Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2013

UNE VIE QUI S'ORAGE

séparation douloureuse.jpg 

 

UNE VIE QUI S'ORAGE

 

 

Dehors, le temps s'applique à pleuvoir un peu.

 

La soirée est molle, opiniâtre et lourde,

Qui exaspère l'angoisse de ma vie qui s'orage.

 

Longs silences, bâillements qui bercent l'ombre

Aux poutres torturées du plafond bas.

Je suis dans l'abattement de ma vie qui se vide,

Pris d'une envie de vomir dans le froid qui s'installe.

 

Nous sommes dans la souffrance de notre séparation prochaine,

Et nous ne tentons même plus le possible d'une parole intelligente.

 

Pour garder d'elle l'intense de son regard incomparable,

Ce merveilleux regard tellement plus beau que tout,

Je n'ose prendre le risque de détacher mes yeux des siens.

 

Plus jamais je n'entendrai le doux son de sa voix

Dans cette éternité que deviendra chaque instant sans elle.

Et de mille feux ne brille plus chaque infime d'aujourd'hui

Car dans cette réalité d'un amour désormais dissous,

C'est la totalité de mon être qui se brise au définitif.

 

P. MILIQUE

DANS LA CHAIR DE SES RÊVES

REVE.png

 

DANS LA CHAIR DE SES RÊVES

 

 

Sous l'effet d'une grandissante inquiétude,

La tenaille de la peau se fait plus mordante encore.

 

Abandonné à sa propre inquiétude,

Il flotte dans ce temps au mouvement énergique et lent

Qui, à trop l'éloigner du vrai et du sensible,

Lui procure le délectable tourment

D'une conscience prête à franchir l'irrévocable.

 

Les spéculations abstraites qui échappent à la maîtrise

Intériorisée de l'irréversible passion

Et de désir inachevé, sources de tant de voluptés,

Génèrent l'agitation hors-contrôle de son esprit en détresse.

 

S'installe alors la fête perpétuelle d'un présent

Marqué à jamais dans la chair de ses rêves

Pour avoir choisi la brûlure de ce moment précis

Comme naissance impromptue à de nouvelles beautés.

 

 

P. MILIQUE

AFFICHER AUX DÉRIVES

au magma présent de l'écriture,

 

AFFICHER AUX DÉRIVES

 

Ce sont autant de lignes de fuite qui disent la confusion,

A tisser, à l'ourlet de nos yeux l'écheveau sensible

D'ombres fantomatiques et entêtées,

Figées au sublime d'une perte anticipée.

 

Vie-violence comme happée par une spirale

Qui brouille toute frontière entre le bien et le mal,

Dans l'exploration sombre d'une folie

Prise dans la brume opaque de l'oubli relatif.

 

Mieux saisir enfin la complexité des pulsions

Pour afficher aux dérives de nous-mêmes

Combien est outrancière l'absurdité de l'énigme !...


P. MILIQUE

TRAUMATISME ULTIME

Violée-002.jpg

 

 

TRAUMATISME ULTIME

 

C'est à la fois le refus et la peur

Qui réfute en elle l'improbable confident

A qui confine le malaise exacerbé de colère

Au cœur d'une horreur absolue aux arômes délétères.

 

Tâche intime, noire et terrible,

Hurlant la détresse de vivre qui fouaille sans cesse,

Et la traumatise, suffocante, d'une folle abomination.

 

Les murmures lointains d'une vie après cet outrage,

Définitivement gravé au marbre du tragique et de l'irréparable,

Lui impose la froideur écorchée et méthodique

Du destin au baume de futur qui organisera sa survie.

 

P. MILIQUE

BLESSURE NARCISSIQUE

HOMME DECU.jpg  

 

BLESSURE NARCISSIQUE

 

Sa personnalité tranchante a taillé dans le vif,

Entraînant la dévastation de son univers de vie.

 

Il comprend qu'il sera long de compenser l'absence,

Et qu'il devra accepter l'érosion du temps qui passe

En effaçant sans précaution tout derrière lui.

 

Ce qui est au vrai d'une portée considérable,

C'est la réalité de sa blessure narcissique.

Ce n'était pourtant qu'une idylle

Presque désuète dans sa forme,

Une amourette au fond un peu bancale.

 

Il doit s'interroger sur l'opportunité réelle

Que représente cet espace réinvesti par des singularités

Stimulant l'authentique harmonieux d'un royaume spontané.

 

En plein désarroi perce une lueur d'espoir pourtant!

Subir à chaque infime de l'instant cette proximité était absurde

Tant était advenue l'évidence d'une affectivité réelle impossible.

 

Après tout ce temps passé en cellule de dégrisement amoureux,

Il ne peut plus faire semblant d'ignorer encore

Combien la Femme est la plupart du temps

Un être particulièrement redoutable.

 

P. MILIQUE

25/12/2013

UTOPISTE RUDIMENTAIRE

 

Imaginaire.jpg 

 

UTOPISTE RUDIMENTAIRE

 

L'homme est cet être qui décide de ce qu'ils sera!

 

Il doit, pour prévenir toute forme de malheur,

Et pour se préserver une forme espérée de bonheur,

Faire du libre choix une valeur intransigeante.

 

Au crépuscule désabusé d'une vie

Lourde de bruits et de pas mal de fureur,

La blessure semble à jamais beauté

Sur la rage viscéralement inexpugnable

Qui incite à réinventer d'urgence

D'autres normes au quotidien en devenir.

 

Il faut toutefois être attentif à ne pas s'enflammer

Car la mise en doute brutale exacerbe les douleurs.

 

Cependant, la certitude existe vive,

Qu'au cœur de zones à fort tumulte,

Les mutilations infligées

Par ce qui n'est pas son monde

Met en contact avec quelque chose d'obscur.

 

Et lui, par goût immodéré pour la provocation,

Alors qu'il sait exactement, utopiste mal dégrossi,

Que lorsque le silence s'installe et qu'il n'ose plus,

Sa plume écrit pour ne plus avoir à parler!

 

C'est la fin de l'innocence et, en quête d'apaisement,

Il dénoue avec lenteur les fils de mémoire

Pour féconder le réel avec la semence

D'un imaginaire submergé de beauté.

 

P. MILIQUE

BONHEURS DE VIE

MAINS NOUEES.jpeg 

 

BONHEURS DE VIE

 

Des larmes rieuses accompagnent le rêve enchanteur.

 

Il est si important d'aimer pour vivre

Et de ne respirer a vie que pour aimer.

 

Le printemps réveille les fleurs endormies

Qui déjà éclosent en volutes de garance

Dans le quartz radieux et haletant

Des cœurs enflammés qui pulsent en rythme.

 

Voilà que le soleil coule sur vos lèvres,

Trajectoire exacte dans l'équation du bonheur.

 

Préparez-vous donc à être heureux

Puisque le meilleur vous est proposé!

 

Et de vos mains désormais jointes,

Saisissez la poignée d'étoiles impatientes

Qui vous invite à fusionner le même temps

Dans le présent exalté du verbe Aimer.

 

P. MILIQUE

UNE LARME ÉCHAPPÉE

au magma présent de l'écriture,

 

UNE LARME ÉCHAPPÉE

 

C'est un écrin de verdure sur l'écran de ses rêves.

Le vent léger peigne les arbres comme une chevelure

Et semble accepter le partage d'ombre et de lumière

Dans la splendeur du matin et la gloire de crépuscule.

 

Il chante aussi le refrain léger de sa vie,

Destin enivrant d'un murmure d'éternité

Qui entendrait l'infini dans une larme échappée.

 

Lui, il marche et parle pour repousser une nuit

Qu'il aimerait bien perdre dans une forêt de mots doux.

Cependant, les jardins secrets sont faits ... pour rester secrets,

 

Et dans cet avenir qui pointe et s'annonce radieux,

Il trouve quelque chose d'incitatif à la respiration du vivant.

Pourquoi passer à côté de la beauté d'un monde

Qui se déposerait sur ses lèvres en battant des ailes ?

 

Il chante aussi le refrain léger de sa vie,

Destin enivrant d'un murmure d'éternité

Qui entendrait l'infini dans une larme échappée.

 

Au noir incertain, suspendues par magie au ciel atypique,

Se congratulent les étoiles nombreuses qui le regardent, étonnées.

 

P. MILIQUE

 

MALHEUR AUX BARBUS DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE 6/15

 

MALHEUR AUX BARBUS

DE PIERRE DAC ET FRANCIS BLANCHE

6/15

 

Textes choisis par Jacques PESSIS

Réalisation Cédric AUSSIR

Conseillère littéraire Emmanuelle CHEVRIERE

 

Enregistré en public au Palais de Tokyo le 06 Septembre 2013 à l’occasion des 50 ans de France Culture

 

Des centaines de barbus enlevés par Edmond Furax, un aventurier sans scrupules qui veut devenir maître du monde ! Parmi eux le professeur Merry Christmas , titulaire de la chaire de barbologie analytique à l’université de la Sorbonne.

Les détectives Black et White se lancent à la poursuite de ce génie du mal. D’autres personnages se mêlent à cette grande aventure. Parmi eux, le journaliste Fred Transport, le commissaire Socrate, de la Police Judiciaire, Asti Spumante, un tueur à gage napolitain, Carole Christmas, la fille de l’illustre savant, et Malvina, la compagne de Furax.  Ils vont voyager aux quatre coins du monde, dans l’espace, mais aussi dans le temps.

6ème épisode

Les enregistrements de ce feuilleton, signé au début des années cinquante par Pierre Dac et Francis Blanche sont aujourd’hui introuvables. A partir des textes originaux, fort heureusement conservés (et publiés en 2010 chez Omnibus), voici une « version 2013 » de cette épopée radiophonique loufoque, dans la tradition des grands romans populaires. Sur France Culture, elle trouve sa place parmi les « classiques du XXème siècle ».

Avec :

Damien HOUSSIER   (Furax )

Grégoire OESTERMANN   (Socrate)

Olivier BROCHE    (Euthymènes)

Gilles PRIVAT  (Black )

Jean-Claude LEGUAY   (White )

Marina GOLOVINE   (Malvina)

Christophe BRAULT    (Fred Transport)

Judith HENRY  (Carole)

Laurent FERRARO   (Asti) 

Philippe LAUDENBACH    (Merry CHRITMAS / GUGOMUS)

Antoine GOUY    (CORNELIUS)

 

Et avec Emeline Bayart , Xavier Brossard , Brigitte Faure , Franck Molinaro

Bruitages Patrick Martinache

Prise de son Eric Boisset, Clothilde Thomas

Assistante à la réalisation  Cécile Laffon

Malheurs aux barbus  est publié aux éditions Omnibus

chaine d'origine: 
France Culture

Thème(s) : Création Radiophonique| Littérature Contemporaine| barbus| humour| France Culture| Francis Blanche| Pierre Dac

24/12/2013

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE: "L'AVEUGLE QUI VOULAIT QU'ON PARLE D'AUTRE CHOSE"

 

A VOTRE ÉCOUTE COÛTE QUE COÛTE

"L'AVEUGLE QUI VOULAIT QU'ON PARLE D'AUTRE CHOSE"

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 22/11/2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

22/11/2013

DU TEMPS VOLE A L’ÉTERNITÉ

au magma présent de l'écriture

 

DU TEMPS VOLE A L’ÉTERNITÉ


Le destin décidément est inflexible.
Il impose l'intégration dans cette épopée,
Exaltante tout de même,
Qu'est la Vie.

Une vie splendide et redoutable tout à la fois.
Avec quelque chose de précieux et de rare
En même temps que précaire dans sa brillance variable,
Et qui, sur le chemin de l'inévitable affrontement avec soi-même,
Nous contraint à la recherche d'une vérité qui n'est peut-être après tout
Qu'une abstraction égarée dans un flou minutieux.

La vie, il faut la prendre par le bon bout.
Et bâtir avec elle une aventure sans limites,
Accomplissement perpétuel d'aspirations personnelles.
Nous devons écarter avec fermeté
Les petits ennuis négligeables,
Les contraintes infimes et dérisoires
Qui la défigurent sans ménagement.
Et l'agrémenter si possible de sages excès,
Générateurs de douceurs propres à de salutaires instants d'apaisement.
L'investir enfin d'une satisfaction harmonieuse et continue.
Pleine, entière et sans ombre.

La Vie est belle souvent,
Dans le plaisir inépuisable de son extraordinaire diversité.
Parce qu'elle est riche d'inachèvements programmés.
Parce qu'elle est fragment de temps volé à l'éternité !


P. MILIQUE