Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2012

Anna de NOAILLES Lit Deux De Ses poèmes

 

Archives de l'INA: Les Grandes Voix Poètiques Du Siècle

Anna de Noailles lisant deux de ses poèmes

 

Des voix rares, voire inédites, c'est ce que propose Ina.fr. Guillaume Apollinaire en 1911, Anna de Noailles en 1930, mais aussi Léon-Paul Fargue, René Char, Aimé Césaire, Raymond Queneau... A l'occasion du Printemps des poètes, découvrez les voix toutes empreintes de lyrisme des grands auteurs, maîtres de la versification, du XXème siècle.

A L'INFINITIF

INFINITIF.jpeg

 

A L'INFINITIF

 

 

Rester une fois encore à l'écoute de la nuit qui tombe,

Flâner, en marche pour l'insaisissable,

Tenter de se soustraire à la brutalité du monde.

 

Se révolter avec la délicatesse d'un espoir insensé,

Irradier de tout son éclat les noires interrogations,

Arpenter des territoires à la fois charnels et invisibles.

 

Se dresser face à l'absurdité dominante,

Changer le cours vertigineux de la passion,

Déchiffrer les ténèbres jusqu'à la démesure.

 

Explorer pour cela d'imperceptibles intérieurs,

Fragmenter les rêves trop souvent réducteurs

Et regretter encore les espérances déchues.

 

Perturber avec sérénité la trop parfaite harmonie,

Saigner à l'intérieur pour ne pas être vu,

Se reconnaître au loin malgré l'obscurité.

 

S'abolir dans la conscience d'une chape d'amertume,

Avoir le sentiment poignant d'une présence illusoire,

Dériver prostré sur un lac d'étranges impressions.

 

Obéir aux tourbillons sensoriels,

Partager le malaise des forces obscures,

Neutraliser les contraires d'un monde disparate.

 

Détester la beauté, surtout si elle est silencieuse,

Estomper les lieux aux apparences fuyantes,

Traverser la démesure ravageuse du sublime.

 

Aimer les tourments, les envolées émotionnelles,

Disperser les lignes de rupture des zones déjà lointaines,

Mettre en évidence la présence supposée des possibles.

 

Se désespérer au quotidien de la solitude tendu à l'extrême,

Être aux prises ardues avec ses propres déchirements,

Avoir, soudain illuminé, des fulgurances surréalistes.

 

Se faire voler la vie par inadvertance,

Proférer avec sérénité de misérables mensonges,

Respirer rien que pour soi, tout en pudeur.

 

Faire une troublante rencontre à l'aube d'horizons magiques,

Chercher instinctivement la douceur dans le souvenir d'une tendresse,

Se sentir aspiré par l'impétueux tourbillon des eaux troubles.

 

Avoir des exigences démesurées

Faire passer la vie dans les mots

Relier la totalité de tous les fils, même ténus.

 

Se préserver des effets pervers

D'une mémoire seulement désireuse d’oubli,

Maintenir la lumière vive de l'absent

Dans l'ombre incongrue de l'absence,

Observer avec une certain soulagement

Que les morts aimés ne meurent jamais.

 

Comment échapper à la pesanteur des mots?

A leur rugosité dérangeante?

 

Avec une ostensible inconscience,

J'ai ouvert l'armoire où je les savais entreposés

Pour les coucher, ici, drapés d'humilité.

Et maintenant, les voilà jetés....

 

Ils s'abiment déjà et crissent

Sous les pieds agressifs d'un temps

Qui passe au plus près d’une trace défaillante:

Celle, obsédante, du miracle précaire de l'écriture.

 

 

P. MILIQUE

 

14/03/2012

AMER CONSTAT

ECLAT D OR.jpg

 

AMER CONSTAT

 

Entre deux obscurités l'éclair crisse solaire,

Éclat d'or dans une fenêtre de nuit

Illuminant le crépuscule entier

De sa lumière stridente de fin du monde.

 

Chante alors l'aurore de la chair mortelle

D'une mélodie assaillante et tristement véridique...

 

P. MILIQUE

13/03/2012

DEGENERESCENCE INESPEREE

VICTIME.png

 

 

DEGENERESCENCE INESPEREE

 

Victime, par essence, de sa nature et de la société,

Il fait un choix courageux plein d'exigences contradictoires

En prenant la décision de se démettre intellectuellement

Par une pensée affranchie du jugement de l'autre.

 

Progression discontinue dans l'ordre apparent

D'une discipline rigoureuse particulièrement constructrice

Qui, bulle d'innocence, endigue l'évolution du pire

En tentant de résoudre l'essentiel invincible

Évoqué dans des occasions de régénérescences inespérées

Qui animent les résolutions conflictuelles des pressions connectées.

 

P. MILIQUE

11/03/2012

L'AVEU DANS SA FËLURE

LARME.jpeg

 

L'AVEU DANS SA FËLURE


Il est dans le malheur de l'écriture.
Cela vient chez lui, toujours, d'un absolu mal à dire.
Mais au bout de la dérive,
Il est une victime consentante
De la difficulté de la mise en mots.

Il faudrait qu'il sache se contenter d'un langage silencieux,
Seulement verbalisé au contact imperceptible de l'ordinaire.
Au lieu de cela,
Il s'anéantit dans de désespérantes circonvolutions cérébrales.

Sous le fallacieux prétexte qu'il a beaucoup de néant à combler,
Tout semble épouser la trajectoire
D'une fuite éperdue, désespérée.
Une fuite qui l'aide à ne pas perdre pied dans la masse croupissante et fétide de ce qui est.

Donc, inlassable, il livre un duel à la tranquille indifférence des mots.
Il s'arrête un instant -- ou davantage --
Auprès de chacun d'eux,
Les soupesant comme pour une expertise.
Entre eux et lui, c'est comme un intense corps à cœur.
Il est un artisan qui œuvre avec une obstination et une impertinence brûlantes de tenter l'impossible.
Rêves ouverts sur un insondable de feu et de lumière.

Et que reste-t-il au final de la seule réalité qu'il ait vraiment vécu ?
Seulement l'aveu qui cache ses belles larmes de sang gracieux,
D'une fêlure hagarde qui se fige et se sèche.

Amen !
Âme--Haine...

P. MILIQUE

 

10/03/2012

FLUIDE

que-etre-humaihumanise-que-souhaitez-planete_207160.jpg

 

 

FLUIDE

 

 

Les pensées affluent,   

 

Les sens s’aiguisent,

 

Et la vie,

 

Longue et secrète hémorragie,

 

Défile et embrase les attentes.

 

 

Comme quelque chose d’humain en sorte!

 

 

P. MILIQUE

09/03/2012

A L'AFFUT DE LA VERITE

poesie.jpg

 

A L'AFFUT DE LA VERITE


Les poèmes sont de surprenantes esquisses
Dont l'approche est comme un frôlement amoureux.


Être de mots à l'imaginaire créateur,
Il s'octroie des heures d'exaltation
A composer des textes tels des chansons de signes.


La main court et court encore
Au cœur d'un certain idéal poétique,
Grande exploratrice de la pensée.


Alors, avec des accès d'ingénuité plutôt touchants,
Il s'offre des possibilités quasi inépuisables
Rien qu'à débusquer un essentiel à l'affût de la vérité.


P. MILIQUE

 

07/03/2012

FAIRE SURGIR L'INOUI

epanouissement.jpg

 

 

 

FAIRE SURGIR L'INOUI

 

Porté par un sentiment d'urgence au cœur de l'écho déserté,

Il cesse de ruminer encore l'amère réalité qui s'exacerbe

Entre corps et finitude, entre traces et souvenirs.

 

Un ultime combat pour la dignité entraîné

Au retrouvé d'un enthousiasme pour le spontané

L'arrache déjà à la confusion commune,

Faisant surgir l’inouï d'un sens aiguisé et inattendu.

 

Par cette façon de réinventer des empreintes toujours vivantes,

Il parvient à se dégager de cet engluement excessif

Qu'est la part de ténèbres hantant l'intériorité quotidienne

Pour, au plus intime de l'instant, partir à la recherche de la vie.

 

En retrouvant sa capacité à combattre l'adversité,

Il rejoint le pouvoir d'émerveillement qu'est l'écriture

Lorsque, protégé par cette pudique armure qu'elle est parfois,

S'épanouit librement le beau et le grand d'une lente révélation.

 

P. MILIQUE

 

06/03/2012

INSTANTS ORDINAIRES

CREPUSCULE 1.jpeg

 

 

INSTANTS ORDINAIRES

 

 

Elle existe cette force naturelle,

 

Cette troublante relation qui laisse entrevoir

 

Derrière le réel, un monde enchanté.

 

Pourquoi ne pas prendre en considération

 

L'importance de ce rêve niché en chacun de nous ?

 

 

Cette femme souriante, lumineusement belle,

 

Sait prendre tendrement soin de son paradis secret.

 

Le sourire aux lèvres, cette grande contemplatrice de nuages,

 

Virtuose de la couleur, habite un paysage champêtre

 

Peuplé d'images chatoyantes et d'oiseaux étonnants.

 

 

Plus tard, lorsque le jour se déchire

 

Et que le regard saturé d'enluminures

 

Recouvre l'horizon d'un voile de brume légère,

 

Elle emprunte, au cœur du flamboiement crépusculaire,

 

La porte solaire qu’elle est seule à percevoir,

 

Pour y rencontrer les présences mystérieuses qui bousculent les nôtres.

 

 

Oui, elle existe cette force naturelle,

 

Cette troublante relation qui laisse entrevoir

 

Derrière le réel, un monde enchanté.

 

 

Mais cette femme-là a su mériter

 

Le privilège rare de vivre ces instants ordinaires

 

Que les gens ordinaires ne vivent pas.

 

 

P. MILIQUE

 

05/03/2012

L'ALPHABET SECRET

OURS.jpg

 

 

L'ALPHABET SECRET

 

 

Le fossé semble incommensurable qui se creuse

 

Au fil des heurts noirs de la civilisation.

 

 

Dans une époque saturée d'idéologies pernicieuses,

 

La parole sans fond se déverse en flux verbeux continuel.

 

Petitesse écœurante d'une humanité en déroute

 

Générée par cette bourgeoisie rance

 

Qui impose aux autres une promiscuité

 

Où se doivent de cohabiter le folie et la fureur.

 

 

Tout prend alors une dimension sauvage et incompréhensible,

 

Besogneuse à sonder l'obscure nature des hommes.

 

 

Il a fustigé l'insoutenable hypocrisie

 

Et préservé cette part d'irréductible,

 

Réfutant que son identité peu à peu s'efface.

 

 

Désormais, il vit en ermite dans la montagne,

 

Plantigrade pataud définitivement isolé

 

Dans un univers léger, aérien et presque ludique

 

Où se fait entendre un peu de la musique des limites.

 

 

Ours final qui s'achemine à tâtons

 

Vers une étape non encore perçue

 

Afin d'approcher au plus près de cette connaissance

 

Qui lui épellera l'alphabet secret de la Vie.

 

 

P. MILIQUE

 

03/03/2012

Georges PEREC: "LA VIE MODE D'EMPLOI"

 

 

 Georges Perec présente "La Vie mode d'emploi"

 

Membre éminent de l’Oulipo, chercheur de la littérature expérimentale, Georges Perec se plaisait à la contrainte narrative, analysant le quotidien en jouant avec les mots. Ce 3 mars 2012 marque les 30 ans de la disparition de celui qui comparait l'écriture à un puzzle complexe.
Autobiographique, ludique, romanesque, sociologique : l’œuvre littéraire de Georges Perec s’articule autour de plusieurs axes d’écritures à redécouvrir en vidéos.

LA GEOMETRIE DU TEMPS

diffraction.jpg

 

 

LA GEOMETRIE DU TEMPS

 

C'est dans un monde riche et baroque,

Souvent invisible pourtant au commun,

Qu'il voyage le cœur ouvert et enchanté

Dans cette géométrie du temps qui fait miroir,

Réchauffé par l'ambiance fortement imprégnée

D'envolées majestueuse, fantasques et lunatiques.

 

La vérité affichée par ces territoires étonnés

Se dilue à l'histoire rémanente de l'immensité

Qui surgit en un découvert qu'il convient de décrypter.

 

Dans ces strates d'épaisseur insoupçonnée

Le point de vue se diffracte et enrichit l’œil

S'enrichit aussi de vifs instants de fièvre

Au plus près d'un univers où le rêve est roi,

Océan de destins tous extraordinaires

Projetés au cœur brûlant d'un présent intérieur.

 

P. MILIQUE