Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2015

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE 4

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE

4

Il arrive qu'un regard suffise pour que le monde existe.
Des trajectoires un jour se rejoignent et se croisent,
Et dans l'épanouissement inespéré qui parfois en résulte
Prend naissance l'amour qui manquait et se refusait à nous.
La rencontre se révèle bientôt riche d'unicité absolue,
La vie soudain se découvre et s'impose de toute la beauté
De son évidence, touchant de sa flèche acérée la vérité de l'être.

Ce regard suffit parfois à démasquer en l'inconnu tréfonds
La part invisible de ce qui s'offre pourtant d'emblée à la vie.
Sa lenteur, sa trajectoire méditative n'en détourne pas l'esprit.
Abandons rêveurs puis, par-delà même l'incontournable inventaire
D'un certain nombre de folles merveilles et les mouvements
Incontrôlables d'une lumière qui cerne le reflet et la matière,
Le grave impose son éternelle jeunesse épanouie de fleurs de vie
Dans une irrépressible volonté d'existence aux ressacs silencieux.
Et puis, à cette façon d'incarner comme il se doit le lieu et l'instant
S'ajoute rapidement l'intelligence vive, hymne inépuisable au relatif,
Au fuyant, au convulsif qui touche à une matière plus intime encore.
Désormais, il y a la présence nouvelle de l'Autre qui absorbe le cœur.
Cet Autre, aimé dans une effervescence d'inespéré et de fol exotisme.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

08/04/2015

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE

3

Un jour le sourire vient de quelqu'un que l'on n’espérait pas,
Que l'on n'attendait plus. Quelqu'un qui, tout naturellement,
Trouve sa place entre l'incertain balisé des jours ordinaires
Et les rêves anciens dont la mémoire désabusée se souvient parfois,
A l'issue du combat que l'on livre lorsque s'efforce d'exister.

Dehors, le monde s'active, mais en soi le temps semble comme arrêté.
Alors, une lueur d'espoir au creux des yeux, on emprunte un chemin,
N'importe lequel, on se laisse peu à peu immerger par cette fuite en avant
Qui submerge, pour mieux se retrouver, se découvrir, s'accepter peut-être.
Dans le sursaut d'une trouble émotion on se dirige, aveuglé de lumière,
Vers des territoires jusqu'alors à peine esquissés où l'on découvre
Ces jardins fantastiques que l'on cherchait à rencontrer depuis longtemps
Afin de capter et transmettre à l'universel sa ferveur et son enthousiasme.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

07/04/2015

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

 

 

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE

2


Je sais que la vie n'avait pas été tendre avec toi ces dernières années.
Quelques indiscrétions périphériques m'ont toutefois laissé entendre
Qu'un soleil darde à nouveau ses rayons de bonheur dans ce qui,
Jusque-là, n'était qu'une grisaille quotidienne saturée de tourments.

Il se trouve que je ne veux retenir pour toi que ce soleil-là!
Parce que c'est lui qui saura illuminer tes journées à venir,
Qui rendra tes pensées crépusculaires plus faciles à supporter
Et creusera, jour après jour, les sillons de ce bonheur souhaité.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

06/04/2015

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE 1

au magma présent de l'écriture,

 

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE

1


Alors que tes connaissances désormais acquises
Devraient te tracer un chemin quasi royal,
Voilà que la vie, encore elle, déploie ses ailes
Pour faire que les choses tournent à l'imprévisible.

C'est ainsi, et on n'y peux certes pas grand chose,
Mais ce n'est sûrement pas une raison pour subir,
Pour accepter ce qu'il faut refuser comme une fatalité.
Il faut le faire de toutes ses forces car rien n'est inéluctable.
La vie pleure souvent, tout un chacun peut en faire l'expérience:
Mais il n'est pas pensable qu'elle soit amenée à le faire toujours,
Et arrive un temps où un sourire, même imperceptible, se dessine.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

05/04/2015

LA VIE EST UN TORRENT QUI CHARRIE DE LA BOUE

BOUE.jpg

 

LA VIE EST UN TORRENT QUI CHARRIE DE LA BOUE


La vie est un torrent
Qui charrie de la boue.
Un univers où chacun dans sa misère
est seul à cristalliser ses souffrances.
Où ne s'exprime plus que le langage du désenchantement.
Et c'est la lente descente dans un puits signifié en toile de fond de nos errances,
vieilles complices taciturnes,
Jusqu'à l'embrasement inévitable au magma fusionnel
de nos haines et de nos rancœurs.

Voilà où nous mène, dans le cauchemardesque suppôt de nuits
parfaitement glaçantes,
L'outrance souveraine d'autres néants qui nous attendent,
Royaumes racoleurs d'une déraison optimiste.
L'aile de la folie passe, attirante, dans une espèce de flirt aguicheur,
Nous entraînant dans un élan infini vers des passions indéfinies.

Puis vient le temps de la sagesse, de la distance et de la lucidité envers la vie.
Il y a comme un rejet du noir et même parfois rejet de l'azur qui peut encore être du noir.
Le rire qui n'était que celui du désespoir, peu à peu s'éclipse.
Pour laisser place à un sourire timide.

Entre Les ténèbres du noir et le premier frisson de lumière,
entre l'absence et la promesse d'une présence définitive cependant déjà évaporée,
apparaît la vérité d'une émotion.
Une émotion sublimée au contact d'amitiés éternellement fugitives
et d'enthousiasmes durablement éphémères.
Tout cela d'une richesse et d'une complexité exceptionnelles.

La vie est un torrent
Qui charrie de la boue.
Mais à savoir en capter les fragrances et les couleurs,
elle sait être d'une beauté confondante, nous invitant,
ultime privilège, dans les harmonies chatoyantes de son chant d'éblouissement.

Dès lors, dans la boue du torrent, seules les pépites respirent encore.

 

P. MILIQUE

04/04/2015

DES SOLEILS BAS SUR L'EAU

au magma présent de l'écriture,

 

DES SOLEILS BAS SUR L'EAU



Quoi de plus élémentaire dans l'existence,
Et de plus éprouvé, que le vent qui s'apaise.

Plus sûrement qu'une réflexion enfantine,
Le poète à dit la nuit et les ondes de l'eau.

Il semble désormais qu'avec un peu d'attention
Il pourrait participer à nombre d'effeuillages.
Car il a connaissance d'une multitude de brises
Dont la nudité fait rougir des soleils bas sur l'eau...

P. MILIQUE

03/04/2015

ENVIE D’ESPÉRANCE

au magma présent de l'écriture,

 

ENVIE D’ESPÉRANCE



Il s'éprouve vite traqué par cette évidence:
Le rêve s'écroule trop vite pour laisser place
Au sentiment inouï d'une furtive beauté en exil.

Abattu par l'âcre goût de néant qui investit sa bouche,
Il éprouve l'impétueux besoin d'une envie d'espérance...

P. MILIQUE

02/04/2015

TRAQUE ORDINAIRE

au magma présent de l'écriture,

 

TRAQUE ORDINAIRE



Nuit de chasse aux gros
Et scène de traque ordinaire
Qui procure d'exaltants plaisirs.

Les mots résonnent, effroyables,
Sorte de jouissance ultime et infinie
Pour ces nantis au regard malveillant
Dont la seule autorité est d'être mince,
Parfois.

P. MILIQUE

01/04/2015

MORTELLE DÉCADENCE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

MORTELLE DÉCADENCE

2


Il veut encore apaiser ses sens aux seins des femmes libérés
Sous la fine dentelle, s'émouvant à chaque frisson de vent léger,
Et voir l'été pardonner à l'hiver ses fonds d'âme mélancoliques
Ainsi que, pourquoi pas, affirmer l'état d'indépendance initial
Rudement acquis par nos ancêtres pour défier, engeance vitale,
La faillite des biens personnels obscènes, logiquement évaporés.
Oui, parfois il y songe, si cette raisonnable utopie pouvait être!

Depuis quelques jours, je parle à nouveau aux peupliers.
Mais ils ne m'accordent jamais aucune attention bien sûr:
Absorbé par l'éternité, ils ont tellement mieux à faire.
Eux écoutent, mélomanes ancestraux, la mélodie du vent.

(FIN)

P. MILIQUE

31/03/2015

MORTELLE DÉCADENCE 1

au magma présent de l'écriture,

 

MORTELLE DÉCADENCE

1



Il est des questions de chaque instant auxquelles il s'abandonne.
Où nous mènent donc précisément les studieuses arcanes de l'école?
Quels troubles desseins noircissent les sentiers qui mènent à l'usine?

La nef des églises fomentent des champs de batailles furieuses
Tandis que les sentiers du rêve ont une glaciale couleur d'encre.

Quelle est cette civilisation douloureusement mortifère
Qui nous somme de vivre au milieu d'infernales machines,
De monnaies de singe nauséabondes génératrice d'injustices,
De drapeaux illégitimes claquant au vent de folies meurtrières.
Et de grincements de dents qui crissant jusqu'à l'insupportable?

Il sait qu'il essore tant le linge sale de son cerveau embrumé
Qu'il ne pourra jamais en extraire qu'une pluie de larmes.
Car enfin, que peut-il vraiment espérer de son stupide ressentiment?
Que pourra-t-il entrevoir quand plus aucune violette ne saura vieillir?
Il importe donc de retrouver l'homme d'avant la haute technologie,
Celui qui, de ses riches mains aimantes, préservait l'humanité.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/03/2015

UN MAGICIEN DES MOTS 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAGICIEN DES MOTS

2

Il est important de porter l'identité de l'Afrique inconnue hors des zones d'ombre.
De poursuivre les incursions au tréfonds de la réalité, d'en confirmer les intuitions.
Transhumance passionnelle et engagée qui laisse apparaître d'autres visages
Et laisse présager l'aventure infinie et l'énergie soutenue des regards à venir.

Les pensées affluent, les sens s'aiguisent davantage et la vie, forces dimensionnelles
Et longue hémorragie, défile et embrase les attentes majeures et incontournables.

(FIN)


P. MILIQUE

29/03/2015

UN MAGICIEN DES MOTS 1

au magma présent de l'écriture,

 

UN MAGICIEN DES MOTS
1

C'est l'écriture flamboyante du magicien qu'il sait être.
Une approche poétique, un style, un univers et, magistral,
Cet art précieux de donner vie et souffle à des perceptions.

Mon imaginaire est exalté par l'entière méconnaissance du lieu,
Et je me laisse volontiers transporter par l'invitation généreuse
A l'exploration souveraine d'une saga érudite et vagabonde,
Incité à la plus grande attention par l'expérience nourricière
De la fugue, l'âme grande ouverte, dans l'espace sauvage proposé.
Longue balade aux travers des sables brûlants et iridescents
Ou bien dans le lunaire minéral d'une dune battue par les vents.

Apaisement de l'errance née de chaque nuit. Passionnant voyage qui confirme
L'absolue certitude de l'essentielle place occupée par chacun dans le bel univers.
 
(A SUIVRE...)
 
P. MILIQUE