Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

BONHEURS DE VIE

au magma présent de l'écriture,

 

BONHEURS DE VIE


Des larmes rieuses accompagnent le rêve enchanteur.

Il est si important d'aimer pour vivre
Et de ne respirer la vie que pour aimer!

Le printemps réveille les fleurs endormies
Qui déjà éclosent en volutes de garance
Dans le quartz radieux et haletant
Des cœurs enflammés qui pulsent en rythme.

Voilà que le soleil coule sur vos lèvres,
Trajectoire exacte, équation du bonheur.

Préparez-vous donc à être heureux
Puisque le meilleur vous est proposé!

Et de vos mains désormais jointes,
Saisissez l'âme d'étoiles impatientes
Qui vous invite à fusionner le temps
Dans le don exalté du verbe Aimer.

P. MILIQUE

22/01/2017

TEMPS D’ALLÉGRESSE

au magma présent de l'écriture,

 

TEMPS D’ALLÉGRESSE



Qu'il fut donc joyeux ce temps rien qu'à nous
Employé à vivre d'amour, puis à transgresser
L'ordonnancement fou de chaque heure du jour,
A respirer dans la nuit l'évidence étoilée de la lune,
A n'émerger parfois qu'après la déflagration du soleil.

Ce fut un temps d'euphorie habité d'élans bruts,
Entiers et impérieux, et d'inouïes rentes de vie.

Ce furent des moments de tendresse vive
A te prendre par la taille, fier face au jour,
A lire sur tes lèvres, dans tes yeux étonnés,
A unifier mes doigts impatients aux tiens.

P. MILIQUE

19/01/2017

PARTIR AU CRÉPUSCULE

au magma présent de l'écriture,

 

PARTIR AU CRÉPUSCULE



Quelque chose de saisissant induit le questionnement
Sur l'instant tragique et anodin de la chute à venir.

Confrontés au désordre de cette fatidique journée,
Les mains impatientes se tordent et le regard dérape
Dans les derniers lambeaux d'une pensée éparpillée.
Le pathétisme tranquille de son choix d'acceptation
Le propulse d'emblée dans un maelstrom de silence.

Il a exprimé sa volonté d'un jour partir au crépuscule
Histoire d'offrir à la vie une ombre supplémentaire.
Désormais, une larme coule furtivement sur sa joue,
Puis d'autres encore, aussi brûlantes que taciturnes.

P. MILIQUE

08/07/2016

LABYRINTHE PRIMAIRE 1

au magma présent de l'écriture,

 

LABYRINTHE PRIMAIRE
1

 

En préambule, il est bon d'énoncer cette évidence connue de tous: pourquoi s'attacher à compliquer ce qui pourrait être n'être que simple?
Parce que c'est autrement plus facile bien sûr!
En l’occurrence, la formule, incisive et délicieuse, est plus axiomatique encore que ne le démontre souvent la simple réalité.

La fréquentation assidue du banal quotidien expose, à chaque fois que les circonstances l'y autorisent, combien la simplicité fragilise l'esprit quand au contraire l’embrouillamini le rassérène.

Cela dissout tout de même certaines prédictions intransigeantes.
Cela fait converger les éventuelles velléités du raisonnement dans de douteuses impasses.
Et, s'il est plus facile de faire le bonheur que d'être heureux, c'est aussi se compliquer bien stérilement l'existence.


De fait, à quoi servirait-il donc d'apprendre à faire simple alors que tout dans la vie disperse, se disperse le plus souvent au souffle d'une émanation de simplicité qui se méconnaît?
C'est ainsi qu'à peine les secondes se sont-elles inscrites au présent, que déjà le futur impatient les efface.
Tout est dans tout voyez-vous!
C'est d'une romanesque clarté sélénite, non?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

10/03/2016

L’ÉCRIN DES NOUVEAUX JOURS

au magma présent de l'écriture,

 

L’ÉCRIN DES NOUVEAUX JOURS
 
 
C'est ainsi: un temps s'en va et l'autre s'en vient,
Les années font de même qui toujours récidivent.

Que serions-nous sans l'espérance d'un avenir
Prêt à nous offrir l'aube d'une réponse neuve?

Le passé déjà s'éloigne en clignant des paupières,
Le présent s'embrase de ce qu'il n'est bientôt plus
Tandis que le destin ébroue ses ailes d'impatience.

Voilà les ondes batifolantes de notre espace temporel,
Feux-follets enjoués présageant les délices en devenir.
Déjà un rêve s'installe dans l'écrin des nouveaux jours
Éclairés d'une parure d'étoiles, perles providentielles.

Nous sommes au pays des songes et des vérités imaginées.
Des rubans de soie volent, distraits par un souffle poétique,
Des fragments de soleil déploient l'azur dans l'éther du ciel.

Chargé d'émotions l'horizon foisonne de papillons,
Pures promesses d'arcs-en-ciel et de rires joyeux,
Escale printanière au cœur d'histoires inachevées,
Pensées fugaces dissimulées au fleuve de l'énigme.

C'est ainsi: un temps s'en va et l'autre s'en vient,
Les années font de même qui toujours récidivent.

P. MILIQUE

12/11/2015

BROUILLONS RAGEURS

4726001-un-grillage-m-tallique-de-bureau-corbeille-avec-du-papier-froiss-sur-un-plancher-en-bois-avec-un-mur.jpg

 

BROUILLONS RAGEURS

 

Jusque dans ses colères et ses impatiences,

Il croit pouvoir faire oublier l'insipide des jours.

 

Aussi, dans des temps de rêves et d'illusions,

Il mène à bien nombre de trafics imaginaires

Qu'il ne parvient pas à extraire des images projetées.

 

Cependant, dans l'infini tréfonds de vies simultanées,

Et comme ivre d'une inépuisable tristesse

De n'avoir pas su approcher la vérité cachée,

De n'avoir pas retrouvé les vestiges effacés

De celui qu'il est pourtant au final devenu,

Des centaines de pages noircies

Des brouillons rageusement chiffonnés

Jonchent désormais piteusement le petit matin.

 

P. MILIQUE

22/10/2015

BULLE D'AMOUR 1

au magma présent de l'écriture,

 

BULLE D'AMOUR

1

Il a reçu un beau message lesté d'amour matinal,
Et il mesure, à sa juste valeur sa bonne fortune
D'inaugurer ainsi les journées de sa voix chantée.

Ce matin, elle lui disait avoir eu son éveil enchanté
Par les trilles gazouillantes d'un oiseau volubile.

Cela a investi son âme d'une inévitable métaphore:
«Amour, je suis cet oiseau! Épanouissons nos cœurs!
Ouvre-moi l'accès au chaud embrasement de l'amour.
Je sais que tout cela existe, piaffant d'impatience en toi.
Bonheur total pour moi qui n'aurait jamais pu imaginer
Atteindre à tant de splendeurs cumulées. Pourquoi moi?»

Il lit quelques lignes de ce livre débordant de mots d'amour.
Des lignes qui insinuent toute leur extraordinaire fulgurance.

Il est certains privilégiés pour qui l'amour est depuis toujours.
Comment diable cela peut-il véritablement se révéler possible?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

08/10/2015

MISE EN VEILLE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

MISE EN VEILLE

2

Au cœur de l'étendue soudain apaisée du rêve, les contraintes ne peuvent que se relâcher. Et voilà, d'un coup, le monde dépouillé de son utilité. Les significations cachées, jusque-là inaccessibles, remplacent l'impénétrable par de l'immatériel là où une braise ardente trépignait d'impatience en attendant sa flamme. Rêve pourpre, exilé volontaire dans la toile vermeil de l'inconscient. Désormais suffisamment assoupis, nous pouvons enfin voir ce qui ne se voit pas. Et, forts de cette clairvoyance nouvelle, nous parvenons à aiguiser notre regard avec les yeux de l'âme afin qu'il trouve sans peine le chemin du cœur.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

02/10/2015

CRIANTE INUTILITÉ 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

CRIANTE INUTILITÉ

2

En de tels instants qu'il souffre en son tréfonds
De la morsure infligée par sa criante inutilité.
Il a si mal pour elle de toute cette affection
Toute cette tendresse, tout cet amour fou
Qui devraient savoir apaiser ses tourments
Et qui pourtant se révèlent très insuffisants
A l'empêcher de se retrouver seule avec elle.

Elle qu'il aime, si elle savait comme il croit en elle
Pour lui réserver du présent heureux auprès d'elle!

Qu'elle ne lâche pas sa main, il a tellement besoin
De la réalité de ses longs doigts mêlés aux siens
Pour le protéger grâce à leur magnétisme radieux
De tout ce qui gronde et ferraille avec l'inexplicable.

Il l'attend, impatient, avide déjà à préparer leur nuit.

(FIN)



P. MILIQUE

23/03/2015

POUVOIR TOUT ÉCRIRE 3

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

POUVOIR TOUT ÉCRIRE

3

Mais il existe cette ancestrale habitude
De coucher au tréfonds crépusculaire
Ses instantanés impatients sur le papier
Sous forme de note courte le plus souvent.

Phrases délestées du superflu vaquant
Qui, juchées sur les cimes de l'émotion,
Battent les crêtes éthérées d'un exacerbé
Contenu à grand peine avant explosion.

Il émerge au fil des mots
Le visage définitif et doux
Qu'à l'importance de la rencontre
Et le fluide inévitable de l'Amitié
Dans la fulgurance de ses troubles,
Des désordres lié à la transgression
Perçus, au paroxysme de l'épanchement,
Par l'insatiable passion pour la Femme.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

01/03/2015

RESPIRE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

RESPIRE

2

Respire!
Qu'un souffle exhalé du tréfonds
Ravive l'éclat des pétales de vie.
Respire!
Qu'encore se détournent tes pas
Du la camarde qui déjà trépigne.

Le vide s'accroît aux paupières fermées.
J'ai le cœur à fleur de sensible et réceptif
A la caresse de chaque seconde accordée.

J'émets un soupir en guettant ton retour.
L'amère réalité est que ce souffle absolu
Est vital pour pour que l'espérance demeure
D'un tendre baiser donner. Un baiser de Mère.

(FIN)

P. MILIQUE

14/07/2014

COMME SE FERME UNE FLEUR

au magma présent de l'écriture,

 

COMME SE FERME UNE FLEUR

 

De son obscur travail de laborantin de l'écrit

Naît parfois un texte dur, coriace et réticent

A se laisser déchiffrer sans en payer le prix.

 

L'absence constante de repères

Entre le presque réel et l'imaginaire

Qui s'entrelacent dans la mémoire

Trouble l'intime de notre interprétation

Avant que le propos s'affirme de force.

 

Le réseau effervescent et complexe des mots

Qui frémissent déjà dans l'impatience de dire

Se répand dans les recoins inexplorés de la sensation.

 

Le texte s'ouvre béant et se ferme comme une fleur

Nous embarquant dans un tourbillon frénétique et musical,

Porteur de tant d'émotions excédées de beauté,

Que la tristesse elle-même se découvre bonheur

Comme peut l'être un rêve aux balbutiements du réveil.

 

P. MILIQUE