Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2012

MINAUDERIES SOURNOISES

OMBRE NOIRE.jpeg

 

MINAUDERIES SOURNOISES

 

Dans la tragique théorie d'un temps qui s'étire,

Le spectacle des apparences n'est pas que trompeur.

 

C'est le tableau immédiat d'une époque,

Une tranche toxique de vie vénéneuse

Qui ne peut s'observer avec indifférence.

 

Sous les minauderies sournoises de la vertu,

Il faut mettre en mots le grand ressac organique

Offrant sa voix à la sauvagerie qui nous transmue

Lorsque se profile l'ombre noire des vraies perversions.

 

Écoute cet énorme éclat de rire méprisant

Envers une vile hiérarchie définie d'emblée

Comme porteuse de laideur vulgaire et rapace.

 

P. MILIQUE

18/09/2012

L’AIR DU BEAU

BAUDELAIRE.jpeg

 

L’AIR DU BEAU

 

Une sorte de culpabilité à peine corrigée par la rage

Qui génère au vif ce problème de légitimité…

Écrire et ne pas savoir comment assumer cette prétention!

 

Pourtant, son imaginaire côtoie au quotidien

Des grands frères bienveillants et protecteurs.

Baudelaire l’accompagne au brasier de ses révoltes,

Et il a cette étrange impression de l’entendre lui souffler des…

 

Va, exacerbe le cœur même de l’émotion poétique,

Celle qui offre d’emblée l’éclat de ce qui attend!

Invalide la phrase exclusive et universelle

Qui se délite, à l’image des mots qu’elle décrit

Avec l’iridescente et unique arrière-pensée:

ÉCRIRE!

Rédemption libératrice…

 

P. MILIQUE

16/09/2012

LÂCHER-PRISE

ABANDONNE.jpeg

LÂCHER-PRISE

 

La lettre est cynique et cinglante

Qui exhibe la laideur tumultueuse de la vie.

 

Pourquoi s’acharner à exister,

Malheureux de chair et de sang

Quand, dans le simple temps d’un regard,

S’éprouve l’abandon total des forces

Jusque-là absolues, de la présence au monde.

 

P. MILIQUE

15/09/2012

IMPASSE DE LA SOLITUDE

AU BORD DU VIDE.jpeg

 

IMPASSE DE LA SOLITUDE

 

Impasse de la solitude,

Le jour se lève pour moi seul.

 

Et je m’éveille au bord du vide.

 

Alors je murmure à nouveau

L’obscénité de mon existence

A la gueule crépusculaire et obsessionnelle

De ma tristesse noire, fondamentale.

 

P. MILIQUE

Wendy LEROY: "Il fera longtemps clair ce soir" (Anna de NOAILLES)

 

Wendy LEROY: 

"Il fera longtemps clair ce soir" 

(Anna de NOAILLES)

 

 

"J’ai crée la mise en musique et repris le texte de Anna de Noailles « Il fera longtemps clair ce soir ».

14/09/2012

IMAGINE

FUNAMBULE.jpeg

 

IMAGINE

 

Imagine le fil tendu du funambule

Sur la trame d'un texte déjà domestiqué!

 

Le lecteur en action apparaît soudain

En un équilibre particulièrement précaire

Entre une interprétation de la page lue

Et une exégèse différente exacte elle aussi.

 

Tout dépend de tant d'éléments de grande complexité

(Idéologiques, philosophiques, spirituels ou autres...)

Et aussi probablement de choses plus quotidiennes

Telle que l'atmosphère ambiante ou l'instant éphémère,

Le temps grisâtre ou radieux et les alternatives douteuses,

Le bon fonctionnement – ou pas – de la vie relationnelle,

Qu'elle soit sentimentale, familiale, professionnelle ou amoureuse...
J'en passe volontairement par certitude d'en oublier

Mais la liste étant non exhaustive, tu la complèteras tout seul.

Ainsi l'auteur, quel qu'il soit, d'un écrit quelconque,

Ne représente-t-il toujours que l'idée génératrice,

Le tuteur qui indique, dirige et maintient avec fermeté

Le canevas originel qu'il a souhaité offrir à lire,

Tout en abandonnant au lecteur la possibilité manifeste

D'utiliser son travail de manière multidirectionnelle.

 

C'est ainsi que l'on peut dire que chaque lecteur trouve,

Grâce au talent de l'écrivain et à la virtuosité de son œuvre,

L'opportunité de réécrire le texte comme il l'entend,

En tous les cas de manière visionnaire et inspirée.

 

De fait, un romancier n'écrit pas qu'une seule proposition.
Il en écrit, l'expérience le démontre, autant qu'il a de lecteurs!

D'où l'étonnant constat d'un intemporel certifié périssable.

Étonnant, non?

 

P. MILIQUE

13/09/2012

SA VIE

CHEMIN.jpeg

 

SA VIE

 

Sa vie :

C’est un ciel de malheurs

Habité de rêves fracassés et de confiance trahies,

Une succession ininterrompue de mouvements désordonnés et incohérents,

Une douteuse abstraction que l’on ne peut qu’effleurer

Jusqu’au vertige, jusqu’au silence,

Un échantillon capiteux qui offre l’amère saveur d’un décalage constant,

Une outrance peu recommandable qui porte en elle

L’évidence inévitable du conflit à venir,

Une indifférence sereine.

 

Il refuse cela.

Alors il s’invente un itinéraire singulier.

Il se veut esprit enragé, hanté, lunaire.

Débordant sans retenue d’une colère nécessaire, vitale,

Qui saura le détourner des forces obscures de cette cohérence-là.

Il rejette violemment les normes contraignantes et sécurisantes!

Il s’oblige aussi à débusquer en lui la part d’intolérance,

Et la vision contradictoire du monde,

Pour se tenir, toujours, sur la pointe acérée du paradoxe

 

Pour ne jamais être suspecté de complaisance

Qui n’existe parfois que dans la gravité et la mortification,

Il boîte de l’intérieur.

Il perçoit dans l’éclat d’une évidence jusqu’alors obscure

Cette vie qui s’organise lentement, pour, dans et contre le vide

N'être seulement troublée que par les coïncidences.

 

Il est des désespoirs qui restent à jamais secrets

Sauf à forcer la banquise compacte de la douleur.

Il y a cet accomplissement qui fait de la vie

Un chemin solitaire enrichi de silences...

.

Alors il s’esquive, le cœur modeste et lumineux,

Dans la belle brillance de ce soleil radieux d' Absolu

Générateur d'une tranquillité rassurante à son propre désordre.

 

P. MILIQUE

12/09/2012

MÉTASTASE PLANÉTAIRE

GUERRE.jpeg

 

MÉTASTASE  PLANÉTAIRE

 

Totale confusion religieuse et culturelle

Qui embrase les métastases planétaires.

 

Il convient aux pacifistes de s’opposer

Avec la plus extrême vigueur possible

Aux intolérables et meurtriers conflits en cours

Qui n’existent que par le recours systématique

A une destructrice prise de pouvoir par les armes

Dans la profusion sans fin du sang versé

Et l’effacement immédiat et odieux de ce sang.

 

P. MILIQUE

10/09/2012

VERTIGE IMPULSE

vertige.jpeg

VERTIGE IMPULSE

 

Aux phrases déstructurées par l'incessante agitation des mots,

Le style oscille entre une certaine banalité du quotidien

Et, tout à coup, une fulgurance d'inspiration poétique

Qui, l'air de rien et de manière presque anodine,

Incarne l'intensité irradiante d'un battement de vie.

 

Intemporel imaginaire aux persistances fragiles,

Les images naissent d'associations étranges

Qui, aux parfums de l'existence, ajoute une foisonnante générosité.

 

Il a ce talent rare et précieux qui agence les mots

Avec une concision et une efficacité implacable

Qui leur donnent l'ambiguïté originelle

En les dépouillant de leur part de mythe.

 

Dans la tension vive d'un vertige impulsé,

Le silence perturbe l'éperdu de l'angoisse

Et la solitude de ce qui ne peut faire taire le sens.

 

P. MILIQUE

Orphé ÔGDINITSCH: "A ma femme endormie" (Charles CROS)

 

Orphé ÔGDINITSCH:

"A ma femme endormie" 

(Charles CROS)

 

Orphé Ôgdinitsch au chant avec Maxime Dubedout au Piano (pour une composition originale (et protégée) Prise Live !!

09/09/2012

SÉSAME LUMINEUX

LUMINEUX.jpeg

 

SÉSAME LUMINEUX

 

Précaution nécessaire pour ne pas les réveiller,

Il quitte ses mauvais rêves sur la pointe des yeux

Pour offrir des moments de grâce, de poésie et de beauté,

Aux prolongements inattendus de concentrés de vie.

 

Dans la douceur froide de la lumière,

Il rassemble le maigre feu de ses mots,

Veillant à ne pas rompre le précaire équilibre,

Magnétique, de ce petit paradis excentré

Qui abrite l'amour comme quintessence.

 

Sésame lumineux épinglé au revers du présent.

 

P. MILIQUE

 

08/09/2012

ÊTRE AU PLUS PRES DE SOI

CLAIRIERE.jpeg

 

ÊTRE AU PLUS PRES DE SOI

 

Labourés par une souffrance aux humeurs inconstantes

Développée aux rais lumineux de menaces supposées,

Il éprouve avec force l'évidence d'une existence à l'imparfait.

Dès lors, il lui faut s'appliquer à ne jamais baisser la garde

Devant la déception qui n'est peut-être que d'ordre narcissique,

Et mettre entre parenthèses le temps éprouvant du présent qui s'installe.

 

Épures discrètes et nourries d'improbables chimères

Qui supposent l'illusoire anticipation d'instants aléatoires

Enfin débarrassés de ce calamiteux mélange de facilités et de subtilités,

Générateur inattentif d'une vie toute d'effervescence et d'imprévus douteux.

 

Porté par une cohérence interne ouvertement contradictoire,

Il s'agit d'entrer au plus vite en résonance avec un univers alternatif

En s'affranchissant pour de bon des craintes parasitaires

Imposées par l'incorrigible suspicion née de l'incompréhensible.

 

Lorsqu'il est enfin admis que rien ne dure, que tout se dissout,

Il devient plus simple d'impulser un nouveau souffle à une vie

Qui, une fois l'inquiétude apaisée, redéfinira son potentiel

En ouvrant à l'infinie diversité de rêveries séductrices.

 

La clairière qui s'éclaire désormais aux yeux ébahis est affirmative:

Rien ne peut légitimer la nostalgie de ce qui n'a jamais été,

Pas plus nul ne doit avoir à se soucier de ce qu'il ne peut être!

Il est tellement plus nécessaire à chacun de se tenir au plus près de soi

Sur le chemin d'éternité tracé droit jusqu'à ce qu'il est déjà.

 

P. MILIQUE