Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 7

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

7

 

     Mais enfin, ce n'est pas parce qu'on s'offre le luxe de ne pas toujours regarder la réalité en face que nous entretenons pour autant une relation lunaire avec le monde!

L'illusion reste attentive à ne prendre aucune distance avec la perception. De fait, ce n'est pas elle qui perturbera la réelle profondeur d'un ciel pas plus qu'elle ne saurait occulter durablement la rotondité avérée de la Terre. Après tout, il est aisé de refuser la manipulation, de réfuter une quelconque soumission à sa loi.

Pour autant, il n'est pas question de règles bien sûr. Parfois on joue à inventer, rien que pour soi. C'est ainsi qu'en présence de l'illusion, le regard se charge d'indulgence. Comme hypnotisé, il capte d'un à peine esquissé qu'il complète à ne plus pouvoir l'effacer.

Fantômes en latence surgit des brumes confortables de l'inconscient, étirés jusqu'à la limite...

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

03/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

6

 

     Puisque l'univers est une énigme, on peut bien admettre, là, sous nos yeux, le surgissement inopiné du nouveau et du possible. Et d'accepter l'extraordinaire aventure de la transformation. Une de celle qui complète une information sans s'acharner à contredire.


L'illusion nous installe dans la présence abreuvée d'un autre ici et maintenant avec lequel on se sent, à l'immédiat, en totale résonance. Dont on apprécie l'harmonie d'ensemble et la singulière beauté. Cet instant-là est pur d'instantanée connivence. Parce que l'on s'est proposé accessible à l'éblouissement.

Position nouvelle et privilégiée. Il a suffi de lui laisser la bride sur le coup pour que l'imagination d'un coup gambade et bouleverse la raison. Pour qu'elle disperse nos certitudes aussi.

Sous nos yeux maintenant, quelque chose de magique distille l'étonnement dans notre décor familier, imposant le respect. Formes similaires jusque dans leurs différences qui, d'un coup, étonnent la vie. Une illusion peut-être...

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

02/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

5

 

On peut ainsi la concevoir tel un art au service de la vérité, une sorte de théâtre de la contrefaçon. Tout comme on peut le conjecturer comme du pur cinéma exhausteur d'invraisemblances légitimes.

Qu'importe après tout de savoir que tout cela n'est pas vraiment! Au nom de quoi faudrait-il sacraliser la conformité? Et puisque le réel n'a pas de limites...

     Alors, plutôt que s'astreindre la conscience au diktat du plausible,  laissons-nous aller à contempler l'illusion. A se délecter de chacune des visions, odeurs, saveurs ou consistances proposées, sans trop disséquer ou intellectualiser le concept, sans s'ériger en censeur. Sans juger, donc. En cela, comme en tout, sachons raison garder.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

01/06/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

4

 

L'illusion ne peut se réduire à un quelconque antagonisme de la vision.

Elle est surtout la traduction immédiate d'une formidable ouverture d'esprit. Admirable tour de passe-passe conceptuel proposant un désir fulgurant d'impensable au long de parcours initiatiques soudainement accessibles.
Elle parcourt, alerte, un registre franc et distrayant qui régénère la vie d'un autre possible riche de sérénité. Flirt opportun proposé au cœur d'un merveilleux étincelant qui, dans un nouvel ordre éphémère, éclaire les contraires avec subtilité.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

 

31/05/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

3

 

     Ne feignons pas pour autant d'être surpris outre mesure par cette évidence, car la vérité, c'est aisément vérifiable, ne dissipe les faux-semblants qu'en théorie. Et nous ne sommes dupes de rien.
Au final, l'illusion ne peut naître que de notre consentement à elle, de notre refus de percevoir comme il est recommandé de percevoir.

Pourfendeur, même si ça n'est que de manière informelle, ou artificielle, d'idées reçues, notre imaginaire revendiqué rebelle s'accorde le luxe d'une interprétation autonome et désordonnée, créant ainsi un espace de liberté dispensateur de quartz de folie dans l'incertaine logique du monde.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/05/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

2

 

Une fois déstructurées, et sous les assauts ravageurs de la réalité, les convictions les plus absolues lentement se dissolvent. Et nous restons cois devant l'inexistence flagrante de métamorphoses.
Car enfin, quelque chose vient-il soudainement de changer? Non! Le ciel n'a toujours pas viré au rose, tout comme l'horizon gîte toujours à perte de vue tandis que le soleil, opiniâtre, s'obstine à se lever chaque jour. Du coup, c'est beaucoup moins drôle qu'espéré.

Au moins l'illusion autorise-t-elle à quelques frasques du meilleur aloi: les étoiles, confuses, se désagrèges, comètes filantes dans le cosmos enthousiaste, les feuillages luxuriants chantent à tue-tête, les bruits du soir s’élèvent, soudainement inspirés, en subtiles symphonies, sans oublier les poètes devenus, éberlués, les princes de la cité.
C'est dire si l'illusion est une belle et bonne chose, indéniable d'utilité publique.

(A SUIVRE)

 

P. MILIQUE

29/05/2017

PASSE-PASSE CONCEPTUEL 1

au magma présent de l'écriture,

 

PASSE-PASSE CONCEPTUEL

1

 

 

     Parfois on s'égare, d'autres fois on s'abandonne, et déjà elle est là, terriblement séduisante, qui s'impose à nous.

     L'illusion n'est pas juste un spectacle mis en scène par un œil d'humeur badaude! L'illusion est, et c'est tellement.

Il faut simplement accepter qu'elle réside dans la perception et ne lui accorder sens, sur la pointe de la sensation, qu'en connaissance de cause.

Une fois rectifié le monde par ajustements de pensée, le réel va s'ouvrir au secret de l'ailleurs.
Grâce à l'illusion, il devient donc concevable de faire de ses plaisirs une certitude aléatoire... et réciproquement.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

28/05/2017

CONCISION FRAGMENTAIRE 56

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

56

 

 

Le temps est un terrible manœuvrier

Qui va jusqu'au bout de sa besogne

Mais je le prie pour qu'il m'accorde

Encore quelques heures à le regarder.

 

P. MILIQUE

27/05/2017

LE MARBRE DU TRAGIQUE

MARBRE.jpeg

 

 

LE MARBRE DU TRAGIQUE

 

C’est à la fois le refus et la peur

Qui réfute en elle l’improbable confident.

 

A qui confier le malaise exacerbé de colère

Au cœur d’une horreur absolue aux arômes délétères?

 

Tâche intime, noire et terrible,

Hurlant la détresse vive qui fouille sans cesse

Le traumatisme suffocant d’une telle abomination.

 

Les murmures lointains d’une vie après cet outrage

Gravé dans le marbre du tragique et de l’irréparable

Imposent la froideur écorchée et méthodique

Du destin à venir qui organise sa survie.

 

P. MILIQUE

26/05/2017

REFOULE DÉFINITIF

au magma présent de l'écriture,

 

REFOULE DÉFINITIF

 

«Le poète émerveille et module l'amour,

Inondant de ses feux le secret de ses jours.

Il cisèle l'instant et entretient la flamme,

En offrant à la foule le bonheur qu'il proclame.»

 

Quel pétri de suffisance aurait la stupidité de soutenir

Que ces mots en quatrain sont autres que munificents?

En poésie toutefois gîte une flamboyance informulable

Contenue dans le jaillissement d'une émotion proposée.

 

En certaines occasions, elle n'est composée

Que de ciel bleu et de petits oiseaux siffleurs.

D'autres fois, elle semble n'arpenter que le cri,

L'embrasement de l'air et la parole réinvestie

Dans la matière d'un monde éperdu de félicité.

 

Certaines encore n'aboutiront qu'à se ridiculiser

A égrener sans subtilité des perles enchanteresses

Sans jamais parvenir à initier l'irrésistible frisson,

Pendant que d'autres trouveront dans le commun

Les justes mots proposés en incandescences solitaires

Déclenchant l'artefact du trouble et du ravissement

Dans la force fragile de phrases aux silences frôlés.

On peut-être celui-ci ou celui-là, et réciproquement.

Ainsi, il suffit de lucidité pour s'en rendre compte,

On peut se retrouver exclus de cette magie-là

Perdant de fait tout espoir d'intégration possible.

 

Je suis obligé d'admettre cette évidence-là:

Je fais définitivement partie de ces refoulés,

Agitateur certifié inutile et bêcheur stérile.

 

 

P. MILIQUE

 

25/05/2017

PENSÉE ARC-EN-CIEL

au magma présent de l'écriture,

 

 

PENSÉE ARC-EN-CIEL

 

Ce fut une belle et puissante surprise

Que cette journée faste où a résonné

Le vacarme étourdissant et inconnu

Que fait l'amour lorsqu'il s'installe.

 

Elle est merveilleuse de délicatesse

Cette pensée arc-en-ciel d'un amour

Qui n'existe que pour mon seul réel.

 

D'emblée tu m'as proposé le merveilleux

Demain qu'est désormais aujourd'hui.

Un aujourd'hui à chaque fois plus embelli

Par ton âme aimante qui aide tant à vivre.

 

Parce que tu m'est devenue l'indispensable,

Je ne parviens plus à me concevoir sans toi.

Il n'est pas une seule de mes tendres pensées

Qui ne porte, incrustée, ta trace en son intime.

Par toi, j'habite un univers de cristal illuminé

Des regards où tu scintilles pour moi comme une femme,

Une épouse vêtue du diamant du plus élevé du sentiment.

 

Qu'il est donc enchanteur, mon amour, de t'aimer autant.

 

P. MILIQUE

23/05/2017

MÉCRÉANT REVENDIQUE

au magma présent de l'écriture,

 

 

MÉCRÉANT REVENDIQUE

 

A titre personnel, il ne fréquente pas ces tristes mausolées

Destinés à célébrer le vif souvenir de ceux qui ne sont plus.

 

Ceux qu'il a aimé comme ceux qui l'ont aimé peu ou prou,

N'auront pas à se déplacer pour s'entretenir avec lui

Puisqu'il ne leur rendra pas visite pour converser avec eux.

 

Ils sont tellement en lui dans l'infime de chaque instant!

Il n'éprouve aucune nécessité d'obscène mise en scène

Proposée par l'aguiche fielleuse d'un culte quelconque

Ni d'une page de calendrier attribuée arbitrairement

Par des instances sans réalité légitime à les représenter,

Pour prendre conscience de l'essentiel qu'ils ont constitué.

 

Ils se sont tant révélé être tellement, que s'en est irréfutable!

 

P. MILIQUE