Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 27/03/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

  27/03/2014

L’ÉGOÏSME 3

BONSAÏ 1.jpg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

L’ÉGOÏSME

3

L'égoïste qui règne en maître, indifférent à la simple conscience d'autrui, fait là un bien mauvais calcul. En effet, sa prétendue toute puissance échoue toujours faute de n'être jamais à la hauteur des espérances. Elle est donc peine perdue et, de guerre lasse, préfère rendre les armes plutôt que d'avoir à subir en retour la sensation cuisante du dédain.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT: JULIETTE

 

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT

  JULIETTE

 

La chanteuse Juliette se décrit comme une lectrice assidue. Mais en ce moment, elle avoue être dans une période "sans". Elle se rattrapera pendant la tournée qu'elle prépare. 

 

Juliette aime les lectures liées à l'enfance, peut-être parce que ses premiers souvenirs littéraires la ramènent à Marcel Pagnol, qui raconte sa propre enfance.

La chanteuse aime découvrir des livres du monde entier, souvent conseillés par sa mère.

Sur sa table de nuit, elle a posé des livres qui traînaient sur son bureau : du Dino Buzzati, l'auteur du "désert des Tartares" du Charles Bukowski "Au sud de nulle part", qu'elle ne connaissait pas.

30/03/2014

INTERVIEW DE LA BOITE # 33 : GÉNÉRAL ALCAZAR

 

INTERVIEW DE LA BOITE

# 33 

  GÉNÉRAL ALCAZAR

Vous ne resterez pas indifférents aux propos de cet artiste singulier, représentant factice et immensément talentueux d'une hiérarchie militaire qui ne m'a jamais soumis!

Plus que la ligne claire d'Hergé, la gueule grêlée de Patrick Chenière évoque les bourlingueurs chers aux crayons charbonneux d'Hugo Pratt.

Lanceur de couteaux, dictateur de pacotille, guérillero dérisoire et cousin éloigné de Corto Maltese, le Général Alcazar est aussi un aventurier de la "chanson rastaquouère" et du"rock métèque".

Sa musique s'est façonnée en marge, au rythme accidenté d'albums rugueux et fragiles, noirs et fantaisistes, à écouter comme on feuillette un livre de bord imaginaire ou le carnet de campagne d'un blues-man excentrique.
Après des années en cale sèche à Montpellier, l'ancien routard des mers du Sud a enfin retrouvé une île. Ou presque.

Le général Chenière a emménagé à Sète. (...) "Avec une mère née à Angers, un père martiniquais et militaire de carrière, envoyé aux quatre coins du monde, je n'ai jamais eu d'attaches. Je me suis construit une culture des
voyages."

Les premiers voyages sont synonymes d'insouciance et de décors de rêve. Au gré des mutations du père -- Nouvelle-Calédonie,Tahiti,Madagascar --, le garçon se gave de lagons bleus, découvre la musique à travers la valeur festive et fonctionnelle des traditions.Guitare et ukulélé sont ses premiers instruments.

Tout juste commence-t-on à noter une certaine allergie à l'autorité. (...)
Rentrée en France au milieu des années 60, la famille s'installe Montpellier. Perce alors une prise de conscience.

"J'avais vécu une enfance heureuse,mais je m’apercevais que ces paradis avaient leur revers de médaille. Je mesurais ce que la présence de la France dans le monde avait parfois entraîné comme désastre. Ma musique est marquée à la fois par ces souvenirs radieux et un désenchantement profond. Pourtant, c'est une nonchalance ironique qui prévaut. (...)"


Au service militaire, Patrick Chenière préféra une passion nouvelle pour les musiques noires et Bob Dylan. (...) Il sillonne entre autres l'Afrique de l'Ouest, croise Fela, s'identifie à la simplicité des bluesmen ghanéens. (...) Patrick Chenière mettra du temps à affirmer son propre répertoire. (...) D'abord sous l'emprise de l'anglais du rock, pour un maxi, "Hunting Dogs" (1992), et un premier album,"No Comment" (1995), passés inaperçus,
Général Alcazar trouve finalement sa voie (les disques "La Position du tirailleur"et "Des sirènes et des hommes") dans une utilisation du français qui détourne vers l'abstraction la langue de bois journalistique et administrative. (...)


© Stéphane Davet pour "Le Monde"

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 26/03/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

  26/03/2014

L’ÉGOÏSME 2

BONSAÏ 1.jpg

 

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

L’ÉGOÏSME

2

Plus l'égoïsme exalte le mesquin, et plus il amplifie jusqu'à l'absolu l'occultation majeure qu'est le déni de l'autre. Une insensibilité au monde se trouve ainsi compensée par une malsaine passion de soi qui recouvre, péremptoire, la légitimité d'existence du semblable. Cependant, ce comportement grossier n'est qu'un machiavélisme sans futur tant il est vain et dérisoire de penser à soi avant même que de s'aviser de son prochain.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT: GRICHKA BOGDANOFF

 

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT

GRICHKA BOGDANOFF

 

Les frères Bogdanoff lisent les Enthoven père et fils. Grichka reconnaît que son jumeau, Igor, et lui, lisent souvent les mêmes livres en même temps. En ce moment, ils s'intéressent au "Dictionnaire amoureux de Marcel Proust" de Jean-Paul et Raphaël Enthoven.

L'animateur de télévision, docteur en mathématiques appliquées, apprécie Proust pour son rapport au Temps, qui fascine tant les jumeaux Bogdanoff.

29/03/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER: 25/03/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

  25/03/2014

DÉDICACE AUX POLITICIENS DE TOUS POILS: RAYMOND DEVOS "PARLER POUR NE RIEN DIRE"

DÉDICACE AUX POLITICIENS DE TOUS POILS

 

RAYMOND DEVOS

"PARLER POUR NE RIEN DIRE"

31 déc. 1979 

02min 36s

 

Raymond DEVOS, entouré des élèves du Conservatoire national du cirque, interprète "Parler pour ne rien dire".

  • Émission
  • Numéro un
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Télévision Française 1

L’ÉGOÏSME 1

 

BONSAÏ 1.jpg

 

L’ÉGOÏSME

1

 

C'est une gigantesque petitesse qui ose interpréter sa misérable ambition comme un moteur important. Et voilà qu'elle enfle jusqu'à la démesure, jusqu'à en recouvrir le reste.

En fait, cette cécité volontaire n'est rien d'autre qu'un aveuglement délétère d'autant plus rebelle qu'il ne trompe personne et le rictus enténébré d'une âme qui, suivant la farandole de ses multiples idées, se trouble de prendre au quotidien ses désirs pour la réalité. Quelque chose qui, une dernière fois, sollicite la vie avant qu'elle ne s'arrête.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT: NELSON MONFORT

 

DERNIÈRES PAGES AVANT LA NUIT

  NELSON MONFORT

 

 

Ça n'étonnera personne, Nelson Monfort lit en version originale. En Anglais. En Espagnol. Mais pas en Russe, il le regrette d'ailleurs, car le journaliste est un grand admirateur de la littérature russe : Dostoïevski, Pouchkine.  

Récemment, il s'est plongé dans 'These few precious days : the final year of Jack with Jackie'. Le journaliste américain Christopher Andersen y évoque les derniers mois du couple Kennedy, avant l'assassinat du Président JFK, il y a bientôt 50 ans.

Nelson Monfort reconnaît qu'il ne lit pas trop les grands succès de librairie : "j'ai un peu de mal quand je vois des centaines d'exemplaires du même livre sur une plage : j'ai tendance à penser que la prose sent l'ambre solaire." 

28/03/2014

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 24/03/2014

 

LA CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER

  24/03/2014