Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2016

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX 18

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN AVENIR A NOUVEAU LUMINEUX

18

 

Cela a tout d'un second début plein de promesses, un recommencement inespéré, à moins que, peut-être, il ne s'agisse plutôt d'un commencement.
Les années qui se profilent à l'horizon éclairci n'ont plus qu'à faire palpiter l'intense.

On t'imagine flotter dans une bulle de plaisir.
Immersion totale, consciente et sensuelle au cœur de cette bulle-là, à la recherche de vibrations inconnues.
Tu possèdes désormais en toi une sorte de disponibilité intérieure, cette désinvolture indispensable qui donnent existence aux évocations vaporeuses telles des vagues aériennes et déchaînées sous la voûte étoilée.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/09/2016

DUPES DE RIEN 1

au magma présent de l'écriture,

 

DUPES DE RIEN

1

 

     Parfois on s'égare, d'autres fois on s'abandonne, et déjà elle est là, terriblement séduisante, qui s'impose à nous.

     L'illusion n'est pas juste un spectacle mis en scène par un œil d'humeur badaude! L'illusion est.

Il faut simplement accepter qu'elle réside dans la perception et ne lui donner sens, sur la pointe de la sensation, qu'en connaissance de cause.

Une fois rectifié le monde par ajustement de pensée, le réel va s'ouvrir au secret de l'ailleurs.

Grâce à l'illusion, il devient donc possible de faire de ses plaisirs une certitude aléatoire... et inversement.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

12/09/2016

UN AMOUR INACHEVÉ 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN AMOUR INACHEVÉ

3

 

Mais déjà le quotidien grince, gémit, et résonne de dissonances nouvelles.
Nos amoureux fébriles s'éprouvent progressivement comme désaccordés.
Le travail de décomposition du temps et la lente érosion qui en découle
Reflètent maintenant un impensable tendu de lassitude et de confusion.
De leur quotidien n'émanent plus qu’afféteries et plaisirs sporadiques.

Dès lors, l'univers ambiant devient de plus en plus conflictuels..
Ils sont ensemble certes, mais seuls parce que terriblement distants.
Ils ne le savent pas encore mais ils sont déjà en route pour le désastre.
Cette accablante révélation leur fait conscientiser l'irrémédiable.

(A SUITE...)

 

P. MILIQUE

18/08/2016

NOIR INACCESSIBLE

arcEnCiel4_315.jpg

 

NOIR INACCESSIBLE

 

A l’éternelle loterie de la vie

Se recueille d’un geste distrait

La légèreté éteinte de l’horizon.

 

Le plaisir goutte-à-goutte

Des sourires tard dans la nuit

Invite au voyage abandonné

Jusqu’à l’étoile au noir inaccessible.

 

Sur la cime absolue de nos rêves

Il reste tant à explorer encore

Que jamais ne doutera l’aube arc-en-ciel

Éclairant la vie de ses espoirs irréversibles.

 

P. MILIQUE

08/08/2016

BONHEUR DISCRET

au magma présent de l'écriture,

 

BONHEUR DISCRET

Le moment est intense pour lui.
Jour de vertigineuse délectation.

Il s'abandonne avec beaucoup de volupté
Au plaisir discret, inaccessible au profane,
De leurs incessants vagabondages au cœur
D'une histoire avide riche d'obscurs secrets.

Il vibre d'une multitude d'émois particuliers.
Instants de fragilité analogique non maîtrisée.

Il est des pourquoi qui n'ont pas de réponses.

P. MILIQUE

06/08/2016

A FLEUR DE SOMMEIL 1

au magma présent de l'écriture,

 

A FLEUR DE SOMMEIL

1

Il n'est trop de mots d'amour pour calmer le tourment
Qu'est toujours le moment de se quitter pour la nuit.
Il faut s'équiper de sacrées provisions de force mentale
Pour rejoindre dans la félicité les rives du lendemain.

Il sait que ce soir il aura l'opportunité de passer la nuit
Dans ses bras puisque, insigne joie, elle le souhaite aussi.
Ils s'étreindront l'un l'autre puis dormiront cœur à cœur.

Il lui susurre: s'il te plaît, berce-moi et laisse-moi te bercer.
Il a tant besoin de sentir le berceau de ses bras fermés sur lui,
Si besoin de se rasséréner à l'exact rythme de son souffle apaisé.

De tout son amour, il étreint ce qu'elle est.
Il est, dans la douce caresse de la nuit étoilée,
Habité en son centre d'une présence lumineuse.
D'un bel astre revendiquant l'infini dont il se drape.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

03/08/2016

A L'AUBE TOURMENTÉE

Aube.jpg

 

A   L'AUBE TOURMENTÉE



Au miroitement vif et prétentieux des mots,
Il cherche dans l'écriture le moyen de dire l'indicible.

Chacun d'eux est pesé à revenir sans cesse sur des phrases
Qui se déplient, se renouvèlent encore et à nouveau
Pour parfois s'étirer, se renouveler.

Le danger est grand cependant que l'écriture se substitue
Au monde réel sans pourtant jamais parvenir à l'imiter.

A l'aube tourmentée de ses écrits fragmentaires
Bouillonne un turbulent ressac de mots
Aux fragrances savoureuses qui offrent l'essence
D'un plaisir coulant de sa plume-émotion
Jusqu'à impressionner la page au recel de merveilles
Dans la prise de conscience d'un pouvoir subversif.



P.  MILIQUE

14/05/2016

MANIFESTATION D’HOSPITALITÉ 1

au magma présent de l'écriture,

 

MANIFESTATION D’HOSPITALITÉ

1



Quel plaisir immense, quelle folle volupté
Que de se glisser dans le lent mouvement
De phrases demeurer jusque-là inconnues,
Dans la douce musicalité de leurs tournures,
Dans la force du souffle porté par les mots,
Ces petits grains dérisoires et indestructibles.

Ses mots à elle sont essentiels et résolus.
Ce sont des mots de feu, des mots rythmés
Qui, dans le sublime de leur générosité,
Font souffler comme un air de vive liberté
Apte à formuler une infinité de sentiments,
De folles émotions et de sensations inouïes.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/03/2016

MANIFESTATION D’HOSPITALITÉ 1

au magma présent de l'écriture,

 

MANIFESTATION D’HOSPITALITÉ

1



Quel plaisir immense, quelle folle volupté
Que de se glisser dans le lent mouvement
De phrases demeurées jusque-là inconnues,
Dans la douce musicalité de leurs tournures,
Dans la force du souffle porté par les mots,
Ces petits grains dérisoires et indestructibles.

Ses mots à elle sont essentiels et résolus.
Ce sont des mots de feu, des mots rythmés
Qui, dans le sublime de leur générosité,
Font souffler comme un air de vive liberté
Apte à formuler une infinité de sentiments,
De folles émotions et de sensations inouïes.

Quelle noble source de réconfort,
Quelle manifestation d'hospitalité
Que cette écriture merveilleuse,
Que ce texte vibrant et sensible!

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

23/03/2016

INTERROGATION EXISTENTIELLE

INTERROGATION.jpeg

 

INTERROGATION EXISTENTIELLE

 

Réfléchissons! Que pourrait bien être

La définition la plus proche de l'être humain?

 

Elle pourrait se situer dans l'intransigeant besoin du mot juste

Et dans cette autre nécessité de dire ce qu'il éprouve.

 

L'Homme sait s'impliquer dans la création de sa propre réalité,

Et avoir l'intelligence de fabriquer d'autres concepts

Qui lui permettront d'accéder à la conscience du soi.

 

Cette capacité créatrice est à la base même d'un fondement

Exacerbé au sens du plaisir et du sentiment de la douleur

Grands préparateurs de confrontations aux conjonctures extrêmes.

 

Ainsi, l'être humain doit réhabiliter ses droits à la singularité

Car la valeur ajoutée ne peut naitre que de situations paradoxales

Génératrices de l'indispensable palette existentielle

Une fois le masque définitivement tombé.

 

Mais que pourrait donc être

La définition la plus proche

De ce qu'est l'être humain?

 

 

P. MILIQUE

28/01/2016

BECQUÉE LEXICALE

au magma présent de l'écriture,

 

BECQUÉE LEXICALE



Je sais avoir un trop plein de mot tapie au fond de l’âme,
Mais je sais aussi que nul ne viendra jamais les chercher là.

Cependant, je ne puis imaginer les garder en moi à m’asphyxier.
Là réside peut-être mon anormale singularité, mon obscénité presque!
Mais comme je suis incapable de m’expliquer sur le mode verbal,
J’utilise le support qui me paraît le mieux me correspondre: l’écriture.

Mais, si cela débouche le plus souvent sur un monologue pathétique,
Il m’arrive parfois de parvenir à l’exact plaisir d’un dialogue privilégié.
Se dessine alors un vaste espace d’émotion vive qui traverse les lignes
Tandis que s’installe un rapport essentiel dans la mémoire du mot écrit.
En quelque sorte la puissance de l’éternel au secours de l’éphémère…

Le plus somptueux de tout cela est mon plaisir à lire les mots des autres.
Je suis attentif, très attentionné même à ce qui coule de leurs plumes,
Et cette attention–là nourrit généreusement mes besoins quotidiens.
Aussi, que personne n’hésite jamais à me dispenser ma becquée lexicale!



P. MILIQUE

22/01/2016

TAPIS ROULANT 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TAPIS ROULANT

4

 

C'est vrai, nous avions un grand plaisir à nous rappeler notre période universitaire commune.
Lorsque j'évoquai notre soutien au candidat Coluche à la Présidence de la République de 1981, il éclata d'un rire haletant.
Il semblait d'ailleurs s'essouffler, tandis que moi-même me détendais, en faisant toutefois attention à ne pas lui envoyer ma fumée de cigarette au visage.

Au bout de dix minutes, toute sa file à lui était occupée par des gens qui marchaient contre le sens du tapis.

Jean-Christophe, qui avait maintenant les yeux rougis de fatigue me dit, le souffle court, qu'il espérait que le tapis cesse de fonctionner, ou que quelqu'un de bien intentionné appuierait sur le bouton d'arrêt car, c'était entendu, cela nous empêchait de discuter tranquillement.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE