Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2017

PERCEPTION INADÉQUATE

au magma présent de l'écriture,

 

 

PERCEPTION INADÉQUATE

 

A vivre dans une société où la vanité tient son rôle,

Où chacun appréhende au vif de trouver sa place,

Il est de l'ordre du tentant d'accepter l'incohérence.

 

Même à ne pas s'abandonner aux affres de l'obscur,

L'irrigation est contingente de toutes ces petites choses

Dissonantes ou juste déplacées dans l'intime qui résonne.

 

Par la faute d'une perception inadéquate au monde,

Entre fidélité harmonieuse et détachement esthétique.

Cette sorte d'égoïsme détestable ouvre sur le paradoxe

D'aimer et dans le même temps peut-être ne pas aimer

Jusqu'à étreindre cette destinée violemment individuelle

Qui l'expose à une grande fadeur, au secondaire. Au rien!

 

Chaque homme devrait savoir rayonner d'un large sourire,

Un sourire qui ne serait autre que la signature du timide

Et la marque lumineusement romantique de son humilité.

 

P. MILIQUE

01/08/2017

DANS LES BRAS DE SES ÉNIGMES 2

au magma présent de l'écriture,

 

 

DANS LES BRAS DE SES ÉNIGMES

2

 

Si nous souffrons d'une telle pénurie de rêves et de poésie, c'est parce que ce monde en est cruellement dépourvu.

Il est donc impératif de ne plus accepter de subir et, tout au contraire, s'appliquer à échafauder une autre réalité.

 

Dans l'infinie richesse des émotions qu'il faudra bien réapprendre à partager dans le regard des autres.
Celui-ci s'ouvrira forcément, comme s'ouvre une fleur.

Il ne restera qu'à se jeter avec une gourmandise non feinte dans la folle multiplicité des intensités possibles.

 

Retrouvons donc nos étonnements d'enfants!

Passons du bleu aux paupières du rêve pour développer un cœur gros de bonheur.

Et endormons-nous enfin, et pour une fois, tel un bienheureux dans les bras de ses énigmes.

(FIN)

 

P. MILIQUE

02/11/2016

VEULES FAIBLESSES 1

au magma présent de l'écriture,

 

VEULES FAIBLESSES

1


Ce matin je m'éprouve désolé, navré, coupable
De t’assommer avec mes dérisoires problèmes.
C'est une réalité que je me sens en permanence
Si ce n'est vraiment mal, tout au moins pas bien.
Fatigué, éreinté même, j'ai de plus en plus de mal
A supporter ces douleurs cycliques et vagabondes
Qui semblent parfois ne se déplacer d'un foyer
Que par simple envie d'aller se fixer en un autre.

Mais tout cela serait contrôlable si j'avais la tête
Et la volonté suffisamment solide et charpentée
Pour gérer ça comme l'homme que je devrais être.
Il est d'exact d'affirmer que c'est loin d'être le cas.

Je m'en veux terriblement de t'imposer
Sans cesse la longue litanie de mes bobos.
Pourquoi suis-je incapable de rester discret,
Évasif sur tout ce que mon esprit véhicule
De trop négatif, trop ordinaire, trop mesquin?

(A SUIVRE...)

P. MILIQUE

26/08/2016

NOUVELLES PERSPECTIVES

au magma présent de l'écriture,

 

NOUVELLES PERSPECTIVES



A force de nourrir la détestation de soi-même,
Il est difficile d'éliminer le trouble désagréable
Provoqué par l'amoncellement de menaces
Le plus souvent saisissantes d'âcre laideur.

C'est toutefois en l’occurrence d'un mélange détonnant,
Aux effets secondaires insoupçonnés capables de proposer
La conciliation avec l'ordre imprécis d'un monde convulsé,
Que s'offre la beauté touchante de nouvelles perspectives
Installant, imprévisibles, de la lumière au profond des yeux.

P. MILIQUE

21/04/2016

VENIMEUSE PROXIMITÉ 1

au magma présent de l'écriture,

 

VENIMEUSE PROXIMITÉ

1



Il se croit désigné.
Guide inspiré détenteur d'un savoir unique.

D'ailleurs, exalté par des bouffées d'audace, il ne prétend rien de moins que jeter vers d'autres passerelles incertaines des fragments d'expérience mystique.
Il invente un substitut, déifie un artifice et assure, du moins le pense-t-il, une appréciable position de surplomb intellectuel.

Ainsi revendique-t-il la glose de ce qu'est le bien.
Mais, dans son univers en trompe-l’œil, la présence signalée reste problématique.
Du haut de sa suffisance, il ne se rend pas compte de l'inanité de ses propos si ouvertement prévisibles et, de plus, déjà si souvent entendus.
Alors, pour aller jusqu'au bout du paradoxe, il use et abuse de références compassées, de nouvelles et ridicules préciosités.
Il veut ressembler à sa définition.
Donc, pour étoffer plus encore son propos, il altère subtiles digressions et fines exégèses.
Bien entendu, la tentative d'endoctrinement avorte parce qu'il n'a rien pour étayer ses hypothèses de base et qu'il ne dispose que d'argumentations trop peu crédibles.
Et que tout cela souffre à l'excès d'un déficit d'altitude et de sublime.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

13/02/2016

FÉLIN POUR ELLE 10

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

FÉLIN POUR ELLE

10

 

Elle me confie si souvent l'actualité de ce combat qu'elle s'impose de livrer. Incroyable défi qu'elle s'offre à relever.


Je crois bien être le premier et, si j'osais le dire, le plus important de ses rares confidents.

Dans la fourmilière des motifs avancés s’exprime avec acuité ce qu'elle considère, peut-être, comme un acte de survie: redonner à son corps le destin qu'elle lui aura choisi, et non celui qu'il subit au quotidien.

Alors, elle fait front avec le plus implacable des pragmatismes et le plus problématique des gageures: celle qui nécessite le travail acharné de soi sur soi.


Il faut comprendre, le Chat, que la mise en ampleur d'un corps n'est le plus fréquemment qu'un artifice destiné à dissimuler les cicatrices destructrices. Ce faisant, on devient fragile et instable. Les colères réactives qui s'enchaînent ne sont même plus suffisantes pour colmater au mieux les afflictions. Le balancier intime n'oscille plus qu'entre inhibitions et angoisses. C'est une douloureuse aliénation qui s'insinue avec sournoisement au tréfonds de ce que l'on est. Et, fatalement, on en arrive à ne plus coïncider du tout avec ce que l'on sait de soi. Elle a...


Dis donc l'Ours, pourquoi te racontes-tu ainsi? On croirait bien que tu...

Ah ça y est, je viens de comprendre! Tu ne supporte plus ton volume toi non plus. Tu te perds dans les arguties ténébreuses de tes nuits amnésiques et tu voudrais bien entrevoir l'équilibre un jour. Tu n'en peux plus de ton mal de corps, de ta fatigue, de ton abattement. Mais, rassure-moi, es-tu bien sûr que ce n'est pas de toi-même dont tu souffres le plus, parce que...


Peut-être. Je ne sais pas. Nul, moi pas plus qu'un autre, ne peut prétendre détenir l'incontestable explication. Toutefois, je pense plutôt que....

Et puis ça suffit Eliott, ça n'a aucun sens! Tu as bien failli réussir. Il s'en est fallu de peu que je tombe dans ton piège grossier de félin extracteurs de mots. A n'en pas douter, la psychanalyse ou ses dérivés ne devaient pas t'être étrangers dans une de tes précédentes incarnations. En l'une ou l'autre de tes sept vies quoi!

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

23/11/2015

IRRÉFRAGABLE UNICITÉ 6

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

IRRÉFRAGABLE UNICITÉ

6

A partir de là, la transformation en cours rendait impérative la révision rapide de notre mode de pensée et de notre perception du monde. Et d'accepter l'ubiquité jusque-là inconnue de l'identité. Ce que nous savions être, nous ne le sommes plus. Nous ne parvenons plus à être un simultanément ici et là-bas. Il faut s'y résoudre, cela a bel et bien disparu avec le temps, déjouant ainsi, dans la seule durée d'un clignement de regard, les inconsistantes et ineptes prévisions. Nos somme désormais contraint à vivre dans un moi d'emprunt. Et encore suffit-il d'y croire un tant soit peu pour, instantanément, douter d'être réellement celui-là. Problématique déterminante d'une impétueuse crise d'identité.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

04/08/2015

DISSIDENCE VERTE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

DISSIDENCE VERTE

3

Alors bien sûr, le regard noir et la colère mal contenue, ça gronde à mon encontre. Leur virulence est à l'aune de leur impuissance à me convertir à La Cause Universelle. Acte de prosélytisme voué, s'il en est, à l'échec certain. Il m'est reproché, pêle-mêle, de ne rien comprendre à l'ampleur du problème en cours. De voir sans vouloir voir en quelque sorte. De ne pas opérer spontanément les liens apodictiques. De ne me livrer à aucune introspection auto-critique. Bref, de rester obstinément passif. Stupidement irréductible. C'est vrai ça, pourquoi ne me sens-je pas moi aussi écolo-responsable, ne serait-ce qu'à titre collectif, de la destruction programmées de ce qui fut jadis notre belle planète?

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

12/05/2015

RÊVE ÉVANESCENT 1

au magma présent de l'écriture,

 

RÊVE ÉVANESCENT

1



Il est extraordinaire de constater
A quel point tout cela explose en lui.
Combien tout est infiniment beau
Et prend la forme de l'inimaginable,
En tout cas inespéré, du merveilleux.

Pour se convaincre de cette réalité,
Il lit et relit ses mots qui le confient.
Qui disent l'amour éprouvé pour lui.
Qui disent sa force et son irrémédiable.
Et il consulte encore ces mots précieux,
L'infini des mots-phare, des mots-caresse.

(A SUIVRE)

 

P. MILIQUE

11/12/2014

UN MAL PROVISOIRE 3

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

UN MAL PROVISOIRE
3

 

De fait, la nostalgie ne secrète qu'un faux problème :

Jamais ne se produira d'essentiel retour

Puisque nul n'est jamais vraiment parti !

 

Il croyait qu'elle avait toujours un coup d'avance.

Désormais, il sait qu'elle induit la fin  du voyage

Encore que, lorsqu'elle parvient à son terme,

La nostalgie n'en est jamais qu'à son début.

Et s'il semble que rien n'est nouveau sous le soleil,

En réalité que, comme à l'accoutumé, tout à changé.

De sorte que, plus que la souffrance de cette acuité-là,

C'est l'ample tristesse d'avoir simplement vécu

Qui remplace la bonne vieille douleur d'attendre.

 

Il ne reste plus qu'à regretter au fil du silence

Les heures surannées où nos larmes coulaient.

(FIN)

 

P. MILIQUE

04/10/2014

INDICIBLE NERVOSITÉ

au magma présent de l'écriture,

 

INDICIBLE NERVOSITÉ



Le problème n'aurait pu être qu'à peine perceptible,
Mais sa tête devient subitement à nouveau lourde
Et il s'éprouve en proie à un état étrange et singulier,
Une profonde gêne, une nervosité indicible, accablante.

Il est sec d'une contraignante et inextinguible soif
De ce rare lieu du cœur où se pavane parfois l'esprit
Et, condamné à jeter encore beaucoup de temps au rien,
Il crie ses harangues par la fenêtre à des voisins invisibles.

P. MILIQUE

19/02/2014

KRIEG DE GUERRE: MANUEL BILINGUE POUR SOLDAT DE 14

 

KRIEG DE GUERRE
MANUEL BILINGUE POUR SOLDAT DE 14

(2’53’’)
« SIND SIE EIN DÉSERTEUR ? »

 

Voici un manuel de traduction destiné aux soldats allemands en France pendant le première guerre. Démasquer un franc-tireur, se faire soigner, trouver 500 chevaux ou des cochons... En 1914, le soldat pouvait se procurer ce manuel au prix de 18 Pfennig. Et affronter ainsi la guerre en territoire français sans problème, en tous cas linguistique. Nous en proposons ici quelques extraits choisis façon Assimil. Ce manuel appartient à la collection de Jean-Charles Lyant.

 

Enregistrements : février 14
Interprètes : Josie Mély, Marie Chartron
Mise en onde & mix : Samuel Hirsch
Réalisation : Marie Chartron & Samuel Hirsch