Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2013

SILVIA PLATH: "MEDUSE"

 

SILVIA PLATH

"MEDUSE"

Lu par Claude MATHIEU

 

Poème extrait du recueil Ariel (Gallimard 2009)

Traduction de l'anglais par Valérie Rouzeau

12/07/2013

LEO FERRE: "NI DIEU NI MAÎTRE"

 

LEO FERRE

"NI DIEU NI MAÎTRE"

"Et si vraiment Dieu existait, il faudrait s'en débarasser!" (Bakounine)

Extraits du DVD de Léo Ferré "Sur la scène" (1972/1973)

SA VIE

ANCRE MARINE.jpg

 

SA  VIE

 

Sa vie :

C’est un ciel de noirs et menaçants malheurs

Habité de rêves fracassés et de confiance trahie,

Une succession continue de mouvements aussi désordonnés qu' incohérents,

Une douteuse abstraction que l’on ne peut qu’effleurer

Et encore n'est-ce que parfois, jusqu’au vertige, jusqu’au silence,

Un échantillon capiteux qui offre l’amère saveur d’un décalage constant,

Une outrance peu recommandable qui porte le grondement sauvage

De l’évidence inévitable du conflit inscrit à l'à-venir,

Qui niche en son sein l'âcre indifférence des rancœurs fatiguées.

 

Il refuse cela:

Alors il s’invente un itinéraire singulier aux traces invisibles,

Il se métamorphose esprit enragé, hanté, lunaire,

Débordant sans retenue la colère nécessaire et vitale,

Qui saura l'alléger des forces obscures de cette incohérence.

 

Il rejette violemment les normes contraignantes et sécurisantes

Tout en s’obligeant à débusquer en lui la part d’intolérance,

Faite d'appréciation parasitée et contradictoire du monde,

Pour se tenir, toujours, sur la pointe acérée du paradoxe,

Pour aussi ne pouvoir être suspecté de cette complaisance

Qui existe fréquemment dans la gravité et la mortification.

 

A cause de cela, il claudique bas en son refuge intérieur;

Juste à percevoir, dans l’éclat d’une évidence jusqu’alors obscur,

Cette vie qui s’organise lentement, pour, dans et contre le vide

Afin de n'être seulement troublée que par les coïncidences.

 

Il est des désespoirs qui restent à jamais secrets

Et, sauf à savoir forcer la banquise de la douleur,

Il y a cet accomplissement qui propose un chemin solitaire.

Il s’esquive alors là où s'enfièvre le murmure lumineux

Dans la brillance si belle de ce Soleil Absolu qui a su amarré

Son ancre tranquille et  rassurante à cristalliser le désordre.

 

P. MILIQUE

SILVIA PLATH "A LA BOUGIE"

 

SILVIA PLATH

"A LA BOUGIE"

Lu par Claude MATHIEU

 

Poème extrait du recueil ARBRES D'HIVER (Gallimard, 2009)

Traduction de l'anglais par FRANCOISE MORVAN

11/07/2013

LEO FERRE: "LE CHIEN"

 

LEO FERRE

"LE CHIEN"

 

Recital Au Theatre Des Champs Elysees de Leo Ferre.

ARROGANTE MÉDIOCRITÉ

INSOLENCE.jpg

 

ARROGANTE MÉDIOCRITÉ

 

Il lui est mortifiant de s'éprouver ainsi tel qu'il est vraiment:

Sans grande intelligence, dénué de l'indispensable générosité,

Consterné par son manque de culture et de profondeur de pensée.

 
 

Le constat qui l'affirme étriqué dans son arrogante médiocrité le consterne

Tant il le définit à l'exact opposé de celui qu'il aime à se persuader être...

 

P.  MILIQUE

LA PARISIENNE LIBEREE : "LE FOL AEROPORT DE NOTRE DAMES DES LANDES"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"LE FOL AEROPORT DE NOTRE DAMES DES LANDES"

Paroles et musique : la Parisienne Libérée


[citation F. Hollande]

Le projet ambitieux dans les années soixante
D’un Concorde radieux, d’une industrie qui chante
Le projet innovant des années soixante-dix
Il faut dorénavant que chacun atterrisse

Le projet oublié des années quatre-vingt
Le pétrole a flambé tout ça ne sert plus à rien
Le vingtième siècle est mort, plus personne ne demande
Le fol Aéroport de Notre Dame des Landes

Quand soudain par magie, le monstre est ranimé
Le Grand Hub a surgi prêt à tout bétonner
Adieu les salamandres, le bocage va fermer
Ya du terrain à prendre et de l’argent à gagner,

Le kérosène est cher, promis ce sera le dernier
Mais comme pour l’EPR, pas question de renoncer
On sait bien qu’on a tort mais il faut qu’on défende
Le fol Aéroport de Notre Dame des Landes

[Citation P. Lapouze]

Ya juste quelques centaines de caïds surarmés
Ya juste un hélico et un petit peu de fumée
Deux lignes de camions blancs, une ronde de camions bleus
Et partout dans les champs des vaches qui ne font pas meuh (bis)

L’a fallu enterrer quelques tritons crêtés
Mais pour monsieur le prefet tout s’est très bien passé
Une action héroïque en milieu difficile
Des noms énigmatiques, une poésie hostile :
Le Liminbout, le Tertre, le Sabot, la Vache rit
La Saulce, les Planchettes, Bel air, le Pré failly,
L’Isolette, la Gaîté, le Phare, la Chèvrerie,
La Bellich’, les Rosiers, la Cabane, la Sècherie…

Ya juste quelques centaines de caïds surarmés
Ya juste un hélico et un petit peu de fumée
Deux lignes de camions blancs, une ronde de camions bleus
Et partout dans les champs des vaches qui ne font pas meuh (bis)

C’est une concertation d’un genre déconcertant
Et pour la transition, ça transit bizarrement
Oignons contre lacrymos, chacun son style de bottes
Jusqu’au dernier poireau, jusqu’à l’ultime carotte
Tout est mondialisé cependant jusqu’ici
Y’a pas de curé nantais en vente au duty free
Non tout n’est pas perdu, c’est pas dit qu’on se rende
Au fol Aéroport de Notre Dame des Landes

Ya juste quelques centaines de caïds surarmés
Ya juste un hélico et un petit peu de fumée
Deux lignes de camions blancs, une ronde de camions bleus
Et partout dans les champs des vaches qui ne font pas meuh (bis)

10/07/2013

SILVIA PLATH: "LA LUNE ET LE CYPRES"

 

SILVIA PLATH

"LA LUNE ET LE CYPRES"

Lu par Claude MATHIEU

 

Poème extrait du recueil ARIEL (Gallimard, 2009)

Traduction de l'anglais par Valérie ROUZEAU

LE BALADEUR: LA JEUNE FILLE ET CLEAR THE AIR DE JACCO GARDNER

 

LE BALADEUR

LA JEUNE FILLE

ET

"CLEAR THE AIR"

DE

JACCO GARDNER

 

Julien Cernobori se baladait au bord de la Seine lorsqu'il a croisé une jeune fille aux cheveux noirs qui lisait sur un banc... Il lui a mis "Clear The Air" de Jacco Gardner entre les oreilles.

NOIR ABYSSE

REGARD VIDE.jpg

 

NOIR ABYSSE
 
Son existence est si altérée par l'absence
Qu'elle a désormais le regard exténué et vide
De celle que le sommeil ne visite plus jamais.

Un manque terrible s'est à nouveau incrusté
Qui cette fois, peu à peu façonne le noir abysse.

P. MILIQUE

SILVIA PLATH: "MYSTIQUE"

 

SILVIA PLATH

"MYSTIQUE"

Lu par Claude MATHIEU

 

Poème extrait du recueil Arbres d'hiver (Gallimard, 1999)

Traduction de l'anglais par Françoise MORVAN

09/07/2013

LEO FERRE: "L'AFFICHE ROUGE" ET "L'ARMEE DU CRIME"

 

LEO FERRE

"L'AFFICHE ROUGE"

ET

"L'ARMEE DU CRIME"


A toutes celles et ceux qui un jour ont résisté