Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2013

INSCRITS A L'INTIME

ADOLESCENCE.jpeg

 

INSCRITS A L'INTIME

 

Inscrits à l'intime d'une adolescence hallucinée et,

S'évaporant dans l'écoute extatique d'improbables émois sentimentaux,

Apparaissent certains bouleversements mineurs

Qui provoquent, révolution infinitésimale,

Une signification suffisamment menaçante et déroutante

Pour réinventer une conversation incompétente et marginalisée.

 

P. MILIQUE

UN POEME D'EDGAR ALLAN POE MIS EN MUSIQUE

 

UN POEME

D'EDGAR ALLAN POE

MIS EN MUSIQUE

(par Balise75)

10/02/2013

CELESTE ALBARET ET MARCEL PROUST

 

CELESTE ALBARET

ET

MARCEL PROUST

Portrait souvenir

11/01/1962 - 11min39s

 

Céleste ALBARET relate ses années passées auprès de Marcel PROUST, sa méthode de travail, sa maladie et sa mort. Banc titre des manuscrits de l'auteur.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Herzog, Gérard

 

Stephane, Roger ; Darbois, Roland

 

Roger, Stéphane

 

Albaret, Celeste

DUSTY SPRINGFIELD " SON OF A PREACHER MAN "

 

 

DUSTY SPRINGFIELD

" SON OF A PREACHER MAN "

Salves d'or 

26/12/1968 - 02min39s

 

 

Dusty SPRINGFIELD chante "Son of a Preacher Man" devant un public enthousiaste.

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Pradines, Roger

 

Salvador, Jacqueline

 

Springfield, Dusty

UNE HISTOIRE D'AMOUR GÂCHÉE

RUPTURE.jpeg

 

 

UNE HISTOIRE D'AMOUR GÂCHÉE


C'est une histoire d'amour gâchée par les circonstances.
Par l'intervention du hasard.

Cette femme aux yeux de glace a désormais le regard vide.
Pour lui, elle était un chemin illuminé dans sa nuit.
Elle savait colorer de lumière la plus noire de ses journées,
Sûre d'elle dans sa fragilité.

Ce qui les a rapprochés est aussi ce qui les a séparés,
A force de partager un univers peuplé de semblables tellement différents.
Parce que l'harmonie des contraires, peut-être, n'existe pas.
Ou alors quand, gravés dans le bref,
Les coeurs battent une mauvaise chamade.

C'est l'insupportable désamour.
Tout se noie dans l'usure d'un temps que personne se sait dompter.
Les voilà condamnés à se déchirer aux pointes acérées
D'une douloureuse ronde d'amour et de haine.

Maintenant, sa mémoire est encombrée
Par les souvenirs pénibles des divergences et des brouilles.
Et puis les non-dits aussi,
Qui aggravent tout jusqu'à rendre plus sombres encore
Les couleurs de ces instants pétrifiés.

Alors désormais, il lui faut accepter l'inéluctable.
Il est confronté à l'intense douleur d'une insoutenable séparation.
Comment ne pas être submergé
Par le chaos dévastateur
De toute cette détresse ?
Et toute cette honte qu'il lui faut surmonter pour exister encore.

Il ne promène plus qu'une ombre déchue.
Celle de sa passion meurtrie.
Et il s'applique à ne plus vivre qu'au travers de l'absente.
Mais le chagrin lui, est si présent,
Qu'il ne sait plus que pleurer de ne plus pouvoir l'embrasser,
Ne serait-ce que du regard.

P. MILIQUE

09/02/2013

CELESTE ALBARET ET PROUST MOURANT

 

CELESTE ALBARET

ET PROUST MOURANT

Portrait souvenir 

11/01/1962 - 05min14s

 

Céleste ALBARET raconte l'agonie de Marcel PROUST en pleurant.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Herzog, Gérard

 

Stephane, Roger ; Darbois, Roland

 

Albaret, Celeste

TARY OWEN EVOQUE SES SOUVENIRS D'ENFANCE AVEC JANIS JOPLIN

 

 

TARY OWEN

EVOQUE SES SOUVENIRS D'ENFANCE AVEC JANIS JOPLIN

Nocturne 

28/08/1995 - 02min34s

 

Interview de Tary OWEN, musicien et ami d'enfance de Janis JOPLIN. Il parle des années passées sur les bancs de l'école avec elle. Il se rappelle sa liberté de parole. Janis était une des seules à protester contre la ségrégation envers les noirs.

 

Générique

Owen, Tary
Vacher, Jeanne Martine

GALIM " 'Espace des AUGUSTINS " MONTAUBAN le 9 Octobre 2012

GALIM

" 'Espace des AUGUSTINS "

MONTAUBAN

le 9 Octobre 2012

 

Voilà qu'insérés au souffle grondent de lointains ouragans échappés d'un ciel d'hypothèses
Tandis qu'un trait de voix tremblée épice la durée et fait coïncider la chair de l'instant à un désormais qui titube.
Ton écho s'éloigne et la vie qui reprend s'est chargée grâce à toi d'un vertige de possibles. D'un pollen d'amour vibrant et propagé naissent déjà d'autres fleurs perlées d'émotion, lourdes de sourires à cueillir....

Pour cet encore Beau Moment que tu nous a offert ce soir-là Grande Dame GALIM, je n'ai que des Mercis à offrir .... Et c'est ridiculement peu.

08/02/2013

TARY OWEN EVOQUE LES DEBUTS DE LA CHANTEUSE ...

 

 

TARY OWEN EVOQUE LES DEBUTS DE LA CHANTEUSE ...

Nocturne 

28/08/1995 - 01min49s

 

Interview de Tary OWEN, musicien et ami d'enfance de Janis JOPLIN, sur les débuts de la chanteuse. Sa puissance vocale et son timbre. Une révélation pour elle-même et son entourage.

 

Générique

Owen, Tary
Vacher, Jeanne Martine
 

JEAN COCTEAUET UNE ANECDOTE A PROPOS DE PROUST

 

 

JEAN COCTEAU ET UNE ANECDOTE A PROPOS DE PROUST

Portrait souvenir 

11/01/1962 - 23s

 

Jean COCTEAU raconte une anecdote sur PROUST et le portier du Ritz.

 

 

Production

 

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

 

Prat, Jean

 

Cocteau, Jean

 

Dumayet, Pierre ; Desgraupes, Pierre

POÉSIE RÔDEUSE

 

ECRITURE.jpeg

 

 

POÉSIE RÔDEUSE

 

C'est un texte halluciné et cruellement

A l'indicible dureté, à l'impénétrable douleur,

Qui dit les mélancolies et les noirceurs de l'impulsion

Dans le constat sans détour de l'uniformité honnie

En dénonçant les violentes pressions destructrices d'êtres.

 

C'est aussi une écriture aux pulsions sensitives

Rare d'unicité par le degré d'exigence optimale

Exprimée dans la puissante émotion qu'il étreint

Au cœur de cette poésie blanche et rôdeuse.

 

Des instants de vie défilent et cultivent l'art d'un silence

Qui, malgré leur délicatesse à retranscrire les moments sombres

Figent subitement un regard perdu dans un ailleurs grave.

 

P. MILIQUE

07/02/2013

TOUT LE MONDE Y SONGE

INTERROGATION.jpeg

 

TOUT LE MONDE Y SONGE

 

 

Tout le monde y songe

Les hommes, les anges, les vautours…

 

Les hommes suffoquent d’angoisses rances et cherchent des réponses

A toutes ces initiatives malheureuses qu’ils n’expliquent pas

Et dont ils empoisonnent l’univers, au fil abyssal de leurs bassesses.

Eux qui prétendaient avoir soif à pleurer d’un monde moral

Se sont toujours employés à ne vivre que de refus réitérés.

Leur patente sottise qui a nourri de cruauté les jours chagrins

Les a incité à se hisser au sommet de la montagne obscure

Pour qu’enfin, dansant sur le bord béant d’un gouffre d’avenir,

Ils perçoivent l’évidence d’avoir déjà perdu ce qu’il n’avait pas encore trouvé.

 

Les anges eux, n’habitent qu’un agréable oubli du corps

Et semblent, dans leur défi à l’être même, ne souffrir de nulle part.

Ils sont d’énergies différentes, on les discerne sans vraiment les situer,

Beaux minéraux éthérés sur le blond d’une plage

Ou fragments d’émeraudes au cœur de grands espaces arborés.

Tout ce qui les transporte est halo de lumière vive

Permettant d’espérer encore à l’existence vraie d’un palais de l’amour.

Où trouvent-ils la force de chanter encore à l’oreille du mal

Que tout ce qui n’est pas bien n’est pas foncièrement désespérant ?

 

Les vautours enfin, s’avèrent écrasés par la fatigue du temps

Après avoir longuement tournoyé dans le vent asséché de poussières.

Les pattes agriffées sur les reliefs acérés du sol lunaire,

Ils paraissent s’être absentés dans d’infimes strates de perceptions,

Le regard figé, scrutant nous devinons trop bien quoi.

Ils observent avec acuité les dégâts indignes de l’intelligence,

Et leur immobilité est celle d’un bien compréhensible mépris

Lorsque d’obscures flammes animent l’impossible mystère

Qui suinte de la mort. Et déjà s’esquisse en creux le sourire du diable.

 

Tout le monde y songe

Les hommes, les anges, les vautours…

Triade d’entités parfaitement dissemblables d’une même galaxie

Avec cependant, ancrée au tréfonds de chacun, la même taraudeuse interrogation:

Se peut-il qu’il y ait vraiment quelqu’un qui m’aime… quelque part ?

 

 

P. MILIQUE