut-il dire surtout, le cellier. Il s'agit pour lui du lieu de stockage de tout ce qui peut se consommer sous quelque forme que ce soit. Que ce soit pour maintenant ou pour plus tard. On ne sait jamais ce qui peut arriver ni comment les choses peuvent évoluer!

Indispensable zone de stockage donc, et on comprend pourquoi.

(A Suivre...)

 

27/10/2012

CHARLY 15

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

15

 

Le punkoïde a vraiment l'air désabusé.
Il n'a pas l'air tout à fait en colère, non, mais c'est peut-être pire encore: on dirait que je l'indiffère. Bah, il est probablement fatigué, ça lui passera. Son arrogante crête semble désormais en berne. Son désenchantement est manifeste. La punk-attitude, il ne l'a plus, c'est indéniable. Je n'en suis pas plus inquiet que cela, cette expression-là lui est récurrente, en particulier quand, comme ce soir, il éprouve des contrariétés plus que de normal.
Je le prends avec grande délicatesse dans le berceau de mes mains ouvertes. Son petit corps est tout chaud, son poil est d'un extraordinaire soyeux et je sens son cœur battre une chamade effrénée. Le cœur bat toujours vite et fort chez ces petites bêtes-là, tel un frénétique métronome du sensible.
Je le dépose sur le sol. Il entreprend directement le trajet qui le mène à son chez-lui. Il se déplace en silence, chose parfaitement inhabituelle, et ne se retourne pas une seule fois pour un dernier salut. Rien. Mais il me boude ce con là!

(A Suivre....)

26/10/2012

LES FRANCAIS ET LE LIVRE: "MARATHON DE LECTURE PASSAGE DU MAINE"

 

 

LIRE EN FÊTE

"MARATHON DE LECTURE PASSAGE DU MAINE"

Locale Paris - 19/10/2001 - 52s

 

Une trentaine de comédiens vont se relayer chemin du Montparnasse dès ce soir et demain jusqu'à l'aube pour un marathon de lecture avec des textes sur le thème du désir et de la passion. L'opération "lire en fête" se déroule à Paris ce week-end.

 

Production

France 3 Paris

Générique

Delahautemaison, Virginie
Payen, Gilles
Le Run, Rosen
Defrenne, Jean Louis

25/10/2012

CHARLY 14

PHOTO CHARLY.jpeg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...


 

CHARLY

14



(CHARLY)

 

--Dis-donc? Il ne t'a pas fallu longtemps avant d'afficher de nouveau ton affligeante attitude! Enfin quoi, c'est vraiment si compliqué ce que je te demande? Entends moi bien à la fin, moi je voudrais juste que ton comportement, dans l'infime de chaque instant, ne me parle que de joie! Du goût violent et imprescriptible de la joie! Ça n'est vraiment pas possible ça? Ça n'existe pas dans ton cinoche intérieur, c'est définitif? Tu sais quoi, je te plains! Ça oui, je te plains!....Ou alors ça fait trop populo, pas assez intello pour toi, c'est ça? Mais mon pauvre vieux, il n'est pas possible de passer ton temps à te gratter le nombril juste en écrivant que le ciel est noir, tu comprends? Cesse de nous halluciner la tête avec tes récurrentes, éternelles images noircies d'aussi violentes désespérances. C'est insupportable à la fin! Épuisant. Alors reprends toi s'il te plaît, et prend tes habitudes à contre-pied! Applique-toi à gommer de ta plume les terrifiants aspects du monde réel. Ne nous empêtre plus dans tes vieilles nostalgies éternellement ressassée. Y en a marre, tu comprends?
Crois moi, il reste toujours quelque part un coin de ciel bleu, même dans les âmes les plus ténébreuses comme la tienne j'en suis persuadé. Alors vas-y, lâche-toi, profite de la page en attente pour faire briller le soleil. Invente une vie jubilatoire zébrée de bouffées d’enthousiasmes délirants, de bonheurs étoilés et de tendresses gourmandes. Inutile de le faire pour nous! Il serait déjà tellement grand de le faire pour toi. Et merde pour les intellectuels délicats!
Sur ce, je vais me coucher, m'évader le temps d'un sommeil de ce jour beaucoup trop banal pour être excitant. Je vais retourner, moi tout seul, à ce que tu perdures à considérer  non sans un certain dédain, vers mes petits bonheurs minables à moi. Je ne suis pas inquiet, ils valent bien les tiens.
Allez, descend-moi de cette table s'il te plaît que je rejoigne mon refuge.
En m'excusant, une fois n'est pas coutume, pour cette longue, et peut-être inutilement agressive, diatribe. Informelle et inépuisable logorrhée. Mais tu sais comment sont les imbéciles: bavards jusqu'à la frénésie parfois. C'est même à ça qu'on les reconnaît. C'est tellement difficile à contenir la bêtise.
Merci encore et... Belle et douce nuit à toi.

(A Suivre...)

 

24/10/2012

Eddy JOUGLET: "Moesta et errabunda" (Charles BAUDELAIRE)

 

Eddy JOUGLET
 "Moesta et errabunda"

(Charles BAUDELAIRE)

J’ai réalisé cette maquette avec uniquement GarageBand sur Ipad ©.
Inspiré par le texte mélancolique, j’en ai fait une valse. A vous d’apprécier. Merci de votre écoute. Eddy.