Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2012

PAUL ELUARD, POETE FRANCAIS, RECU PAR LE PRESIDENT BENES

 

PAUL ELUARD, POETE FRANCAIS, RECU PAR LE PRESIDENT BENES

Non Utilisé

01/01/1946 - 22s

 

- Vues extérieures du Palais du président de la République à Prague - PP de Monsieur Paul ELUARD - VG du Président BENES et de Monsieur ELUARD prenant le café - (Plusieurs clichés).

 

Générique

Eluard, Paul ; Benes, Edouard

ULTIME DÉCADENCE

TAPI DANS LES FOURRES.jpeg

 

ULTIME DÉCADENCE

 

Douleur continue d’une passion à l’abandon

Dans la révélation d’un désespoir qui oppresse.

 

La folie guette et rôde, tapie dans les parages.

 

Et s’exhibe, obscène, la tentation de l’impossible

Désirable jusqu’à l’ultime obsession qui suinte,

Jusqu’à la lutte assassine en marche vers le pire.

 

P. MILIQUE

21/12/2012

Jean COCTEAU ET Paul ELUARD: Fête en l'honneur de Lise DEHARME

 

Jean COCTEAU ET Paul ELUARD

Fête en l'honneur de Lise DEHARME

01min10s

 

Jean COCTEAU et Paul ELUARD : fête en l'honneur de Lise DEHARME

 

Générique

Cocteau, Jean ; Eluard, Paul

NE PLUS RIEN ATTENDRE

FUMME CIGARETTE.jpeg

 

 

NE PLUS RIEN ATTENDRE

 

Tout est toujours tellement précaire et incertain!

 

Il habite, dans l’impossible de l’amour, un horrible hiver inutile

De bras impuissants à serrer sa détresse vive,

Au cœur fusionnel de sa vie qui au temps s’épuise.

 

Il sait bien qu’elle ne le voit pas,

Et il s’enferme dans une longue nuit,

Une nuit d’instants sans fin d'où les heures sont absentes

Car, ce qui ne peut devenir flamme, il faut le taire.

 

Misérable et comme noyé dans d’amères eaux invisibles,

Il comprend cette évidence de l’absolu dénuement

De ne plus rien attendre de cet amour qui n’a jamais été,

Tout en vivant l’horreur de le perdre quand même

Tel un fantôme sur la fumée d’une cigarette absente

Avec, ardentes, ces pensées d’elle qui le laissent trop seul.

 

P. MILIQUE

LA MINUTE NECESSAIRE DE MONSIEUR CYCLOPEDE: "BOUFFONS DU LION".

 

BOUFFONS DU LION

La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède

28/02/1984 - 01min40s

 

Saint François d'Assise était plus cruel que Néron : Alors que Neron se contentait d'envoyer les chrétiens aux lions Saint François d'Assise envoyait les lions aux chrétiens.

 

Production

 

Agence, Paris : France 3

Générique

 

Fournier, Jean Louis

 

Desproges, Pierre

20/12/2012

Paul ELUARD: "JE NE SUIS PAS SEUL"

 

JE NE SUIS PAS SEUL

POEMES DE L'ETE

23/07/1979 - 01min58s

 

Production

 

Antenne 2

Générique

 

Sanders, Dirk

 

Eluard, Paul

 

Weber, Jacques

Caroline VELIMOROVICIC: "La Musique" (Charles BAUDELAIRE)

 

Caroline VELIMOROVICIC
 La Musique

(Charles BAUDELAIRE)

Ce poème issu des Fleurs du Mal, qui nous parle de bateaux, est rythmé comme une chanson. La musique qui l’accompagne s’engoufre de cette transe, cette passion, cette possession exprimées par l’auteur.


Hommage aux musiciens contemporains de Baudelaire, et pour nous, aux passionnés de voile !

Merci Charles, l’un pour la composition musicale, l’autre pour le poème…

19/12/2012

POEME "Elle ne vit que par sa forme" Dit par Max-Pol FOUCHET

 

 

POEME

"Elle ne vit que par sa forme"

Dit par Max-Pol FOUCHET

Lectures pour tous

18/06/1958 - 05min07s

 

Max Pol Fouchet dit un poème de paul Eluard, tiré de "Corps mémorable", sur une photographie de Lucien Clergue. Il parle ensuite de la poésie de Paul Eluard.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Prat, Jean

 

Fouchet, Max Pol

MUSIQUE MAJEURE

AURORE.jpeg

 

 

MUSIQUE MAJEURE

 

Il existe parfois en soi une force si puissante

Qu'elle installe l'intangible , l'inchangé, le pur.

 

Joie émouvante d'une incomparable douceur

A cheminer ainsi jusqu'au bout du mouvement

Au rythme singulier d'une nature ensoleillée

Parcourue des frissons d'une musique majeure.

 

Émotions soudaines et vives éprouvées

A vivre auprès d'Elle l'aube profonde

Des extrêmes encore inconnus de l'amour

Dans l'immédiat d'un désir cette fois exubérant.

 

P. MILIQUE

18/12/2012

OBSEQUES DE PAUL ELUARD

 

OBSEQUES DE PAUL ELUARD

JT 20H 

22/11/1952 - 02min08s

 

Entrée du Père Lachaise - arrivée des voitures - foule - on dépose le cercueil - drapeaux - portrait de PAUL ELUARD - son masque - gerbes - ARAGON, COCTEAU, PICASSO, DUCLOS, Mme ELUARD - ARAGON et VERCORS rendent hommage.

 

Production

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

Perrot, Jacques
 
 

LE TRICOT DU RÉEL

CEDRE.jpeg

 

 

LE TRICOT DU RÉEL

 

Soutenu par l’incandescence brute de son combat,

Il se laisse emporter par ce flot d'encre noire

Qui le maintient dans la permanence d'un état affecté.

 

Avec l'énergie de la rage, il évoque les conflits, les blessures

Ballotées au flux tourmenté de l'inéluctable

Jusqu'à cet endroit inconnu de haine et de mort.

 

Malgré une stratégie de détournement adaptée,

Se dresse alors avec force face à lui

La prégnance d'un constat dur, au goût amer.

 

Même une intimité falsifiée au plus profond

Ne saurait résister au décryptage subversif

D'un regard si intense et comme brûlant au tréfonds.

 

Lent processus de destruction continuelle

Au vif d'une conscience de soi volatile

Qui, en se détournant des chemins trop balisés,

Se condamne à une durable errance

Et menace d'engloutissement certain

Les émotions fatiguées d'un autre destin.

 

De fait, il semble tenir le discours d'un homme vaincu

Qui n'apparaît pas forcément être celui de la vérité.

 

Même au point d'accomplissement ultime

Porteur de l'implacable anéantissement qui guette,

La force de vie semble rester inépuisable,

Un peu comme s'il était le démiurge de sa propre vie,

Il s'offre l'accès à cet espace du dedans

Où sont ensevelis les gravats du passé

Qui pourtant ont vaillamment lutté

Contre l'irrésistible force de l'oubli.

 

Désormais, homme libre dans un monde déshumanisé,

Il tricote des morceaux de réel aux flamboyances de beauté.

 

P. MILIQUE

17/12/2012

PAUL ELUARD: "Yves Montand "L'amoureuse"

 

 

PAUL ELUARD

"Yves Montand "L'amoureuse"

Discorama 

21/05/1967 - 02min14s

 

Yves MONTAND chante "L'amoureuse" (Elle est debout sur mes paupières...), poésie de Paul Eluard, tirée du recueil "Mourir de ne pas mourir" (1924).

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Eluard, Paul

 

Laik, Philippe

 

Montand, Yves