Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 22/01/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

22/01/2013

LA PARISIENNE LIBEREE : "DEMAIN EST UN AUTRE JOUR"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"DEMAIN EST UN AUTRE JOUR"

Portrait de François Hollande
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

 

C’est un enfant du dictionnaire
Qui aime jouer au foot
C’est pas qu’il manque de caractère
Mais il évite les joutes
Préférant désarmer l’ennemi
D’un sourire sympathique
Il a choisi depuis petit
La voie diplomatique

La tactique du tic tac
C’est pratique
Tu mets ta thèse en tic
Ton antithèse en tac
Et tic tac tic tac tic tactique
La trotteuse suit son cours
Demain est un autre jour

Faire HEC, Sciences Po, l’ENA
C’est une propédeutique
Pour exercer dessous les toits
Son esprit synthétique
Promu candidat kamikaze
Sur les terres corréziennes
C’est pas ce qu’on appelle une occase
Mais c’est peut-être une aubaine

La tactique du tic tac
C’est pratique
Tu mets ta thèse en tic
Ton antithèse en tac
Et tic tac tic tac tic tactique
La trotteuse suit son cours
Demain est un autre jour

Y aura pas de motion à son nom
C’est l’homme des transcourants
Il a retenu la leçon
« Laisser le temps au temps »
Onze ans de primosecrétariat
De conclusions de congrès
On dit que son humour le perdra
Ça l’a plutôt sauvé

Tic tac tic tac tic tactique

Au grand concours des circonstances
Le candidat primé
A force de persévérance
Est devenu ce qu’il est
Un futur président modeste
Et méritocratique
Votez pour lui, il fera le reste
Dans l’ordre chronologique.

La tactique du tic tac
C’est pratique
Tu mets ta thèse en tic
Ton antithèse en tac
Et tic tac tic tac tic tactique
La trotteuse suit son cours
Demain est un autre jour,
La trotteuse suit son cours
Demain est un autre jour.

08/06/2013

YANNIS RITSOS, LA SYMPHONIE DU PRINTEMPS: «REGARDE AU LOIN»

 

YANNIS RITSOS

LA SYMPHONIE DU PRINTEMPS

«REGARDE AU LOIN»

Lu par Benjamin JUNGERS

Poème extrait de La symphonie du printemps, recueil publié chez Bruno Doucey éditeurs

 

 

Traduction Anne Personnaz

 

 

Je suis le ciel étoilé des moissons.” Le poète qui écrit cela paraît pourtant l’avoir perdue, sa bonne étoile. Voyez plutôt : Yannis Ritsos naît en Grèce dans une famille de nobles propriétaires terriens, mais sa jeunesse est marquée par la ruine économique, des drames familiaux et la maladie. Proche du parti communiste grec, il aspire à un idéal de fraternité, mais la dictature dévaste son pays. C’est dans ce contexte désespéré que le poète écrit l’une de ses plus belles oeuvres, jusqu’alors inédite en français : Symphonie du printemps. Un hymne à l’amour, à la nature, à la vie. À mes yeux, un antidote à la crise. Dans la situation douloureuse que connaît la Grèce, le lyrisme explosif de Yannis Ritsos est une tentative de libération par l’imaginaire. Le poète danse à deux pas de l’abîme, les bras tendus vers les étoiles.

Yannis Ritsos est né à Monemvassia, en Grèce, le 1er mai 1909. Ses combats contre la droite fasciste et la junte militaire, l’expérience de la prison, l’exil ne l’empêcheront pas de mener à bien une oeuvre qui fait de lui l’une des grandes voix de la poésie universelle. Il meurt en 1990. Symphonie du printemps, publié en 1938, a été mis en musique par Mikis Theodorakis en 1984. Sa parution en 2012 aux Éditions Bruno Doucey est la première traduction en France de ce recueil.


Poèmes choisis par Laurence Courtois

 

Prise de son, montage : Manon Houssin

 

Assistant à la réalisation : Laure-Hélène Planchet

 

Réalisation : Juliette Heymann

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 21/01/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

21/01/2013

LA PARISIENNE LIBEREE : "L'HIRONDELLE DU SCRUTIN"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"L'HIRONDELLE DU SCRUTIN"

Paroles et musique : la Parisienne Libérée


L’oiseau imprévisible
Inquiète les instituts
En volant loin des cœurs de cible
Et parfois même, en ne volant plus
C’est un oiseau bizarre
Presque fantastique
Dont l’étonnante trajectoire
Défie les statistiques

L’électorat volatil
Votera-t-il ?
Ou bien sera-t-il découragé
Déjà volatisé ?
Au printemps, quelquefois
L’hirondelle du scrutin
Revient et puis s’en va
Faire son nid chez le voisin !
Elle est comme ça
L’hirondelle du scrutin

[Citation F. Hollande]
« Nous savons que rien n’est fait tant que les électeurs ne se sont pas prononcés.
Nous connaissons la volatilité des humeurs, des modes, des sentiments »

Sur le marché des élections
On suit le cours des candidats
Comme si c’était autant d’actions
Oui mais tout le monde n’investit pas
Devant la vitrine du suffrage
Y en a qui hésitent en voyant le prix
Entre se priver de fromage
Et changer de crémerie

L’électorat volatil
Votera-t-il ?
Ou bien sera-t-il découragé
Déjà volatisé ?
Au printemps, quelquefois
L’hirondelle du scrutin
Revient et puis s’en va
Faire son nid chez le voisin !
Elle fait son choix
L’hirondelle du scrutin

Une substance indocile
Dans le corps électoral
Rend les pronostics fragiles
Absurdes, les décimales
Une matière vaporeuse
Et potentiellement inflammable
Affole la Prédiseuse :
De quoi l’oiseau est-il capable ?

L’électorat volatil
Votera-il ?
Ou bien sera-t-il découragé
Déjà volatisé ?
Au printemps, quelquefois
L’hirondelle du scrutin
Revient et puis s’en va
Faire son nid chez le voisin !
Elle est comme ça
L’hirondelle du scrutin

L’oiseau imprévisible
Inquiète les instituts
En volant loin des cœurs de cible
Et parfois même, en ne volant plus

L’ÉTRANGE UNIVERSEL

au magma present de l'ecriture,patrick milique,

 

L’ÉTRANGE UNIVERSEL

 

Tous ces pouvoirs qui sont les siens,

Incrustés au creux de ses soupirs ?

 

Etre la déesse des vents n’est pas rien !

Une inspiration foisonnante jaillit d’elle

Nous transportant au zéphyr musical

De son souffle aux accents d’authentique…

 

Tous ces pouvoirs qui sont les siens,

Incrustés au creux de ses soupirs 

Embrasent la riche beauté véhiculée

Par l’étrange universel du singulier.

 

P.  MILIQUE

07/06/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 07/06/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

07/06/2013

GEORGES PEREC "TOUT AUTOUR DE BEAUBOURG 4"

 

GEORGES PEREC

"TOUT AUTOUR DE BEAUBOURG  4"

Lu par Elsa LEPOIVRE

 

Issu du recueil

L’INFRAORDINAIRE (1989)

Le Seuil

 

« Les journaux parlent de tout, sauf du journaliser. Les journaux m’ennuient, ils ne m’apprennent rien ; ce qu’ils racontent ne me concerne pas, ne m’interroge pas et ne répond pas davantage aux questions que je pose ou que je voudrais poser.

Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? »

Voilà le programme d’inventaire, d’anthologie personnelle que Pérec adresse à tout le monde de ses lecteurs : la description de ce qui nous meut, dans le quotidien, finalement si proche, et si universel

 

Choix de Laurence Courtois

Prise de son, montage, mixage : Bernard Lagnel, Adrien Roch

bernard lagnel,Assistant à la réalisation : Pauline Ziadé 

Réalisation : Christine Bernard-Sugy

LA PARISIENNE LIBEREE : "HUIT MORTS DE TROP"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"HUIT MORTS DE TROP"

Paroles et musique : la Parisienne Libérée


« Un terroriste implacable a semé la mort sur son passage pendant huit jours. Huit jours de trop, et surtout, sept morts de trop. » 

N. Sarkozy – BFMTV – 27.03.12


Ils n’ont pas trouvé la potion
Mais posent un diagnostic :
Autoradicalisation
Salafiste Atypique
Quand je vois ce qu’ils télévisent
Au peuple de 20h
Je sens que je m’autoradicalise
Est-ce que c’est grave, docteur ?

Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinés
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop

Le ministre de l’intérieur
S’est payé le déplacement
Pour suppléer le procureur
Et les communicants
On a subi ses commentaires
Son genre d’informations
L’objectivité légendaire
De ses explications

« Et puis à la fin, Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main, en continuant à tirer. Il a été retrouvé mort au sol. »
C. Guéant – Toulouse Infos – 22.03.12


Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinés
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop

C’est pas en filtrant l’internet
Qu’on obtiendra justice
Mieux vaut une commission d’enquête
Qu’un éternel supplice
C’est pas en traitant l’assassin
De monstruosité
Qu’on oubliera qu’il est humain
Ni qu’on l’aura jugé

« Ces crimes ne sont pas les crimes d’un fou, parce qu’un fou est irresponsable. Ces crimes sont ceux d’un monstre […] »
N. Sarkozy – AFP – 22.03.12

Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinés
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop.

L'ABSENCE

L'ABSENCE.jpg

 

L'ABSENCE

 

Il y a la souffrance lancinante provoquée par l’absence,

Et la hiérarchie excédée de ce qu’elle impose vraiment.

 

Dans l’exacerbé d’un sentiment à vif

Peut s’immiscer la hantise du souvenir

La détresse brûlante que rien ne modère

Le volcan embrasé qui gronde au tréfonds.

 

Quand tu ne m’aimes pas

Toi, ma pâle fleur étiolée,

Je balance sans éclat

Ma fragilité assoiffée.

 

En état de cicatrice rougie encore

Soupir de douleur qu’on éviscère

Voile gonflée de murmures disséqués.

 

Et voilà que ceux-ci, miroirs convaincants,

Chuchotent au cœur, affirmant que l’absence

Est tellement plus qu’une présence qui manque.

 

P.  MILIQUE

06/06/2013

GEORGES PEREC "TOUT AUTOUR DE BEAUBOURG 3"

 

GEORGES PEREC

"TOUT AUTOUR DE BEAUBOURG  3"

Lu par Hervé PIERRE

 

Issu du recueil

L’INFRAORDINAIRE (1989)

Le Seuil

 

« Les journaux parlent de tout, sauf du journaliser. Les journaux m’ennuient, ils ne m’apprennent rien ; ce qu’ils racontent ne me concerne pas, ne m’interroge pas et ne répond pas davantage aux questions que je pose ou que je voudrais poser.

Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? »

Voilà le programme d’inventaire, d’anthologie personnelle que Pérec adresse à tout le monde de ses lecteurs : la description de ce qui nous meut, dans le quotidien, finalement si proche, et si universel

 

Choix de Laurence Courtois

Prise de son, montage, mixage : Bernard Lagnel, Adrien Roch

bernard lagnel,Assistant à la réalisation : Pauline Ziadé 

Réalisation : Christine Bernard-Sugy

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 06/06/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

06/06/2013