Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2014

POLAROÏD (20/11/2013): TEXTE MARIE RICHEUX MUSIQUE HALF MOON RUN

 

POLAROÏD

(20/11/2013)

 

TEXTE

MARIE RICHEUX

MUSIQUE

HALF MOON RUN

"GIVE UP

31/01/2014

THIERRY METZ: "L'HOMME QUI PENCHE" POÈMES 24 - 35 - 40

 

THIERRY METZ

 

"L'HOMME QUI PENCHE"

 

POÈMES 24 - 35 - 40

 

LUS PAR ALAIN LENGLET

 

 

 

Références:

 

In L’homme qui penche

 

© Opales/Pleine page 1996, 1997.

 

 

 

Né le 10 juin 1956 à Paris, Thierry Metz s'installe à l'âge de 21 ans près d'Agen avec sa famille. Il partage son temps entre des travaux de manœuvre de chantier qui lui permettent de gagner sa vie et des périodes de chômage durant lesquelles il écrit. Il prend contact avec le poète Jean Cussat-Blanc dont la revue Résurrection sera la première à le publier avec une évidente reconnaissance. Cette reconnaissance se poursuivra par l'obtention du prix Voronca en 1988 puis par la publication du Journal d'un manœuvre préfacé par le poète Jean Grosjean.

 

La mort accidentelle d'un enfant sera pour lui un drame familial et personnel dont il ne se remettra jamais et le conduira à l'alcool, puis au suicide le 16 avril 1997 à l’hôpital de Cadillac (Gironde)

 

L'homme et son œuvre ont reçu l'hommage du monde de la poésie et des éditeurs de poésie.

 

 

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt

 

 

Prise de son Djaisan Taouss 

 

Montage Anne-Laure Chanel

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 15/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

15/01/2014

BERTRAND BELIN "UN DELUGE" FESTIVAL DÉTOURS DE CHANT THÉÂTRE SORANO TOULOUSE LE 28 JANVIER 2014

(Captation Personnelle)

 

 

BERTRAND BELIN 

 

"UN DELUGE"   


FESTIVAL  DÉTOURS DE CHANT
THÉÂTRE  SORANO

 

TOULOUSE

 

LE 28 JANVIER 2014

 



BERTRAND BELIN: GUITARE, CHANT
TATIANA MLADENOVITCH: BATTERIE ET CHANT
THIBAULT FRISONI: GUITARE
OLIVIER DAVIAUD: CLAVIER
JEAN-YVES LAZACH: BASSE

 

 

 

Quelle somptueuse soirée!....

 

Abrité d'un paravent de pudeur, il esquisse un entrelacs de possibles dont l'atmosphère, nimbée d'évidence, définit le rythme.

 

Et voilà que ses mots habillent l'âme de brumes ensorceleuses, tandis que la subtile musicalité distillée nous exonère des décibels infernaux.

 

 

Bertrand BELIN est un poète. Et ce poète-là traque l'indéchiffrable avec la patience habitée d'un orpailleur d'existence.

 

 

Grand Merci à Lui!

 

Grand Merci aux deux Philippe!

 

Et Grand Merci à vous, Gens du "Festival Détours de Chant"!

 

POLAROÏD: TEXTE MARIE RICHEUX / MUSIQUE DHAFER YOUSSEF

 

POLAROÏD

(16/11/2013)

 

TEXTE

MARIE RICHEUX

MUSIQUE

DHAFER YOUSSEF

"HUMN TO THE ABSENT

30/01/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 14/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

14/01/2014

VÉRITÉ VRAIE: LA FILLE AU MICRO EN A UN GROS

 

  VÉRITÉ VRAIE
LA FILLE AU MICRO EN A UN GROS

(0’48’’)
« UNE FEMME AVEC UN MEMBRE »

 

C'est un gros micro, d'accord, mais de là à en avoir peur.
Chaque semaine la fille au micro vous tend une perche.

DÉSORDRE GÉNÉREUX

au magma présent de l'écriture,désordre,désordonner,

 

DÉSORDRE GÉNÉREUX


Hanté par la menaçante minéralisation d'une existence

Parcourue d'élans de vie trop éloignés

De ses aspirations initiales

Qui composent la toile de fond génératrice

D'une bouleversante quête d'identité,

Il se glisse sous la peau de masques

Pour d'archaïques changements de visage.


Se met alors en place un petit univers

Comme suspendu hors du temps et de l'espace

Qui, s'avère un des seuls recours acceptable

Aux appâts d'une attitude passée

Dans l'abandon d'une taciturne sérénité.

 

Utopie magnifique comme un hurlement d'amour

Que cette fuite du monde organisée

Vers un désordre généreux et passionné.


P. MILIQUE

THIERRY METZ "L'HOMME QUI PENCHE" POÈMES 7 - 12 - 15

 

THIERRY METZ

"L'HOMME QUI PENCHE"

POÈMES 7 - 12 - 15

LUS PAR ALAIN LENGLET

 

 

Références:

In L’homme qui penche

© Opales/Pleine page 1996, 1997.

 

Né le 10 juin 1956 à Paris, Thierry Metz s'installe à l'âge de 21 ans près d'Agen avec sa famille. Il partage son temps entre des travaux de manœuvre de chantier qui lui permettent de gagner sa vie et des périodes de chômage durant lesquelles il écrit. Il prend contact avec le poète Jean Cussat-Blanc dont la revue Résurrection sera la première à le publier avec une évidente reconnaissance. Cette reconnaissance se poursuivra par l'obtention du prix Voronca en 1988 puis par la publication du Journal d'un manœuvre préfacé par le poète Jean Grosjean.

La mort accidentelle d'un enfant sera pour lui un drame familial et personnel dont il ne se remettra jamais et le conduira à l'alcool, puis au suicide le 16 avril 1997 à l’hôpital de Cadillac (Gironde).

 

L'homme et son œuvre ont reçu l'hommage du monde de la poésie et des éditeurs de poésie.

 

Poèmes choisis par Lorette Nobécourt

 

Prise de son Djaisan Taouss 

Montage Anne-Laure Chanel

29/01/2014

POLAROÏD: TEXTE MARIE RICHEUX MUSIQUE BETH GIBBONS

 

POLAROÏD

 

 

(15/11/2013)

 

 

TEXTE

 

MARIE RICHEUX

 

 

MUSIQUE

BETH GIBBONS

"SHOW" 

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 13/01/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

 

13/01/2014

FIÈVRES PERNICIEUSES

au magma présent de l'écriture,

 

FIÈVRES PERNICIEUSES

 

Espace indéfiniment saturé de vibrations immobiles

Dans la stupeur grandissante d’images brouillées

Aussi fragiles qu'incertains et vulnérables éthers....

 

Dans les ruines probables d’un désastre annoncé

Fermente le souffle éphémère de fièvres pernicieuses

Qui, dans l’inéluctable d’une dérive maussade

A jamais taillée pour le malheur avide,

Considère le voile subtil et pervers qu'exhibe

L’absolue souveraineté d'une souffrance en acmé

Dans l’indifférence cruelle de l'excoriation.

 

P. MILIQUE