Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2013

SARAH MAHDAOUI : " Vieille Chanson du Jeune Temps " ( Victor HUGO )

 

SARAH MAHDAOUI
" Vieille Chanson du Jeune Temps "

( Victor HUGO )


La musique est avant tout une passion, des moments de partage, des moments qui semblent volés au temps.
Jouer avec les mots tout en sourire, donner la parole à la danse, à la contorsion.
Emprunter quelques mots, se les approprier le temps d’un morceau.

08/01/2013

LE MIROIR SOCIÉTAL

MISEREUX.jpg

 

LE MIROIR SOCIÉTAL

 

 

Il n'est pas besoin d'extirper ces épisodes-là de leurs mémoires!

Ils se sont toujours frottés à la dure réalité des choses

Initiatrices d'un intense sentiment de frustration

Et de l'inévitable inertie proposée par l'existence trop étroite.

 

Point n'est besoin de confesser leur mal-être

Ni l'obscénité de leurs ressources dérisoires.

 

La misère, ils la connaissent, ils vivent dedans

Malgré l'obstination avivée des tâches considérables

Effectuées par leurs mains habituées à bâtir le quotidien.

 

Bien qu'il sache ne pas trop aime l'expérience d'être lucide,

Il n'hésite pas à défendre les droits outragés,

A s'insurger avec toujours plus de virulence

En dressant d'habités et bouleversants réquisitoires

Pour redonner un sens à un monde qui n'en a plus beaucoup.

 

Au reflet pénétrant du miroir sociétal,

Ainsi que dans l'approche de l’essentielle union des esprit,

Il est impératif que le cœur perde la mémoire du sang versé.

 

 

P. MILIQUE

07/01/2013

LE VIRTUOSE ECRIPOÈTE

POETE.gif

 

 

LE VIRTUOSE ECRIPOÈTE 

 

C'est un authentique prestidigitateur de la chose écrite,

Et il n'est que de lire ce texte pour saisir à quel point

Il sait cultiver au mieux l'art miraculeux de l'évidence.

Il possède, au bout de sa plume, un style brillant et délié

Soutenu par une subtile et délicate mosaïque de fougue.

Je dis autodidacte surdoué,

Je dis Virtuose Ecri-Poète!

 

Il déborde d'imagination créatrice, de flamboyante inspiration,

Ce qui l'entraîne à provoquer la fière fusion de l'intelligence

Avec la sensibilité, l'alliance de la lucidité et de la passion.

 

De pages en pages, en creux de phrases tendues de lumière,

Éclate son invraisemblable maîtrise de la linguistique.

Dépouillées des incontournables scories superflues,

Ses lignes nous offrent à apprécier la singulière beauté

D'émotions sculptées en autant de perspectives majeures.

 

Lecteur, laisse-toi emporter par sa prose solaire

Même si tu n'y comptes flâner que quelques instants.

Laisse-toi aller dériver dans l'apaisant paysage de ses mots,

La plasticité de ses phrases, le soupir chuchoté de ses formules.

 

Il te semble romantique, mais c'est parce qu'il l'est

Quand il nous soumet ses saillies si brûlantes de retenue,

Ou lorsqu'il nous éblouit et nous aveugle sans coup férir

De l'intense et mystérieuse lumière de la rencontre.

Quand il exprime l'irradiante magnificence de l'aimée,

La sombre obsidienne, sans pour autant jamais la nommer,

Et qu'il nous fait ainsi ployer sous l'enchantement fou

D'une prose poétique que nous en venons à souhaiter,

A jamais inachevée au cœur d'un temps qui fait l'harmonie,

 

P. MILIQUE

06/01/2013

INTEMPORELLE UTOPIE

FEMME 50 ANS.jpeg


INTEMPORELLE UTOPIE

 

Tout est à vendre en ce bas monde

Sauf les rêves lorsqu'ils sont le réel!

 

La voilà dépositaire d'un bel âge encore,

Celui qui favorise, elle le démontre au quotidien,

La découverte riche et instructive de l'essentiel.

 

Elle semble maintenir avec facilité le temps à distance!

Aussi n'est pas déjà advenu celui d'accepter

L'affaiblissement systémique proposée par l'évidence.

 

Chaque année qui cohabite avec la précédente

Avive d'une coloration nouvelle la vie, et l'embellit.

Il est si fascinant son désir gonflé de profusion,

Lorsqu'il soumet l'utopie réaliste et saisit l'instant présent.

 

Chacun d'entre nous possède un univers singulier

Forcément irréductible aux comportements pluriels.

 

Elle, elle traverse le sien au rythme inconnu de l'éternel,

Assurée qu'elle est par cet avenir porteur et apaisé

De quelques bouquets lourds de trésors encore méconnus.

 

Elle caresse la surface des jours comme on lit un poème,

Et continue à décrypter avec attention les libres pages du hasard

Au moment précis où chacun des chapitres en gésine

En exacerbe avec fierté l'intensité capiteuse.

 

Qu'il est donc important d'intemporel cet âge

Qui offre aux lendemains le luxe d'une telle lenteur...

 

P. MILIQUE

05/01/2013

LA PROMESSE D'UN FUTUR ÉCLATÉ

ECRITURE SANG.jpeg

 

 

LA PROMESSE D'UN FUTUR ÉCLATÉ



C'est quoi un homme qui écrit avec son sang ?
C'est d'abord un homme qui souffre,
Et puis qui cherche aussi.
Qui fuit la lenteur des jours,
Meurtri de désirs désespérés
Et d'attentes muettes.
Absurdement.

Il se consume en confessions
Brûlantes et douloureuses
Comme autant de feux
Trop longs à s'éteindre.

L'expérience déjà lui a dit
Quelle farce pitoyable est la vie.
Alors, dans le silence insolent
Et solitaire de certaines nuits,
Il part, désabusé un peu,
A la rencontre problématique
D'un univers fugitif.

Beaucoup de persévérance
Dans ses mots charbons,
Des mots qui, nourris d'inéluctable,
Se teintent de brume, d'ombre et d'opaque.
Les mots d'une aube incertaine
Qui ne se lève jamais.
Sauf sur la promesse d'un futur éclaté...

Un homme qui écrit avec son sang,
C'est un homme qui restitue sa douleur.
Un autodidacte absolu et obscène
Qui délivre sa prose de survivant
Où le rire désincarné s'étouffe aussitôt, mort-né,
Tel celui, malsain, d'un aliéné
Dont l'esprit déchiré laisse périr les couleurs.


P. MILIQUE

04/01/2013

Romaric LAMCILAK : " Laisser courre " (Tristan CORBIERE)

 

Romaric LAMCILAK
 " Laisser courre "

(Tristan CORBIERE)

Rap sur Instrumental

03/01/2013

EXISTER A L'IMPARFAIT

COEUR FAUVE.jpeg

 

 

EXISTER A L'IMPARFAIT

 

La source unie au fleuve de son théâtre secret

Se fait ombre incertaine entre chaos et innocence

Dans la forme finale à donner à son silence brisé.

 

Les reflets de cette laideur qui le hante

Lui intime de creuser dans le noir

A la recherche têtue d'une issue.

 

D'autres errances encore, obscures et solitaires,

Qui traversent les fêlures étonnées de cette douleur

Habitent un inédit espace-temps hors du temps.

 

L'ordre des choses et des sensations intérieures

Cède, exténué, face à l'incomparable affiché

D'une sorte d'extase mêlée d'éternité

Qui défie le noir jusqu'à la transparence

D'un cœur fauve habillé de couleur

 

 

P. MILIQUE

02/01/2013

LA VIE COMME ALÉA

EBULLITION.jpeg

 

 

LA VIE COMME ALÉA

 

C’est une vie passée à éprouver les limites de la résistance,

Enchevêtrement d’incertitudes sur fond de mots et de désastre,

Conséquence de l’espace sans lumière où il s’est enfermé.

 

Il est devenu impératif pour lui, il doit se résigner,

D’engager l’indispensable processus de conversion.

 

Fondamentalement écartelé entre

Des perspectives aux radicales différences,

Il perçoit combien il lui faut se détourner du passé

Et envisager l’infini d’autres possibilités.

 

Alors, dans son tout nouveau désir

De dépassement et de dépaysement,

Son esprit de nouveau prêt à prendre son envol

Approuve de ne jamais cesser de commencer

Cette existence fiévreuse, en perpétuelle ébullition.

 

Le bon usage de ce qui ne cesse de le hanter

Illumine les enjeux de l’achèvement et de l’inachèvement

Parés des vertus de l’inconnaissable et de l’imprévisible.

Magistrale ode à la vie comme aléa au désordre certain.

 

P.  MILIQUE

01/01/2013

Michel GALABRU A Propos de Sacha GUITRY

 

 

Michel GALABRU

A Propos de Sacha GUITRY

Page 3 spectacles 

26/12/1981 - 06min33s

 

Interview du comédien Michel GALABRU dans la loge d'Yvonne Printemps au théâtre de la Michodière où il est à l'affiche de la pièce de théâtre "La pattemouille" de Michel LENGLINEY mise en scène de Jean-Claude ISLERT. Il explique qu'il a fait du théâtre "pour être Sacha GUITRY". Il raconte que plus jeune il écrivait des pièces qu'il signait Michel LIVRY, qu'il achetait des bagues pour ressembler à GUITRY. Il considère qu'être comique est avant tout un réflexe de peur afin de masquer sa timidité. Images des répétitions de la pièce "La pattemouille" avec Sabine AZEMA et Jacques CASTELOT et images du tournage du film "Le bourgeois gentilhomme" de Roger COGGIO sur le générique de fin.

 

Production

 

France Régions 3 Paris

Générique

 

Galabru, Michel

INEXISTENCE BRUTALE

LUMIERE VERTE.jpeg

 

 

INEXISTENCE BRUTALE

 

Il perçoit cette sensation de sensualité surnaturelle

A flotter dans un univers ouaté baigné de lumière verte

Qui rend le présent particulièrement tangible.

 

Il semble naître de la nuit, et joue tout sur l’instantané

Qui vibre au centre de la perception humaine

Comme la poésie signifiante de monde de l'invisible

Renvoyant à l'inéluctable le fonctionnement du vivant.

 

Dans le tremblé compulsif d'images sauvées de l'oubli,

Nul ne peut laisser de côté l'angoisse éprouvée

A se sentir égaré dans le labyrinthe touffus

D'une inexistence brutale dans le regard des autres.

 

A flotter dans un univers ouaté baigné de lumière verte,

Il offre la possibilité de s'imposer à cette certitude:

Qui refuse d'entrer dans la vie meurt tous les jours!

 

P. MILIQUE

31/12/2012

Philippe DOUSTE BLAZY : A Propos des Missions de la Télévision Publique

 

 

Philippe DOUSTE BLAZY

A Propos des Missions de la Télévision Publique

Invité spécial

16/05/1996 - 02min35s

 

Philippe DOUSTE BLAZY répond à une question de Alain DUHAMEL sur les missions de divertissement et de qualité de la télévision publique : "vous oubliez la mission de l'éducation, d'accès à la connaisance et au savoir, les efforts dans ce sens sont insuffisants ; mais beaucoup de progrès ont été faits, qualité et audience ne sont pas forcément opposés, on peut faire de tout". Selon le ministre, les objectifs on été atteints "dans l'ensemble, mais la Cinquième et Arte ne doivent pas être un alibi pour les autres".

 

 

Production

 

France 2

Générique

 

Douste Blazy, Philippe

 

Duhamel, Alain ; Mano, Jean Luc

 

 

OUTRAGE RELATIONNEL

IMPASSE.jpeg

 

 

OUTRAGE RELATIONNEL

 

C'est avec une forme d'opiniâtreté douteuse

Condamnée à l'impasse donc à l'échec,

Qu'il s'était sans prudence investi

Dans cette improbable aventure

Consistant à prendre d'emblée le parti

De tous les oubliés, vagabonds du monde.

 

A force de lutter adossé au mur,

La gravité de l'outrage relationnel

Est devenue aveuglante de clarté.

 

Avec un soupir d'infini soulagement,

L'apparence d'une normalité affichée

S'est un jour dissoute en un lourd silence

Dans la désintégration parvenue d'une vie gâchée,

Dans l'élaboration de mensonges délibérément établis.

Pour rien.

 

P. MILIQUE