Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2012

Détroit TheBAND : "Sensation" (Arthur RIMBAUD)

 

Détroit TheBAND
 Sensation

(Arthur RIMBAUD)

 

Ce poème de Rimbaud parle de l’intimité charnelle que l’homme peut trouver dans la nature. Une relation au-delà des mots et de la raison, un paradis originel d’avant la chute, toujours accessible pour qui le cherche.
J’aime y voir un hymne d’espoir et une méditation, une prière pour les jours où l’été est justement loin, où la solitude, l’enfermement sont absolu.

Aller loin, avec l’amour infini dans l’âme.

Pour citer un autre géant de la poésie française :
« la nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles, l’homme y passe au travers d’une forêt de symboles »

29/12/2012

LA PERVERSION DU NÉANT

LUMIERE BLANCHE.jpeg

 

LA PERVERSION DU NÉANT

 

C'est une tragédie personnelle lourde de désespoir,

Un cauchemar interminable qui laisse perplexe

La passion dévastatrice à l'audace arrogante.

 

Comment expliquer la lâcheté, la couardise fondamentale ?

Comment opposer l'indifférence affichée à la détresse d'autrui ?

 

Dans la lumière sèche et presque blanche

De notre infime aux fièvres marécageuses,

L'oreille vibrante de la vie qui s'efface

Arrache au linceul brûlant de l'oubli

Les voix évanouies car trop souvent niées.

Vocalises hallucinées de douleur et de violence

Qui jamais, même à l'extrême, ne s'apaiseront.

 

Pour qu'enfin s'illuminent les ténèbres de ce monde,

Il faut rappeler aux mots l'autre charge de leur fonction

Qu'est de faire se consumer la perversité du néant

Afin que la beauté fragile du réel instantané

Se pare de fier instinct et d'attrayante séduction.

 

P. MILIQUE

28/12/2012

EXTRAVAGANCES

ETRANGE SILHOUETTE.jpg

 

EXTRAVAGANCES

 

Arborant fièrement une étonnante capacité à se renouveler,

De drôles de personnages incohérents passent et repassent

Dotés d’inquiétants pouvoirs paranormaux

Et porteurs de terrifiants et subliminaux messages

En provenance probable d'un quelconque infini.

 

Il serait de fait plus sage, et plus prudent,

D’ignorer jusqu'à leurs présences éthérées

Et de laisser à la postérité la tâche redoutable

D’exprimer le désir exalté de penser le monde.

 

P. MILIQUE

27/12/2012

POEMES Le Droit, le Devoir de Vivre" et "Couvre-feu" d'Eluard récités par Nicole Courcel

 

POEMES

"Le Droit, le Devoir de Vivre"

"Couvre-feu"

(Paul ELUARD)

Récités par Nicole COURCEL

Champs Elysées

22/01/1983 - 03min45s

 

Nicole Courcel dit deux poèmes de Paul Eluard : - "Le droit et le devoir de vivre", tiré du recueil "Le livre ouvert II" (1942)- "Couvre-feu", tiré du recueil "Poésie et vérité" (1942)

 

 

Production

 

Antenne 2

Générique

 

Sanders, Dirk

 

Courcel, Nicole

 

Drucker, Michel

 

 

 

UNE JEUNE FILLE SENSIBLE

JEUNE FILLE SENSIBLE.jpg

 

UNE JEUNE FILLE SENSIBLE

 

C'est une jeune fille sensible et sauvage

Qui glisse en silence sur la surface ouatée

D'un prose portée avec une douce précaution

Sur l'enivrante fraîcheur nimbée de son discours.

 

Elle puise sa force dans son refuge d'écriture,

Tâche osée dont elle s'acquitte à merveille

En vernissant l'émail des mots d'estampes impérieuses

Et de tournures alertes qui attisent le feu porté

De ses phrases magnifiques accrocheuses de réel

Sur le sourire éternel d'un visage retrouvé.

 

P. MILIQUE

26/12/2012

PLONGÉE CALAMITEUSE

PUZZLE.jpeg

 

PLONGÉE CALAMITEUSE

 

J’aimerais savoir raconter la douleur

Sans portant jamais m’abaisser à l’exhiber,

Mais la pression extérieure qui maintient certains

Dans la frange sombre et provocatrice

Impose la notion même d’affreuses déchéances

Dont l’obscène hasardeux a de quoi faire frémir.

 

Toutes ces pièces d’un puzzle encore inachevé

Renforcent le nauséeux d’un malaise immédiat

Et offrent une bonne raison au cerveau embrumé

De chercher la lumière dans d'autres profondeurs.

 

S’initie alors une plongée calamiteuse dans le quotidien

D’un temps qui passe sans indice d’apaisement à venir.

 

 

P. MILIQUE

EXTRAIT D'UN POEME CONSACRE A MARC CHAGALL

 

 

EXTRAIT D'UN POEME CONSACRE A MARC CHAGALL

Panorama

14/07/1967 - 28s

 

Extrait d'un poème consacré à Marc Chagall : "je fais tourner la terre autour de ton plaisir..." . Lecture du poème sur images de toiles de Marc Chagall.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Saulnier, Adam

25/12/2012

POEME D'ELUARD : "L'ORAGE D'UNE ROBE QUI S'ABAT..."

 

POEME D'ELUARD : "L'ORAGE D'UNE ROBE QUI S'ABAT..."

L'art et les hommes

21/04/1961 - 01min47s

 

Sur des gros plans de photos de nus de femme et des photos de femme de Man Ray, lecture du poème de Paul Eluard "L'orage d'une robe qui s'abat..."

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Drot, Jean Marie

Tony BLONDEL : "Chanson pour mon ombre" (Renée VIVIEN)

 

Tony BLONDEL

"Chanson pour mon ombre"

(Renée VIVIEN)

 

Texte de « Chanson pour mon ombre » mis en musique.

 

 

"Chanson pour mon ombre"

Renée VIVIEN

 

 

Droite et longue comme un cyprès,
Mon ombre suit, à pas de louve,
Mes pas que l’aube désapprouve.
Mon ombre marche à pas de louve,
Droite et longue comme un cyprès.

 

Elle me suit, comme un reproche,
Dans la lumière du matin.
Je vois en elle mon destin
Qui se resserre et se rapproche.
A travers champs, par les matins,
Mon ombre suit, comme un reproche.

 

Mon ombre suit, comme un remords,
La trace de mes pas sur l’herbe
Lorsque je vais, portant ma gerbe,
Vers l’allée où gîtent les morts.
Mon ombre suit mes pas sur l’herbe,
Implacable comme un remords.

24/12/2012

ELUARD: SIGNATURE DU RECUEIL "Le Visage de la Paix"

 

ELUARD: SIGNATURE DU RECUEIL

"Le Visage de la Paix"

JT 20H 

13/10/1951 - 15s

 

 

Vente annuelle de livres organisée par le "Comité National des Ecrivains" à la gare d'Orsay. Paul ELUARD, de profil, dédicaçant l'ouvrage "Visage de la paix par Picasso et Eluard"

 

Production

 

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

 

Tchernia, Pierre

CHEMINS DE TRAVERSE

FAUVE.jpeg

 

 

CHEMINS DE TRAVERSE

 

Même sans jamais céder au foisonnement des images,

Les voies toutes tracées ne peuvent que bifurquer

Rapidement sur d'imprévisibles chemins de traverse.

 

Là, l'existence se retrouve comme intensifiée

A ressentir les choses avec la plus grande acuité

D'un au-delà porté aux spasmes d'une folie réconfortante.

 

Alors s'agite une vie d'événements graves et incompréhensibles

Réfutent les marges amputées de leurs références majeures

Qui, au plus près d'une proposition à entériner une idée prégnante,

Articulent magnifiquement, dans le vacarme qui l'accompagne,

La Bête fauve au sang noir qui projette de le griffer au plus fragile


P. MILIQUE

 

23/12/2012

CEREMONIE A LA MEMOIRE DES INTELLECTUELS TCHEQUES

 

CEREMONIE A LA MEMOIRE DES INTELLECTUELS TCHEQUES

05min48s

 

Cérémonie à la Sorbonne - hymnes tchèque et slovaque - déclarations diverses

 

Générique

Droit, Michel
Cassou, Jean ; Eluard, Paul