Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2015

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE 1

au magma présent de l'écriture,

 

DÉBUSQUER LA PART VISIBLE

1


Alors que tes connaissances désormais acquises
Devraient te tracer un chemin quasi royal,
Voilà que la vie, encore elle, déploie ses ailes
Pour faire que les choses tournent à l'imprévisible.

C'est ainsi, et on n'y peux certes pas grand chose,
Mais ce n'est sûrement pas une raison pour subir,
Pour accepter ce qu'il faut refuser comme une fatalité.
Il faut le faire de toutes ses forces car rien n'est inéluctable.
La vie pleure souvent, tout un chacun peut en faire l'expérience:
Mais il n'est pas pensable qu'elle soit amenée à le faire toujours,
Et arrive un temps où un sourire, même imperceptible, se dessine.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

05/04/2015

LA VIE EST UN TORRENT QUI CHARRIE DE LA BOUE

BOUE.jpg

 

LA VIE EST UN TORRENT QUI CHARRIE DE LA BOUE


La vie est un torrent
Qui charrie de la boue.
Un univers où chacun dans sa misère
est seul à cristalliser ses souffrances.
Où ne s'exprime plus que le langage du désenchantement.
Et c'est la lente descente dans un puits signifié en toile de fond de nos errances,
vieilles complices taciturnes,
Jusqu'à l'embrasement inévitable au magma fusionnel
de nos haines et de nos rancœurs.

Voilà où nous mène, dans le cauchemardesque suppôt de nuits
parfaitement glaçantes,
L'outrance souveraine d'autres néants qui nous attendent,
Royaumes racoleurs d'une déraison optimiste.
L'aile de la folie passe, attirante, dans une espèce de flirt aguicheur,
Nous entraînant dans un élan infini vers des passions indéfinies.

Puis vient le temps de la sagesse, de la distance et de la lucidité envers la vie.
Il y a comme un rejet du noir et même parfois rejet de l'azur qui peut encore être du noir.
Le rire qui n'était que celui du désespoir, peu à peu s'éclipse.
Pour laisser place à un sourire timide.

Entre Les ténèbres du noir et le premier frisson de lumière,
entre l'absence et la promesse d'une présence définitive cependant déjà évaporée,
apparaît la vérité d'une émotion.
Une émotion sublimée au contact d'amitiés éternellement fugitives
et d'enthousiasmes durablement éphémères.
Tout cela d'une richesse et d'une complexité exceptionnelles.

La vie est un torrent
Qui charrie de la boue.
Mais à savoir en capter les fragrances et les couleurs,
elle sait être d'une beauté confondante, nous invitant,
ultime privilège, dans les harmonies chatoyantes de son chant d'éblouissement.

Dès lors, dans la boue du torrent, seules les pépites respirent encore.

 

P. MILIQUE

04/04/2015

DES SOLEILS BAS SUR L'EAU

au magma présent de l'écriture,

 

DES SOLEILS BAS SUR L'EAU



Quoi de plus élémentaire dans l'existence,
Et de plus éprouvé, que le vent qui s'apaise.

Plus sûrement qu'une réflexion enfantine,
Le poète à dit la nuit et les ondes de l'eau.

Il semble désormais qu'avec un peu d'attention
Il pourrait participer à nombre d'effeuillages.
Car il a connaissance d'une multitude de brises
Dont la nudité fait rougir des soleils bas sur l'eau...

P. MILIQUE

03/04/2015

ENVIE D’ESPÉRANCE

au magma présent de l'écriture,

 

ENVIE D’ESPÉRANCE



Il s'éprouve vite traqué par cette évidence:
Le rêve s'écroule trop vite pour laisser place
Au sentiment inouï d'une furtive beauté en exil.

Abattu par l'âcre goût de néant qui investit sa bouche,
Il éprouve l'impétueux besoin d'une envie d'espérance...

P. MILIQUE

02/04/2015

TRAQUE ORDINAIRE

au magma présent de l'écriture,

 

TRAQUE ORDINAIRE



Nuit de chasse aux gros
Et scène de traque ordinaire
Qui procure d'exaltants plaisirs.

Les mots résonnent, effroyables,
Sorte de jouissance ultime et infinie
Pour ces nantis au regard malveillant
Dont la seule autorité est d'être mince,
Parfois.

P. MILIQUE

01/04/2015

MORTELLE DÉCADENCE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

MORTELLE DÉCADENCE

2


Il veut encore apaiser ses sens aux seins des femmes libérés
Sous la fine dentelle, s'émouvant à chaque frisson de vent léger,
Et voir l'été pardonner à l'hiver ses fonds d'âme mélancoliques
Ainsi que, pourquoi pas, affirmer l'état d'indépendance initial
Rudement acquis par nos ancêtres pour défier, engeance vitale,
La faillite des biens personnels obscènes, logiquement évaporés.
Oui, parfois il y songe, si cette raisonnable utopie pouvait être!

Depuis quelques jours, je parle à nouveau aux peupliers.
Mais ils ne m'accordent jamais aucune attention bien sûr:
Absorbé par l'éternité, ils ont tellement mieux à faire.
Eux écoutent, mélomanes ancestraux, la mélodie du vent.

(FIN)

P. MILIQUE

31/03/2015

MORTELLE DÉCADENCE 1

au magma présent de l'écriture,

 

MORTELLE DÉCADENCE

1



Il est des questions de chaque instant auxquelles il s'abandonne.
Où nous mènent donc précisément les studieuses arcanes de l'école?
Quels troubles desseins noircissent les sentiers qui mènent à l'usine?

La nef des églises fomentent des champs de batailles furieuses
Tandis que les sentiers du rêve ont une glaciale couleur d'encre.

Quelle est cette civilisation douloureusement mortifère
Qui nous somme de vivre au milieu d'infernales machines,
De monnaies de singe nauséabondes génératrice d'injustices,
De drapeaux illégitimes claquant au vent de folies meurtrières.
Et de grincements de dents qui crissant jusqu'à l'insupportable?

Il sait qu'il essore tant le linge sale de son cerveau embrumé
Qu'il ne pourra jamais en extraire qu'une pluie de larmes.
Car enfin, que peut-il vraiment espérer de son stupide ressentiment?
Que pourra-t-il entrevoir quand plus aucune violette ne saura vieillir?
Il importe donc de retrouver l'homme d'avant la haute technologie,
Celui qui, de ses riches mains aimantes, préservait l'humanité.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/03/2015

UN MAGICIEN DES MOTS 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAGICIEN DES MOTS

2

Il est important de porter l'identité de l'Afrique inconnue hors des zones d'ombre.
De poursuivre les incursions au tréfonds de la réalité, d'en confirmer les intuitions.
Transhumance passionnelle et engagée qui laisse apparaître d'autres visages
Et laisse présager l'aventure infinie et l'énergie soutenue des regards à venir.

Les pensées affluent, les sens s'aiguisent davantage et la vie, forces dimensionnelles
Et longue hémorragie, défile et embrase les attentes majeures et incontournables.

(FIN)


P. MILIQUE

29/03/2015

UN MAGICIEN DES MOTS 1

au magma présent de l'écriture,

 

UN MAGICIEN DES MOTS
1

C'est l'écriture flamboyante du magicien qu'il sait être.
Une approche poétique, un style, un univers et, magistral,
Cet art précieux de donner vie et souffle à des perceptions.

Mon imaginaire est exalté par l'entière méconnaissance du lieu,
Et je me laisse volontiers transporter par l'invitation généreuse
A l'exploration souveraine d'une saga érudite et vagabonde,
Incité à la plus grande attention par l'expérience nourricière
De la fugue, l'âme grande ouverte, dans l'espace sauvage proposé.
Longue balade aux travers des sables brûlants et iridescents
Ou bien dans le lunaire minéral d'une dune battue par les vents.

Apaisement de l'errance née de chaque nuit. Passionnant voyage qui confirme
L'absolue certitude de l'essentielle place occupée par chacun dans le bel univers.
 
(A SUIVRE...)
 
P. MILIQUE

 

28/03/2015

L’ÉVIDENCE RÉVÉLÉE 2

au magma présent de l'écriture,

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

L’ÉVIDENCE RÉVÉLÉE

2

Dans cette évidence enfin révélée, ils se sont proposés de rechercher
Ensemble le vrai et le beau, l’authentique vie qui tend vers l’ouvert et l’infini,
Là où est drainée la part vive de chacun, terre d’asile où l’intériorité exulte.
Chacun de leur côté avait pris un tel retard à découvrir la part manquante
Dans ce vaste no man’s land qui filtre si sévèrement les entrées,
Que le torrent de leurs ressentis leur fit l’offrande d’une issue à la triste fatalité.
Ils vivent désormais l’infime dans la moindre de leurs sensations présentes.

Et le voilà à évoquer, comme si c’était banal, l’impudique verbe aimer.
Ce verbe aléatoire qui ne se conjugue jamais qu’au conditionnel présent
Et se fait l’ébouriffant synonyme, explosive substance, du pur bonheur.
Luxe aussi incroyable que vertigineux dans le déroulé de leurs jours communs.

(FIN)

P. MILIQUE

27/03/2015

L’ÉVIDENCE RÉVÉLÉE 1

au magma présent de l'écriture,

 

L’ÉVIDENCE RÉVÉLÉE

1



Sa vie entre désormais en osmose avec le halo d’une Femme-Soleil.
Jamais il n’aurait pu l’imaginer tant l’imprévisible ne se prévoit pas.
Il vivait alors en une sombre autarcie dans l’improbable d’un couple
Se résumant depuis de nombreuses années en un pacte de cohabitation.

Sa vie n’était qu’une ombre dans les gouttes aigres du souvenir.
Il en était ainsi parce qu’il ne pouvait plus en être autrement.
Tout était de bric et de broc. Cela aurait dû continuer. Sauf que…

Elle lui est arrivée par une route que nul n’avait encore empruntée.
C’est dans cette ébauche imprévisible que leurs chemins se sont croisés.
Il y avait de la lumière dans son regard, de la douceur dans ses paroles.

Le ciel s’est fait grand pour accueillir l’autre dans sa dimension spécifique.
Il a fallu qu'il s’autorise l’unicité de cette chance afin de ne pas passer
A côté de cet essentiel qui a fouaillé en lui les mots embrasés du cœur.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

25/03/2015

POUVOIR TOUT ÉCRIRE 5

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

POUVOIR TOUT ÉCRIRE

5

On peut écrire les engouements inhérents
Aux folles extravagances nées de l'excès.
Dire l'indicible concentré dans les marges
De l'impensable avéré ou du hors-limite.
Évoquer les vies dévastées ou désertées
Dans des textes assombri et décadents
Peuplés d'ombres tristes et de fantômes.
Il y a le dire et la pleine légitimité du dire
Lorsque, face au condensé de certitudes
L'auto-portrait en cours s'exige sourdine.
Exhibition obscène de nos âcres révulsions
Dans la réalité tragique tissé d'inéluctable
Qui confirme l'extrême élasticité supposée
De la frontière érigée entre le bien et le mal
A l'instant où, en un scandale mystérieux,
Elle s'affirme d'une rare beauté sollicitée
Pour offrir dans l'instant les retrouvailles rebelles
D'un latent lumineux qui fait l'amour à la mort.
L'amour annule la distance entre deux êtres.

C'est établi dans l'ordre des choses, on peut tout écrire.
Si l'on a pour unique sens de n'en jamais trahir l'essence.

(FIN)

P. MILIQUE