Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2013

PLEURER AU DEDANS 3

PLEURER.jpeg

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...



PLEURER AU DEDANS

3



Comment parvenir à formaliser ce qui de fait échappe à mon langage?

Je survis avec tant de peine à un passé démesurément meurtri, contraint à faire semblant d'ignorer des blessures qui sans cesse s'ouvrent à chaque pas de vie. Et c'est hanté de souvenirs lestés de désespérances impossibles à maîtriser que j'implore le maintenant afin qu'il m'accorde l'inexistant oubli.

C'est ainsi que par protection je me suis peu à peu créé un monde en trompe-l’œil et une identité fictive.

Quelle mise en abîme perverse que celle obtenue par le spectacle corrompu de cette danse macabre qui n'est rien d'autre que celle chorégraphiée par la mort aux aguets.

Alors, silencieux je pleure au dedans tandis que l'irréductible vie continue, stochastique.

FIN

P. MILIQUE

02/04/2013

PRINTEMPS DES POETES 2013 : Jean PORTANTE "Conceptions"

 

PRINTEMPS DES POETES 2013 

  Jean PORTANTE

"Conceptions"

 


Lu par Réda KATEB


Tiré du recueil Conceptions (2012), ce poème est publié dans l'anthologie proposée par par les éditions Bruno Doucey pour cette 15ème édition du Printemps des Poètes.


Document(s)

Les voix du poèmes - Anthologie

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 21.3.2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

21.3.2013

PLEURER AU DEDANS 2

PLEURER.jpeg

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter)  le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...



PLEURER AU DEDANS

2



Mais qu'elle est donc étrange la poésie qui se dégage de cette composition attendrissante et désordonnée.
Elle est à la fois belle et de grande profondeur

Et me porte sans coup férir l'indéniable d'un coup sensible au plus profond du cœur

En provoquant l'intense et infinie présence d'un rare instant de découverte de soi.

Dans la présence sans limites d'un amour perçu comme douloureusement excessif, je me jette sans précaution dans l'huile brûlante du foyer brasillant. Celui d'une passion rageusement frustrante au cœur d'un désespoir étiré et joyeux au long d'un temps qui endigue tout.


(A SUIVRE...)


P.  MILIQUE

01/04/2013

PRINTEMPS DES POETES 2013 : Anthony PHELPS "Le siècle se défait d'un long calendrier"

 

PRINTEMPS DES POETES 2013 

Anthony PHELPS

"Le siècle se défait d'un long calendrier"

 

Orchidée nègre, 1987

 

Lu par Réda KATEB

 

Tiré du recueil Orchidée nègre (1987), ce poème est publié dans l'anthologie proposée par par les éditions Bruno Doucey pour cette 15ème édition du Printemps des Poètes.

 

 

 

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 20.03.2013

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

20.03.2013

PLEURER AU DEDANS 1

PLEURER.jpeg

 

PLEURER AU DEDANS

1

 

Le moment est venu. La fusion de leurs forces va parfaire l'épopée de ces deux romantiques qui ont su, osmose immédiate, s'inventer une vie d'une grande légèreté.
Mais, est-ce vraiment raisonnable d'aller ainsi jusqu'au bout de ses rêves?

Comment parvenir à convertir la passion excédée en relation douce, médiane, équilibrée, sans courir l'impensable risque de sa destruction?

 

L'amour ne peut plus être vertu s'il se pare de faiblesse.

Il remonte des profondeurs du cœur, puis de l'âme, et il se consume, et il dévore.
Il est donc important de savoir jusqu'où aller trop loin en apprenant à décrypter les réalités et à démêler l'inévitable confusion des sentiments.

 

J'ai d'eux l'impression vivace d'êtres fiévreux, pétrifiants d'intensité et de tension intime. Ils arborent une énergie débridée soutenue par un regard tendu qui impose une densité hors norme à la scène la plus quotidienne.
Ils sont traversée des apparences dans leur façon différente de vivre les heures en rêveurs éveillés.
De là découle le caractère urgent, désordonné et terriblement poignant de leur itinéraire illimité.

(A SUIVRE...)


P.  MILIQUE

31/03/2013

PRINTEMPS DES POETES 2013 : Francis DANNEMARK "Dans les vociférations..."

 

PRINTEMPS DES POETES 2013 

Francis DANNEMARK

"Dans les vociférations..."

 

Dans les vociférations...

Une fraction d'éternité, 2005

 

Lu par Reda KATEB

 

Tiré du recueil Une fraction d'éternité (2005), ce poème est publié dans l'anthologie proposée par par les éditions Bruno Doucey pour cette 15ème édition du Printemps des Poètes.

Thème(s) : Littérature| Poésie

Document(s)

Les voix du poèmes - Anthologie

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 20.03.2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

20.03.2013

LE CADRAN SOLAIRE

icadran solaire.jpeg

Précepte d'une sagesse absolue.

 

 

 

LE CADRAN SOLAIRE

 

Sur un vieux cadran solaire, cette devise :

Il est plus tard que vous ne croyez !

 

Et pourtant, il est déjà bien tard semble-t-il !

Malgré la vie qui se consomme,

Qui se consume de toutes ses passions.

Sans aucune modération.

Mais..

 

Il y a l'enchaînement fatal,

L'effritement tragique,

La réalité rigoureuse et imposante

De proximité d'un vieillissement inquiétant.

 

Au moins n'aura-t-il jamais existé l'angoisse de ne pas savoir !

 

Il a toujours cru pour sa part

A la malveillance acharnée du destin.

A cause de cela, arrive fatalement le moment,

Où il devient vital de mettre un terme à cette mascarade.

De s'arracher violemment de l'histoire pour,

Si possible, investir l'imaginaire.

En épouser les possibles en se dotant de certitudes...

 

Des yeux indéchiffrables posent sur le monde

Un regard dépourvu d'avenir.

Avec pour seul lien, mais il est intime,

Un soleil noir qui brûle l'enfer.

Un enfer à la beauté parfaitement dépouillée

Qui rend le périple indolore,

Et soulage la désespérance en réveillant les ombres.

 

Les apparences sont irréfutables.

Il est déjà bien tard, mais :

Il est tellement plus tard que vous ne croyez !

 

 

P. MILIQUE

 

30/03/2013

PRINTEMPS DES POETES 2013 : Hélène SANGUINETTI, "Le danseur"

 

PRINTEMPS DES POETES 2013 

Hélène SANGUINETTI

"Le danseur"


Lu par Maylis RICORDEAU


Poème inédit écrit pour le Printemps des poètes 2013. "Les voix du poème" est le thème choisi pour cette 15ème édition.

 

Hélène Sanguinetti adore la mer, nager, regarder le ciel, marcher à l’air libre, siffler sur son vélo, dire ses textes. Parmi ses compagnons de travail, les œuvres et les paroles des peintres etdes poètes, les récits des aventuriers, les écrits des philosophes, mais aussi le journal "L'Equipe".


Elle est née à Marseille. Elle vit actuellement en Arles.

Parution récente : Et voici la chanson, Éd. L'Amandier (2012)

 

Maëlys Ricordeau Richeux © RF

 

A l'occasion du Printemps des Poètes, les Poèmes du jour sont lus toute la semaine par la comédienne Maëlys Ricordeau, membre du collectif Das Plateau.

 

***

Mer, c’est moi le danseur, Les-pieds-légers-de-la-falaise

l’amour de toutes sur la falaise

me voici ­——

mer ! mer ! mer !

ouvre-lui, c’est l’homme mort,

le danseur, le, Noir, le, danseur,

l’amour parmi toutes les femmes,

ouvre-lui,

Ou dents cruelles

tailleront le père Remontera sur la

falaise

Morceaux de lui seront là-haut

des cailloux danseront

là-haut

crécelles grinceront crécelles crèvent

les, tympans, du, peuple, toute, la, nuit, agglutinée

mange Lune flétrit pâlit tombe malade

à ses pieds

 

 

mer, mer, ouvre-lui

 

Ou aigle prendra son cœur, En fera poudre le Puant

 

pastel, pour, la, famille, des, rochers, Couchant recouvre ­——

 

Homme mort une torche tremble un sexe

 

soulevé plonge Où a plongé mère la terre avec sa jupe retournée

 

a pris son fils l’a bercé loin l’a consolé c’est le silence

 

tout autour

 

qui respire  

 

Hélène SANGUINETTI

Le danseur

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 19.03.2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

19.03.2013