Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2013

TARY OWEN EVOQUE LES DEBUTS DE LA CHANTEUSE ...

 

 

TARY OWEN EVOQUE LES DEBUTS DE LA CHANTEUSE ...

Nocturne 

28/08/1995 - 01min49s

 

Interview de Tary OWEN, musicien et ami d'enfance de Janis JOPLIN, sur les débuts de la chanteuse. Sa puissance vocale et son timbre. Une révélation pour elle-même et son entourage.

 

Générique

Owen, Tary
Vacher, Jeanne Martine
 

JEAN COCTEAUET UNE ANECDOTE A PROPOS DE PROUST

 

 

JEAN COCTEAU ET UNE ANECDOTE A PROPOS DE PROUST

Portrait souvenir 

11/01/1962 - 23s

 

Jean COCTEAU raconte une anecdote sur PROUST et le portier du Ritz.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Prat, Jean

 

Cocteau, Jean

 

Dumayet, Pierre ; Desgraupes, Pierre

POÉSIE RÔDEUSE

 

ECRITURE.jpeg

 

 

POÉSIE RÔDEUSE

 

C'est un texte halluciné et cruellement

A l'indicible dureté, à l'impénétrable douleur,

Qui dit les mélancolies et les noirceurs de l'impulsion

Dans le constat sans détour de l'uniformité honnie

En dénonçant les violentes pressions destructrices d'êtres.

 

C'est aussi une écriture aux pulsions sensitives

Rare d'unicité par le degré d'exigence optimale

Exprimée dans la puissante émotion qu'il étreint

Au cœur de cette poésie blanche et rôdeuse.

 

Des instants de vie défilent et cultivent l'art d'un silence

Qui, malgré leur délicatesse à retranscrire les moments sombres

Figent subitement un regard perdu dans un ailleurs grave.

 

P. MILIQUE

07/02/2013

TOUT LE MONDE Y SONGE

INTERROGATION.jpeg

 

TOUT LE MONDE Y SONGE

 

 

Tout le monde y songe

Les hommes, les anges, les vautours…

 

Les hommes suffoquent d’angoisses rances et cherchent des réponses

A toutes ces initiatives malheureuses qu’ils n’expliquent pas

Et dont ils empoisonnent l’univers, au fil abyssal de leurs bassesses.

Eux qui prétendaient avoir soif à pleurer d’un monde moral

Se sont toujours employés à ne vivre que de refus réitérés.

Leur patente sottise qui a nourri de cruauté les jours chagrins

Les a incité à se hisser au sommet de la montagne obscure

Pour qu’enfin, dansant sur le bord béant d’un gouffre d’avenir,

Ils perçoivent l’évidence d’avoir déjà perdu ce qu’il n’avait pas encore trouvé.

 

Les anges eux, n’habitent qu’un agréable oubli du corps

Et semblent, dans leur défi à l’être même, ne souffrir de nulle part.

Ils sont d’énergies différentes, on les discerne sans vraiment les situer,

Beaux minéraux éthérés sur le blond d’une plage

Ou fragments d’émeraudes au cœur de grands espaces arborés.

Tout ce qui les transporte est halo de lumière vive

Permettant d’espérer encore à l’existence vraie d’un palais de l’amour.

Où trouvent-ils la force de chanter encore à l’oreille du mal

Que tout ce qui n’est pas bien n’est pas foncièrement désespérant ?

 

Les vautours enfin, s’avèrent écrasés par la fatigue du temps

Après avoir longuement tournoyé dans le vent asséché de poussières.

Les pattes agriffées sur les reliefs acérés du sol lunaire,

Ils paraissent s’être absentés dans d’infimes strates de perceptions,

Le regard figé, scrutant nous devinons trop bien quoi.

Ils observent avec acuité les dégâts indignes de l’intelligence,

Et leur immobilité est celle d’un bien compréhensible mépris

Lorsque d’obscures flammes animent l’impossible mystère

Qui suinte de la mort. Et déjà s’esquisse en creux le sourire du diable.

 

Tout le monde y songe

Les hommes, les anges, les vautours…

Triade d’entités parfaitement dissemblables d’une même galaxie

Avec cependant, ancrée au tréfonds de chacun, la même taraudeuse interrogation:

Se peut-il qu’il y ait vraiment quelqu’un qui m’aime… quelque part ?

 

 

P. MILIQUE

06/02/2013

IKE ET TINA TURNER " PROUD MARY "

 

IKE ET TINA TURNER

" PROUD MARY "

GALA DU MIDEM

24/01/1971 - 06min16s

 

Sur la scène du Palais des festivals de Cannes, Ike et Tina TURNER, accompagnés des Ikettes et d'un orchestre, interprètent "Proud Mary".

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Sangla, Raoul

 

Turner, Tina ; Turner, Ike

CELESTE ALBARET ET LA FIN DE L'OEUVRE

 

CELESTE ALBARET

ET LA FIN DE L'OEUVRE

Portrait souvenir

11/01/1962 - 01min12s

 

Céleste ALBARET raconte comment Marcel PROUST lui annonce la fin de son oeuvre. Plan du manuscrit.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Herzog, Gérard

 

Stephane, Roger

 

Albaret, Celeste

MÉMOIRE SUSPECTE

COQUELICOT.jpeg

 

MÉMOIRE SUSPECTE

 

Immergé sans échappatoire dans le brouillard

De la longue agonie qu'est la survie d'un amour défunt

S'excède l'impossible expiation d'une culpabilité sans fin.

Tout entier dans le palpable de ce qu'il a perdu,

 

Une ombre chagrine et tenace comble ses jours,

Qui le tourmente de réminiscences heureuses.

 

La nuit qui tombe sur cet interminable crépuscule

N'est pas une délivrance : elle a toujours été là !

Encalminé dans une minérale solitude

Il ne cesse d'espérer que se rompe soudain la digue.

 

Malgré cela, il s'acharne à réparer l'avarie de ses souvenirs,

Pour qu'apparaissent comme des fanaux démonstratifs,

Les pétales veloutés d'une fleur de coquelicot

Scintillant à nouveau dans les brumes

De sa mémoire suspecte et mélancolique.

 

P. MILIQUE

05/02/2013

CELESTE ALBARET ET PROUST MALADE

 

CELESTE ALBARET

ET

PROUST MALADE

Portrait souvenir 

11/01/1962 - 03min35s

 

 

Photos du bureau, du lit, de la pile des manuscrits. Interview de Céleste ALBARET sur l'agonie de Marcel PROUST Céleste pleure.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Herzog, Gérard

 

Stephane, Roger ; Darbois, Roland

 

Albaret, Celeste

NÉVROSÉ PRÉTENDU

NEVROSE.jpeg

 

NÉVROSÉ PRÉTENDU

 

S'amplifie une jubilation intense

Sous-tendue de délicieux frissons

Qui occulte part là-même

Les possibles frustrations.

 

A se souvenir parfois du grand vide quotidien,

Elle se pare d'abord d'un cynisme à tout crin

Puis se drape fière dans l'absolu noir du silence

Pour retourner vers l'ultime, la morte espérance.

 

Inspiré, faut-il le croire ce prétendu plein de névroses

Affirmant que rien ne reste plus... quand on a oublié?

 

P. MILIQUE

04/02/2013

DIONNE WARWICK " WINDOW WHISHING "

 

Du rhythm and blues à la musique soul

 

DIONNE WARWICK

" WINDOW WHISHING "

Pleins feux 

22/01/1966 - 02min20s

 

Dionne WARWICK, accueillie par Claude NOUGARO, chante "Window winshing" en compagnie de l'orchestre de Maurice VANDER.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Lessertisseur, Guy

 

Bacharach, Burt

 

David, Hal

 

Vander, Maurice ; Warwick, Dionne

JEAN COCTEAU ET UN PERSONNAGE DE PROUST

 

 

JEAN COCTEAU

ET UN PERSONNAGE DE

PROUST

Portrait souvenir 

11/01/1962 - 17s

 

 

Jean COCTEAU raconte une anecdote sur le personnage de Madame de GUERMANTES.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Herzog, Gérard

 

Stephane, Roger ; Darbois, Roland

 

Cocteau, Jean

03/02/2013

IKE ET TINA TURNER " HONKY TONK WOMEN "

 

Du rhythm and blues à la musique soul

IKE ET TINA TURNER

" HONKY TONK WOMEN "

GALA DU MIDEM

24/01/1971 - 03min05s

 

Sur la scène du Palais des Festivals de Cannes, Ike et Tina TURNER, accompagnés des Ikettes et d'un orchestre, interprètent "Honky tonk women".

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Sangla, Raoul

 

Turner, Tina ; Turner, Ike