Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2012

ESCALE NOSTALGIQUE

Brume.jpg

 

ESCALE NOSTALGIQUE

 

Lorsque l'on ne peut plus rien refuser

A sa mémoire vive lestée de souvenirs,

Il ne sert à rien de remonter jusqu'au déluge

Pour raconter le passé qui parcourt la terre.

 

Escale nostalgique venue encore, en souffle d'enchantement,

De cet infiniment petit qui nous dit combien l'univers est immense,

Unique source d'inspiration et de relations initiatiques

Qui veillent à ce que le temps échappe à toute prise.

 

Lorsque l'on ne peut plus rien refuser

A sa mémoire vive lestée de souvenirs,

Il reste à se passionner dans l'immédiat

Pour cet univers invisible et sans limites

Teinté de pudeur , de réserve et d'écoute,

Qui réveillent le mystère lové dans les brumes

Nébuleuses et lucides, donc...déprimant.

 

P. MILIQUE

29/06/2012

COURT-CIRCUIT

 

idees-noires.jpg

 

COURT-CIRCUIT

 

 

La défaite programmée du rêve

Impose la nécessité d’un silence initial.

 

Le cerveau se trouve comme anesthésié

Par des situations en rupture de prévisible.

 

Surgit alors, la tentation morbide

D’apprivoiser enfin de si néfastes alternatives.

 

 

P. MILIQUE

27/06/2012

EN MODE SURVIE

MONDE IMMOBILE.jpg

 

 

EN MODE SURVIE

 

 

C’est la nuit.

 

Tout est gris, silencieux, voilé, pesant.

 

 

Le monde est arrêté, sans écho de futur.

 

Le contact avec l’entourage s’intermitte,

 

Et les échanges vitaux doucement s’atténuent,

 

Se diluent en un possible demain.

 

 

Il est temps d’assimiler les jours sans les assimiler

 

Et d’organiser la survie au fil d’imperceptibles projets.


 

P. MILIQUE

26/06/2012

Paul FARGIER: "ROMAN" (Arthur RIMBAUD)

Paul FARGIER: "ROMAN"  (Arthur RIMBAUD)

 

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans… Tout est dit…! La jeunesse, l’insouciance, le premier amour, les cafés… l’ivresse de la poésie…


Nous espérons dans cette version défendre le « Tout est possible », tout est énergie, passion et exaltation… Le temps passe, les amours passent, mais doivent rester au plus profond l’absolu, la pureté et l’insouciance… Non, non… On n’est pas sérieux quand on a 17 ans… Non, non…!

CONTREVERITES CALCULEES

degenerescence-masculin-56eba0T650.jpg 

Cette composition est création/Oeuvre de

Celine Schlicklin

Elle en est et en reste, de facto, l'unique propriétaire

 

 

 

CONTREVERITES CALCULEES

 

 

 

C'est un être de mots naturel et pourtant

 

Il s'éprouve impuissant à exprimer ses sentiments.

 

 

 

Rien n’apparait plus telle une partie de plaisir

 

A ce forçat de la plume qui chaque jour peine et souffre

 

Dans le piétinement ressassé d'une unique et fuyante phrase.

 

 

 

Ce ne sont plus alors que contorsions intellectuelles

 

Aux approximations répétées pour le moins préoccupantes

 

Qui, le mot désormais ne voulant plus dire grand chose,

 

Combattent avec un sens aiguisé du tragique

 

Les contrevérités faussement naïves ou calculées avec soin

 

De verbes tranchants et supérieurs à portée de métaphysique.

 

 

 

Cependant, malgré quelques brefs partages magnifiques

 

Allégés d'effets intentionnels et d'inutiles pesanteurs,

 

Il ne se retrouve jamais en mesure d'atteindre

 

Au texte impérissable illuminant la page éternelle

 

Qui le légitimeraient enfin pour ce qu'il est: un Être de mots.

 

 

 

P. MILIQUE

 

 

 

 

25/06/2012

John WAYNE à Paris

John WAYNE à Paris

Rendez vous à cinq heures - 24/01/1956 - 11min39s

 

Interview de John WAYNE par Simone DUBREUIL lors de son passage à Paris. John WAYNE, traduit par Simone DUBREUIL, répond en anglais aux questions posées : il est déjà venu à Paris pour de brefs passages ; il apprécie la cordialité des Parisiens ; l'importance de John FORD dans sa carrière et leur rencontre ; le film "Le conquérant" de John FORD, sur Gengis KHAN ; le lieu et les conditions de tournage ; il va continuer à présenter son film dans plusieurs capitales européennes.


Générique

Dubreuilh, Simone
Wayne, John

DANS LES COULISSES D'UN RÊVE

sourire.jpeg

 

 

 

DANS LES COULISSES D'UN RÊVE

 

Dans les coulisses d'un rêve

Est tapie l'alchimie singulière

Qui mêle en une grande ronde festive

Les complicités touchantes et les admirations pudiques,

Les souvenirs marquants et les enthousiasmes fougueux.

 

Dans les sinueuses coulisses d'un rêve

S'élève la certitude que l'amour n'a pas d'âge,

Séduit qu'il est par la vision enchanteresse

D'une beauté sentencieuses pleine de délicatesse,

Et d'une silhouette fine a l'allure gracieuse, lumineuse aussi.

 

Rien ne saurait être plus beau qu'un sourire rencontré

Dans les galeries exubérantes d'un rêve inédit.

 

P. MILIQUE

 

24/06/2012

Musidora à propos de Louis FEUILLADE

Musidora à propos de Louis FEUILLADE

 02min50s


L'actrice Musidora livre ses souvenirs de la "belle époque" où elle tournait pour le cinéaste Louis Feuillade, créateur du film à épisode. Elle évoque "Les vampires" (1915) dont elle interprétait la troublante "vamp", rôle qui la rendit célèbre dans le monde entier. Elle raconte les cascades qu'elle dut accomplir sur le tournage de ces films.



 

AUX MARGES CACHEES …..

FLEUR.jpeg

 

 

AUX MARGES CACHEES …..


 

Aux marges cachées de nos vies scintillent

Ces miettes d'or que sont le mystère d'un regard porté,

La douceur d'une peau ou la beauté d'une fleur...

 

Il faut s'attacher à regarder cette réalité en face.

 

Succession de moments de grâce et de sang

Dans le mince filigrane du vivant qu'elle met à nu,

Dans la traque des affleurements de l'entrelacs

Contraints et compressés au passé et au présent.

 

Le fil rouge du parcours épouse au plus près

La courbe fluctuante de l'inspiration.

Perspective et temporalité différentes

Aident à voir ce qui n'est jamais que suggéré.

Vie saisie en mouvement avec une sorte perception

Aussi intuitive qu'animale. Mise en évidence

De tous ces petits riens qui décident

De l'amour ou de la mort, du bonheur ou du malheur,

Et révèlent l'insoupçonnable profondeur

D'une existence de lumières et de couleurs.

 

Aux marges cachées de nos vies scintillent

Ces miettes d'or que sont le mystère d'un regard porté,

La douceur d'une peau ou la beauté d'une fleur...

 

Chacun se retrouve confronté un jour à une série d'épreuves.

 

Il y a ces douleurs estimées impartageables

D'une mise à nu personnelle exacerbée,

Comme traversée d'une violence sourde.

Comment, à la vue des vivants, se fermer au monde

Et cependant prétendre vivre encore?

Sentiment d'intense solitude aux procédés ténébreux.

Façade grise d'un quotidien qu'exacerbe la fureur.

Et cette oppression du cœur, insupportable,

Lorsque toutes les forces s'opposent soudain

En vives contrariétés perçues comme hostiles.

 

Aux marges cachées de nos vies scintillent

Ces miettes d'or que sont le mystère d'un regard porté,

La douceur d'une peau ou la beauté d'une fleur...

 

Jeux d'ombres et de lueurs.

 

Il s'agit de poser les fondations de situations

Sur lesquelles pourront se bâtir d'autres fondations.

C'est dans ce contexte qu'elle lui est apparue.

Elle était peut-être jusque-là restée présente

Infiniment proche, en même temps que secrète.

Tout de suite elle a occupé auprès de lui

Une place aussi considérable que soudain.

Ce qu'elle lui a apporté s'est vite révélé

Être un précieux trésor qui l'a transporté dans l'éblouissement.

Forme ramassée d'une recherche portée plus loin.

Aide extraordinaire et clairement exposée

A lui conférer une dimension particulière dans l'infini

De sa richesse et de sa multiplicité.

 

Aux marges cachées de nos vies scintillent

Ces miettes d'or que sont le mystère d'un regard porté,

La douceur d'une peau ou la beauté d'une fleur...

Liens singuliers après une si longue attente.

Expressions d'un désir urgent à accepter de payer

Le prix fort de sa marginalité assumée.

Élucider les faits des contradictions revendiquées.

Redevenir d'un coup incapable de haïr.

S'offrir la preuve irréfutable qu'il n'est pas là pour rien

En faisant passer en toile de fond les incisives références du réel.

Absolue satisfaction d'une poésie toute en revirements

Dans l'esthétique contemporaine des nuages cachés de nos vies

Où ces miettes d'or que sont le mystère d'un regard porté,

La douceur d'une peau ou la beauté d'une fleur...

Dans l'intense été d'un cœur diffracté.

 

P. MILIQUE

23/06/2012

Fernandel raconte : le film "Le blanc et le noir" qu'il tourna avec Raimu, autres souvenirs

Fernandel raconte : le film "Le blanc et le noir" qu'il tourna avec Raimu, autres souvenirs

03min03s


FERNANDEL répond aux questions d'une intervieweuse inconnue. L'interview est réalisée en public. Fernandel s'amuse à fait rire les spectateurs. Il s'explique sur ses rares rôles dramatiques, ses premiers rôles dans "Les cinq sous de Lavarède" ou"Le blanc et le noir" avec RAIMU, la découverte sur grand écran de sa "gueule chevaline". Avertissement : la qualité sonore de cet enregistrement est de qualité médiocre, mais reste audible.

22/06/2012

Interview de Marlene DIETRICH à Paris en 1944

 

Interview de Marlene DIETRICH à Paris en 1944

Paris vous parle - 21/12/1950 - 03min40s


Dans Paris libéré, interview de Marlène DIETRICH, qui suit les troupes alliées comme chanteuse. Dans un grand hôtel parisien, elle répond à quelques questions d'une intervieweuse sur son engagement dans l'armée américaine; ses tournées. Elle évoque brièvement Jean GABIN, qui sert dans la marine, et Jean Pierre AUMONT. Elle décrit sa vie de "soldat", ses voyages en jeep, son équipement, les nuits froides, Avertissement : ce document enregistré en 1944, bien qu'amélioré, reste de qualité moyenne.


S.O.S AMOUREUX

INERTE.jpeg

 

 

S.O.S AMOUREUX

 

 

 

 

Il a connu le goût mielleux du baiser de chair

 

Et livré sans retenu son trouble au plaisir permis

 

Par cette histoire d’amour magnifiant l’inespéré.

 

 

 

Il s’est nourri avec gourmandise de volupté et de tendresse

 

Dans un aboutissement passionnel sans contrainte ni limites.

 

 

 

Mais il doit dans l’urgence exprimer l’intense du vrai:

 

Un destin tragique et confus, inextricablement mêlé,

 

Les a, tout au long de leur vie, plongés vers le chaos,

 

Vers ce but cauchemardesque qu’aucun d’eux n’avait perçu.

 

 

 

De fait, ils souffrent désormais de cette épreuve lourde et moite

 

Qui retombe inerte et livide sur leurs cœurs affaiblis

 

Dans lesquels la fin si redoutée, et si honnie, a déjà commencé.

 

 

 

Cette histoire d’amour, c’est son essentielle histoire de vie:

 

C’est aussi celle du naufrage qu'il n'aura pas su éviter.

 

 

 

P. MILIQUE