Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2014

HIDEUX MATIN

SOLITUDE.jpg

 

HIDEUX MATIN

 

Hideux matin à lutter contre soi,

A tricher, à user de subterfuges,

Pour ne pas être tenté de rejoindre

Sa future galaxie de cendres sans passé.

 

C'est le travail d'une application obstinée

A ne pas s'avouer l'obscure douleur

Qui l'a jeté dans cette noire solitude

Où son cœur se cogne avec persistance,

Comme le fait un oiseau gravement épuisé,

Contre l'informulé sans élan de sa propre survie.

 

P. MILIQUE

02/12/2014

TELLEMENT PLUS 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

TELLEMENT PLUS

2

De toi me vient encore le sourire étoilé dont j'ai besoin
Alors que chacun d'eux m'inonde d'un soleil d'allégresse,
Tandis que le temps désormais cristallisé se laisse vivre
Dans l'intensité folle de mon âme enchevêtrée à ton souffle.

Au plus symphonique de ma mémoire se pavane ta présence!
Si tu savais combien, même englué au plus imperceptible,
Tout mon être revendique l'écho de mon amour embrasé.

(FIN)

P. MILIQUE

 

01/12/2014

TELLEMENT PLUS 1

au magma présent de l'écriture,

 

TELLEMENT PLUS

1

Comment ne pas me dissoudre dans la pensée de toi
Quand pour survivre j'arpente le labyrinthe cérébral
Qui te dissimule à moi de son halo profus et vaporeux.

Exalté, je poursuis le chemin vers toujours plus de toi,
Là où le ciel désenclave le présent de son immanence.

Je parle aux mailles de tes silences et retiens ta main,
Je te pense à vif dans l'espace inondé de ta présence
Et synchronise mon corps pour t'approcher de moi.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

30/11/2014

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR

2

Le baiser est venu trop tardivement dans sa vie
Se déposer sur la pierre noire de son cœur durci,
L'onde s'est fourvoyée dans un vertige sans étoiles
Et il déambule à l'horizon d'une ombre spectrale,
Dans l'écho ténu d'une voix que la mort éteindra.

L'azur se prépare désormais linceul dans l'obscur
D'une camarde glacée par le feu atténué du soir,
Et le ciel conciliant l'apaise d'un frisson d'amour
Sous le drap protecteur qui l'enveloppe d'obscur.

(FIN)

P. MILIQUE

29/11/2014

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR 1

au magma présent de l'écriture,

 

SUR LA PIERRE DE SON CŒUR

1

Dans  l'inexistence harassante de chaque jour
Il scrute, inquiet, l'infini qui le ronge du dedans.

En proie à une déferlante torrentielle de noirceurs,
Ses multiples tentatives étant restées infructueuses
A éviter les pièges sensoriels nichant le coutumier,
Il tombe, vaincu par une terrible détresse morale,
Dans le total désespoir d'une exécration de vie.

Au cœur vif de l'instant, plus rien ne vibre en lui,
Pas même la sérénité blasée du temps qui passe.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

28/11/2014

AGRIFFER AU SILENCE

au magma présent de l'écriture,

 

AGRIFFER AU SILENCE

Pourquoi s'obstiner à démolir le peu de mystères
Qui subsistent encore aux braises de nos existences?

Il y a ces fêlures proches de l’insoupçonné
Qui rodent dans le fatal sombre de ce qui hurle,
Créant l'insondable malaise désormais audible
Dans l'échappée alternées de vives logorrhées,
Profondes dans l'entrevue d'un presque mutisme,
Qui tentent, désespérées, de s'agriffer au silence....

Comme au vieux temps des croyances aveugles,
Il suivra son propre enterrement en dansant,
Illuminé de son cortège d'anges à trompettes
Et de démons fourchus au battage possédé!

Tout, alors, dans l’emmitouflé d'une paradoxale amnésie,
Rétablira l'ordre obligé d'un monde de liberté en ébauche.

P. MILIQUE

27/11/2014

AILES D’ÉPHÉMÈRES

au magma présent de l'écriture,

 

AILES D’ÉPHÉMÈRES

Quand le langage hésite, incertain dans le temps,
Que la phrase reste en suspend, et nous avec
Pour glisser dans un mystérieux monde parallèle,
Étonnant parallèle à la vie, parallèle à la mort.

Les ressassements amers ne suffisent plus
Dans l'étonnement durable du non-maîtrisé
Qui donne, comme fière, sa langue en spectacle.

Lorsque vient l'attendu de nouvelles pensées,
Il est urgent d'ouvrir la fenêtre au chapitre des joies
Et de donner raison à ces oiseaux ailés d'éphémères.

Qu'ils lèvent une poussière d'or extrêmement légère
Nimbée du halo lumineux, exalté de preuves de vie,
Chants d'amour abandonnés à d'excessives ferveurs.

P. MILIQUE

26/11/2014

CONCISION FRAGMENTAIRE 36

concision fragmentaire.jpg

 

CONCISION FRAGMENTAIRE

36

 

Dans ce monde en irrémédiable mutation
Se dévoile, obscène, notre pathétique condition.

Le désordre définitif des paysages urbains
Justifie alors la recherche du plus juste contrepoint.

Approche subjective d'une beauté dépouillée
Qui vibre à maintenir l'intégrité de l'existence
En donnant une dimension inouïe
A l'exploration étonnée de ses gisements inattendus.

P. MILIQUE
 

25/11/2014

AUX HARMONIES D'UN REQUIEM 2

au magma présent de l'écriture,

A l'attention des multiples lecteurs qui arpentent, à juste titre il va de soi, ce lieu modeste certes mais, reconnaissez-le, pas loin d'être génial, cette histoire qui va débuter là sous vos yeux va être fractionnée -- confort de lecture oblige -- en autant d'épisodes qu'il sera nécessaire.
Il suffira donc aux autres, tout aussi nombreux, qui la prendront en cours de narration, de remonter (si cela leur dit mais comment en douter) le fil du temps récent pour en identifier le fil géniteur...

 

AUX HARMONIES D'UN REQUIEM

2

Comment ne pas être dévasté et stigmatisé à vie
Tandis que tout n'est qu'à l'aune de son contraire
Dans l'hémorragie planifiée d'un cœur déjà sec,
Comme un feuille trop tôt étriquée, morte peut-être?

Cela quête la connaissance instinctive et convulsée...
Le goût du temps emprunte ses harmonies à un requiem
Qui bat la mesure à l'envergure d'un possible initial
Ourlé d’abondantes tresses ultimes vouées à l'inaugural.

(FIN)

P. MILIQUE

 

24/11/2014

AUX HARMONIES D'UN REQUIEM 1

au magma présent de l'écriture,

 

AUX HARMONIES D'UN REQUIEM

1

Cela remonte du fond nocturne de l'existence,
De la nuit profonde et incertaine de l'enfance!
Cela relève de la haine de soi et de l'imposture,
Noir éveil entre un père inconnu et une mère absente.

Avancer laborieusement, pied à pied, jour à jour,
Nager dans une identité obstinément imprécise
Et, dans cette relation ouverte sur des chemins de chaos,
Rassembler les visages et les ombres amples des fantômes.

(A SUIVRE...)

 

P. MILIQUE

23/11/2014

MÉDICALEMENT ASSIGNE

au magma présent de l'écriture,

 

MÉDICALEMENT ASSIGNE



Tes mots égaient les pâles journées de résident temporaire
De ce lieu de résidence où il est médicalement assigné.

Bientôt, il retrouvera le chemin qui mène
A la douce réalité de certaines trajectoires
S'affirmant comme autant d'échos sensibles,
Ondes tendues entre aujourd'hui et demain.

Au moins son inactivité forcée lui aura-t-elle
Procuré l'agréable opportunité de beaucoup lire,
D'écrire aussi, actions aussi gémellaires que vitales.

Dans l'atmosphère où les poussière de tumulte
Paraissent suspendues à la permanence, il tente
De trouver les mots qui font le cœur tranquille
Dans la certitude paisible d'être investi peu à peu
Par un rythme joyeux jusque dans l'effacement,
Synchronisé d'incongruités vives et rémanentes.
Cette écriture de vie qui coule alors de sa plume
Fait cligner un soleil complice de sourires d'espoir.

P. MILIQUE

22/11/2014

ARRÊT SUR LE PRESQUE RIEN

au magma présent de l'écriture,

 

ARRÊT SUR LE PRESQUE RIEN



Que se passe-t-il dans le suspendu d'une phrase?
Que devient-elle dans l'aride tendu du silence?
Qui succède à cet intriguant point d'interrogation?...

Arrêt sur le presque rien qu'on écrit sans vraiment l'écrire,
Pour tenter de comprendre le sens de cette étrange énergie
Qui fait que ce qu'on aurait pu espérer du bout de la plume
Ne peut plus être poursuivi par privation de raison d'être.

Écrire, c'est parfois côtoyer les ondes du silence,
C'est porter le confus du langage jusqu'à sa limite,
Le laisser s'égarer, devenir provocateur et aérien,
C'est éprouver, enfin, un ciel s’égayant de ses mots
Jusqu'à identifier les sibyllins points de suspension. ...

P. MILIQUE