Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 7

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

7

 

La vie, aussi rebutante qu'elle puisse être parfois, ne saurait n'être que désastre et tragédie.

A force d'esquiver les contours du devenir avec ses pinceaux de couleurs, la joie convertit chaque souvenir en à-venir.

En acceptant le présent, elle exalte tous ces petits plaisirs qui exaltent le temps.

Parfois sage, mais plutôt souvent folle, elle aide à l'oubli passager des réels encombrés.

Puis, tel un fruit gorgé de sève et de sucre, la joie enthousiasme l'instant de multiples équivalents-bonheur, transcendant davantage encore l'unicité propre à chaque moment heureux.

 

Et voilà que la joie, dans le dégrafé exalté de mon cœur, m'a fournit une conclusion plus ample et déconcertante que ses laborieux prémisses le laissaient à penser!

(FIN)

 

P.  MILIQUE

08/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

6

 

J'aperçois déjà se dessiner quelques rictus moqueurs sur le visage de certains, aux concepts bourgeois.

Que m'importe, puisqu'il ne sont pas, ne seront jamais, de mon monde, et d'ailleurs, j'ai en moi beaucoup de facilités à échapper à toutes les mauvaises raisons que tous ces tristes sires ne savent que mettre en avant.

Il m'est ainsi facile d'accueillir et de faire face à  ces contradicteurs-là.

 

J'affirme pour ma part que la joie est parfois d'une simplicité déconcertante.

Tout homme présent au monde peut adhérer et vivre au cœur de cette réalité-là qui lui permettra d'être le contemporain du si beau ressenti qu'exacerbe la joie.

Sentiment de bien-être absolu que celui d'observer la joie ensoleiller les yeux alentours.

(A SUIVRE)

P. MILIQUE

07/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES
5

 

De sa force vive s'élève un chant d'ivresse, voluptueuse mélodie de caresses.

La joie, telle une passion qui revit le présent, se fait vibrante et magnétique.

C'est un trésor qui se possède – ou pas – , une mer qui fait briller le vent dans les veines.

Elle est palpitation de clarté mariant durablement le bleu du ciel.

Et, quand son flamboiement s'accentue, c'est de tout l'or du monde que soudain elle s'enflamme.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

06/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

4

 

On pourrait concevoir la joie comme contraire au bonheur ou au divertissement. Il n'en est rien.

Chez ceux-là, la colère passagère semble n'être que pour leur assurer une bonne conscience.

La joie, peut-être parce que naturellement moins lâche, n'esquive pas le réel.

Elle ne masque en rien la beauté des choses et, par conséquent, n'en ignore rien.

Le faire serait pour elle un total non-sens.

Et puis, elle possède cette faculté presque anormale, de rester toujours attentive à s'indigner des scandales multiples qui traversent sans vergogne la vie de chacun.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

05/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

3

 

Le refus du réel proposé invite alors à voir le monde tel qu'il devrait se traduire à l'épicentre de nos rêves.

Même s'il est à considérer que tout cela est quelque peu boiteux, pessimisme et optimisme sont jumeaux et interchangeables.

Ainsi l'espoir rend-il triste alors même que c'est de la tristesse qu'il naît. Et puis la tristesse manque terriblement sérieux quand la joie, elle, ne parvient pas à s'y prendre.

Ce qui fait que c'est une  bien chaste volupté que de consentir à la joie.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

04/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

2

 

La joie s'instaure parfois par inappétence envers les circonstances dont elle se refuse d'être tributaire.

En prenant ainsi le contre-pied d'accablantes contraintes, elle jaillit toute entière du malheur ainsi conjuré.

Cela participe d'une étonnante trajectoire mentale.

La pensée, amie du silence et des jours de misère, est une substance d'une grande fluidité.

Sa présence obstinée génère une nécessaire abstraction au masque d'oubli.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

03/06/2015

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES 1

au magma présent de l'écriture,

 

A L’ÉPICENTRE DE NOS RÊVES

1

 

C'est une des faveurs dont, à l'usage, l'existence est la plus avare.

Celle-ci en tant que cause extérieure susceptible d'exposer aux conséquences, fournit un excellent prétexte à l'utilisation d'un artifice principalement destiné à maquiller l'indifférence commune.

De ce refus vital de l'irrémédiable nait la joie.

Ainsi prend forme le vif ressenti que ce n'est pas quand tout va bien qu'on est joyeux, mais plutôt que c'est parce qu'on est joyeux que tout va moins mal !

Dès lors, l'ultime menace peut-elle s'éloigner d'un pas léger ?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

02/06/2015

MIROITEMENT DE SURFACE

SILENCE PROPICE.jpg

 

 

MIROITEMENT DE SURFACE

 

Le fondamental est que chaque individu

Pense être détenteur de la vérité.

Voilà ce qui est bon, voilà ce qui est mauvais!...

 

Dans la quintessence d'un temps sinistre,

Il subit une violent exclusion à se coltiner au réel

D'un quotidien injuste et nauséabond

Laissant transparaître la souffrance vive

D'humains assujettis en révolte contre le hideux.

 

Toute créativité doit affronter cette terreur-là

Avec pour seul destinataire identifié l'écho de sa propre voix.

 

Observateur silencieux d'un monde à l'obstiné de l'étroit,

Qui de gris barre la route des merveilles,

Il découvre l'inaccessibilité prévisible à côtoyer

Le presque rien de la vie de tous les jours.

 

Alors, acceptant enfin le tragique illusoire

D'un miroitement de surface sous lequel gît un gouffre,

Il se réfugie confiant derrière ce qui lui reste d'enfance,

Au plus profond d'un silence protecteur,

Seul comportement qui communique encore...

 

P. MILIQUE

01/06/2015

AU JOUR NAISSANT 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

AU JOUR NAISSANT

2

Elle lui a rappelé qu'ils étaient convenus d'un rendez-vous:
Il soit recevoir ses mots. Des mots d'amour il n'en doute pas.
Des mots murés en elle qui ont su forcer quelques barrages
Pour ébaucher la pure évidence de l'offrande faite à l'autre.
Si elle imaginait combien il les attends ces mot-cadeaux!
Combien ils vont l'illuminer de son fol attachement à elle.

Des mots dépositaires d’essentielle force vitale
Des mots marbrés de reflets rares et différents
Des mots apaisants barrés de sourires attendris
Des mots depuis toujours consentant à l'amour.

Et déjà, tous ces mots-trésor qui ne sont pas les siens
Forment une farandole d'émerveillements souverains.

(FIN)



P. MILIQUE

31/05/2015

AU JOUR NAISSANT 1

au magma présent de l'écriture,

 

AU JOUR NAISSANT

1

Son aimée s'est arrachée tôt du sommeil ce matin.
De bonne heure, elle lui a fait le cadeau de sa voix,
L'accompagnant au jour naissant de sa seule présence.
Sa voix était douce, si suavement douce, si attendrissante,
Si mal débarrassée encore des strates froissées de la nuit.

Une nuit qu'il comprend avoir été aussi belle que possible,
Voix chrysalide qui n'attendait que la mélodie des mots
Offerts à l'autre, pour se muer avec naturel en cette voix
De papillon qui sera la sienne jusqu'au prochain demain.

Elle sait qu'elle a le pouvoir de l'émouvoir au plus intime.
Elle n'est donc pas étonnée d'avoir, en maintes occasions,
Consentis l'éclosion de larmes de tendresse à ses paupières.

Comment, ébloui d'un tel soleil, éviterait-il cette fragilité?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/05/2015

THÉÂTRE D'OMBRES

au magma présent de l'écriture,

 

THÉÂTRE D'OMBRES



Il y a cette multitude d'écrits,
Véritables concentrés d'efficacité
A l'impact pour le moins terrifiant.

Flammèches espiègles et passionnées
Issues de manipulations énigmatiques,
Aux essences inusuelles de manichéisme
Teintées de perspectives insoupçonnées
Révélatrices de secrètes harmonies
Aux tonalités envoûtantes de beauté.
Expressions de type hallucinatoire
Issues du délire et de la démesure,
Formidablement aptes à combler
Le silence sépulcral des non-dits.

Il est tant de soleils éteints
Dans mon théâtre d'ombres...

P. MILIQUE

29/05/2015

CHEMIN DE SAGESSE

au magma présent de l'écriture,

 

CHEMIN DE SAGESSE



Goûtons aux mystères, maîtres de l'enchantement,
Qui traversent immédiat de curiosités vagabondes.

Une pensée cueillie au jardin des ivresses
Trace au fusain la beauté de ce qui existe.
Sensation folle faite de pure allégresse
A vouloir donner tout ce qu'on a encore.
Ainsi des éclats de ferveur dessinent la lumière,
Stridences grandioses comme des rais d'étoiles.

L’espérance naît toujours d'un pair sur l'incertain.
Ne reste plus qu'à insérer quelques quartz de soleil
Sur la toile entrouverte du temps qui se prélasse,
Tandis que, dans l'alchimie complexe du nous
Souffle le vent du présent qui refuse de vieillir.

Gardons en nous ce joyau pur qui scintille
Dans le bonheur-cristal d'être présent encore.
Une échelle de corde donne accès aux rêves
En-guirlande le drapé précieux du véritable
D'un lumineux chemin de sagesse enchantée,
Offrant à la caresse émeraude d'une promesse à venir
L'opportunité d'un jour différent qui a l'air de sourire.

P. MILIQUE