Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 13/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

13/01/2014

FIÈVRES PERNICIEUSES

au magma présent de l'écriture,

 

FIÈVRES PERNICIEUSES

 

Espace indéfiniment saturé de vibrations immobiles

Dans la stupeur grandissante d’images brouillées

Aussi fragiles qu'incertains et vulnérables éthers....

 

Dans les ruines probables d’un désastre annoncé

Fermente le souffle éphémère de fièvres pernicieuses

Qui, dans l’inéluctable d’une dérive maussade

A jamais taillée pour le malheur avide,

Considère le voile subtil et pervers qu'exhibe

L’absolue souveraineté d'une souffrance en acmé

Dans l’indifférence cruelle de l'excoriation.

 

P. MILIQUE

POLAROÏD: TEXTE MARIE RICHEUX MUSIQUE GRASS HOUSE

 

POLAROÏD

 

(14/11/2013)

 

 

 

TEXTE

MARIE RICHEUX

 

 

 

 

 

MUSIQUE

GRASS HOUSE

"AND NOW FOR THE WILD"

 

28/01/2014

AIME CESAIRE "CAHIER D'UN RETOUR AU PAYS NATAL" (FIN)

 

AIME CESAIRE

"CAHIER D'UN RETOUR AU PAYS NATAL"

(FIN)

POÈME LU PAR

BAKARY SANGARE

Références:Poèmes choisis dans Cent poèmes d’Aimé Césaire, éditions Omnibussous la direction de Daniel Maximin.

« Le choix de ces poèmes vient de ce que l’écriture d’Aimé Césaire évoque pour moi : le combat perpétuel pour la quête de la liberté, la vigilance permanente pour maintenir cette Terre fragile, le don de sa voix, de sa plume, de son savoir pour ceux qui souffrent sans distinction de couleur, pour le bénéfice de la seule race humaine, la fin universelle.

BAKARY SANGARE

 

Prise de son, montage Eric Villenfin, Bastien Variga

Assistante à la réalisation Chloé Mauduy

Réalisation Catherine Lemire

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 10/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

10/01/2014

GRAINS D’OR

au magma présent de l'écriture,

 

GRAINS D’OR

 

C’est le jeu du matin qui se pare d’ordinaire.

 

Il faut, c’est irrépressible, que je m'octroie un bonheur.

Se prend alors la lumineuse habitude d’un jour

A nouveau rompu, dans lequel je me réfugie.

 

Il est sage et bon d’écrire pour se distraire

Et faire comme s’il faisait clair.

Ne pouvoir se priver de dire,

Remarquer un fait, noter une coïncidence et consentir à penser.

Petites bêtes inutiles sur le papier, traces éternelles d’expériences

Qui n’expérimentent déjà plus rien.

 

L’individu n’est qu’une somme d’individus condamnés à vivre l’invisible présence.

Sensation rassurante à se retrouver avec facilité de l’autre côté du miroir.

 

C’est un acte commis avec toute mon âme.

Sentiment bien connu dans la résonance prolongée du langage

Quand ce n’est plus l’écriture mais la chose vivante elle-même qui palpite et gémit,

Peut-être la seule chose qui ne soit jamais venu de moi,

Pleuré, en saignant des larmes de mots.

 

Faut-il vraiment léguer aux autres cet intime fatras,

Tout détruire ou tout garder,

Préserver, enfin gravés, les grains d’or du passé ?


P. MILIQUE

AIME CESAIRE: "CALENDRIER LAGUNAIRE"

 

AIME CESAIRE

"CALENDRIER LAGUNAIRE"

POÈME LU PAR

BAKARY SANGARE

Références:Poèmes choisis dans Cent poèmes d’Aimé Césaire, éditions Omnibussous la direction de Daniel Maximin.

« Le choix de ces poèmes vient de ce que l’écriture d’Aimé Césaire évoque pour moi : le combat perpétuel pour la quête de la liberté, la vigilance permanente pour maintenir cette Terre fragile, le don de sa voix, de sa plume, de son savoir pour ceux qui souffrent sans distinction de couleur, pour le bénéfice de la seule race humaine, la fin universelle.

BAKARY SANGARE

 

Prise de son, montage Eric Villenfin, Bastien Variga

Assistante à la réalisation Chloé Mauduy

Réalisation Catherine Lemire

27/01/2014

POLAROÏD (13/11/2013): THOMAS VINAU SON OF DAVE

 

POLAROÏD

(13/11/2013)

 

 

TEXTE

 

THOMAS VINAU

 

MUSIQUE

 

"THEY LET TOO MANY PEOPLE IN"

SON OF DAVE

Ce Polaroïd était signé de la plume de Thomas Vinau dans la revue bâtarde. C’est une revue où se côtoient beaucoup de monde, et où il faut tordre les pages pour savoir qui écrit et qui montre ses images. Ce n’est qu’une des  réjouissances qui nous la rend familière. Nous l’avons trouvé à Wiels, espace d’art contemporain à Bruxelles, qui renferme dans sa librairie bien d’autres publications qui valent le détour. La revue batârde consacrait son deuxième numéro au bonheur. Et des informations supplémentaires sont livrées sur le site www.indekeuken.org 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 09/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

09/01/2014

LA BÊTE IMMONDE

au magma présent de l'écriture,

 

LA  BÊTE  IMMONDE

 

Il est de la responsabilité personnelle de chacun

De veiller à ne pas céder à ces vilaines pulsions

Qui portent à proférer des mots trop aisément proches

D'expressions injurieuses à fort potentiel dégradant.

 

Nous devons y prendre garde et nous préserver du mal

Qui traite l'Autre en inférieur et rend la vie absurde,

Na pas tolérer ces propos qu'aucune démocratie ne saurait tolérer,

Jeux de mots odieux qui ne servent qu'à humilier cyniquement,

A s'acharner un peu plus encore envers ceux qui déjà subissent,

Ombre d'horreur projetée sur une fraternité qui cependant s'impose.

 

Épris d'universalité en nos esprits soucieux de douceurs,

L'exigence est là d'indispensables rapprochements

Dont le désir de chacun relayera le puissant écho

Afin que l'immonde bête ne puisse renaître de ses cendres.

Jamais!

 

P.  MILIQUE 

AIME CESAIRE: "LÉON G. DAMAS, FEU SOMBRE TOUJOURS"

 

AIME CESAIRE

 

 

"LÉON G. DAMAS, FEU SOMBRE TOUJOURS"

 

POÈME LU PAR

 

 

BAKARY SANGARE

 

 

 

Références:

 

Poèmes choisis dans Cent poèmes d’Aimé Césaire, éditions Omnibus

 

 

sous la direction de Daniel Maximin.

 

 

 

 

« Le choix de ces poèmes vient de ce que l’écriture d’Aimé Césaire évoque pour moi : le combat perpétuel pour la quête de la liberté, la vigilance permanente pour maintenir cette Terre fragile, le don de sa voix, de sa plume, de son savoir pour ceux qui souffrent sans distinction de couleur, pour le bénéfice de la seule race humaine, la fin universelle. »

BAKARY SANGARE

 

 

 

 

Prise de son, montage Eric Villenfin, Bastien Varigault

 

 

Assistante à la réalisation Chloé Mauduy

 

 

Réalisation Catherine Lemire

POLAROÏD "NOS FANTOMES": MARIE RICHEUX -- HOLDEN

 

POLAROÏD

"NOS FANTOMES"

TEXTE

MARIE RICHEUX

MUSIQUE

"UN FANTÔME"

HOLDEN