Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2013

NAISSANCE DU SCHMILBLIC: EMISSION DU 29 SEPTEMBRE 1969

 

NOTRE TELE-REALITE A NOUS!

LE SCHMILBLIC

EMISSION DU 29 SEPTEMBRE 1969

 

Première émission de ce jeu consistant à identifier le "Schmilblic", qui n'est autre que la macro photographie d'un objet ou d'une partie de cet objet, souvent typique d'une région de France. Il a été choisi par l'une des vingt-trois stations régionales de l'ORTF, aujourd'hui, Lille.L'animateur du jeu, Guy LUX, présente cette photo depuis Paris, en duplex avec Strasbourg, où se trouve Gérard BRIANTI, à la maison de l'ORTF. Seuls les habitants de la région où se situe cette villle peuvent participer au jeu des questions. Au début du jeu, le "schmilblic" ne vaut rien. Chaque participant au jeu est invité à poser une question sur les caractéristiques de l'objet. Si la réponse de l'animateur est positive, la valeur du "schmilblic" est augmentée de 100 francs. La personne peut alors proposer une définition du "schmilblic". Si la réponse est bonne, il remporte la somme. Cette somme n'augmente qu'au fur et à mesure où les questions posées par les participants appellent des réponses positives.Personne n'ayant deviné ce qu'est le "schmilblic", les 400 francs restants dans la cagnote sont remis en jeu à la prochaine émission, qui a lieu, demain, à Bordeaux.

  • Emission
  • Le Schmilblic
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française
  • Générique
  • réalisateur
    Naka, Eddy
  • musique originale
    Lorenzoni, Bruno
  • producteur
    Antoine, Jacques ; Solness, Jacques
  • présentateur
    Lux, Guy

01/07/2013

CHARLES BAUDELAIRE: LE JEU

 

CHARLES BAUDELAIRE

LE JEU

 

Dans des fauteuils fanés des courtisanes vieilles,
Pâles, le sourcil peint, l'oeil câlin et fatal,
Minaudant, et faisant de leurs maigres oreilles
Tomber un cliquetis de pierre et de métal;

Autour des verts tapis des visages sans lèvres,
Des lèvres sans couleurs, des mâchoires sans dent,
Et des doigts convulsés d'une infernale fièvre,
Fouillant la poche vide ou le sein palpitant;

Sous de sales plafonds un rang de pâles lustres
Et d'énormes quinquets projetant leurs lueurs
Sur des fronts ténébreux de poètes illustres
Qui viennent gaspiller leurs sanglantes sueurs;

Voilà le noir tableau qu'en un rêve nocturne
Je vis se dérouler sous mon oeil clairvoyant.
Moi-même, dans un coin de l'antre taciturne,
Je me vis accoudé, froid, muet, enviant,

Enviant de ces gens la passion tenace,
De ces vieilles putains la funèbre gaieté,
Et tous gaillardement trafiquant à ma face,
L'un de son vieil honneur, l'autre de sa beauté !

Et mon coeur s'effraya d'envier maint pauvre homme
Courant avec ferveur à l'abîme béant,
Et qui, saoul de son sang, préférerait en somme
La douleur à la mort et l'enfer au néant !

LA PARISIENNE LIBEREE : "LA VOIX DE L'ANTITERRORISME"

 

LA PARISIENNE LIBEREE 

"LA VOIX DE L'ANTITERRORISME"

Musique, montage : la Parisienne Libérée


Avec : Charles de Gaulle, Valérie Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Manuel Valls et Patrick Poirret

« Oui, nous vivons des jours assez tendus et la route est assez difficile. Il y a une menace terroriste en France. Il y a une menace terroriste en France et vous venez de le dire, l’affaire Merah en a été la démonstration. Et moi, j’ai pris quand il le fallait, et au besoin je prendrais encore, les mesures exceptionnelles nécessaires. ll fallait mettre hors d’état de nuire, arrêter, interpeller, tout ce groupe. Le terrorisme a commencé en France bien avant – malheureusement – l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement à direction socialiste. Et donc il faut être conscient de cette menace. Et c’est pour cela que le chef de l’État, le président de la République, François Hollande, est entièrement mobilisé. Notre mobilisation est totale, la mobilisation la plus totale de l’État pour lutter contre toutes les menaces terroristes. Tout acte criminel doit être poursuivi, tout acte, tout propos, sera poursuivi avec la plus grande fermeté. Et ce n’est pas non plus le terrorisme qui, sur quelque point que cela, me fera changer de route. Ne céder en aucun cas au chantage. La France ne se laissera jamais intimider par le terrorisme. L’intransigeance qui sera celle des pouvoirs publics pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme. L’antisémitisme, l’islamophobie seront condamnées avec la même sévérité. Rien ne doit être toléré. La tolérance sera la tolérance zéro. Les assassins, je vous l’assure, ne nous échapperont pas. Nous ne laisserons pas le territoire français devenir la base arrière de terroristes et d’assassins. Grâce à la loi que nous venons de faire voter. Un projet de loi contre le terrorisme. Ces lois seront votées si les français choisissent de me faire confiance. Dans cette épreuve, la communauté de tous les français doit se resserrer et non se diviser ou se séparer. La France a traversé bien des épreuves dans son histoire. Elle les a surmontées chaque fois qu’elle a fait preuve d’union. Nous devons nous rassembler autour de valeurs, de principes. Le terrorisme ne parviendra pas à fracturer notre communauté nationale. Vous savez, les démocraties sont fragiles, mais face au terrorisme, face à la haine, elles ont une force : la capacité de se rassembler autour des valeurs de la république. Les ministres qui sont parvenus à juguler le terrorisme ont de grands mérites. Moi je ne fais pas de distinction entre les gouvernements qui s’y sont appliqués, même si je fais des différences entre les méthodes. »

Épilogue
« C’est quelqu’un qui était identifié avec une barbe et lorsqu’il a rejoint Strasbourg il s’était rasé la barbe. C’est, parait-il, un signe de passage à l’acte qui peut conduire au martyr. »

PASSAGE A VIDE

REALIT2 DU DECLIN.jpg

 

PASSAGE  A  VIDE

 

L’écriture est une magie puissante,

Capable parfois d’atténuer certaines douleurs.

ne rien perdre,

Elle sait n'avoir rien perdu de cette magie là,

Sauf que rien encore n’a été accompli,

Tant à l'imaginé du monde tout reste à faire.

 

Dans la répression grave de l’instant présent,

Il n’y a plus que des mots désespérés vides de contenu,

Grands inhibiteurs des promesses de délivrance à venir.

 

Et il se retrouve éreinté, ébouriffé de nuit

Désormais incapable de formuler une pensée.

 

Est-ce là banal passage à vide ou réalité du déclin ?

 

P.  MILIQUE

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 12/02/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

12/02/2013

30/06/2013

FRED PELLERIN -- HISTOIRE DE MENSONGE --

 

FRED PELLERIN

HISTOIRE DE MENSONGE

 

Extrait du spectacle «Comme une odeur de muscle», capté au Monument-National de Montréal, le 18 mai 2007. D'un virtuose du conte québéco-caxtonnien.

Une quatrième suite des histoires du village sur l'homme le plus fort du monde de Saint-Élie-de-Caxton : Ésimésac Gélinas. Homme peu reconnu dans nos records contemporains, Ésimésac appartint à la race des surhormonés musculaires, au même titre que ces Louis Cyr et autres Montferrances. Il fut un homme qui se démarqua par l'originalité de ses forçures, mais surtout par une modestie sincère qui le garda dans l'ombre. Il porta, à sa façon, le village sur son dos.

L'INACCEPTABLE RÉFUTÉ

BUILLONNEMENT.jpg

 

L'INACCEPTABLE  RÉFUTÉ

 

Il sait qu'elle se perd dans un voyage intérieur

Au prolongement intime à l'infini.

Il sait qu'elle se brise et s'affaiblit peu à peu

Dans le noir fracassé d'interminables insomnies.

Parce qu'il y a un trop plein de tout...

Trop plein de souffrances,

Trop plein d'espérances déçues.

 

Alors chaque nuit la retrouve meurtrie,

Toute ensanglantée du dedans.

Sa sensibilité  exacerbée à l'extrême

Lui est source de douleurs terribles, inacceptables.

 

Bien sûr qu'elle émeut par sa déchirante fragilité.

Mais elle bouleverse aussi par la force qui est la sienne

Dans sa recherche forcenée d'une oasis de douceur désirée

Au milieu troubles tourments qui mâchurent le quotidien.

 

Et pourtant, avec la poigne irrésistible de l'espoir,

Elle réfute cette vie faite de trop de désenchantements,

En refuse d'instinct l'épuisement des instants

Pour mieux les voir persister dans leur éternité.

 

Le temps est venu pour elle de se laisser aller

A ce bouillonnement permanent qui impose

Que tout ce qui n'est pas merveilleux ennui,

Que tout ce qui ne fait pas rêver désespère.

 

En faisant de sa vie un long poème fou qui,

A peine murmuré, l'ouvrira au possible

De bonheurs éphémères, peut-être, mais urgents.

 

P.  MILIQUE

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 11/02/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

11/02/2013

29/06/2013

ADOPTE UN CHAT: OUBLIE LES MECS "DONNE TA LANGUE AU CHAT"

 

ADOPTE UN CHAT
OUBLIE LES MECS
« DONNE TA LANGUE AU CHAT 

(1’13’’)


Toutes ces femmes qui cherchent l'amour. Alors que l'amour est juste là, au pied. Enfin une alternative au site de rencontres "Adopte un mec".


Enregistrement : 16 mai 13
Texte :Silvain Gire
Voix : Eric Elmosnino
Réalisation : Arnaud Forest

FEDERICO GARCIA LORCA, «GACELA DE L'AMOUR IMPREVU» suivi de "GACELA DE L'AMOUR DESESPEREE"

 

FEDERICO GARCIA LORCA

«GACELA DE L'AMOUR IMPREVU»

LU PAR LAURENT STOCKER

suivi de

"GACELA DE L'AMOUR DESESPEREE"

LU PAR ADELINE D'HERMY

 

Poèmes extraits du recueil «  DIVAN DE TAMARIT » Gallimard.

Traduction de Claude COUFFON et Bernard SESE


 

Federico Garcia Lorca naît en 1899 au sein d'une famille andalouse aisée et libérale. Il s'intéresse très tôt aux différents domaines des arts et emprunte la voie de la poésie dès 1921 avec Canciones puis Romancero gitano (1928). En alliant modernité et folklore populaire, Garcia Lorca emporte rapidement la reconnaissance du public. Ses nombreux voyages, notamment sur le continent américain, ont approfondi et enrichi ses oeuvres (Poète à New York, 1934). Dès 1935, Garcia Lorca bifurque légèrement vers le chemin dramatique. Il fonde la Barraca, sa propre compagnie théâtrale et met en scène de grands classiques. Il peut alors y représenter ses pièces Noces de sang (1933), Yerma (1935) et la Maison de Bernarda (1936). Cette trilogie tragique reste l'une de ses oeuvres majeures. Federico Garcia Lorca est fusillé par les franquistes en 1936.

 

Choix de Baptiste Guiton

Réalisation : Marguerite Gateau

Prise de son et mixage : Bernard Lagnel

Montage : Manon Houssin

Assistante à la réalisation : Pauline Ziadé

28/06/2013

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER : 28/06/2013

 

CHRONIQUE DE PHILIPPE MEYER 

28/06/2013

TRANSES INHUMAINES

OMBRES FURTIVES.jpg

 

TRANSES INHUMAINES

 

Il y a ce qui lui procure cette étrange sensation,

Quelque chose insufflé par l'ordre du terrible.

 

Il est impératif de prendre forme pour commencer à être,

Alors qu'il n'est que cet état mouvant qui ne se fixe jamais

Dans l'affirmation plausible où ce qu'il est trouve refuge.

 

Comment rendre compte au plus près de la déflagration

Qui se produit parfois à l'intérieur de certains êtres?

 

L'apprentissage permanent proposé par la vie

Bouscule la morne frontière de sa propre pensée

Qui lui impose de n'exister qu'à la marge de son temps.

 

Dans un monde secoué de transes inhumaines,

D'errements d’ombres furtives à peine audibles,

S'érige en sculpture-tourments une compression d'horreurs

Dans l'assourdissant silence qui succède au vacarme.

 

P.  MILIQUE